OCRTIS France: le « Gulfstream » mystère de Bayonne

Par mer, mais aussi par avion.

Souvenons-nous: FRANCE (Bayonne): grâce à la DEA, une tonne de cocaïne interceptée, qui représente «10 % de la saisie annuelle en France»

En décembre 2016, on a eu un bel exemple de ce trafic vers l’Europe, et par avion cette fois. Et via une organisation dans laquelle des américains étaient bien présents. Le journal Le Parisien évoque en effet le 3 décembre l’affaire, passée à Biarritz (sur l’aéroport de Bayonne) : (…) « le jet qui vient de se poser discrètement ce mercredi 30 novembre 2016, à 18 h 30, par temps clair, vient de beaucoup plus loin. Il est parti, une douzaine d’heures plus tôt, de Carthagène, sur la côte septentrionale de la Colombie. Sur sa route, le pilote a pris le temps d’un bref refueling, un ravitaillement en kérosène, sur les îles du Cap-Vert, en plein Atlantique, avant de mettre le cap sur l’Europe. Ses passagers qui viennent de débarquer à Biarritz traînent de lourdes valises de toile noire qu’ils remisent dans des voitures. L’avion, lui, redécolle aussitôt plein ouest ». Selon le journal la livraison était attendue et surveillée, et les policiers souhaitaient la laisser faire pour remonter jusqu’au dépôt prévu pour la stocker, et remonter ainsi plus loin le réseau. « Les voitures des trafiquants se dirigent vers Bayonne, puis s’engagent dans une zone industrielle près de la vieille ville. Les lampadaires décatis qui trouent l’obscurité dévoilent un décor urbain et triste » (photo ici à gauche). « Des rues à angle droit, des voitures stationnées sur les trottoirs et une série d’entrepôts en tôle, tous semblables, comme au garde-à-vous. A proximité, une entrée de l’autoroute A 63, issue idéale en cas de descente de police. La frontière espagnole ne se trouve qu’à quarante kilomètres. On ne saurait trouver meilleure planque… Dans le hangar, loin des yeux indiscrets des clients du KFC local, patiente un camion équipé de caches aménagées dans le plancher. Les Colombiens, qui n’ont pas l’intention de réveillonner à Bayonne, veulent faire vite. Pour eux, le temps est un ennemi. C’est pourquoi, en fin de soirée, l’OCRTIS, épaulé par la brigade de recherche et d’intervention locale, donne l’assaut ». « Cinq personnes sont arrêtées dans l’entrepôt, et d’autres complices présumés à Bordeaux (Gironde), ainsi que sur l’autoroute A 10, près de Saintes (Charente-Maritime). Au total, dix hommes de nationalité colombienne, espagnole, néerlandaise et française, tombent dans les filets policiers. Aucune arme n’est découverte mais près de 600 000 € en espèces sont saisis. Et surtout environ une tonne de cocaïne ». Un beau récit, certes, mais peu d’indications sur l’appareil ayant servi au transfert… un avion que l’on a laissé repartir, ce qui n’est pas sans étonner. L’appareil est un Gulfstream IV, immatriculé N277GM, appartenant à Rozzi Business inc, société inscrite au Panama (ici à droite): on le surprend en effet dans son vol de retour le 2 décembre à l’arrivée de Teterboro :

L’avion avait même été photographié au petit matin à Farnborough le 29 décembre… (image en haut du chapitre) le 27 juin, il avait été photographié à Puerto-Rico (ici à gauche), et il le sera à nouveau au même endroit le 4 février 2017. A son départ de Biarritz, il était parti se poser… Le Gulfstream est allé se reposer à .. Bilbao, soit à 95 km seulement de là !!! Pour repartir le 2 vers… Le Bourget. Des mouvements hiératiques qui laissent plutôt entendre un vol « contrôlé », à savoir sous surveillance de la … la DEA et non par les trafiquants eux-mêmes !!! En creusant l’affaire, l’ami Falcon en découvre de belles : l’avion n’est pas le seul dans la flotte de « Rozzi Business ». I l y en a plusieurs, inscrits avec des noms des sociétés qui sont tout simplement le numéro de série des avions accolés au leur (SN = Serial Number). Elles sont toutes à la même adresse dans le Delaware, inscrites à « Wilton Manors », en Floride, et toutes gérées par un dénommé James Torrey. Il possède en effet le N651TW le CJ3 SN 0217 LLC, le N200LC; le GIV SN 1067 LLC, le N177BB, un GIV SN 1073 LLC, le N385PD, un GIV SN 1088 LLC, le N277GM; un GIV SN 1124 LLC, le N186DS, le GIV SN 1154 LLC, le N640QS,un GIV SN 1360 LLC et enfin le N472QS, un GIV SN 1372 LLC… Torrey, marié à Estefania Rumbos-Torrey, dirige aussi Jimmy Jets et FBO Professionnels Group, Inc (dont le site internet n’existe déjà plus !).

Lire plus:COKE en STOCK (CXLIV) : «El Chapo» et les avions (12). Avant l’Europe, Fort Lauderdale et l’Equateur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s