Archives de 10 novembre 2018

Santo Domingo.- La Dirección Nacional de Control de Drogas (DNCD) con el apoyo de la Seguridad Militar del Puerto Multimodal Caucedo, decomisó 88 kilos de cocaína, en un operativo de interdicción desplegado la noche del viernes en la referida terminal.

Agentes antinarcóticos, miembros del Ministerio Público y efectivos de otras agencias de seguridad, destacados en el puerto, perfilaron varios contenedores que llegaron de tránsito desde Kingston, Jamaica y tras varias horas de inspección se confiscaron los paquetes de la sustancia.

Leer mas

https://www.elcaribe.com.do/2018/11/10/destacado/dncd-ocupa-88-kilos-de-cocaina-el-puerto-multimodal-caucedo/

00000000

Un total de 4379 comprimés de méthamphétamine ont été saisis jeudi matin dans un immeuble de la rue King Est à Sherbrooke.

Un suspect de 32 ans, qui était présent sur les lieux, a été arrêté. Les policiers ont également saisi 749 grammes de cannabis prêts à la vente, de la cocaïne, 30 grammes de Wax, plus de 5000 $, des armes prohibées et des listes de comptabilité et de clients ont aussi été saisis.

LIRE

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1134675/operation-antidrogue-sherbrooke-methamphetamines-

0000000000

PASO FRONTERIZO/ QUE UNE LAS CIUDADES DE VILLAZÓN (BOLIVIA) Y LA QUIACA (ARGENTINA).

La ruta de la droga comienza en la ciudad fronteriza, punto de partida de hombres y mujeres conocidos como “mulas”, que transportan el estupefaciente dentro del estómago o adosado al cuerpo.

Las detenciones son cada vez más frecuentes, siempre del lado argentino, al otro lado de la frontera nadie se preocupa por poner un freno a la situación.

Aumentan los casos de personas de nacionalidad boliviana, que por diversas situaciones ingresan a nuestro país, para transportar droga en cualquier modalidad, conocidos comúnmente como “perejiles”.

Leer mas

https://www.eltribuno.com/jujuy/nota/2018-11-9-0-0-0-el-camino-de-las-mulas-que-transportan-droga

000000

207 paquetes confeccionados con cinta canela conteniendo marihuana con un peso aproximadamente de 1.5 kilogramo cada paquete.

Leer mas

https://www.elsoldetijuana.com.mx/policiaca/videodecomisan-420-kilos-de-droga-en-la-delegacion-el-rosario-2645706.html

00000000

Ils ont été interpellés en train de conditionner de la résine de cannabis sur un palier, dans les étages. Le plus jeune a écopé d’un rappel à la loi. Le majeur sera déféré aujourd’hui et pourrait être jugé en comparution immédiate.

LIRE

https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5234671/avignon-ils-conditionnaient-de-la-drogue-sur-le-palier.html

0000000

En janvier 2018, une opération menée par des agents d’infiltration a mené à l’arrestation de Jean-François Gouin. Celui qui réside sur le boulevard Mercure à Drummondville a fait le trafic de huit comprimés de métamphétamine le 24 janvier dernier à un agent double, en plus de procéder à du trafic de cannabis à cette même occasion. L’accusé a aussi admis avoir eu en sa procession du hachich.

Lorsque les policiers ont perquisitionné son domicile, ils ont trouvé une fois de plus des comprimés de métamphétamine. Dix grammes de cannabis avaient également été retrouvés. Jean-François Gouin a plaidé coupable à des chefs d’accusation de procession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic. Les substances retrouvées ont été détruites par les autorités.

LIRE PLUS

http://www.journalexpress.ca/actualite/justice/un-trafiquant-de-drogue-drummondvillois-derriere-les-barreaux/

00000000

C’est l’association des parents d’élèves qui a tiré la sonnette d’alarme sur cet étrange phénomène. Selon l’association, ce fléau fait ravage dans les établissements d’enseignements primaires et moyens. Les élèves peuvent se procurer cette poudre dans n’importe quel magasin d’«Alimentation générale» pour la détourner en une drogue avec des effets très dangereux sur leur santé.

Les parents d’élèves appellent à la fois le ministère de l’Education Nationale à prendre des mesures pour contrôler le phénomène ainsi qu’au ministère du commerce pour enquêter sur ce «jus en poudre» et ses effets stupéfiants.

LIRE PLUS

https://observalgerie.com/actualite-algerie/societe/faits-divers/algerie-letrange-drogue-qui-menace-les-ecoliers/

0000000

La drogue est un fléau qui n’épargne pas les départements ruraux.

Jeudi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Vesoul, cinq trentenaires (quatre hommes et une femme) ont comparu pour avoir acheté puis revendu de l’héroïne dans les secteurs de Luxeuil et Fougerolles.

Ils ont été condamnés par des peines de prison ferme, gage de la fermeté de la justice à l’égard de ces produits qui font des ravages physiques et induisent parfois une délinquance pour se payer des doses.

LIRE

000000000000000000000000

Placés en garde à vue, les suspects devaient être jugés en comparution immédiate à Vesoul. Ils ont été condamnés à des peines de prison allant de 6 ans à 12 mois.

plus

00000000000000000000000000

 

Depuis le 1er octobre, l’association SAFE, association de Réduction des Risques liés à l’usage des drogues, a été contrainte pour la première fois depuis 29 ans de cesser la distribution de seringues à distance, suite à des carences de financements.

Inclus dans le dernier Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et conduites addictives, ce programme permet d’accueillir par téléphone ou par e-mail les usagers de drogues, de leur proposer un conseil personnalisé et de leur adresser par voie postale les seringues, les pipes à crack et tous les matériels de prévention nécessaires et adaptés à leurs besoins afin de réduire les risques infectieux : VIH, hépatite C, mais aussi bactériologiques et virales

Ce programme connaît un « succès » croissant.

En 2018, près de 380 000 seringues ont déjà été distribuées par le biais de ce dispositif. C’est déjà plus que les 355 868 de 2017 et que les 273 108 de 2016.

Contactée par « le Quotidien », la directrice de l’association, Catherine Duplessy, pointe du doigt les conséquences d’une régionalisation du financement de l’activité de distribution des seringues à distance, décidée unilatéralement par la direction générale de la Santé (DGS) en 2015. « Jusqu’en 2015, nous avions un financement global de 180 000 euros pour l’ensemble des régions, explique-t-elle. Il y a maintenant un financement déconcentré imposé, ce qui oblige à identifier, dans chaque région, des acteurs de terrains qui doivent prendre le relais. »

6 régions dans l’impasse « Bourgogne Franche-Comté, Corse, Normandie, pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’outre-mer »

Dans la pratique, le passage à un système moins centralisé ne s’est pas déroulé comme prévu…..

LIRE la suite:

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2018/11/09/consommation-de-drogue-la-reduction-des-risques-distance-interrompue-faute-de-financements_862666

0000000