AVISEUR INTERNATIONAL

Aviseur International renseigne sur la problématique de la drogue, du narcotrafic et sur les politiques mises en œuvre par les différents Etats. ———- CONTACT par email: ns55dnred@outlook.fr ou WhatsApp: 33 (0) 6 84 30 31 81 Suivez @MarcFievet sur TWITTER

AVISEUR INTERNATIONAL

Cardenal hondureño Oscar Rodríguez Maradiaga: « Dinero del narcotráfico está en bancos de EEUU y de Europa »

Cardenal Rodrìguez: Dinero del narcotráfico está en bancos de EEUU

 SAN ANTONIO, TEXAS – El cardenal hondureño Oscar Rodríguez Maradiaga, uno de los asesores del Papa Francisco, visitó la ciudad del Alamo y dos centros de detención de inmigrantes de Texas.

“Guatemala, El Salvador, Honduras, donde tanto las situaciones de violencia como las situaciones de pobreza han motivado este éxodo masivo de personas”, dijo el cardenal hondureño en conferencia de prensa sobre la crisis humanitaria que se vivió el verano del 2014 en la frontera de Estados Unidos y México.

Este lunes por la mañana, el cardenal visitó dos centros de detención de inmigrantes, acompañado del arzobispo de San Antonio Gustavo García-Siller, donde habló con menores en espera de ser reunidos con sus padres, informa el portal Telemundo 47

“Hay un secreto pero a voces, [del] que nadie quiere hablar y todo mundo lo sabe. El dinero del tráfico de la droga no está en América Latina, el dinero está en los bancos de este país (Estados Unidos) y en bancos de Europa”, continuó diciendo el cardenal sobre las problemáticas entre Latinoamérica y Estados Unidos.

Pero el cardenal no era ningún extraño para los líderes religiosos de San Antonio, pues la arquidiócesis de la ciudad se unió a la de Tegucigalpa, Honduras, en un esfuerzo por ayudar a las víctimas del huracán Mitch que destruyó gran parte de ese país en 1999.

El cardenal Rodríguez Maradiaga regresó a San Antonio con el propósito de llevarle un mensaje al Santo Pontífice sobre las realidades del mundo previo a su viaje a Estados unidos este otoño y para ayudarlo a reformar la iglesia católica.

http://tiempo.hn/nacion/item/29118-cardenal-rodriguez-dinero-del-narcotrafico-esta-en-bancos-de-eeuu

0000000000000000000000000000000000000

FRANCE (Perpignan): un réseau de trafic de cocaïne démantelé


gendarmerie jpgTrois hommes ont été écroués à Perpignan et un kilo de cocaïne a été saisi dans le cadre du démantèlement d’un réseau de stupéfiants dans les Pyrénées-Orientales.

La Section de recherches de la gendarmerie à Montpellier vient de boucler une opération. Trois membres de ce réseau avaient été interpellés à Claira, non loin de Perpignan, lors d’une intervention menée par trente gendarmes du groupement des Pyrénées-Orientales et quinze du Peloton d’Intervention Inter-régional de Gendarmerie (PI2G) d’Orange.

lire sur  http://www.midilibre.fr/2015/04/30/un-reseau-de-trafic-de-cocaine-demantele-a-perpignan-3-personnes-ecrouees,1156051.php

0000000000000000000000000000000000000

FRANCE (Annecy): suite à un contrôle douanier à Chamonix, la mafia albanaise dans le collimateur

Des points de vente ont été identifiés par les enquêteurs, dont l’avenue de Genève. ANNECY

Trafic d’héroïne et de cocaïne : la mafia albanaise dans le collimateur

Des points de vente ont été identifiés par les enquêteurs, dont l’avenue de Genève.

 Un nouveau coup vient d’être porté au trafic d’héroïne et de cocaïne qui sévit depuis plusieurs mois à Annecy, régit par la mafia albanaise. Avec, pour particularité, cette fois, que ce ne sont pas seulement des “petites mains” qui ont dû répondre de trafic de stupéfiants devant le tribunal correctionnel d’Annecy.

Généralement, ce sont les “ouvriers” (dans leur jargon) recrutés et employés à la tâche qui sont appréhendés et renvoyés devant les tribunaux. Là, les enquêteurs de la brigade de recherche de la compagnie de gendarmerie d’Annecy et les policiers enquêtaient depuis plusieurs semaines sur trois “têtes” qui “employaient” chacune un ou plusieurs vendeurs. Un travail de concert qui va s’avérer payant.

LIRE sur  http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2015/04/29/les-trafiquants-appliquaient-une-veritable-strategie-commerciale

>0000000000000000000000000000000000000000

CANADA (Québec – Laval): la famille Bigras encore épinglée pour trafic de cocaïne

La police de Laval a encore mis la main au collet de la famille Bigras, qui dirigerait, selon les enquêteurs, un réseau de trafic de cocaïne à Chomedey depuis plusieurs années.

Plus de 70 policiers du Service de police de Laval exécutent 14 mandats de perquisition dans le quartier Chomedey, à Laval, dans les régions de Mont-Laurier et Sainte-Agathe-des-Monts. Une trentaine de policiers provenant de la Sûreté du Québec, de la Police provinciale de l’Ontario et de la Gendarmerie royale du Canada leur portent assistance.

Huit personnes ont été arrêtées pour l’instant, parmi lesquelles on trouve deux frères et une sœur de la famille Bigras. La police les pistait depuis février 2014.

Les suspects, reliés au crime organisé, ont tous entre 52 et 56 ans. Ils ont déjà un lourd passé judiciaire dans le trafic de cocaïne, ce qui a poussé la police à mobiliser son équipe d’intervention du SWAT.

«Vu les antécédents de ce groupe, le potentiel de risque est plus élevé. On n’a pas pris de chance», précise le porte-parole de la police de Laval, Franco Di Genova.

Un camion de la police provinciale de l’Ontario se trouvait également sur place. Selon les enquêteurs de Laval, la police ontarienne est venue porter assistance car elle possède un équipement très spécialisé pour effectuer la fouille. Il n’a toutefois pas été possible de savoir à quoi servait l’appareil.

http://www.journaldemontreal.com/2015/04/30/une-famille-de-trafiquants-arretee-a-laval

0000000000000000000000000000000000000000

 

The DEA Has Been Secretly Buying Hacking Tools From an Italian Company

Written by Lorenzo Franceschi-Bicchierai April 15, 2015 // 02:00 PM EST

The software, known as Remote Control System or “RCS,” is capable of intercepting phone calls, texts, and social media messages, and can surreptitiously turn on a user’s webcam and microphone as well as collect passwords.

The DEA originally placed an order for the software in August of 2012, according to both public records and sources with knowledge of the deal.

The contract, which has not been previously revealed, shows that the FBI is not the only US government agency engaged in hacking tactics, but that the DEA has also been purchasing off-the-shelf malware that could be used to spy on suspected criminals.

This revelation comes just a week after USA Today uncovered a secret program with which the DEA collected the phone records of millions of Americans for more than 20 years, a program that pre-dated and inspired the NSA’s own bulk telephone collection program, suggesting that the drug agency is sort of a pioneer in the use of surveillance.

Surveillance tech experts say the DEA’s relation with Hacking Team is further proof that methods and tools once only reserved for the military, intelligence agencies and even cybercriminals—such as drones and StingRays—are becoming commonplace in law enforcement as well.

“Hacking software is yet another example of a technology created for the intelligence community that has secretly trickled down to law enforcement.”

“Hacking software is yet another example of a technology created for the intelligence community that has secretly trickled down to law enforcement,” Christopher Soghoian, the principal technologist at the American Civil Liberties Union and an expert of surveillance technology, told Motherboard.

And given the how powerful this spyware can be, Soghoian added, “we need a public debate over this invasive surveillance technology.”​

THE PAPER TRAIL

The contract, according to public records, was signed on August 20, 2012 for a total value of $2.4 million between the DEA’s Office of Investigative Technology and a government contractor named Cicom USA.

The records were uncovered by Motherboard and Pri​vacy International, a London-based digital rights group, in independent investigations.

The contract, which records show is slated to be completed in August of 2015, is identified only as “Remote Controlled Host Based Interception System.”

That system, according to sources, is none other than Hacking Team’s Remote Control System, also known as Galileo, which the company markets as “the hacking suite for governmental interception.”

“You cannot stop your targets from moving. How can you keep chasing them? What you need is a way to bypass encryption, collect relevant data out of any device, and keep monitoring your targets wherever they are, even outside your monitoring domain. Remote Control System does exactly that,” a company brochure boasts.

Cicom USA, Motherboard has learned, was simply a reseller for Hacking Team, a spyware-maker that’s been accused of selling its products to some governments with questionable human rights records. Some of those governments, such as Ethiopia, the United Arab Emirates, or Morocco, used Hacking Team’s software to target dissidents and journalists.

In light of those incidents, which were uncovered by researchers at the Citizen Lab at the University of Toronto’s Munk School of Global Affairs, the company was included in a blacklist of corporate “Enemies of the Internet” by Reporters Without Borders.

Despite speculation based on the fact that Hacking Team has an office in the US, there’s never been any evidence that the company had sold its products on American soil, even though CEO David Vincenzetti boasted of having clients in more than 40 countries, including the US, in a 2011 interview with Italian newsmagazine L’Espresso.

The connection between Cicom USA and Hacking Team was confirmed to Motherboard by multiple sources with knowledge of the deal, who spoke on condition of anonymity because they were not authorized to discuss the content of the contract.

Eric Rabe, a spokesperson for Hacking Team, did not confirm nor deny the existence of the contract with the DEA.

“We don’t identify our clients. I’m certainly not going to comment whether the DEA or anyone else has purchased Hacking Team software.”

“We don’t identify our clients. I’m certainly not going to comment whether the DEA or anyone else has purchased Hacking Team software,” he told Motherboard in a phone interview. And for the same reason, he added, he declined to clarify what was the relationship between Hacking Team and Cicom USA.

Alex Velasco, Cicom USA’s general manager, did not answer Motherboard’s request for comment.

But the connection between the two companies is clear. Cicom USA is based in Annapolis, MD, at the same exact address where Hacking Team’s US office is located, according to the company’s website. The phone number for Cicom USA listed in the contract with the DEA, moreover, is exactly the same one that was displayed on Hacking Team’s website until February of this year.

When asked whether this was just a coincidence, Rabe laughed.

“I don’t know about why that would be a coincidence,” he said, but declined to elaborate.

It’s unclear what the DEA has been doing with Hacking Team’s malware. But the relationship between the agency and Cicom USA—and thus, Hacking Team—appears to be ongoing. The most recent public record shows a payment from the DEA to Cicom USA made in September of 2014.

A spokesperson for the DEA did not respond to a series of specific questions on the contract and how the DEA is using this technology. Thomas L. Walden, the section chief of the DEA Office of Investigative Technology, also did not respond to a message requesting comment.

Hacking Team’s RCS software can be surreptitiously installed on a target’s computer or cellphone and monitor all activity, allowing police officers to spy on data that might otherwise be encrypted and out of their reach.

Software like this isn’t sold only by Hacking Team. The Italian company is just one of an ever-growing group of surveillance tech companies that market their products exclusively to governments, police departments, and spy agencies, such as the French VUPEN, or the German FinFisher and its parent company Gamma International.

This is exactly the kind of software that the DEA was looking for, according to an official call for tender or “request for Information” published by the agency in March, 2012.

“The DEA is seeking information from potential sources with a fully functional and operational product proven to be capable of providing a Remote Control Host Based Interception System for device or target specific collection pursuant to authorized law enforcement use,” the document reads.

Roughly a month later, on May 4, 2012. The DEA had what it was looking for. In another document, the agency announced that it was going to “solicit and negotiate” a contract with Cicom USA for the duration of at least four years.

Cicom USA, according to the DEA, emerged as the only company capable of providing the service required, based on market research conducted internally by the agency. The DEA did not respond to questions regarding this research.

It’s possible the DEA picked Cicom USA because the US Army had done the same a year prior. According to public records, the Army made a purchase order for a Remote Control System on March 2011. The order shows that the Army was supposed to pay $350,000 for the software, and further confirms Cicom USA’s connection with Hacking Team, given that Italy is listed as the country of origin of the product. (The Army did not respond to Motherboard’s questions regarding the contract.)

IS IT LEGAL FOR LAW ENFORCEMENT TO HACK TARGETS?

For surveillance experts, the big question is whether the DEA actually has legal authority to use spyware such as Hacking Team’s—and how, exactly, it is used. A DEA spokesperson said that the agency “always abides by the laws of the jurisdictions within which it operates.”

And added that “however, in this case, this is off-the-shelf technology, legally available for purchase by all and used throughout the world by many organizations.”

But experts are not convinced.

“The legal framework governing the use of such tools in the US is extremely unclear, meaning that the use of Hacking Team’s spyware is potentially unlawful,” Edin Omanovic, a researcher at Privacy International, told Motherboard.

“The use of Hacking Team’s spyware is potentially unlawful.”

The FBI is the only other US law enforcement agency that has been reported to use malware. The bureau has been using it since at least 2001 when FBI’s spyware Magic Lantern was revealed. But the precise legal authority, as well as the process that FBI agents use to get authorization, is still unclear, and very few cases where the bureau used malware have actually come to light.

In 2011, internal emails obtained by the Electronic Frontier Foundation revealed that in some past instances, FBI agents considered using malware known as « Computer and Internet Protocol Address Verifier » (CIPAV) without getting a warrant, or in other cases, hid key details on what the technology actually entailed in order to increase the chances the judge would approve it.

In any case, the bureau, after consulting with the Office of General Counsel and the National Security Law Branch finally appeared to settle on a “two-step request” legal process: get a search warrant to authorize the deployment of the software on a target’s computer, and then a subsequent order (known as pen register or trap and trace) to authorize the actual surveillance.

In 2013, a Texas judge stopped the FBI from using malware, rejecting the bureau’s warrant application because it was too vague and didn’t specify how the agents would actually install the software.

Soghoian, the ACLU surveillance tech expert, said that given the nature of this technology, and the fact that “Congress and the courts have been kept in the dark” about it, Americans should have more information on when and how the feds are using spyware.

“If law enforcement agencies can hack into your computer, turn on your webcam, turn on your microphone and steal documents from your computer, that’s the kind of thing that should get the attention of Congress. »

“Courts are not being told how agencies will get malware onto the computers of targets,” Soghoian said. “Similarly, law enforcement agencies have not discussed the use of this technique in any public Congressional hearings.”

“The American people deserve some answers and I think Congress needs to investigate this,” Soghoian told Motherboard.

Omanovic, from Privacy International, added that the US needs update the legal framework regarding hacking and the use of spyware by law enforcement agencies and establish “effective oversight mechanisms.”

Privacy International also released a ​dos​sier on Hacking Team on Wednesday, asking Italian authorities to look into the company and its practices in light of European export controls of surveillance technology. (Rabe said that the company « is in compliance with all export laws. »)

Some legal experts, however, argue that there’s nothing illegal about the use of spyware. Although there is no specific law that specifically covers hacking, Jonathan Mayer, a computer scientist and lawyer at Stanford University, said that law enforcement agencies are “broadly authorized” to conduct searches in the US, including using hacking techniques.

“They don’t need some special legislative grant of extra authority before they can hack,” Mayer told Motherboard, adding that a search warrant supported by probable cause and particularly describing what the agents seek is all they need.

But for critics, such as Soghoian or Privacy International, there still should be more transparency and a public debate.

“If law enforcement agencies can hack into your computer, turn on your webcam, turn on your microphone and steal documents from your computer,” Soghoian said, “that’s the kind of thing that should get the attention of Congress, particularly before this trickles down to local law enforcement agencies.”

This story has been updated to include a comment from Hacking Team’s Eric Rabe on his company’s compliance with export controls. And to clarify that FBI agents considered using malware without a warrant, according to documents obtained by the EFF. 

SOURCE: http://motherboard.vice.com/read/the-dea-has-been-secretly-buying-hacking-tools-from-an-italian-company

FRANCE: 6 kg de cannabis saisis dans une cave du quartier Ambourget à Aulnay-sous-Bois

Aulnaycap

CannabisUn peu plus de 6 kg de résine de cannabis ont été saisis mardi dans la ville d’Aulnay-sous-Bois. La saisie a eu lieu dans un immeuble situé au 9, rue Ambourget (quartier de Mitry). Le suspect avait caché la marchandise dans sa cave, elle y était dissimulée.

Voir l’article original

CANADA (drogues): l’achat de stupéfiants en ligne explose


Photomontage: Benoît Gougeon
Quatre-vingt-dix millions de dollars au bas mot. Voilà le montant des ventes de drogue estimé pour une année sur Silk Road, le premier cryptomarché à abriter des activités illicites en ligne. Depuis, les ventes de cocaïne, d’héroïne et d’ecstasy auraient explosé sur le Web avec la venue d’autres sites semblables.

« La demande est très forte et les trafiquants sont habiles à camoufler et sceller leurs colis afin qu’ils ne soient pas interceptés par Postes Canada ou par les agents des services frontaliers », rapporte David Décary-Hétu, professeur à l’École de criminologie de l’Université de Montréal et chercheur au Centre international de criminologie comparée de l’UdeM. Avec Judith Aldridge, de l’Université de Manchester, en Angleterre, il a étudié les réseaux criminels virtuels afin de déterminer la taille des marchés de drogue sur Internet et de tracer le profil des consommateurs.

En septembre 2013, les chercheurs ont réussi à copier l’historique des transactions faites sur Silk Road 1. « C’était à peine deux semaines avant la fermeture du site par le FBI », signale le criminologue. Sur ce cryptomarché, on vendait des vêtements, des livres, mais surtout des stupéfiants livrables à domicile par la poste partout dans le monde ! À l’époque, il s’agissait du seul réseau en ligne garantissant l’anonymat qui permettait de se procurer des substances psychoactives.

En analysant plus de 12 000 annonces et commentaires de clients, David Décary-Hétu et sa collègue ont pu calculer les revenus générés en multipliant le nombre de messages des acheteurs par le prix des produits. Ils ont ainsi démontré que les ventes de stupéfiants sur le site avaient grimpé en flèche en l’espace d’un an, passant de 17 à 90 millions de dollars, une augmentation de 600 %.

Autre constat : une grande part des achats aurait été effectuée par des vendeurs qui s’approvisionnaient sur le cryptomarché pour ensuite revendre la drogue dans la rue ou sur le Web. Le professeur Décary-Hétu a établi un an plus tard l’identité de quelque 250 vendeurs canadiens actifs sur les cryptomarchés. Ils expédiaient leur marchandise comme une lettre à la poste !

Il aura fallu deux ans et demi au FBI pour mettre la main au collet de l’administrateur de Silk Road 1, Russel Ulbricht, un physicien de 30 ans habitant San Francisco. Celui-ci aurait même été traqué par hasard, raconte-t-on. Depuis son arrestation, une quinzaine de cryptomarchés voués à la vente de drogue ont vu le jour, dont Agora, Nucleus, Middle Earth et Silk Road 2 (fermé lui aussi par le FBI). « Les cryptomarchés représentent une telle innovation criminelle qu’ils pourraient transformer le marché de la drogue et faire reculer les efforts de régulation de plusieurs décennies », estime David Décary-Hétu. Ses travaux ont permis la mise au point d’un outil de surveillance des marchés de vente de drogue en ligne.


David Décary-Hétu a lui-même plongé dans le dark Net et procédé à des achats de drogue.

 

Le Web invisible

Mais comment de telles activités passibles de prison sont-elles possibles sur Internet? En fait, il s’agit de la face obscure du Web, le dark Net, comme la nomment les spécialistes, ou Web invisible. On accède à ce monde parallèle grâce à Tor Browser, un fureteur configuré pour y naviguer. « Cela permet aux individus de se connecter aux cryptomarchés sans que le site Web connaisse leur identité et leur adresse IP », précise David Décary-Hétu. Pas moyen de connaître précisément la source des produits.

« Il existe maintenant un grand nombre de cryptomarchés qui permettent de commander des drogues en ligne, ajoute le professeur. Ces marchés criminels sont calqués sur des sites marchands comme Amazon et eBay. Ils en diffèrent cependant par le fait que les paiements sont faits en bitcoins, une monnaie virtuelle anonyme, et l’argent des acheteurs est gardé en fidéicommis jusqu’à ce qu’ils reçoivent leur commande. Toutes les connexions des utilisateurs sont anonymisées. »

Selon le chercheur, les cryptomarchés sont un petit canal de distribution non approprié pour les cartels de la drogue. En revanche, ils sont efficaces pour approvisionner les vendeurs intermédiaires à la recherche de stupéfiants potentiellement de meilleure qualité et moins chers. Et, compte tenu de leur aspect sécuritaire, le nombre de transactions virtuelles illicites n’a pas fini de croître, juge le professeur.

Les criminels en ligne, des nationalistes ?

Depuis son doctorat en criminologie à l’UdeM sous la direction des professeurs Carlo Morselli et Stéphane Leman-Langlois, de 2009 à 2012, David Décary-Hétu étudie l’influence d’Internet sur la criminalité et l’adaptation des criminels à cet environnement virtuel pour tenter d’approfondir la compréhension du phénomène de la déviance en ligne.

Ce spécialiste des cryptomarchés, l’un des rares au Québec, a même plongé dans l’univers du dark Net et procédé à des achats de drogue alors qu’il accomplissait un travail de maître d’enseignement et de recherche à l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne, en Suisse. L’objectif ? Comparer le profilage chimique des produits achetés en ligne avec ceux qu’on trouve dans la rue. « On peut ainsi avoir une bonne idée d’où vient la drogue, affirme David Décary-Hétu. Par exemple, si la cocaïne est pure à 85 %, elle provient sans doute directement des fournisseurs d’Amérique du Sud, car la pureté des drogues locales oscille généralement entre 25 et 35 %. »

Pour l’heure, il est prématuré de généraliser les données obtenues par le professeur. Mais les résultats préliminaires révèlent des différences entre les deux canaux de distribution et ce ne sont pas nécessairement les mêmes individus qui vendent sur les cryptomarchés et en dehors du Web. « Au Canada, on n’analyse pas la pureté de la drogue saisie, souligne le chercheur. On ne peut donc pas établir le même parallèle entre les produits. » Mais les données accumulées au fil des ans tendent à confirmer une tendance : plus la réputation des trafiquants est grande et plus ceux-ci expédient leurs marchandises principalement dans leur pays d’origine. Les clients semblent aussi préférer acheter à des vendeurs issus du même pays afin d’éviter les inspections aux frontières. « Les cryptomarchés sont des plateformes mondiales, mais on croit qu’elles sont d’abord utilisées de manière nationale. C’est du moins ce qu’on tente actuellement de montrer. »

00000000000000000000000000000000000000000

BELGIQUE (Namur): une connexion albanaise devant le tribunal pour trafic de cocaïne


Le Palais de Justice de Namur.
Le parquet évoque un trafic «de grande ampleur», en cours depuis 2011 et qui portait sur des kilos de cocaïne

On ne parle pas d’un petit joint planqué dans la manche du gros pull en laine. Non, ici, la cocaïne se dealait… en centaines de grammes.

Les enquêteurs ont été mis sur la bonne piste un peu par hasard.

À la fin du mois de juin 2014, Eduart Fejzullaj est contrôlé par la police. Les papiers de ce citoyen albanais ne sont pas en ordre. Il est en séjour illégal. En vérifiant son passeport, les policiers découvrent également une boulette de cocaïne. Ils décident donc de creuser un peu plus. A son domicile, ils découvrent… 150 grammes de cocaïne.

Les enquêteurs retrouvent ses clients habituels et les questionnent. Ils interpellent, le 7 octobre dernier, un autre citoyen albanais: Osman Tokmak. Ce dernier va se mettre à table. Il balance notamment les deux noms de ceux qu’il considère comme les chefs de réseau: Rikardo Rulat et Lionel Murajat.

Lors d’une perquisition, on découvrira au domicile de l’un d’entre eux 200 grammes de cocaïne et 3 000€ en liquide.

Pour le parquet, Séverine Franssen estime que l’on a affaire à un trafic de cocaïne «de grande ampleur qui durait depuis 2011».

Selon une première estimation, la représentante du ministère public estime que cette connexion albanaise a écoulé près de dix kilos de drogue dure en région namuroise. Les enquêteurs ont notamment relevé pas mal d’informations intéressantes via la téléphonie.

L’accusation se base aussi sur la déposition plus récente d’un petit dealer et consommateur qui dénonce également les mêmes trafics et les mêmes personnes. La défense n’a pas encore pu prendre connaissance de cette déclaration. La juge Matagne a donc décidé de fixer un nouveau rendez-vous, lundi prochain, pour permettre la prise de connaissance de ces nouveaux éléments par la défense.

Les avocats savent déjà que leurs clients jouent gros. Séverine Franssen a en effet requis des peines de prison qui vont de quarante mois à sept ans de prison ferme. La substitute namuroise a notamment relevé que trois des prévenus ne sont pas consommateurs de drogues. «Ils ont agi par pur appât du gain», relève la représentante du ministère public.

Les peines sont dures. Comme la drogue qu’il faisait circuler et les ravages que tout cela peut entraîner.

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20150427_00640033

000000000000000000000000000000000000

INDONÉSIE (Peine de mort): pourquoi le Français Serge Areski Atlaoui sera finalement exécuté ?

http://www.dna.fr/justice/2015/03/04/un-messin-dans-le-couloir-de-la-mort

Nusa Kambangan (Indonésie)

Serge Areski AtlaouiSerge Areski Atlaoui

Posted on avr 28, 2015 @ 20:00 par Allain Jules

JAKARTA, Indonésie – Visiblement, la question ne se pose même pas. L’arrogance occidentale a encore joué. L’Union européenne, la France et l’Australie ont appelé mardi l’Indonésie à ne pas procéder aux exécutions de neuf condamnés à mort prévues dans quelques heures, estimant qu’il n’était pas trop tard pour changer d’avis, dans un communiqué commun. C’est cette pression qui est en train d’exaspérer les Indonésiens.

Les Indonésiens reprochent aux Français et aux Australiens de se réveiller simplement parce qu’il y a des ressortissants de leurs pays. « Où sont-ils quand des Indonésiens sont condamnés à mort pour fait de trafic de drogue? » se demandent-ils ? Très remontées, les autorités indonésiennes accusent donc l’Occident de s’immiscer dans leurs affaires, qui plus est, leur justice très répressive en matière de drogue. Elles ajoutent même que 33Indonésiens perdent la vie à cause de la drogue, ce qui est inacceptable, selon eux. Le Brésil, le Ghana et le Nigéria, ainsi que les Philippines ne se sont pas prononcés…

Outre Serge Areski Atlaoui, le Français, deux Australiens (Myuran Sukumaran et Andrew Chan), un Brésilien (Rodrigo Gularte), une Philippine (Mary Jane Fiesta Veloso), trois Nigérians (Raheem Agbaje Salami, Sylvester Obiekwe Nwolise, Okwudili Oyatanze), un Ghanéen (Martin Anderson) et un Indonésien (Zainal Abidin bin Mahmud Badarudin) tous condamnés pour trafic de drogue devraient être fusillés dans la nuit de mardi à mercredi, peu après minuit.

La peine de mort est mauvaise.

Nous sommes contre ça mais, pourquoi il n’y a jamais ce genre de mobilisation des Institutions et des Etats quand il s’agit des Etats-Unis ?

Poser la question c’est déjà y répondre ? Sans doute…

source:http://allainjules.com/2015/04/28/indonesie-peine-de-mort-pourquoi-le-francais-serge-areski-atlaoui-sera-finalement-execute/

0000000000000000000000000000000000000000000000

AUSTRALIE: la police fédérale a arrêté six hommes soupçonnés d’avoir importé 230 kg de drogues

Publié le 2015-03-05 à 14:10 | french.xinhuanet.com

SYDNEY, 5 mars (Xinhua) — La Police fédérale australienne (PFA) a effectué une descente à Sydney jeudi et a arrêté six hommes soupçonnés d’avoir importé 230 kg de drogues illégales évaluées à une valeur de 122 millions de dollars.

La police a indiqué qu’une opération conjointe entre les autorités en Australie et en Colombie a permis d’amasser un total combiné de plus d’une demi-tonne de métamphétamine et de cocaïne d’un cartel international de la drogue.

Les 230 kg de métamphétamine liquide ont été retrouvés dans une cargaison de 20.000 bouteilles de limonade à Sydney le 21 décembre.

La police a par la suite retracé les destinataires prévus et a arrêté six hommes jeudi dans la région de Sydney.

Le 21 janvier, la police de Bogota, en Colombie, a saisi 243 kg de cocaïne scellée dans des boîtes de carton à destination de l’Europe.

Les services de police des deux pays soutiennent que la même organisation se cache derrière les deux saisies.

Le surintendant-détective Mick Calatzis de la PFA a souligné que les arrestations sont très significatives.

« Nous avons coupé la tête du serpent, il s’agit des principaux individus impliqués dans l’enquête criminelle », a-t-il confié à la presse.

M. Calatzis a indiqué que les autorités australiennes et colombiennes collaboraient secrètement contre l’organisation depuis mai 2014.

http://french.xinhuanet.com/societe/2015-03/05/c_134040815.htm

000000000000000000000000000000000000000

INDE: 3 gardes-frontières blessés par des trafiquants de drogue à la frontière pakistanaise


Publié le 2015-04-11 à 15:28 | french.xinhuanet.com

NEW DELHI, 11 avril (Xinhua) — Trois gardes-frontières indiens ont été blessés vendredi dans un échange de coups de feu au poste de contrôle frontalier près d’Amritsar, dans l’Etat du Punjab (nord), avec des trafiquants de drogue se trouvant du côté pakistanais, ont révélé les médias locaux.

Les soldats blessés ont été hospitalisés après avoir été touchés dans un échange de coups de feu samedi matin avec des trafiquants se trouvant du côté pakistanais, a rapporté l’agence de presse Indo-Asian News Service (IANS), citant des officiels locaux.

La frontière indo-pakistanaise dans le Punjab est apparemment fréquentée par des trafiquants de drogue indiens et pakistanais, et représente la voie principale du transport de drogues vers l’Inde.

Les gardes-frontière indiens ont jusqu’ici saisi près de 125 kg d’héroïne le long de la frontière du Punjab avec le Pakistan cette année, et la moitié rien que dans la zone d’Amritsar. Un total de 360 kg d’héroïne a été saisi l’année dernière à la frontière avec le Pakistan par les troupes indiennes.

http://french.xinhuanet.com/societe/2015-04/11/c_134142626.htm

00000000000000000000000000000000000000000000000000

CHINE: fin d’une opération anti-drogue, 133.000 personnes arrêtées

BEIJING, 15 avril (Xinhua) — La police chinoise a arrêté plus de 133.000 suspects pour des crimes liés à la drogue et saisi 43,3 tonnes de stupéfiants lors d’une opération ayant duré cinq mois, ont annoncé mercredi les autorités policières.

La police a également sanctionné environ 606.000 consommateurs de drogue de début octobre à fin mars dans le cadre d’une campagne nationale baptisée « éliminer la drogue dans des centaines de villes », a expliqué le ministre assistant de la Sécurité publique Liu Yuejin, lors d’une réunion marquant la fin de la campagne.

M. Liu a indiqué qu’un « coup sévère » avait été porté aux groupes impliqués dans le trafic de drogue et que les consommateurs de stupéfiants avaient été énergiquement encadrés. Les crimes relatifs à la drogue, tels que les vols, ont également baissé de 20,5% en glissement annuel durant cette période.

La police a cependant payé un lourd tribu, selon M. Liu. Neuf policiers sont ainsi décédés, et 657 autres ont été blessés, dont 76 grièvement, au cours de cette mission. Le ministère a récompensé 60 unités et 100 personnes pour leur travail.

M. Liu a ajouté que le ministère avait lancé en avril une campagne de trois mois en ligne visant à arrêter plusieurs personnes engagées dans les crimes liés à la drogue sur Internet.

http://french.xinhuanet.com/societe/2015-04/16/c_134154601.htm

00000000000000000000000000

TURQUIE: la police turque a saisi 600 kg d’héroïne à Keban, ville située dans la province d’Elazig


Turquie : saisie de 600 kg d’héroïne

ANKARA, 12 avril (Xinhua) — La police turque a saisi 600 kg d’héroïne dans l’est de la Turquie, la plus grande quantité saisie dans le pays en 2015, a rapporté dimanche la chaîne NTV.

La police turque a lancé samedi une opération à Keban, une ville située dans la province d’Elazig, confisquant 600 kg d’héroïne dans un camion, qui était parti de la province de Van (est) à destination de la ville côtière d’Istanbul, a fait savoir le gouverneur d’Elazig, Murat Zorluoglu.

Un trafiquant présumé a été arrêté dans le cadre de cette opération, a ajouté ce responsable.

La Turquie sert depuis longtemps de point de transit clé sur la route de contrebande de drogue reliant l’Asie, le Moyen-Orient et l’Europe.

http://french.xinhuanet.com/societe/2015-04/12/c_134144332.htm

000000000000000000000000000000000000

 

CHINA: Hong Kong Customs seizes suspected cocaine at airport

The Government of the Hong Kong Special Administrative Region of the People's Republic of China | 中華人民共和國香港特別行政區政府April 2015

Hong Kong Customs seized about 5.2 kilogrammes of suspected cocaine with an estimated value of about $5 million at Hong Kong International Airport yesterday (April 2) and arrested an incoming female passenger.

Customs seized suspected cocaine from the laptop bags.The female passenger arrived in Hong Kong from Burundi via Nairobi, Kenya yesterday. During customs clearance, Customs officers found two empty but heavy laptop bags inside the female’s baggage. This aroused their suspicion. Under X-ray examination, suspicious images appeared. Subsequent in-depth inspection led to the discovery of the suspected cocaine.

The arrested female was 26 years old and claimed to be a teacher. She will be charged with one count of trafficking in a dangerous drug and will appear at Eastern Magistrates’ Courts tomorrow (April 4).

Under the Dangerous Drug Ordinance, the maximum penalty for drug trafficking is life imprisonment and a fine of $5 million.

Customs seized suspected cocaine from the laptop bags.
Customs seized suspected cocaine from the laptop bags.

00000000000000000000000000000000000000

HAITI (Wharf Jérémie): saisie de 77kg de cocaïne et 10 kg d’héroïne à bord du navire « MV Manzanares »


Wharf Jérémie (Cité Soleil)

16/04/2015 09:28:28

Haïti - Justice : Importante saisie de stupéfiantsMardi dans un port local (Wharf Jérémie, situé dans la commune de Cité Soleil), la Brigade de Lutte contre le Trafic des Stupéfiants (BLTS) avec la « Drug Enforcement Agency » (DEA) des États-Unis et la Police des Nations Unies (UNPol) a saisi 77kg de cocaïne et 10 kg d’héroïne à bord du navire « MV Manzanares » battant pavillon panaméen, qui transportait un chargement de sucre en provenance de la Colombie. La valeur de revente de cette saisie est évalué à environ 10 millions de dollars américains.

Selon le Commissaire Garry Desrosiers, Porte-parole adjoint de la Police Nationale d’Haïti (PNH), plusieurs membres de l’équipage du navire ont déjà été arrêtés, précisant que la fouille se poursuivait et que cela prendra encore un peu de temps pour terminer l’inspection de ce navire qui mesure 113.2 m X 16.4 m.

HL/ HaïtiLibre

source: http://www.haitilibre.com/article-13617-haiti-justice-importante-saisie-de-stupefiants.html

00000000000000000000000000000000

DEA (Drug Enforcement Administration): DEA arrests 10 in marijuana trafficking case in El Paso region

DEADrug Enforcement Administration agents arrested 10 people during raids Monday morning in connection with marijuana trafficking rings in El Paso, Lubbock and the Roswell area, officials said.

A ring allegedly led by Rodolfo Lopez, 31, is accused of transporting marijuana from El Paso to Lubbock and Roswell, DEA officials said.

Lopez, who has not been arrested and is considered a fugitive, was among 12 people indicted on federal drug and money laundering charges following a multi-agency investigation that began in October, DEA officials said.

DEA officials said that the investigation into the ring allegedly lead by Lopez then expanded into two smaller drug rings that allegedly transported marijuana to Lubbock through Chaves and Eddy counties in southeastern New Mexico.

Documents show that five people were arrested in El Paso. They are:

Mayra Elizabeth Martinez-Giron, 24, Christian Hugo Contreras, 32, Claudia Berenice Hernandez, 33, Omar Ortiz, 44, and Antonio Arreola-Herrera, 31.

In Roswell, authorities arrested Hugo Alejandro Lopez-Tellez, 27, Douglas K. Mayes, 52, and Arthur Luna, 46.

Officials arrested Andrew Ocanas Garza, 37, in Lubbock and Jesus Noe Lopez-Tellez, 34, was arrested in nearby Wolfforth, Texas.

DEA agents are still looking for Emmanuel Lopez-Tellez, 31, a Mexican citizen who lives in Juárez, in connection with the case.

By Daniel Borunda

source: http://www.elpasotimes.com/news/ci_27999823/dea-arrests-10-marijuana-trafficking-case-el-paso

0000000000000000000000000000000000000

 

FRANCE (Libourne): 16 kilos de résine de cannabis cachés dans la voiture

Quand la Gendarmerie fait un travail de douanier, ça paye!

Lundi 27 avril 2015 à 17h51

Lundi matin, les gendarmes girondins ont intercepté àLibourne unmonospace pas tout à fait comme les autres. Il a fallu entièrement le désosser pour découvrir à l’intérieur une trentaine de petits pains de résine de marijuana.

Une soixantaine de kilos de résine de cannabis (illustration). Guillaume Ruoppolo © Maxppp

Ce lundi matin, à 6h30, les gendarmes de la Gironde ont intercepté une Renault Espace à Libourne, un véhicule qu’ils ont pris en filature. Il arrivait d’Espagne et s’apprêtait à partir en direction de Paris. Ils soupçonnaient son conducteur d’être à la tête d’un réseau de trafic de drogue.

De prime abord, le monospace n’avait rien de suspect. Mais les gendarmes n’ont pas hésité à le faire démonter entièrement pour trouver ce qu’ils cherchent. Et ils n’ont pas été déçus : une trentaine de petits pains de 500 grammes de résine de cannabis enroulés dans des sacs répartis dans l’habitacle, y compris à l’intérieur du tableau de bord. Au total, 16 kilos de drogue.

 Dix autres personnes originaire de la région ont été arrêtées dans la journée. Toutes sont suspectées d’etre liées de près ou de loin à ce trafic, un réseau qui alimentait en cannabis tout le Libournais depuis des mois. Leur garde-à-vue peut durer jusqu’à jeudi matin, en théorie.
000000000000000000000000000

FRANCE (RTL): Yves Calvi et Jacques Pradel ont reçu le vendredi 6 septembre 2013 : Marc Fievet, infiltré au coeur de la mafia.

 « Le Choix de Yves Calvi » du 6 septembre 2013 en vidéo : pendant six ans, Marc Fiévet était un « aviseur » pour les Douanes Françaises, un agent infiltré dans les plus gros réseaux de trafics de drogue. Lâché par le Directeur de la douane française François Auvigne, un inspecteur des finances lâche et incompétent, qui a refusé d’assumer les décisions prise par ses prédécesseurs.
Marc Fievet se bat aujourd’hui pour faire reconnaître la dérive « juridico-administrative » qui lui a fait faire plus de dix ans de prisons.
 ****
Avec l’intervention de Jean-Henri Hoguet, ancien directeur à la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED).
RTL - Yves Calvi et Jacques Pradel ont reçu le vendredi 6 septembre 2013 :  Marc Fievet, infiltré au coeur de la mafia.

Bonjour à tous ! A la une de L’heure du crime, l’histoire vraie d’un « infiltré », dont la mission était de faire tomber un réseau international de trafic de stupéfiants, et qui se retrouve quelques années plus tard condamné à perpétuité !
 
Cet homme s’appelle Marc Fievet. Il est mon invité. Son nom est peu ou pas connu du public, mais son aventure a inspiré les scénaristes du film « Gibraltar », qui sort mercredi prochain au cinéma.
 
Pendant six ans, il  était connu sous le nom de code NS 55. Il a permis aux services des douanes; qui l’avaient recruté en 1988, de récupérer près de 100 tonnes de stupéfiants !
 
En septembre 1994, un bateau lui appartenant est arraisonné dans l’Atlantique, au large de l’Espagne, avec plus de 5 tonnes de cocaïne. Considéré comme le numéro 2 du réseau, il est condamné à perpétuité, extradé en France où sa peine est ramenée à 20 ans, dont dix ans incompressibles.
 
Depuis sa sortie de prison, Marc Fievet se bat pour être réhabilité. Sa vie a été détruite. Il veut laver son honneur et que l’Etat reconnaisse qu’il était en service commandé !

Jacques Pradel

Invités: Marc Fievet, son avocat, Christophe Pech de La Clause .

Pour écouter:

http://www.rtl.fr/emission/l-heure-du-crime/billet/vendredi-6-septembre-2013-infiltre-au-coeur-de-la-mafia-7764157204

RTL - Yves Calvi et Jacques Pradel ont reçu le vendredi 6 septembre 2013 :  Marc Fievet, infiltré au coeur de la mafia.

Maitre Christophe Pech de Laclause, Marc Fievet et Jacques Pradel à la fin de l émission

00000000000000000000000000000000000

FRANCE (Bercy – Ministère des finances): confidences de NS 55 à bord d’un camping-car…

et

avec Michel Charasse

0000000000000000

BOLIVIA: la policia decomisa 654 kilos de cocaína que tenían como destino la ciudad de Málaga (sur de España)

Fotografía cedida por la Agencia Boliviana de Información que muestra los paquetes con droga decomisados por la Policía de Bolivia, este martes 21 de abril de 2015, en Oruro (Bolivia). EFE

La Paz, 21 abr (EFE).- La Policía de Bolivia decomisó 654 kilos de clorhidrato de cocaína, valorados en 48 millones de dólares, que estaban escondidos en un vehículo que transportaba chatarra a Chile y cuyo destino final era España, informó hoy el Gobierno boliviano.
El ministro boliviano de Gobierno (Interior), Hugo Moldiz, dijo a los medios en la ciudad andina de Oruro que se trata de un « golpe duro » al narcotráfico que se desarrolló el lunes durante un operativo de la Policía boliviana en el puesto de Tambo Quemado, en la frontera con Chile.


La droga estaba distribuida en 623 paquetes tamaño ladrillo « camuflados en el interior de un vehículo que trasladaba chatarra de hierro », según un comunicado del Ministerio de Gobierno.
Según Moldiz, los 654 kilos de clorhidrato de cocaína tienen un valor en el mercado de 48 millones de dólares y tenían como destino final la ciudad de Málaga (sur de España).
El vehículo pertenecía a la Recolectora Menacho, propiedad de un boliviano identificado con las iniciales G.A.M., según el informe.
En la operación policial fueron detenidos seis bolivianos que forman parte de una organización con « conexiones internacionales en Chile y en España », indica el comunicado.
Moldiz declinó precisar de dónde provenía la cocaína y los nombres y las conexiones específicas de la organización en esos dos países, debido a que la investigación sigue abierta.
En lo que va del año, la Fuerza Especial de Lucha Contra el Narcotráfico de Bolivia ha realizado 3.263 operativos, que dejaron casi 11 toneladas de cocaína y 23,2 toneladas de marihuana decomisadas.
La fuerza policial también arrestó a 1.060 presuntos narcotraficantes y confiscó ocho « narcoavionetas ».

FUENTE: http://www.aguasdigital.com/alerta/leer.php?idnota=10730574&efenew=1

0000000000000000000000000000000000000000

CANADA: un importateur de la mafia libéré d’office sous haute surveillance

giuseppe-torre-lors-arrestation-lavalGiuseppe Torre lors de son arrestation à Laval, en novembre 2006, dans le cadre de l’opération Colisée.

Publié le 27 avril 2015 à 20h01 | Mis à jour le 27 avril 2015 à 21h19

Un lieutenant de la mafia qui supervisait les importations de cocaïne à l’aéroport PET durant l’enquête Colisée est libéré d’office tout en étant assujetti à des conditions spéciales par la Commission des libérations conditionnelles du Canada.

Un importateur de la mafia libéré d’office sous haute surveillance »>Giuseppe Torre, 43 ans, qui avait été condamné à 9 ans et quatre mois de pénitencier en 2009 pour deux complots d’importation de 218 et de 38 kilos de cocaïne, ne devra posséder ou utiliser aucun dispositif de communication sans fil, sauf avec autorisation préalable, devra fournir toute information financière et ne pourra communiquer avec toute personne ayant un casier judiciaire ou faisant partie d’une organisation criminelle.

Au cours de sa sentence, Giuseppe Torre a tenté à deux reprises d’obtenir sa libération conditionnelle, en vain.

Durant l’enquête Colisée, Torre s’était retrouvé au centre d’un litige lorsque les dirigeants de la mafia, qui attendaient une importation de 118 kilos de cocaïne, se sont rendus compte que 100 kg avaient été ajoutés à leur insu, les responsables de cet ajout ne voulant vraisemblablement pas payer de taxes à l’organisation sur les kilos supplémentaires.

Devant les commissaires aux libérations conditionnelles, Torre a assuré que ce litige était aujourd’hui réglé.

C’est la cellule dirigée par Giuseppe Torre qui a notamment corrompu la douanière Marilyn Béliveau également accusée dans l’enquête Colisée.

Torre a oeuvré dans l’immobilier commercial durant plusieurs années et n’a pas toujours payé ses taxes et ses impôts, soulignent les commissaires aux libérations conditionnelles.

«Vous n’avez pas d’antécédent criminel mais votre association avec le crime organisé traditionnel italien (COTI) peut laisser croire à l’existence d’une criminalité cachée à travers les années. Selon l’information à votre dossier, il s’agit d’une criminalité de choix, nettement organisée et structurée», écrit la Commission des libérations conditionnelles du Canada dans une décision rendue le 14 avril.

Daniel Renaud

La Presse

00000000000000000000000000000000000000000000000

BRÉSIL: coke en stock (XCII)

Il nous reste encore un avion, dont des lecteurs attentifs ont signalé l’absence dans la série. En fait d’absence, c’est un oubli volontaire de ma part, car cet appareil nous amène ailleurs que dans les pays visités jusqu’ici. Le Brésil, jusqu’ici épargné par mon enquête, pour une raison simple : je ne peux pas tout évoquer, et il faut bien mettre des sujets en retrait, pour mieux les traiter après, d’autant plus que ce pays est un arrivant plus récent que les autres dans la course à la production, même s’il sert depuis plus longtemps de relais, comme le fait le Venezuela. Sao Paulo sombre dans le crack, pourtant, car c’est le produit le plus abordable. Dans le pays, c’est en effet la consommation qui a fait un énorme bon en avant… hélas. Tout le monde le confirme. Il faut bien aller chercher la drogue… au Venezuela ; ou bien la porter… au Mexique, dans ses pays limitrophes. C’est à quoi s’échinent plusieurs pilotes.

Revenons donc sur notre appareil « oublié ». Pas par notre désormais célèbre ministre Padrino, il est vrai, qui en avait fait aussitôt un tweet, comme à son habitude, dès le 10 avril 2014. Affirmant selon lui de façon bien prétentieuse que « les narcotrafiquants ne respectaient pas la souveraineté du pays », sous-entendant que l’avion, encore une fois, avait été abattu…  Le communiqué paru dans le Latin American Tribune le 12 avril 2014 suivant était lui ainsi rédigé : « Brasilia – Un jet privé qui a décollé du Brésil et est entré dans l’espace aérien vénézuélien avec son transpondeur désactivé a été intercepté par la force aérienne de la nation andine,a déclaré vendredi l’armée brésilienne. L’avion, un Learjet 25, a quitté le Brésil jeudi sans plan de vol approuvé (…) À un certain moment entre le décollage et l’entrée dans l’espace aérien du Venezuela, le transpondeur de l’avion a été désactivé, en violation des règles de l’aviation internationale, selon la déclaration. Les forces armées vénézuéliennes ont forcé l’avion Learjet à atterrir sur le soupçon d’être utilisé pour des « activités illicites », a déclaré la force aérienne du Brésil. Les autorités brésiliennes enquêtent sur les occupants de l’avion, a indiqué le communiqué ». Sur le blog de Padrino, certains s’étonnaient déjà de ne pas voir d’immatriculation, d’autres évoquant déjà le fait que l’appareil s’était posé et avait été incendié après….

Un bloggeur moqueur retrouvait vite l’appareil, le Learjet 25D PT-OHD brésilien, un avion ancien (il date de 1979, c’est l’ex : N712RW, N712SJ, N55DD, N55MJ) photographié ici également en 2007 à Florianopolis, sur l’île de Santa Catarina, ici dans une plus ancienne livrée d’une bonne dizaine d’années. L’appareil aurait décollé le 10 avril du Belem/Val-de-Cans-Julio Cezar Ribeiro International Airport (ici en photo à cet endroit) . L’avion n’avait pas été enregistré depuis le 21 octobre 1998, la dernière fois chez Superjet Aerotaxi Ltda, une firme effectivement installée à Florianopolis, sur l’aéroport local d’Hercilio Luz.  L’avion appartiendrait à un dénommé Valdir Coronel Salinas, et l’avion serait en fait parti de Breves, exactement, une piste de décollage située a 222 km de Belém et aurait survolé la Guyana, donc pour se rendre au Venezuela. Dans ses registres, le petit Learjet référencé 296 a appartenu aussi à Tupy Taxi Aereo Ltda, détenteur d’un M-8 Mitsubishi. L’appareil est surtout apparu en janvier 2014 comme étant en vente, à Fioranopolis, dans l’Etat de Santa Carina, au prix de 900 000 dollars.

Notre vaillant ministre vénézuélien Padrino avait déjà tweeté l’arrivée d’un autre appareil du même type, un Learjet 35 cette fois, à moteurs Garrett TFE731-2 à la place des General Electric CJ610 du modèle précédent. La photo qu’il avait alors tweeté était plutôt étrange : on y voyait deux colonnes de fumées sortant tout droit de hublots cassés, l’avion étant encore sur ses roues, posé près de San Fernando de Apure. Il en avait fait également une intervention télévisée, montrant l’appareil saisi selon lui le 30 novembre 2013. L’intervention mêlait en diapositives deux avions, un Beechcraft 90 et un Learjet, dont on montrait l’immatriculation bien visible : N175BA. Or on pouvait facilement se rendre compte que ce n’était qu’un faux numéro, fait rapidement au ruban adhésif. Un numéro qui était celui d’un Learjet décommissionné en 1988 !!! le PT-LKQ de Pollux Taxi Aereo Ltd en fait, « scrappé » le 9 juillet 1989. En revanche, des observateurs remarquaient vite les couleurs de l’avion, celle du Learjet PT-XLI (numéro de série 35A-299), qui avait été interdit de vol, n’ayant pas réussi à passer les tests de la Annual Maintenance Inspection (IAM). Un appareil appartenant jadis à la First Security Bank of Utah (Trustee) mais devenu Lider Taxi Aero SA…

Des Learjet brésiliens ? Ce n’est pas ce qui manque en effet, avec la firme Lider, une société de taxi aérien a créé le 12 Novembre 1958 à Belo Horizonte, avec au départ trois petits Cessna 170A monomoteur à quatre places, avant de passer au Beech 18 bimoteur, puis trois Aero Commander 500B et avant d’importer le premier jet d’affaires au Brésil, le Learjet 24, dont elle est devenue le représentant au Brésil. Un homme d’affaire bien particulier lui en acheté… beaucoup. Il s’appelle Nelson Almeida Taboada, c’est le quatrième fils de Joseph Vidal Taboada, patriarche de dynastie de Bahia, et dans un livre dédié à l’imposante famille d’industriels, on le voit parader dans les années 70 dans son premier Learjet, le PT-LBJ. L’homme est un ancien coureur automobile (sur Volkswagen Cocinelle dopée !), qui s’est lancé dans la céramique puis dans l’agriculture extensive à la brésilienne, avec notamment Terra Norte Empreendimentos Rurais e Comerciais S.A, qui occupe d’énormes superficies agricoles, là-bas… L’industriel, qui adore collectionner les diplômes d’honneur, semble avoir énormément d’emprise sur le pouvoir, au point d’obtenir en 2010 une dérogation pour faire voler ses anciens Learjets devenus trop bruyants. Et lorsqu’on découvre le document qui le précise, on reste bouche bée devant le nombre de Learjets lui appartenant :  soient les PT- LQK, PT-LMM, PT-LBW, PT-ISO, PT-OHD, PT-IIQ (mis en vente en 2011 après 11 303 heures de vol et .. 10 142 atterrissages, preuve qu »il évoluait plutôt en « régional », PT-JKQ, PT-LEA, PT-LEN, PT-LKD, PT- LNN, PT-LMS (photographié ici en train de s’amuser ou de démontrer que les pistes de terre ne lui font pas peur, à Cascavel par exemple) et pour finir, dit le texte, l’avion PT-LUZ, à la superbe décoration noir bleu-nuit.. Treize Learjet, dont… notre fameux PT-OHD, pourtant jamais apparu comme enregistré chez Terra Norte !!! Notre industriel se targue d’avoir développé toute une région, en précisant que dans sa plus grande ferme a été construit une piste de 2500 mètres de long ! La « réserve » d’anciens Learjet est donc conséquente au Brésil !!

D’autres appareils se sont posés du Brésil, et ce n’est pas un hasard en effet : le pays est en plein développement. Le marché brésilien en effervescence repose désormais sur un cartel qui lui est propre, qui fait craindre pour la prochaine coupe du monde de 2016, étant donné la violence engendrée et le taux élevé d’armement des trafiquants. La frontière bolivienne étant particulièrement sensible. Mais c’est la géographie et l’histoire du pays qui déterminent ce trafic, orienté à la fois vers le Mexique, mais aussi vers l’Afrique rappelle America’s Quartely  : « alors que le géant sud-américain ne produit pas de cocaïne, son vaste littoral de 10, 500 miles (17 000 kilomètres) de frontières faiblement surveillées (plus de la moitié est de la jungle) présente une opportunité intéressante pour les trafiquants. Dix pays partagent des frontières avec le Brésil, dont les trois plus grands pays de la cocaïne pays producteurs (Bolivie, Colombie et Pérou) et l’un des plus grands producteurs de marijuana (Paraguay). En outre, la relation de plus en plus le commerce légitime entre le Brésil et l’Afrique a ouvert un nouveau corridor pour le trafic illicite. Le commerce avec ce continent atteint 17,2 milliards de dollars en 2009. Ce n’est pas par hasard que dans la même année, le Brésil est également devenu le principal point d’origine de cocaïne expédiée à l’Afrique ». L’article citant l’Angola et le Nigeria comme points d’expéditions privilégiés.

L’excellent site Insight Crime pointe les faiblesses évidentes du pays dans le domaine de la lutte contre les cartels de drogue :  « le système juridique du Brésil est lent, corrompu et inefficace. En 2012-2013, selon le Global Competitiveness Report du Forum économique mondial, le Brésil est placé 71 sur 144 pays pour son indépendance judiciaire. Seulement 8% des cas d’homicides annuels du Brésil sont résolus, selon les chiffres officiels. Il y a partout un mélange de tribunaux fédéraux et régionaux, que ce soient des tribunaux militaires, pour le travail ou les questions électorales, tandis que le plus haut tribunal du pays est la Cour suprême fédérale (Cour suprême). Les prisons du Brésil sont surpeuplées, avec des détenus gardés dans des conditions terribles. Les plus grands groupes criminels, traite notamment du Red Command et le PCC, ont été fondés dans les prisons. Leurs dirigeants effectuent le trafic de drogue, les enlèvements et les schémas d’extorsion de l’intérieur. Les prisons fonctionnent à 170%t de leurs capacités, avec une population de 550 000 détenus en 2012. On estime de 3 80 000 à 9 500 .000 armes à feu illégales au Brésil, et 5,2 millions d’armes à feu enregistrées. La plupart des armes sur le marché noir sont soupçonnés d’avoir été fournies par l’industrie légale des armes du Brésil, le deuxième plus grand dans l’hémisphère occidental. La disponibilité généralisée des armes illégales a contribué au nombre élevé de décès par armes au Brésil, qui se élèvent à environ 70 pour cent de tous les homicides ».

C’est encore InSight Crime qui a révélé en novembre dernier l’organisation du trafic brésilien. L’origine se situait à Sinop, a 503 km de Cuiaba, d’où partaient des avions vers le Honduras, tel celui-ci, un Piper PA-31T Cheyenne II bien reconnaissable retrouvé crashé dans un champ dans la région d’Olancho. A bord, on avait trouvé 600 kilos de cocaïne. L’avion arborait un petit drapeau colombien, alors qu’il présentait un enregistrement brésilien. Un Cheyenne peut emporter 226,7 kg de bagages seulement, au départ, malgré ses 5,73 m3 de capacité d’emport (ici la soute d’un Chieftain). Autrement dit, l’avion était… plein de cocaïne  ! Le procédé était bien rodé  : « La police, qui a commencé à étudier l’organisation en 2011, estime que près d’une tonne de cocaïne a été expédiée chaque mois à partir de la région vénézuélienne de l’Apure, à la frontière colombienne et dominé par les Forces armées révolutionnaires de Colombie, ou FARC, au Honduras au profit des cartels de la drogue mexicains. Le réseau criminel basé au Brésil achetait des avions dans ce pays et modifiait leurs codes d’identification, les adaptaient pour transporter des marchandises et le utilisaient pour expédier des drogues en provenance du Venezuela vers le Honduras. Les avions étaient alors abandonnés. Les membres de l’organisation retournaient ensuite au Brésil sur des vols commerciaux… »

Au Honduras, des jets peuvent aussi faire l’affaire. Et celui apparu de façon totalement inattendue le 15 août 2013 sur l’aéroport de Roatan peut aussi y postuler. « Apparemment, les pilotes ont fait irruption certains règlements aériens internationaux et ont ensuite quitté l’avion sur la piste, donc on a donné l’ordre d’envoyer l’appareil à la base militaire pour la recherche », a déclaré le colonel Javier Barrientos » L’avion est alors effectivement renvoyé et parqué à de la Ceiba, sur la base militaire Héctor Caraccioli Moncada, où il est photographié. Des agents de la Direction de Lutte contre le trafic de drogues et tests de toxicologie seront déployés pour déterminer si des drogues ou d’autres substances interdites ont été transportés dedans. « L’avion poursuivra sa détention pendant la durée du processus de recherche. Les résultats des tests réalisés restent à déterminer « , a déclaré le militaire. Selon l’accusation, le jet de luxe était piloté par Luis Lozano et Mark Gordon Solís, qui ont été détenus à Roatan. Les autorités n’ont pas déterminé leur nationalité, bien que les deux sont des résidents américains » pouvait-on lire. L’avion porte sur le flanc avant, bien visible, le nom de ses propriétaires : l’Aero Group. Il porte l’immatriculation N95IRK. Celui-là, on en reparlera bientôt, si vous le voulez bien…

Un autre appareil aussi, venu du Brésil mérite toute notre attention. Un Beechcraft 90 blanc, doré et vert photographié ici par Luis Augusto B. Fernandes le 6 mars 2009… oui vert, et non bleu comme on peut l’imaginer parfois. On l’avait aperçu à Curitiba Bacacheri, une station balnéaire réputée où l’armée brésilienne avait un aéroport militaire et une base pour former ses cadets (la Escola Paraense de Aviação). Mais ce n’est pas là qu’il deviendra célèbre, mais au Venezuela…   une station balnéaire pour personnes riches, semble-t-il : le 8 nov 2012, un Piper PA-31T2-620 Cheyenne IIXL de Táxi Aéreo Hércules, immatriculé PT-MFW, s’y écrasait un peu avant de se poser à l’aéroport, à Capivara dos Monfron, une zone durale de d’Almirante Tamandaré. A bord, il y avait Leandro Ferreira dos Santos ; un employé de la Brink’s ; mort avec les deux pilotes. Un passager, retiré blessé des débris, décédera un peu plus tard. L’avion transportait 5,5 millions de dollars… Et il y en a d’autres encore, à examiner…

 http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coke-en-stock-xcii-direction-le-165760

0000000000000000000000000000000000000000000000000

MARTINIQUE (aéroport Aimé Césaire): les douaniers trouvent 7 kilos de cocaïne dans deux cubis et une bouteille de rhum

Vendredi soir (24 avril) à l’aéroport Aimé Césaire, au Lamentin, les douaniers repèrent un homme de cinquante ans qui s’apprête à prendre un vol pour Paris. Comme le veut la procédure, ses bagages font l’objet d’une fouille méthodique et les soupçons des douaniers se confirment.
De la cocaïne dans des cubis de rhum

Plus de sept kilos de cocaïne sont retrouvés dans deux cubis et une bouteille de rhum. Le quinquagénaire joue visiblement le rôle d’une mule. Un terme qui s’applique aux passeurs de stupéfiant, qui traversent les frontières, en transportant de la cocaïne produite en Amérique du sud vers l’Europe, et la France en particulier.

L’homme, qui habite en région parisienne, se dit surpris par cette découverte. A ce stade il est présumé innocent d’autant que les mules ne savent pas toujours forcément qu’elles transportent des stupéfiants, parfois le produit est introduit dans leurs bagages à leur insu. La marchandise est saisie et le quinquagénaire remis aux autorités judiciaires.

Nouvelle saisie

Dans la journée de samedi (25 avril), les douaniers ont saisi un kilo de cocaïne à l’arrivée d’un colis au fret de l’aéroport du Lamentin. La marchandise a été saisie mais le destinataire du colis n’a pas été arrêté pour l’instant.

source: http://martinique.la1ere.fr/2015/04/26/un-voyageur-arrete-l-aeroport-avec-de-la-cocaine-dans-des-recipients-de-rhum-251039.html

0000000000000000000000000000000

BOLIVIA: el coronel Germán Cardona (militar exiliado en España) acusa a Quintana de encabezar el “Cártel de las Estrellas”

veja

En una entrevista publicada hoy por la revista brasileña Veja, titulada “Los aviones de la cocaína”, el coronel Germán Cardona afirma que el ministro de la presidencia Juan Ramón Quintana encabezaría el denominado “Cártel de las Estrellas”, que el militar exiliado en España define como “un apéndice del Cártel de los Soles de Venezuela”.

Cardona indica que el “Cártel de las Estrellas” estaría integrado por altos oficiales militares y policiales de Bolivia, y agrega que los “aviones de la cocaína”, que según dice parten del aeropuerto de Chimoré en El Chapare, serían “un negocio montado entre Morales y Maduro”.

El militar también incluye en el tema al vicepresidente Álvaro García Linera y su hermano Raúl.

Cardona asevera que al aeropuerto de Chimoré “no entran las Fuerzas Armadas” y que el mismo estaría bajo el control de “grupos municipales”.

En otro tramo de la entrevista, el coronel advierte que el Movimiento Al Socialismo estaría creando una “fuerza armada paralela”, con armamento llegado en los vuelos venezolanos que incluiría fusiles Kalashnikov y misiles antiaéreos.

veja 2

– See more at: http://eju.tv/2015/04/veja-cardona-acusa-a-quintana-de-encabezar-el-cartel-de-las-estrellas/#sthash.VBeYqpPz.dpuf

000000000000000000000000000000000000000000

ESCOCIA: DNRED* (Aduanas francesas) permite decomisar más de 2 toneladas de cocaína frente a las costas

PARÍS
25 de Abril de 2015

La marina británica se incautó el jueves de más de dos toneladas de cocaína a bordo de un remolcador inspeccionado al este de Escocia en base a informaciones facilitadas por DNRED de Francia, anunció este fin de semana el servicio de aduanas francés.

Las aduanas francesas « trasladaron informaciones precisas que permitieron a dos buques de la Royal Navy y de los guardacostas británicos inspeccionar un remolcador a 100 kilómetros al este de Escocia, que transportaba una importante cantidad de cocaína, superior a las dos toneladas », declaró en un comunicado.

La embarcación, detectada por los investigadores de las aduanas francesas a mediados de abril cuando abandonaba las Islas Canarias (España) rumbo al norte de Europa, transportaba « una importante cantidad de cocaína, superior a las dos toneladas », precisó.

El valor de la mercancía decomisada a bordo « aún debe determinarse », así como la cantidad exacta de cocaína hallada, precisó en un comunicado la agencia británica de lucha contra el crimen organizado, NCA.

La droga se encontró a bordo del « Hamal », un remolcador con bandera de las Islas Marshall y operado por una compañía ucraniana.

Después de las Islas Canarias, el trayecto del barco, que rodeó las Islas Británicas por el oeste al margen de las rutas marítimas habituales, levantó sospechas sobre « un cargamento de cocaína procedente de América Latina » a bordo, precisó el servicio de aduanas francés.

La fragata británica « HMS Somerset » y el patrullero de los guardacostas « Valiant » interceptaron el « Hamal » al este de Aberdeen (Escocia).MV Hamal

Los nueve miembros de la tripulación, de nacionalidad turca y de 26 a 63 años, se encuentran detenidos a la espera de comparecer ante un tribunal de Aberdeen el próximo lunes acusados de narcotráfico, según la NCA.

En junio de 2011, una operación franco-británica condujo al hallazgo de 1,2 toneladas de cocaína a bordo de un yate en Southampton, en el sur de Inglaterra.

Las incautaciones mundiales de cocaína pasaron de 634 toneladas en 2011 a 671 toneladas en 2012, según un informe sobre drogas publicado en 2014 por Naciones Unidas.

Los tres principales países productores -Perú, Colombia y Bolivia- producen unas 1.000 toneladas anuales en total, cuya cuarta parte está destinada a Europa.

fuente: http://www.eluniversal.com.co/mundo/decomisan-mas-de-2-toneladas-de-cocaina-frente-las-costas-de-escocia-191727

*DNRED: Direction Nationale de Renseignements et d’Enquêtes Douanières

00000000000000000000000000000000

COLOMBIA: decomisan 295 kilos de cocaína

Foto: Mebar

Policías hallaron 177 kilogramos en un bus, en la Circunvalar.

Las autoridades incautaron 295 kilos de cocaína en la Costa y capturaron a los presuntos custodios de la droga, en operativos realizados entre sábado y domingo.

Uno de los decomisos se registró en un bus interceptado por la policías en la avenida Circunvalar con carrera 38, entrada a Barranquilla por el noroccidente. “Se conoció de un movimiento para transportar el estupefaciente hacia la ciudad”, informó la Policía en un comunicado.

En la inspección al bus, los agentes descubrieron un doble fondo en el piso donde había varias ‘panelas’ con 177 kilos de cocaína. En la verificación de documentos del vehículo también se encontraron irregularidades.

Los uniformados capturaron a tres sospechosos de transportar el alucinógeno. En las indagaciones de la Dijín de la Policía, con  apoyo de la agencia antidrogas de Estados Unidos (DEA).

El organismo nortamericano facilitó información de una banda que produce la cocaína en laboratorios ubicados en departamentos como Antioquia y Norte de Santander, y luego la trafica hacia Barranquilla.

En esta y otras capitales de la Costa, la red viene acopiando varios cargamentos para enviarlos desde puertos aeropuertos hacia Centroamérica, indican las autoridades, “para luego transportarla a Estados Unidos”.

EN UNA LANCHA

La Armada Nacional informó que en el Mar Caribe fue interceptada una lancha rápida, y fueron detenidos los cuatro tripulantes y confiscados 178 kilos de cocaína. Este decomiso también fue posible por información de las autoridades de Estados Unidos.

Un avión de la Fuerza Aérea localizó en altamar la embarcación go fast, que transitaba al norte de la Isla de Serranilla, jurisdicción de la Isla de San Andrés.

fuente: http://www.elheraldo.co/judicial/decomisan-295-kilos-de-cocaina-192916

00000000000000000000000000000000000000000000

FRANCE: les narconews du 27 avril 2015

DOUANE FRANÇAISE
Sud Ouest
Bordeaux : les deux kilos de cocaïne étaient cachés dans le cacao

‎Ils ont été interpellés à la réception du colis qui contenait en fait plus de deux kilos de cocaïne cachée dans les noix évidées. Remis par les douanes aux enquêteurs de l’antenne bordelaise de l’Office central pour la répression du trafic illicite des

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

GENDARMERIE NATIONALE

Le Dauphiné Libéré
Dix personnes incarcérées pour trafic de cocaïne

‎C’est un trafic de cocaïne implanté dans le secteur de Sisteron et touchant également les Hautes-Alpes que les gendarmes indiquent avoir démantelé. Les militaires de la brigade de recherches de Forcalquier se sont d’abord intéressés à un Sisteronais.

000000000000000000000000000000000000000000000000

COLOMBIA: duro golpe al narcotráfico – Cayeron más de 70 miembros del Clan Úsuga

https://berthoalain.files.wordpress.com/2009/10/colombie.gifLos detenidos están acusados por delitos como homicidio, extorsiones, narcotráfico y prostitución de menores. Las autoridades consideran que están cerca de capturar al líder « Otoniel » y desmantelar a la banda criminal

Un total de 72 miembros de la banda narcotraficante Clan Úsuga fueron capturados durante un megaoperativo que se llevó a cabo esta semana en distintos puntos de Colombia, en lo que ha sido un intento por cercar al líder de la organización, Dario Úsuga, alias « Otoniel ». De ellos, 65 eran requeridos por delitos como homicidio, extorsiones, narcotráfico y proxenetismo.

Según informó la Policía, entre los detenidos hay seis hombres que comandaban las operaciones de la banda, así como funcionarios públicos que facilitaban información a los criminales y una mujer que captaba menores de edad para que prestaran servicios sexuales a los líderes del clan

La operación policial comenzó el martes por la madrugada, de acuerdo con el diario colombiano El Tiempo, y se realizó en paralelo en los departamentos de Antioquia, Chocó, Valle del Cauca, Sucre, Córdoba y Atlántico, situados en el oeste y norte del país. También fueron incautadas armas de fuego, computadoras y memorias virtuales, que según la Policía contienen « importante información sobre las acciones ilegales del clan ».

En las últimas semanas, las autoridades han mantenido una ofensiva permanente contra el Clan Úsuga, la principal banda criminal de Colombia, luego de que en marzo el presidente Juan Manuel Santos ordenara aumentar las recompensas por información que lleve a la captura de sus líderes. En especial, las operaciones van dirigidas a dar con el paradero de « Otoniel », el cabecilla del grupo y con cuya captura las autoridades esperan desmantelar grupo.

El ministro de Defensa, Juan Carlos Pinzón, evaluó la operación y aseguró que dejó al Clan al borde de la fractura. « Buscamos romper de una vez por todas la espina dorsal de la estructura logística extorsionista y de homicidio del Clan Úsuga. Entre los capturados tenemos a alias ‘Lute’, contratista de la Alcaldía de Rio Sucio, a quien se le decomisó una subametralladora con silenciador, y a ‘Yarlington’, un asistente de la Fiscalía señalado de suministrar información de los procesos que se adelantaban en contra del Clan Úsuga », señaló.

El Clan Úsuga, también conocido como Los Urabeños o Autodefensas Gaitanistas de Colombia, surgió tras la desmovilización de unos 32.000 paramilitares de derecha durante el primer gobierno de Álvaro Uribe (2002-2006) y actualmente tiene influencia nacional.

De acuerdo con un informe revelado en marzo por el Alto Comisionado de las Naciones Unidas para los Derechos Humanos, grupos como el Clan Úsuga « son el reto principal en seguridad pública hoy en día » en el país, incluso más que las FARC.

Colombia vive un conflicto armado de más de medio siglo en el que han participado guerrillas, paramilitares y agentes del Estado, y que ha dejado oficialmente al menos 220.000 muertos y más de cinco millones de desplazados.

%d blogueurs aiment cette page :