Archives de février, 2016

espagneLa Policía Nacional ha desarticulado en Granada una banda de narcotraficantes que enviaba cocaína a Israel, en el marco de una operación conjunta con la Policía israelí que se ha saldado con la detención de 12 personas y la intervención de un fusil AK-47 y diez armas cortas de fuego. Se trata de la organización más activa de las que opera en Granada, según informó ayer en un comunicado la Policía Nacional, que ha desmantelado también dos plantaciones de marihuana con más de 600 plantas e intervenido cinco vehículos de lujo con los kilómetros alterados que el grupo vendía para blanquear los beneficios.

La colaboración con la Policía israelí permitió conocer que el principal responsable de los envíos era un ciudadano español de ascendencia árabe-israelí afincado en Granada. En cuanto al resto de miembros de la banda desarticulada, dos de ellos, padres del responsable del grupo, se encargaban de organizar los viajes para enviar cocaína a Israel a través de correos humanos, y otros dos tenían encomendada la venta de marihuana en España.

El resto de los detenidos en la operación eran los encargados de las plantaciones de marihuana localizadas en chalés de las localidades granadinas de Huétor Santillán y Las Gabias.

http://www.diariosur.es/andalucia/201602/27/granada-banda-enviaba-cocaina-20160227000950-v.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000

Em Santo Ângelo

Segundo a PF, droga foi comprada na fronteira com o Paraguai

Por: Rádio Gaúcha
26/02/2016
Caminhoneiro é preso com 120 kg de cocaína na Região das Missões Divulgação/Polícia Federal

Foto: Divulgação / Polícia Federal

A Polícia Federal apreendeu na tarde desta sexta-feira 120 quilos de cocaína escondidos em um caminhão que transportava soja. O flagrante foi na BR-158, em Santo Ângelo, na região das Missões. As informações são da Rádio Gaúcha.

O caminhão vinha do Mato Grosso do Sul e tinha placas de Gravataí. A droga foi comprada na fronteira com o Paraguai. O motorista, de 46 anos, foi preso em flagrante por tráfico internacional de drogas.

http://m.zerohora.com.br/284/noticias/4985334/caminhoneiro-e-preso-com-120-kg-de-cocaina-na-regiao-das-missoes

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000

patrulleras-para-Fuerza-Naval-NicaraguaLa Fuerza Naval del Ejército de Nicaragua detuvo este viernes 26 de febrero a dos salvadoreños que transportaban 47 paquetes de cocaína en el Pacífico nicaragüense.

Los detenidos son Oscar Ernesto Marín Parra, de 28 años, y Pablo Antonio Marín García, de 56 años, ambos de nacionalidad salvadoreña, indicó el Ejército nicaragüense en un comunicado.
Ambos tripulaban una lancha con el nombre “Isla Tazajera”, propiedad de la cooperativa “Aguas Mansas”, en la cual transportaban la droga envuelta en 47 tacos o paquetes, un GPS, cuatro teléfonos móviles y seis recipientes de plástico para combustible, precisó la fuente.

Los salvadoreños fueron detenidos en alta mar, en el océano Pacífico, a 4 millas náuticas al oeste de Puerto Sandino, municipio de Nagarote, departamento de León, según la información militar.

La droga y los detenidos fueron entregados a las autoridades competentes para la judicialización del caso.

La cocaína será pesada por las autoridades competentes, mientras los salvadoreños pueden ser puestos a la orden del juez bajo el cargo de transporte internacional de estupefacientes, de acuerdo con la información oficial.

La operación se dio como parte de la estrategia del “Muro de Contención”, que tiene como objetivo contener, desviar y capturar la mayor cantidad de droga en los accesos inmediatos, a fin de evitar que circule la misma por los núcleos poblacionales de Nicaragua.

http://www.laprensa.com.ni/2016/02/26/departamentales/1993098-detien-dos-salvadorenos-con-cocaina

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000

BELGAIMAGE-83037057La police néerlandaise est tombée cette semaine, au cours d’une perquisition liée à un trafic de drogue à Amsterdam, sur deux crocodiles vivants. Les reptiles se trouvaient dans un espace où les trafiquants dissimulaient leur argent.

Le propriétaire de l’immeuble où ont été retrouvés les animaux disposait d’une licence pour ce type de NAC, a précisé un porte-parole de la police. Des experts en reptiles ont dû être appelés en renfort afin d’aider les forces de l’ordre à maîtriser les animaux. Onze personnes ont été appréhendées dans le cadre de cette enquête: neuf hommes et deux femmes, âgées de 25 à 55 ans. Elles sont suspectées de trafic de drogues synthétiques.

La police a fouillé sept immeubles, six dans la capitale et un à Almere (à l’est d’Amsterdam). Plusieurs kilos de drogues synthétiques ont été saisis, ainsi qu’une somme de 300.000 euros et quelques armes à feu. La bande faisait appel à des comparses qui livraient à des centaines d’adresses, en Belgique également.

http://fr.metrotime.be/2016/02/26/must-read/amsterdam-deux-crocodiles-veillaient-sur-le-butin-de-trafiquants-de-drogue/

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000

 

Arrestation d'un baron de la drogue

© LAURIE DIEFFEMBACQ – BELGA

Le procureur du roi de Mons, Christian Henry, a indiqué vendredi, en accord avec la juge d’instruction en charge de l’affaire, qu’un baron de la drogue français a été arrêté lundi à Gand. L’individu pourrait être considéré comme un des parrains du trafic de stupéfiants en Europe de l’Ouest.

Le principal organisateur d’un trafic international de stupéfiants a été interpellé lundi soir alors qu’il se trouvait à bord d’un véhicule, a indiqué vendredi le procureur du roi de Mons.

L’opération a été menée avec succès grâce à un échange efficace d’informations entre les autorités judiciaires et policières belges et françaises, ainsi que la section « stups » de la police judiciaire de Mons-Tournai appuyée par les unités spéciales de la police fédérale.

Ce baron de la drogue, clé de voûte d’un trafic international de stupéfiants, est un ressortissant français âgé de 40 ans et originaire de la région parisienne.

L’intéressé a été présenté devant le juge d’instruction Demol à Tournai, qui a mis à exécution le mandat d’arrêt européen délivré à sa charge par les autorités françaises.

https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_un-baron-de-la-drogue-francais-a-ete-arrete-lundi-a-gand?id=9224185

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000

Polizia sequestra 60 chili a Torino, marocchini in manette

http://www.ansa.it/sito/notizie/cronaca/2016/02/26/su-furgone-180mila-euro-hashish-arresti_e7e26765-6415-47d7-8550-cd50df3851f1.html

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000000000

One Saudi cop and five drug dealers were killed

Saudi law enforcers have seized more than 16 tonnes of hashish and 26 million drug pills in four month during counter-narcotic operations that resulted in the death of one police man and five dealers, according to official data.

The interior ministry said 28 policemen and 13 drug smugglers were also injured during clashes between counter-narcotics units and the dealers.

 

The figures, published by Sabq newspaper, showed 953 smugglers, including 258 Saudis, were arrested during that the four-month period that ended on January 30.

The figures showed police seized 16.1 tonnes of hashish, 401 kg of cocaine, 8.3 kg of heroin, 565 gm of opium, 26.1 million drug pills and other drugs. Police also seized 339 guns, including 36 machine guns during the operations in various parts of the Gulf Kingdom, the largest Arab economy.

The report showed the cops also busted more than SR 26.5 million (Dh26.5 million) in drug money in possession with the smugglers.

http://www.emirates247.com/crime/region/over-16-tonnes-of-hashish-seized-in-saudi-2016-02-25-1.622262

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000

Photo prise par le service des douanes d'une partie des 7,1 tonnes de cannabis retrouvées dans des camionnettes garées en plein Paris, le 18 octobre 2015.La prise, spectaculaire, avait valu aux services des douanes les félicitations de François Hollande.

Sofiane H., soupçonné d’être à l’origine de l’importation des 7,1 tonnes de résine de cannabis retrouvées en octobre dans des camionnettes garées dans le 16e arrondissement de Paris, a été arrêté par la police belge, selon les informations de France 3.

En cavale depuis l’automne

Sofiane H., 39 ans et originaire de Mulhouse (Haut-Rhin), a été interpellé en début de semaine alors qu’il se trouvait à l’aéroport de Bruxelles. Déjà condamné pour trafic de stupéfiants, il était en cavale depuis l’automne et faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen.

Cette saisie de drogue, en provenance du Maroc avait fait grand bruit en octobre. Il s’agissait « historiquement, sans doute de la plus importante à Paris », avait assuré François Hollande. Selon les calculs du Parisien, elle représentait même 2,5% de la quantité totale de cannabis consommée chaque année en France. Sa valeur totale était estimée à 15 millions d’euros par Bercy.

http://mobile.francetvinfo.fr/societe/drogue/info-france-3-saisie-record-de-cannabis-a-paris-l-instigateur-presume-du-reseau-arrete-en-belgique_1333725.html#xtref=acc_dir

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000

CHARLES SIBILLE

Plus de 13 000 euros de stupéfiants dont de l’héroïne, de la cocaïne et des drogues de synthèse… Le butin saisi chez un Sedanais de 31 ans lundi est impressionnant.

Plus de 13 000 euros de stupéfiants dont de l’héroïne, de la cocaïne et des drogues de synthèse, 42 pieds de cannabis, du matériel de culture, 7 500 euros en liquide, un quad volé, des carabines long rifle, des produits de contrefaçons… Un véritable inventaire à la Prévert ! Le butin saisi par les enquêteurs de la Brigade de recherche de Sedan, épaulés par les militaires du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie, lors d’une perquisition au domicile d’un Sedanais de 31 ans lundi après-midi, est en effet impressionnant. Les marchandises ont été découvertes au sous-sol du domicile du dealer, à la tête d’un important réseau particulièrement bien structuré. Elles y étaient exposées, comme dans une véritable « supérette » de la drogue.

Interpellé en pleine transaction

L’opération, sous l’autorité du commandant Derozier de la compagnie de gendarmerie de Sedan, a été menée en toute discrétion puisque les enquêteurs se sont retrouvés à proximité de l’habitation, parmi plusieurs véhicules de clients. Ces derniers faisaient partie des trente-huit identifiés au cours de l’enquête qui a débuté courant 2015. «  Ça bouchonnait dans la cour. Le dealer a été interpellé en flagrant délit, en pleine revente de stupéfiants à plusieurs de ses clients, révèle le capitaine Patelet, de la compagnie de gendarmerie de Sedan. Depuis lundi, les investigations se succèdent à un rythme effréné. Les enquêteurs ont pu établir que le domicile de cet individu, situé à la périphérie de l’agglomération, était entre autres un lieu de distribution où venaient quotidiennement s’approvisionner des clients de l’ensemble du secteur. Ce qui lui permettait d’avoir des revenus et un train de vie soutenu sans exercer aucune profession. »

Ce trentenaire sedanais, au long parcours judiciaire, a été présenté ce jeudi 25 février en comparution immédiate devant le tribunal de grande instance de Charleville-Mézières. Ayant demandé le renvoi de l’audience, il sera jugé le 24 mars. Au regard de ses antécédents judiciaires, il a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Charleville-Mézières.

http://www.lunion.fr/669702/article/2016-02-25/un-important-reseau-de-stupefiants-demantele-a-sedan

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000

Una acción conjunta entre el CNP y agentes colombianos concluye la séptima fase de la operación Teldemain
La policía incauta 150 kilos de cocaína dirigidos a España
Una imagen de parte de la cocaína incautada /CNP (Quico Sallés – LV)

26/02/2016

Una operación conjunta de la policía y de la Dirección Antinarcóticos de Colombia ha acabado con la intervención de 150 kilos de cocaína enviados a España en contenedores por el método del “gancho ciego”, 17 detenidos, la incautación de medio millón de euros en efectivo y quince vehículos en el marco de la operación Teldemain, en marcha desde el 2012.

Según ha explicado la policía en un comunicado, los investigadores detectaron actividades ilícitas de un entramado dirigido a introducir en España droga que también implicaba un blanqueo de capitales.

En un primer momento, los agentes relacionaron al grupo con el envío de cinco contenedores desde Brasil con destino a África, y escala en el Puerto de Las Palmas. Uno de estos envíos ocultaba sesenta kilos de cocaína, que propició la detención de 10 personas en Madrid y dos más en Colombia.

Posteriormente, se identificó otro contenedor que siguió la misma ruta que los anteriores y que contenía noventa kilos del mismo estupefaciente. Sin embargo, este envío no pudo ser “rescatado” en el Puerto de Las Palmas ya que las cinco personas encargadas de su extracción fueron detenidas, por lo que la droga fue finalmente intervenida a su llegada al punto de destino del carguero en África.

Además de los cinco arrestos realizados también en Madrid, se intervinieron 500.000 euros en efectivo, vehículos preparados para transportar la droga, diferentes sustancias de corte, armas de fuego y varios útiles para manipular la cocaína.

Tres años de operación abierta

Este desarticulación corresponde a la séptima fase de la operación Teldemain, una amplia investigación -activa desde el año 2012- supervisada por la Magistrada Juez del Juzgado de Instrucción número 8 de Vilanova i la Geltrú (Barcelona). El balance de la operación incluye la desarticulación de un entramado de narcotraficantes integrado por 77 personas y la incautación de cerca de más de 630 kilos de cocaína, 2.200 plantas de marihuana, 26 vehículos y armas de fuego.

http://www.lavanguardia.com/sucesos/20160226/4027937936/cnp-narcotrafico-operacion-teldemain-cocaina-policia.html

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000000

Afficher l'image d'origineUn individu de nationalité lettone interpellé à Brussels airport en possession de 4 kilos de cocaïne, a été libéré jeudi par la chambre du conseil de Bruxelles par manque de traducteur pour assister l’homme, a appris Belga vendredi de sources concordantes.

Le parquet de Hal-Vilvorde a fait appel de cette décision, mais les chances sont quasi nulles de voir la chambre des mises en accusation disposer d’un traducteur letton, puisqu’il n’y a aucun interprète letton assermenté en Belgique.

Une collaboratrice de l’ambassade lettone en renfort

Le Letton âgé de 20 ans a été intercepté le 20 janvier dernier alors qu’il descendait d’un vol en provenance de Dubaï et placé sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction. Il avait alors fait appel à une collaboratrice de l’ambassade lettone pour entendre l’homme. Celle-ci a assisté le malfaiteur lors des premières auditions par la police et le juge d’instruction, ainsi qu’à la première parution devant la chambre du conseil.

L’administration refuse de payer la collaboratrice lettone!

Lorsque la traductrice a demandé au SPF Justice d’être payée pour ses prestations, cela lui a été refusé. Jeudi, elle s’est présentée devant la chambre du conseil de Bruxelles, mais a souligné qu’elle refusait de traduire si elle n’était pas payée.

« J’ai prévenu la chambre du conseil qu’il y avait violation des droits de la défense dans le cas où mon client ne pouvait pas être assisté par un interprète« , a expliqué Me Linsay Schoukens. « La chambre du conseil a dès lors décidé de libérer mon client« .

Le parquet de Hal-Vilvorde a entre-temps interjeté appel contre la décision de libérer l’individu, mais encore faut-il que la chambre des mises trouve un traducteur letton dans les temps (15 jours) pour pouvoir traiter l’affaire.

http://m.rtl.be/info/797833

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000

Le narcotrafiquant vénézuélien Zabta Ariki Garcia principal commanditaire d’Air-cocaïne au Mali parle

Ibrahima Mansaly

«Le Boeing arrivé dans le Nord du Mali en 2009 et chargé de cocaïne appartenait à la compagnie aérienne Portocargo dont j’étais le représentant…». Ainsi parle Zabta Ariki Garcia principal cerveau d’Air Cocaïne aujourd’hui en détention en Mauritanie… Il signale du coup l’existence d’un autre Boeing de même contenu présent à l’heure l’actuel à Nouakchott certainement en destination du Nord du Mali.

Il a été arrêté par la sureté mauritanienne (l’équivalent de la S.E au Mali) au mois de novembre dernier. Et à ses dires, il a de nombreux «partenaires», en Mauritanie, et bien évidemment au Mali. Voici son témoignage rapporté par la presse mauritanienne.

«Le Boeing arrivé dans le Nord du Mali en 2009 et chargé de cocaïne appartenait à la compagnie aérienne Portocargo dont j’étais le représentant… Cette société avait un différend judiciaire avec le fils du Président sénégalais, finalement dénoué au terme de 3 mois de négociation. L’avion s’est dirigé, après le règlement du malentendu, vers la Guinée-Bissau, avant de prendre le cap vers le Panama, où il a changé de nom avant de s’envoler pour la Colombie, pour embarquer de la drogue et se diriger par la suite vers le Nord du Mali».

Le suspect a avoué en outre avoir de nombreux partenaires dans la sous-région et en particulier en Mauritanie. Le hic, c’est que les complices qu’il a nommément cités ont bénéficié de la grâce présidentielle de Mohamed Ould Abdel Aziz dans d’autres affaires de trafic de drogue.
Zabta Ariki Garcia a également fait cas de l’existence, à l’heure actuelle en Mauritanie, d’un autre Boeing transportant de la cocaïne.
Rappelons que c’est début novembre 2009, un Boeing 727 venant du Venezuela et transportant plusieurs de tonnes de  cocaïne et d’autres produits illicites dont des armes et munitions a atterri dans la région de Gao. Après avoir déchargé son contenu, les trafiquants ont incendié l’appareil.

Même si trois personnes dont un espagnol, un français et Mali ont été formellement inculpées par la justice malienne, l’on sait que les complices se trouvent au sein des groupes armés dont le MNLA chargés de convoyer la marchandise jusqu’à Europe. Les mêmes groupes sont toujours présents et plus que jamais renforcés. Contrôlant la quasi-totalité de la zone, ils n’auront aucun mal à recevoir la cargaison. L’on pense à raison, que c’est le scénario envisagé. Et pour cause. Hormis cette vaste région malienne, il n’existe plus un terrain propice à ladite opération.

En tout état de cause, le Mali se doit, à défaut de demander l’extradition du suspect vénézuélien, pouvoir l’interroger sur place en Mauritanie.  Après tout, elle (la Mauritanie), elle a, dans le passé, exigé que des suspects ayant commis des forfaits sur son sol et détenus par le Mali, soient extradés. Aujourd’hui, le Vénézuélien Zabta Ariki Garcia a commis les mêmes forfaits au Mali et est détenu en Mauritanie.

Source: Malijet

http://m.pressafrik.com/%E2%80%8BLe-narcotrafiquant-venezuelien-Zabta-Ariki-Garcia-principal-commanditaire-d-Air-cocaine-au-Mali-parle_a146788.html

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000000000

Le coffre fort du commissariat était dans le plafond!

« L’enquête va donc devoir s’appliquer à déterminer si des policiers sont impliqués. »

De petites quantités de drogue et un médicament de substitution à l'héroïne ont été découverts dans un commissariat du 18e arrondissement de Paris.Du cannabis et du Subutex, un substituant à l’héroïne, ont été découverts dans des faux plafonds d’un commissariat parisien. Une enquête a été ouverte, ce mercredi.
De petites quantités de drogue et un médicament de substitution à l’héroïne ont été découverts dans un commissariat du 18e arrondissement de Paris. Selon une source proche du dossier, cette découverte, faite de manière involontaire, a donné lieu, ce mercredi, à l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris pour « recel de vol », « recel de détournement de biens publics par personne dépositaire de l’autorité publique » et « détention de stupéfiants ».

Stupéfiants et faux papiers d’identité retrouvés dans les vestiaires
« Le chef de poste du commissariat faisait sa ronde habituelle quand une dalle du faux plafond lui est tombée dessus avec du Subutex », a révélé cette même source au journal Metronews. D’après le site du quotidien, les produits ont bel et bien été identifiés comme étant du cannabis et du Subutex, un substituant à l’héroïne.
L’enquête a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et les premières fouilles effectuées dans le vestiaire du commissariat ont permis de trouver d’autres plaquettes de médicaments, des stupéfiants en petit conditionnement ou encore des papiers d’identité (authentiques ou faux). Il s’agirait là d’objets qui pourraient être liés à des saisies. L’enquête va donc devoir s’appliquer à déterminer si des policiers sont impliqués.

http://www.ouest-france.fr/ile-de-france/paris-75000/paris-la-drogue-etait-dans-le-faux-plafond-du-commissariat-4058235

Posté avec WordPress pour Android

000000000000000000000000000000000000

Nanterre, jeudi 25 février 2016. Le préfet des Hauts-de-Seine Yann Jounot (au centre) et le patron des policiers départementaux, Jean-Paul Pecquet (à droite) sont venus féliciter les équipes de la sûreté territoriale pour leur conséquente saisie. par Adeline Daboval et Thibault Chaffotte

Nanterre, jeudi 25 février 2016.

Impressionnante saisie de drogue mercredi matin au domicile d’un habitant du quartier du Petit-Colombes, à Colombes. Vers 8 heures, les enquêteurs de la sûreté territoriale des Hauts-de-Seine, aidés par l’équipe cynophile de la préfecture de police, ont fait main basse sur une belle quantité de stupéfiants, un pistolet 9 mm, et de l’argent.

4,6 kilos cocaïne, 2,2 kg de MDMA (le principe actif de la drogue de synthèse ecstasy sous forme de poudre), 1,2 kg de cachets d’ecstasy, un kilo de résine de cannabis ont été découverts, confirme le parquet de Nanterre. La marchandise était entreposée chez un homme âgé d’une trentaine d’années, résidant avenue Gabriel Péri, et qui a été placé en garde à vue. Valeur estimée de l’ensemble : environ 800 000 €.

Cette saisie a valu aux policiers de recevoir la visite et les félicitations du préfet des Hauts-de-Seine Yann Jounot, ce jeudi matin. «Il est assez rare que d’aussi grandes quantités de drogue soient saisies, parce que les trafiquants œuvrent le plus possible à flux tendu», estime le représentant de l’Etat, qui y voit le résultat de «la stratégie mise en place dès le milieu de l’année dernière sur la zone de sécurité prioritaire de Colombes par la sûreté départementale et la police judiciaire». A savoir «renforcer les effectifs de terrain sur la voie publique pour gêner les petits deals, et mieux cibler les investigations pour taper le plus haut possible dans les réseaux afin de déstabiliser le trafic».

Une zone de tension liée au trafic de stupéfiants

Colombes est considéré par les spécialistes comme le point de vente de stupéfiants «le plus structuré» du département. L’avenue Charles-De-Gaulle, qui sépare les quartiers rivaux du Petit-Colombes -d’un côté la cité «Total», comme l’appellent les habitants, et de l’autre les Côtes-d’Auty- se transforme régulièrement en ligne de front et zone de fusillades. Le 11 février dernier, un homme de 36 ans, connu pour des affaires de stups, a été ciblé par des tirs à la hauteur du Leader Price. Il y a quatre ans, le quartier avait été le théâtre, pendant plusieurs semaines, d’une impressionnante série de fusillades. En septembre 2013, Manuel Valls alors ministre de l’Intérieur s’était rendu sur place, et avait classé le quartier en zone de sécurité prioritaire (ZSP).

«Je suis ravie de cette prise, réagit la maire (LR) de Colombes, Nicole Gouéta. Dans ce quartier, des millions d’euros ont été dépensés dans le cadre de la rénovation urbaine. Mais les résultats sont minimes si on ne règle pas le problème de sécurité. Ces vendeurs, ces guetteurs gâchent la vie du quartier. Les gens qui ont accédé à la propriété dans la Zac de la Marine ont droit à la tranquillité. Nous avons deux restaurants à ouvrir sur le secteur. Je pensais les encadrer par la police municipale… Dans ce quartier où plus de 80 % des logements sont sociaux, il faut que la mixité réussisse».

http://www.leparisien.fr/colombes-92700/grosse-saisie-de-cocaine-ecstasy-et-cannabis-au-petit-colombes-25-02-2016-5577293.php

0000000000000000000000000000000

Pmargaritacaribor Mariana Cobián 02/25/2016 |04:21 p.m.
Se entiende que la cocaína venía procedente de las Islas Margaritas, en Venezuela.

Se arrestan a 10 individuos.

Cerca de 800 libras de cocaína fueron confiscadas esta semana por agentes federales y estatales, y se logró el arresto de 10 personas ligadas a una organización de narcotráfico, incluyendo transportistas y el dueño de la droga.

El agente especial interino de la Oficina de Seguridad Interna del Servicio de Inmigración y Control de Aduanas (ICE-HSI), Ricardo Mayoral, ofreció la información esta tarde en conferencia de prensa en las oficinas de la agencia federal en Santurce, flanqueado por bultos de la marca Adidas llenos de bloques de cocaína, armas, municiones y parafernalia.

Acompañado por funcionarios del Negociado de Aduanas y Protección Fronteriza (CBP, por sus siglas en inglés) y de la Guardia Costera, Mayoral indicó que la incautación de 794 libras de cocaína con valor de $8 millones fue producto de una investigación que comenzó en febrero del año pasado, con agentes encubiertos que lograron infiltrarse en esta organización, que se dedicaba a mover cientos de kilos de cocaína a Estados Unidos a través de Puerto Rico.

LEER:

http://m.primerahora.com/noticias/policia-tribunales/nota/incautancargamentomillonariodecocaina-1138971/

Posté avec WordPress pour Android

0000000000000000000000000000

senanjueves 25 de febrero de 2016
Gina Jiménez Arias
gjimenez@laestrella.com.pa

El buque pretendía llegar a Francia

Unidades del Servicio Nacional Aeronaval (SENAN) decomisaron este jueves 377 paquetes de presunta cocaína que era transportada en nueve bultos.

De acuerdo a las unidades, los narcotraficantes utilizaron el método “Rip Off” o también llamado “Gancho Perdido”, que es el traslado de droga a través de contenedores. Ésta fue encontrada en un buque mercante, con bandera de Hong Kong y cuyo destino final era Francia.

 SENAN

LEER:

http://elsiglo.com/cronica-roja/senan-decomisa-377-paquetes-cocaina-buque/23924223

Posté avec WordPress pour Android

00000000000000000000000000

Afficher l'image d'origine«La lutte contre le crime organisé est impossible sans opérations undercover»

Fausto Cattanéo

°°°

Casquette de base-ball et lunettes de soleil sur la visière, Fausto Cattanéo, 58 ans, a repris sa tenue de commissaire de la police antidrogue suisse. Pendant plus de dix ans, le Suisse-Italien a enfilé les habits des «parrains» ­ Rolex en or, fringues de luxe italiennes, «bague à 55 000 francs suisses prêtée par un ami joaillier» ­ pour «traiter d’égal à égal» dans des palaces en Suisse, à Miami, Istanbul, Rio de Janeiro, avec langoustes, champagne à gogo et cigares cubains. Agent undercover (sous couverture), en opérations financées par l’Etat et contrôlées par la justice. Pour décapiter les mafias, le représentant masqué de la loi a dû s’acoquiner avec les hors-la-loi, pseudo- conseillers financiers ou avocats véreux, capables de blanchir des millions de narcodollars en Suisse.

Jusqu’au vertige!

Replié dans une modeste maison rose de la banlieue de Locarno (Suisse), le retraité du double jeu a accroché ses trophées : médailles et écussons des polices antidrogue américaine et européenne, «cravate en or» des carabiniers italiens, faux passeport au nom de Pierre Consoli, «mon oncle préféré», une photo de son pote «Sam» de la DEA (douanes américaines) et de «Consoli» enlacés devant un monticule de paquets bruns d’héroïne iranienne : «100 kilos! Ça vaut 4 millions de dollars», siffle l’agent. Une belle prise et un réseau démantelé, à l’issue d’une infiltration ponctuée de péripéties et de gages, de mensonges et d’improvisations.

Flic par hasard à 27 ans, ce fils de bûcheron et de cordon-bleu, surnommé «Tato» (le petit dernier de quatre enfants), a remisé ses «deux rêves de jeunesse», pilote d’avion ou cuisinier. Le voilà commissaire, agent de sécurité de la Swissair, «à côté du cockpit», bombardé chef du service antidrogue de Locarno en 1975. Contre son gré. «Je ne connaissais rien aux stupéfiants.» Mais le polyglotte (cinq langues) n’y a pas coupé. Ramasser les cadavres de toxicos lui a donné la rage et la «force» de s’attaquer aux filières via les blanchisseurs helvètes implantés à Lugano, grosse place financière qui brasse de l’argent sale, aux portes de l’Italie, à 50 kilomètres de Milan.

Afficher l'image d'origineA ses débuts, en 1980, un versement à Lugano de 6 millions de dollars de La Paz le met aux trousses de «Miss Bolivie» et d’un fils Suarez, puissante famille qui détient le monopole de la cocaïne. Le commissaire s’infiltre à Miami pour les tractations avec le fils Suarez, puis en Bolivie pour embarquer la marchandise. Sur une piste d’atterrissage aménagée à Cochabamba, «c’est l’équipe paramilitaire de Suarez, les Fiancés de la mort, des fascistes italiens, suisses et allemands dirigés par Klaus Barbie alias Altman, qui charge les 600 kilos de pâte de coca». Au procès, à Miami, Suarez Junior a pointé deux doigts en direction de Cattanéo et «a fait mine de tirer».

L’agent undercover qui s’éclipsait au moment des arrestations n’a jamais compris pourquoi la procureure Carla Del Ponte (aujourd’hui présidente du Tribunal pénal international) a versé au procès du fils de Pablo Escobar son «journal de bord d’infiltré» du cartel colombien, une pièce d’ordinaire confidentielle. Au risque de l’exposer. Trop «incontrôlable» et jusqu’au-boutiste aux yeux de la magistrate. L’ex-commissaire dénonce sa «frilosité» : «La lutte contre le crime organisé est impossible sans opérations undercover.» Avant d’atteindre Escobar junior, le flic a passé une année à manipuler son ambassadeur, Mario Calderón, à le «tenir en dépendance psychologique», à jouer sur son point faible, l’alcool, pour mieux le lui reprocher ­ «je ne veux pas travailler avec un type qui boit» ­, jusqu’à l’arrivage à Francfort de 390 kilos de coke cachés dans les doubles fonds de barils de bile de taureau destinés à l’industrie cosmétique.Afficher l'image d'origine

Sans protection de l’Etat, Fausto Cattanéo, qui n’a toujours pas d’adresse publique mais une boîte postale, reçoit encore des menaces des trafiquants. L’ex-agent se fait du mauvais sang, pas tellement pour sa grande carcasse ­ 1,80 m et 80 kg ­ mais pour sa blonde femme brésilienne, Isabel Maria, qui l’a aidé voilà dix ans à traquer les cartels de Rio de Janeiro lors de son ultime opération dite «Mato Grosso», sabordée par des magistrats helvètes. Une enquête «trop dérangeante» qui a révélé de sales pratiques de flics des stups français, brésiliens, suisses et italiens. En 1991, l’agent undercover s’est immiscé entre deux acheteurs, des Napolitains de la Camorra et les fournisseurs boliviens, par l’entregent d’un «chasseur de primes».

A Rio de Janeiro, il mise sur une livraison de cinq tonnes de cocaïne du Brésil en Europe, évoquée dans les conversations téléphoniques. Et tombe amoureux d’Isabel Maria, une vendeuse de bijoux, qui l’a démasqué : «Tu es agent secret, toi !» Elle l’aide ensuite à traduire les écoutes.

En janvier 1992, un commissaire de l’office des stups français (Ocrtis) se plaint de Cattanéo au ministère public fédéral suisse : «Trois chasseurs de primes ne veulent plus travailler avec lui car il fréquente une prostituée.» «Des ragots qui auraient dû être traités par le mépris», peste encore l’ex-flic. Or, ses supérieurs l’ont éjecté de l’opération Mato Grosso et relégué à l’Institut de criminologie de Lausanne. Il enrage, enquête, tombe sur une histoire de ripoux. Un indic lui balance une livraison à Nice de 50 kilos de cocaïne montés par des «collègues» des stups français et suisses, avec pour livreurs deux chasseurs de primes qui ont empoché les 800 000 dollars de la vente.

( FRANCE (OCTRIS année 1989): un grand cru pour Mario Le Corff)

Cattanéo trouve les preuves et les apporte au juge suisse chargé d’une enquête interne sur son cas. Il doit encaisser la riposte : «La presse et la rumeur ont colporté que j’avais enfilé les habits des trafiquants, quitté le commissariat pour entrer dans l’organisation criminelle… Ma mère de 82 ans et mon frère juge sont morts dans le doute.» En 1993, Cattanéo plonge dans une «dépression vertigineuse» et oscille au bord du suicide, face au lac Majeur, le doigt sur la détente de son calibre 9 de service. Broyé et ruiné, avec 350 francs suisses par mois, le flic pleure, impuissant, à des milliers de kilomètres d’Isabel Maria, menacée à Rio et qui se cache dans les favelas, «les endroits les plus malfamés mais les plus sûrs», pour échapper à ses tueurs. Il repart au Brésil, se marie et exfiltre sa belle à bord «d’un bus plein de contrebandiers», 3 000 km jusqu’à Asunción, au Paraguay.

Le 27 juin 1994, l’enquête interne démontre que Fausto Cattanéo a accompli sa mission «en toute légalité».

Réhabilité, le flic opte pour la retraite anticipée avec plein salaire, l’équivalent de 40 000 F par mois.

A Locarno, Isabel Maria tient une boutique de fringues et Fausto Cattanéo se dope au vélo tout-terrain, grimpe 20 km à flanc du mont Motti, pédale 10 000 bornes par an pour se «gonfler» et raconte tout dans un livre sur ses opérations undercover (1). «J’ai été envoyé au feu sans protection. Qui peut prétendre sortir indemne de ce grand jeu ? Pour être crédible, il faut jouer avec ses tripes», écrit le flic suisse, qui en veut à l’Etat de l’avoir laissé tomber. «On sort rarement intact de ce genre d’exercices schizophrènes.».Fausto-Cattaneo

photo MARC VANAPPELGHEM

(1) Fausto Cattanéo. Comment j’ai infiltré les cartels de la drogue. Editions Albin Michel.

Fausto Cattaneo en 8 dates

15 février 1943 : Naissance au village de Mecolcina, en Suisse italienne.

1969 : Ecole des commissaires de police.

1975 : Chef du service antidrogue de Locarno.

1988 : Représentant de la Suisse

à l’étranger pour les enquêtes sous couverture.

1992 : Conflit avec sa hiérarchie sur l’opération «Mato Grosso» au Brésil.

1992 : Envoyé à l’Institut de criminologie de Lausanne. Mariage avec la Brésilienne Isabel Maria.

1994 : Réhabilité par une enquête interne.

2001 : Livre sur ses opérations d’infiltration des cartels

http://www.liberation.fr/portrait/2001/03/10/une-vie-stupefiante_357355

LIRE aussi:

REMEMBER l'Opération COTUGRE et ses suites: Alessandro Troja a été tué le 17 octobre 1990C’est Alessandro Troja qui permit l’arrestation de Claudio Pasquale Locatelli avec 42 kilos de cocaïne dans le sud de la France par l’OCTRIS de Mario Le Corff.

 

http://marcfievet55.skyrock.com/3176736767-REMEMBER-l-Operation-COTUGRE-et-ses-suites-Alessandro-Troja-a-ete-tue.html

°°°

Le 27 novembre 1993, le commissaire Fausto Cattaneo, responsable du Service « Informations sur la drogue » de la police suisse, transmet un rapport à toutes les autorités judiciaires suisses compétentes, dont Carla Del Ponte, rapport qui restera sans suites. Malheureusement…


Un rapport dont le contenu a été repris dans un livre intitulé « Comment j’ai infiltré les cartels de la drogue », paru chez Plon en 2001 (dont a également été tiré le film Dirty Money, l’infiltré), où le commissaire Fausto Cattaneo explique que dans le cadre de l’opération Mato Grosso, infiltré parmi les trafiquants de drogue brésiliens auprès de qui il se fait passer pour un avocat mafieux, l’un d’eux, un certain Juan Ripoll Mary, lui parle de l’empire économique et financier de Silvio Berlusconi, qui serait impliqué dans le blanchiment d’argent des narcotrafiquants…

Source: http://adscriptum.blogspot.fr/2010/09/liceberg-silvio-berlusconi-la-partie.html

00000000000000000