Archives de 15 décembre 2015

Laurence Donis
14/12/15 – 13h44

Une marque vient de lancer une collection de sacs plus originaux les uns que les autres. Ils ont été créés afin de pouvoir camoufler l’odeur du cannabis.

Voir l'image sur Twitter

These handbags are engineered to hide the smell of your stash http://snip.ly/Qc9u 

 

Tous les femmes l’affirmeront, un sac ne doit pas seulement être joli, il faut aussi qu’il soit pratique. La marque Annabis l’a bien compris et a décidé de pousser le concept encore plus loin. Les designers viennent de créer des sacs spécialement destinés aux femmes qui veulent transporter du cannabis. Fabriqués en cuir, ils sont dotés d’une doublure qui camoufle les odeurs.

C’est à Jeanine Moss et Ann Shuch que l’on doit cette idée. « Encore récemment, les femmes n’étaient pas considérées comme faisant partie des consommateurs par l’industrie du cannabis. On les représentait légèrement vêtues avec des feuilles de cannabis », expliquent les entrepreneuses à Mashable. « Nous pensons que les femmes vont jouer un rôle très important dans la légalisation et l’utilisation thérapeutique du cannabis. Leurs désirs et leurs besoins ne doivent pas être négligés ».

Les pièces de la collection coûtent entre 120 et 295 dollars (entre 109 et 268 euros). Dans les pays où il n’est pas légal de consommer du cannabis, les sacs peuvent être utilisés pour masquer d’autres odeurs entêtantes, comme celle de la cigarette par exemple.

http://m.7sur7.be/7s7/m/fr/1525/Tendances/article/detail/2556113/2015/12/14/Ce-sac-est-concu-pour-masquer-l-odeur-du-cannabis.dhtml

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000

15 dicembre 2015
Grande operazione della polizia anti-narcotici colombiana nel porto di Santa Marta, nel nord del paese. Un carico di di sale diretto in Europa conteneva in realtà 25 tonnellate di cocaina pura, pronta per la vendita sul mercato del vecchio continente. La polizia di Santa Marta nutriva già dei sospetti sulla natura del carico, poiché si trattava della quarta esportazione consecutiva effettuata dallo stesso trasportatore. Ogni anno dal porto colombiano passano all’incirca 150 mila container, di cui solo il 20% viene ispezionato. –

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000

Julien Constant | Publié le Lundi 14 Déc. 2015

Illustration. Sept hommes, âgés de 25 à 50 ans, sont mis en cause dans un vaste trafic de résine de cannabis entre le Maroc et Trappes. Leur cargaison de 300 kg de résine a été interceptée sur l’A10, comme l’avait été l’été dernier celle d’autres trafiquants, originaires du Mantois (notre photo). (DR.)

C’est une belle saisie. Près de 300 kg de résine de cannabis qui devaient alimenter les cités de Trappes, ont été interceptés par les enquêteurs de la brigade des stupéfiants de la police judiciaire de Versailles. Sept hommes, âgés de 25 à 50 ans, devraient être mis en examen, ce lundi soir, par un juge d’instruction de Versailles pour trafic et importation de résine de cannabis. Ils sont soupçonnés d’avoir participé et mis en œuvre, depuis un an, un juteux trafic de drogue entre le Maroc et Trappes, via Dreux (Eure-et-Loir).

Dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, les policiers de la PJ ont intercepté sur l’autoroute A 10, non loin d’un péage, un convoi de trois véhicules qui circulaient à une heure d’intervalle. « Dans un fourgon aménagé, 270 kg de résine de cannabis conditionnés dans des valises étaient dissimulés sous le plancher », précise une source proche de l’affaire. Les quatre occupants des véhicules sont interpellés, puis trois autres hommes, dans la foulée, à Dreux. Le groupe d’intervention régional (GIR) d’Eure-et-Loir a été chargé du volet financier de l’enquête qui devrait permettre d’identifier et saisir les biens acquis avec l’argent de la drogue.

Les policiers travaillent sur cette affaire depuis plus d’un an. « Leur attention a été attirée par un renseignement anonyme désignant plusieurs trafiquants de Dreux qui se fournissaient régulièrement en Espagne en cannabis marocain », ajoute une autre source. Les forces de l’ordre les ont surveillés et suivis durant plusieurs mois.

« Certains sont déjà des trafiquants chevronnés et d’autres, comme le conducteur du fourgon, n’avaient jamais eu affaire à la justice, confie la même source. Ils utilisaient notamment des téléphones cryptés ». Une fois à Dreux, le cannabis était revendu à des dealeurs de Trappes.

Les policiers de la PJ espéraient réaliser une saisie beaucoup plus importante, un autre chargement de 400 kg de résine acheminés dans un camion de cornichons étant également identifié. Mais ce dernier a été intercepté en Espagne… par un gang de faux policiers arrêtés dans la foulée par les vrais fonctionnaires Ibériques.

Les quatre premiers suspects ont été écroués durant le week-end. Les trois autres devraient comparaître dans la soirée devant le juge de la détention.

http://m.leparisien.fr/trappes-78190/les-300-kg-de-cannabis-interceptes-sur-l-a10-etaient-destines-a-trappes-14-12-2015-5371499.php

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000

di Piero Innocenti(15 dicembre 2015) E’ noto come gran parte del denaro sporco da ripulire provenga dal traffico degli stupefacenti che, nella graduatoria mondiale, occupa, da tempo, il secondo posto, subito dopo il petrolio e prima del commercio di armi. La Banca d’Italia, nell’ottobre 2011, valutava in circa il 10% del Pil il quantitativo di denaro “ripulito” ogni anno, indicando la ragguardevole cifra di oltre 150 miliardi di euro. Stime Eurispes e dell’Osservatorio Confesercenti, a giugno del 2011, valutavano in 110 miliardi di euro il fatturato delle mafie italiane. A livello mondiale, secondo il Fondo Monetario Internazionale (FMI), il riciclaggio si attesterebbe intorno al 5% del Pil. Negli Stati Uniti, i traffici di droga producono tra i 150 e i 200 miliardi di dollari l’anno. Con la sola cocaina, nel mondo, si movimentano circa 350 miliardi di dollari.

In Italia, nel 2008, il mercato delle droghe, avrebbe fruttato circa 60 miliardi di euro sul totale di 170 miliardi dell’economia illegale ai quali vanno aggiunti i 250 dell’economia sommersa di cui 100 di tasse evase (Irpef, Ires, Irap, Iva, altre indirette, contributi sociali e imposte locali). Era quanto documentato dal Sole 24Ore, su dati Eurispes, Istat, Legambiente, Confesercenti-Sos Impresa, Abi, nella edizione del 6 luglio 2009. Situazione ancora oggi non entusiasmante stando al recentissimo rapporto (5 dicembre u.s.) dell’Istat « L’economia non osservata »  che ha valutato in 206 miliardi di euro l’economia sommersa e illegale del 2013 pari, cioè, al 12,9% del Pil nazionale e in aumento rispetto al 2012 (11,7%). Insomma, un quadro delle “attività fuorilegge” in Italia davvero sconsolante. La illusione che qualcosa possa cambiare con la prevenzione, l’inasprimento di sanzioni penali o con la cooperazione internazionale di polizia e di magistratura, si scontra, ogni giorno, con una realtà criminale-mafiosa-finanziaria che appare pressoché invincibile, perché saldata con pezzi delle istituzioni e della politica.

Che il mercato italiano delle droghe vada sempre più a gonfie vele lo conferma il numero dei sequestri operati dalle forze di polizia e dalle dogane nel 2014 (oltre 150 tonnellate di droghe, record assoluto) e nei primi undici mesi del 2015 (più di 70 tonnellate). Un mercato, dunque, che non conosce la crisi di altri settori, e che si intreccia sempre più con un sistema di finanza internazionale sporca, che ha intaccato inesorabilmente le basi di istituzioni bancarie in molti paesi, in alcuni casi determinandone il fallimento. Emblematica, a riguardo,  la “boccata di ossigeno” di circa 350 miliardi di narcodollari ricevuta dalla poderosa Lehmam Brothers dopo il crac, a fine 2008. A tal proposito, si ricorderà la denuncia contenuta in un rapporto presentato il 17 luglio 2012 dal Congresso americano contro la banca britannica Hsbc, le cui filiali avevano “ricevuto”, nel biennio 2007/2008, circa sette miliardi di dollari dai cartelli dei narcos messicani. La banca, pur sapendo della pericolosità dei clienti, aveva consentito loro investimenti, estesi persino a istituzioni finanziarie saudite collegate ad Al Qaeda. Ma, è risaputo che in qualsiasi latitudine “pecunia non olet” e servono a ben poco gli Accordi e le Convenzioni internazionali contro il lavaggio del denaro, soprattutto quando, come in questi anni, c’è uno straordinario bisogno di liquidità.

Con il denaro del narcotraffico, dunque, sono state salvate diverse importanti banche. L’inquietante e perdurante situazione finanziaria internazionale, fanno del nostro paese, dell’Europa intera, un mercato di forte richiamo per le grandi operazioni di riciclaggio e c’è il serissimo pericolo che poteri finanziari mafiosi si stiano impadronendo di vitali settori dell’economia, dalle banche a grandi aziende. Continuare a non affrontare seriamente il problema del narcotraffico e del riciclaggio di denaro ( la Convenzione europea sul riciclaggio del maggio 2005 deve ancora essere ratificata dal nostro paese e il relativo disegno di legge è all’esame della competente Commissione soltanto da poco più di un mese), significa correre il rischio di assistere alla nascita e al consolidamento di veri e propri “narcoStati”. E’ quello che stanno  vivendo paesi come il Messico, la Colombia, il Perù, la Bolivia e del Sud Est asiatico, dove l’incidenza della produzione, del traffico di droghe e del riciclaggio, sull’economia, oscilla, mediamente, tra il 40% (Messico) e il 30% nei restanti paesi. Senza contare che anche negli Stati Uniti si sostiene che se il narcotraffico venisse debellato l’economia americana subirebbe perdite di oltre il 20%. Insomma, si vive una situazione paradossale in cui la liquidità proveniente dall’economia illegale e da quella sommersa è fondamentale alla sopravvivenza dell’establishment di  interi paesi. Se, poi, si pensa al Pil nazionale (non solo italiano) che dallo scorso anno cresce grazie anche alla ricchezza prodotta dal commercio degli stupefacenti, dal contrabbando di sigarette e dalla prostituzione, lo sconforto è totale.

http://www.9colonne.it/106805/finanza-mafiosa-br-e-narcotraffico#.VnATLHbjI0M

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000000000

Coinvolte tre le cosche della Piana di Gioia Tauro. Le accuse vanno dall’associazione mafiosa, al traffico di droga e armi
ANSA

Immagine d’archivio

15/12/2015
“Saggio Compagno” è il nome dell’operazione contro la ’ndrangheta dei carabinieri del Comando provinciale di Reggio Calabria che ha portato all’esecuzione di 37 provvedimenti di fermo. Sono stati emessi dalla Procura antimafia reggina e vede coinvolte tre cosche della Piana di Gioia Tauro.

I reati contestati sono associazione per delinquere di tipo mafioso, porto e detenzione di armi da guerra e comuni da sparo, ricettazione, rivelazione ed utilizzazione di segreti d’ufficio, favoreggiamento personale, traffico e detenzione illeciti di sostanze stupefacenti o psicotrope, estorsione, furto, spendita e introduzione nello Stato, previo concerto, di monete falsificate, danneggiamento seguito da incendio, tutti aggravati dal metodo mafioso.

L’operazione, eseguita con l’ausilio dello Squadrone eliportato Cacciatori «Calabria», è scaturita da indagini avviate nel novembre del 2013 anche sulla base delle dichiarazioni di alcuni collaboratori di giustizia. Le cosche coinvolte sono quelle dei Petullà, dei Ladini e dei Foriglio quali articolazioni autonome dell’associazione per delinquere di tipo `ndranghetistico nota come «locale» di Cinquefrondi, operante nei comuni di Cinquefrondi e Anoia con ramificazioni in tutta la provincia di Reggio Calabria ed in altre province.

«L’attività della cosca, avvalendosi della forza di intimidazione derivante dal vincolo associativo – secondo quanto riferiscono i carabinieri in una nota stampa – era finalizzata al controllo ed allo sfruttamento delle risorse economiche della zona mediante una serie indeterminata di delitti in materia di armi, esplosivi e munizionamento, contro il patrimonio, la vita e l’incolumità individuale, in materia di commercio di sostanze stupefacenti, favoreggiamento latitanti, nonché delitti finalizzati ad acquisire direttamente e indirettamente la gestione e il controllo di attività economiche, in particolare nel settore degli appalti boschivi, ed ogni altra attività illecita».

Nell’ambito della stessa operazione sono stati sequestrati beni mobili ed immobili ritenuti riconducibili ad alcuni degli indagati per un valore di oltre cinquecentomila euro. L’attività investigativa ha permesso, inoltre, nelle sue varie fasi, di procedere all’arresto di otto persone, al sequestro di oltre un chilogrammo di cocaina ed al ritrovamento di numerose armi da guerra e comuni da sparo.

https://www.lastampa.it/2015/12/15/italia/cronache/blitz-dei-carabinieri-contro-la-ndrangheta-arresti-a-reggio-calabria-LbJyz79KGkmmlhAG6O9TmI/pagina.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000

image dediée

Crédits : maxkabakov/iStock
Loi

Un important décret de 17 pages a été publié ce week-end au Journal officiel. Il met en application la loi sur le renseignement en ouvrant les capacités de surveillance administrative à une impressionnante liste de personnes.

 La loi du 24 juillet 2015 pose un principe simple : seuls les services spécialisés du renseignement peuvent utiliser les outils de surveillance (mouchards informatiques, balises, boites noires, sondes, micro, caméra, etc.). Quels sont ces services ? Cette définition a été renvoyée à un décret, donc un texte du gouvernement, déjà publié fin septembre.

Ce matin, le gouvernement a donc procédé à cette désignation. Il s’agit de :

  • La direction générale de la sécurité extérieure,
  • La direction de la protection et de la sécurité de la défense,
  • La direction du renseignement militaire,
  • La direction générale de la sécurité intérieure,
  • La direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières
  • Le service « traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins »

Ceux-là auront désormais la capacité de sonoriser les lieux et des véhicules, voire de procéder à des captations d’images et de données informatiques. Le décret du jour détaille d’ailleurs, parmi ces six services, les agents habilités qui pourront procéder à l’une ou l’autre de ces opérations.

SOURCE: http://www.nextinpact.com/news/97700-loi-renseignement-liste-impressionnante-services-autorises-a-surveiller.htm

LE TEXTE: LOI n° 2015-912 du 24 juillet 2015 relative au renseignement

00000000000000000000000000000000000000000000

Publié le Lundi 14 Déc. 2015

ILLUSTRATION. Deux véhicules alimentant un trafic de stupéfiants entre l’Espagne et la France ont été interceptés en fin de semaine dernière au péage de Saint-Jean-de-Védas (Hérault) par la police judiciaire de Toulon, a indiqué lundi le parquet.

DR

Deux véhicules alimentant un trafic de stupéfiants entre l’Espagne et la France ont été interceptés en fin de semaine dernière au péage de Saint-Jean-de-Védas (Hérault) par la police judiciaire de Toulon.

Les policiers, agissant dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par un juge d’instruction de Toulon, ont saisi dans l’un des véhicules 247 kg de résine de cannabis et 3 kg de marijuana.

Cette saisie porte les prises totales effectuées par la police varoise à une tonne de cannabis depuis le début de l’année.

La drogue était destinée à alimenter le trafic dans les cités toulonnaises et seynoises, a expliqué le parquet de Toulon. Six personnes de l’agglomération varoise, présentant toutes des antécédents judiciaires de trafic de stupéfiants, ont été mises en examen et écrouées pour infraction à la législation sur les stupéfiants.

Trois autres personnes sont actuellement en garde à vue dans le cadre de l’ affaire.

http://m.leparisien.fr/faits-divers/toulon-250-kg-de-cannabis-saisis-dans-un-go-fast-14-12-2015-5372113.php

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000000000000

Les policiers ont saisi 40 kilos de résine de cannabis et de la cocaïne (DR)
Les policiers ont saisi 40 kilos de résine de cannabis et de la cocaïne (DR)

Les policiers de la sûreté départementale ont donné un nouveau coup de pied dans la fourmilière de la drogue sévissant à Melun et au Mée-sur-Seine. Alors qu’ils enquêtaient depuis 2014 sur deux trafiquants de cannabis et de cocaïne, sur commission rogatoire, ils ont procédé lundi 7 décembre et mardi 8 décembre à sept interpellations de quatre hommes et trois femmes à domicile.

Plusieurs armes à feu, dont une kalachnikov neutralisée, ont été saisies à Melun (DR)
Plusieurs armes à feu, dont une kalachnikov neutralisée, ont été saisies à Melun (DR)

Saisies

La perquisition dans un appartement dédié au stockage de stupéfiants, près du Gigastore de Melun, a permis de découvrir 40 kilos de résine de cannabis et 1,3 kilo de cocaïne. Dans l’appartement d’une femme de 22 ans servant de ” nourrice “, dans le quartier Montaigu, plus d’un kilo de cannabis a également été saisi.

Chez un complice des trafiquants, toujours dans le même secteur de Melun, de nombreuses armes à feu ont été découvertes : une kalachnikov neutralisée, deux carabines 22 Long Rifle dont l’une à crosse sciée, un pistolet 7,65, un revolver 38 et un revolver à grenailles.

En garde à vue, le propriétaire, âgé de 34 ans, est resté très évasif sur leur provenance et leur utilité. Déjà connu pour des délits liés aux stupéfiants et au recel, il a été déféré ce vendredi 11 décembre au parquet de Melun.

Ecroués

Les deux principaux organisateurs du réseau, ont été mis en examen et placés en détention provisoire. L’un est âgé de 38 ans et domicilié à Melun. L’autre a 32 ans et habite le quartier des Sorbiers, au Mée-sur-Seine. Les femmes ont été remises en libertés. Deux d’entre elles seront convoqués devant un juge d’instruction.

Selon les enquêteurs, le trafic permettait découler entre 100 et 150 kilos de résine de cannabis par mois, et entre 1 kg et 1,5 kg de cocaïne. Il alimentait non seulement les quartiers nord de Melun et la ville du Mée-du-Seine, mais aussi plusieurs communes d’Île-de-France.

Agnès GAUDICHON-BRAÏK

http://www.lepaysbriard.fr/saisie-de-41-kilos-de-cannabis-de-cocaine-et-d-armes-a-feu-22031/

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000000000000000000