Archives de 3 janvier 2020

Les autorités de lutte contre la drogue de Tanzanie ont affirmé jeudi que la ville de Dar es Salaam, principal poumon économique du pays, et la région de Mtwara dans le sud du pays, étaient les principales plateformes du trafic de drogue dans ce pays.

James Kaji, commissaire général de l’Autorité de contrôle et de répression des drogues, a fait savoir que la région de Tanga sur la côte de l’océan Indien se classait en troisième position comme point de passage du trafic de drogue.

« Presque toutes les régions restent des zones clé du trafic de drogue mais Mtwara est devenue un point de passage majeur pour le trafic de drogue, principalement en provenance du Mozambique, suivie par Dar es Salaam et Tanga », a déclaré M. Kaji lors d’une conférence de presse à Dar es Salaam.

LIRE PLUS

0000

#DrugsForSale, une étude publiée par le International Journal of Drug Policy, s’est intéressé à la tendance montante de l’utilisation des réseaux sociaux dans le commerce des drogues illicites. L’étude, réalisée en ligne, se base sur un échantillon international de 358 personnes (principalement originaires de Grande-Bretagne, d’Australie, du Canada et des États-Unis) ayant utilisé ou considéré l’utilisation des réseaux sociaux et des applications dédiés pour se procurer des produits stupéfiants.

76 % des personnes interrogées sur leurs façon d’accéder à ces produits ont déclaré utiliser Snapchat, 22 % utilisent Instagram, 11 % ont recours à Whatsapp, et 10 % déclarent utiliser Facebook ou Messenger. Les applications destinées aux rencontres, comme Tinder et Grindr, sont également cités par certains des sondés comme des moyens d’accéder aux drogues.

« Applications mobile utilisées pour accéder aux produits stupéfiants. » – Source: #DrugsForSale

0000

Maintes fois signalés aux autorités de nombreux utilisateurs twitters vendant et livrant de la drogue sont toujours en ligne

Ce compte Twitter n’est plus actif

C’était un compte Twitter, celui d’un certain « moonRock » qui a été créé en plein cœur du mois de juillet et qui propose des services un peu particuliers.

Ce dernier, photo à l’appui, poste un tweet sur lequel il mentionne une quinzaine de villes en précisant quelle drogue il a disposition, ainsi qu’un numéro de téléphone sur lequel il conseille de le contacter via l’application WhatsApp.

Cherbourg, Saint-Lô, Granville…

Au départ, seules les grandes métropoles que peuvent être Paris, Lyon ou Marseille étaient concernées mais, petit à petit, des communes plus petites ont été ciblées parmi lesquelles figurent de nombreuses cités normandes, à l’image de Caen, mais aussi Saint-Lô, Granville et Cherbourg.

SOURCE

0000