Archives de 5 mars 2020

Les polices turque et néerlandaise ont saisi plus de deux tonnes d’héroïne.
Une organisation a été découverte en train de faire passer des stupéfiants de l’est de la Turquie vers des pays d’Europe.

C’est une action conjointe de la police turque et néerlandaise, menée dans cinq pays, qui a permis de saisir au total 2,38 tonnes d’héroïne, a déclaré le ministre turc de l’Intérieur, Suleyman Soylu, selon Anadolia.

Source

0000

Dernière heure

————————————————————————————–

 

Les deux camions transportaient 165 kg et 279 kg d’herbe de cannabis. Interceptés, dimanche 1er mars, à Villevaudé par les douaniers de la BSI de Marne La Vallée et à Montauban par les hommes de la BSI.

Les chauffeurs, qui ignoraient la nature de leur chargement, ont été relâchés.

000000

Les douaniers de Marne la Vallée ont découvert 31 cartons, contenant 165 kg d’herbe de cannabis, cachés au milieu de denrées alimentaires qui faisaient écran.

La drogue était empaquetée dans des sachets en plastique, hermétiques.

Ils étaient cachés dans des cartons à l’arrière d’un camion immatriculé en Espagne qui se rendait aux Pays-Bas, précise Le Parisien.

L’enquête a ensuite conduit les autorités vers un second camion arrêté dans le Tarn et Garonne. Les agents y ont trouvé près de 280 kilos d’herbe de cannabis.

Source

0000

Un Vannetais de 52 ans veut fédérer les riverains qui n’en peuvent plus du trafic de drogue. Il a créé une adresse mail pour ceux qui sont prêts à s’opposer aux trafiquants.

« Je vous informe qu’à aucun moment je compte me laisser intimider par ce type de menaces, générées par les dealers du secteur qui m’ont conseillé de ne plus remettre les pieds dans le quartier. »

Dans le courriel, qu’il a adressé, samedi 29 février 2020, au directeur départemental de la sécurité publique, à la mairie de Vannes et à la préfecture du Morbihan, Stéphane se montre particulièrement déterminé.

L’incident, qui a mis le feu aux poudres, est survenu quelques heures plus tôt.

Le quinquagénaire allait faire une course, au Carrefour express du square de La Bourdonnaye (photo à droite), comme il a l’habitude de le faire, lorsqu’il a été pris à partie par deux individus. « J’étais en train de regarder mon portable, raconte-t-il. Ils pensaient que je les filmais et m’ont demandé de leur donner mon téléphone. J’ai refusé et quand je suis sorti du magasin, je me suis aperçu, en reprenant ma voiture, que mon pneu arrière gauche avait été volontairement dégonflé. »

Dans son mail, Stéphane évoque la possibilité, s’il n’est pas entendu par les autorités, de « mettre sur pied une milice suffisamment efficace pour pouvoir, au moins, accéder au commerce de La Bourdonnaye sans devoir rendre des comptes à des individus se réclamant les chefs du quartier. »

la mairie de Vannes

« Un sentiment d’impunité »

Un terme fort que cet habitant de Saint-Guen de 52 ans, parfaitement inséré dans la vie active, revendique. « Parler de milice, c’est un peu de la provoc’, admet-il, mais il y a un fond de réalité. On n’est pas loin de ne plus pouvoir passer dans le quartier, sans avoir à se justifier… »

Estimant que le trafic « gagne du terrain » et de la visibilité, le Vannetais a décidé d’agir. « Il y a un sentiment d’impunité chez les trafiquants. Les habitants en ont marre, mais commencent à avoir peur. Certains envisagent de quitter La Bourdonnaye. Mais leur céder le territoire, ce n’est pas la solution. »

Plutôt que de se résigner, le Vannetais veut croire qu’il est possible d’agir, notamment auprès des pouvoirs publics, pour chasser les trafiquants. « Si les habitants estiment que les trafiquants ne sont pas les bienvenus, la peur peut changer de camp, assure Stéphane, qui estime que « les policiers sont actifs, mais ce n’est pas suffisant. »

« On ne peut pas tolérer ça »

Insuffisant, c’est aussi ce qu’estime un autre quinquagénaire vannetais, qui réside à proximité du quartier de Ménimur. Avec une poignée d’autres habitants, qui ne veulent plus voir le trafic de stupéfiants gangrener leur ville, il a décidé d’agir, en rebaptisant les noms de rue du quartier : « Avant, le trafic se faisait dans les caves, puis dans les halls d’immeuble. Maintenant, c’est sur le trottoir. On ne peut pas laisser faire ça pour nos ados. On ne peut pas tolérer ça. »

« Ça va se terminer comment ?, s’inquiète un jeune habitant dont l’appartement donne la rue Sonia-Delaunay, nouveau haut lieu du trafic à Ménimur. Maintenant, ils affichent carrément les prix sur les murs. Un jour, il ne faudra pas s’étonner qu’ils soient armés. »

C’est pour éviter cela que Stéphane a décidé de fédérer tous ceux qui ne veulent pas voir le trafic de stupéfiants l’emporter.

En créant une adresse mail:

vannesdealstop@gmail.com

SOURCE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Que vous soyez commissaire de police, député, douanier, élu régional, énarque, enseignant, facteur, gendarme, gardien d’immeuble, journaliste, policier, magistrat, maire, médecin, militaire, notaire, officier, sous-officier, sénateur… ou simple citoyen, toutes informations « sensibles » que vous pourriez détenir sur le narcotrafic, intéressent « Aviseur international ».

Naturellement, votre anonymat sera garanti.

Premier contact:

WhatsApp: 33 (0) 6 84 30 31 81

ou

ns55dnred@outlook.fr

000000

CANCÚN, QR.-  Policías ministeriales detuvieron este domingo en la ciudad de Cancún, a una decena de personas, armadas y en posesión de drogas.

 

A quienes identifican como presuntos integrantes del Cártel de Jalisco Nueva Generación (CJNG).  En conferencia de prensa, el titular de la Fiscalía General de Quintana Roo, Oscar Montes de Oca, indicó que las personas capturadas, en dos momentos y puntos distintos, pretendían establecer un centro de operaciones de dicha célula criminal en esta ciudad. Y se dedicaban a asesinar y privar de la libertad a integrantes de grupos delincuenciales antagónicos.  Entre los detenidos figura un hombre identificado como José R, señalado  como  el probable líder de la célula criminal del citado cártel.

leer mas

000000

000000


D’après les observations du procureur de la République de Bonneville et de la commandante de gendarmerie de la brigade de Chamonix, la consommation et le trafic de produits stupéfiants dans les stations de ski du territoire sont en hausse cette année.

LIRE

0000

Mardi 3 mars, les douaniers de Poitiers ont procédé à l’interpellation de deux personnes sur une aire de repos de l’autoroute
A10, aux environs de Saint-Maixent.

180 grammes de cocaïne ont été saisis.

Source

0000

0000

BIS REPETITA PLACENT

Agents de la Police nationale et policiers municipaux se sont associés pour faire une descente dans le quartier de Ménimur et au square de La Bourdonnaye, pendant trois heures ce mercredi après-midi. Une action menée dans le cadre de la lutte contre les trafics de stupéfiants. La brigade canine de la Police municipale a permis de mettre la main sur 28 g de résine de cannabis, cachés derrière une grille d’aération, rue Sonia-Delaunay, à Ménimur. Les contrôles d’identité ont amené les policiers à appréhender quatre personnes dans le square du Morbihan. Il s’agit de deux mineurs en fugue qui faisaient l’objet d’une fiche de recherche. Ils ont été remis à des éducateurs. Un jeune majeur de nationalité albanaise, en situation irrégulière, a également été ramené au commissariat.

Lire

0000

Les officiers de la Customs Anti-Narcotics Section de la Mauritius Revenue Authority ont procédé à la saisie de 95 g de résine de cannabis et de 12.6 g de méthamphétamine en ce mercredi 4 mars, à la poste centrale de Port-Louis.

Lire

0000

Selon le Guardian, l’enquête avait commencé en août dernier quand la police et les douaniers ont remarqué qu’une entreprise importait des blocs de marbre de 25 tonnes en provenance du Mexique vers le port de Valence.

Une opération conjointe de la police nationale et de la douane a été lancée afin de scruter de plus près les activités de l’entreprise, ce qui a conduit à inspecter une cargaison de six blocs arrivés à Valence mi-octobre. Les douaniers ont alors remarqué de mystérieuses traces à la base d’un des blocs.Les opérations qui ont suivi ont permis l’arrestation de cinq personnes et la découverte de 352 kg de méthamphétamine et, surtout, la découverte du mode opératoire des trafiquants. Dans la foulée, une autre découverte de 400 kg a suivi.

Source

0000

The Navy and the Police Narcotics Bureau discovered 330 kilograms of heroin and 50 kilograms of ice in a joint operation carried out in international waters on Monday (March 2).

Read

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Colombo (AFP)

Two foreign trawlers packed with over $33 million worth of heroin and crystal methamphetamine were seized in Sri Lanka’s biggest-ever drugs bust at sea, a navy spokesman said Thursday.

read more

0000

Troops found 400kg (about 880 pounds) of heroin and 100kg (about 220 pounds) of the drug « ice » on board the two vessels, spokesman Isuru Sooriyabandara said.

READ

000000

Un automobiliste immatriculé en Hongrie a forcé la douane à engager une course-poursuite de 70 kilomètres à travers le département des Hautes-Alpes, rapporte La Provence ce mercredi. Les douaniers ont finalement saisi près de 100 kilogrammes de drogue.

LIRE

0000