Archives de 12 mars 2020

Et pendant ce temps, l’année dernière, les avions ont continué à se poser au Guatemala et à y être régulièrement incendiés.après usage.

De vieux Gulfstream (type II) et surtout des Hawker 125, type 700, vendus aujourd’hui environ un demi-million de dollars maxi (le plus souvent c’est vers les 350 000), des biréacteurs emportant pour la plupart plus d’une tonne de cocaïne à l’intérieur et faisant passer le trafic dans une autre dimension, avec cet imposant chargement à chaque coup. Des avions considérés comme jetables, abandonnés ou incendiés après avoir servi, si ce n’est même enterrés pour certains comme on a pu déjà le voir ici. La traque de leurs propriétaires aboutissant invariablement à des surprises, à savoir des gens n’affichant pas le train de vie de millionnaires, loin de là, ou des personnes restées transparentes derrière le rideau des fameuses fiducies qui rendent anonymes les propriétaires de jets.

Des avions le plus souvent venus du Venezuela et de la région autour du lac Maracaïbo, dans l’Etat de Zulia notamment (1), qui regorge de longues pistes en dur permettant leur envol.
Un avion bien réel et un propriétaire virtuel

Dans l’article énumérant les arrivages, trois photos d’un énième gros porteur biréacteur qui avait réussi à se poser le 27 octobre dernier à Vista Hermosa, près Ixcán juste à la frontière du Chiapas (Mexique), et avait été incendié après. Lorsque les policiers sont arrivés, il brûlait.encore visiblement. On pouvait voir les flammes lécher encore son fuselage.

LIRE

0000

Manifestement, le marché a l’air de changer: les atterrissages se précipitent, symptôme d’une forte demande à satisfaire (pendant la période de fin d’année, c’est fou ce qu’on semble avoir consommé comme poudre blanche, faute de neige…).

Les gros porteurs à réaction sont arrivés (de
loin) au Belize, au Guatemala et dans le Yucatan mexicain (Campeche et Quintana Roo). Des arrivages nombreux, venus d’endroits plus diversifiés aussi, et qui sont également la preuve de luttes intestines au sein des différents Cartels, dont de nouveaux venus cherchent à bousculer la hiérarchie établie. Avec encore plus de drogue, mais aussi de technicité et de violence, hélas !!!

Une aile bleue dans le brouillard de Peten
Les vieux Gulfstream ne sont pas en reste dans cette frénésie d’arrivages. Le 15 décembre, les militaires guatémaltèques découvrent dans le brouillard matinal les vestiges encore fumant d’un appareil de belle taille (cf ici à droite).

C’est près de Quiché, (au centre du pays, à la frontière avec le Mexique), sur une énième piste clandestine aménagée : en fait l’allée de ce qui semble être une plantation de maïs (?). Le lourd appareil a réussi à se poser et les trafiquants y ont mis le feu une fois sa cargaison déchargée.

LIRE

0000

0000

Encore un gros dossier de trafic de drogue examiné par le tribunal correctionnel de Charleroi.

Cette fois, ils sont 18 prévenus convoqués devant le tribunal: certains sont d’ailleurs en détention préventive depuis les perquisitions de janvier 2019.

Pour le parquet, la bande inondait Marchienne de cocaïne et d’héroïne, sous les ordres d’Abdellah S., dit «le manouche».

Lire

0000

FRANCE 🇫🇷: qu’est-ce qu’une drogue ?

Publié: 12 mars 2020 par aviseurinternational dans Narcotrafic INFOS

via FRANCE 🇫🇷: qu’est-ce qu’une drogue ?

Efectivos de Vigilancia Aduanera, en coordinación con personal de la Benemerita, localizaron un alijo de 160 kilos de cocaína ocultos en un contenedor, en un barco que llegó al puerto de Marín (Pontevedra) desde Sudamérica.
Según informaron fuentes del Instituto Armado, el hallazgo se produjo en la madrugada del pasado sábado, en el transcurso de una de las inspecciones habituales que se realizan a los contenedores previamente
seleccionados.

Leer

0000

En dos operativos se decomisaron 11 sacos de yute que contenían bloques de cocaína y de marihuana que superan la media tonelada de droga.

Según investigaciones de uniformados de la Unidad de Investigaciones Antinarcóticos (UIAN), esta droga estaba destinada para el tráfico internacional por vía marítima.

Leer

0000

L’affaire, c’est une histoire de trafic de drogue qui a mal tourné, dans le canton de Vaud, en Suisse.

Un Franc-Comtois de 20 ans doit y livrer une cargaison de plusieurs kilos de résine de cannabis à des trafiquants suisses. Mais il choisit de leur donner, à la place, des pains de savon, empaquetés comme de la drogue.

Le livreur se rend le samedi 29 février, dans un petit appartement de Grandson, près d’Yverdon-les-Bains. Lorsqu’il donne la marchandise aux dealers, ces derniers s’aperçoivent de la supercherie. Le Français
réplique: il prend l’arme d’un des dealers et tire cinq coups de feux.

Bilan : deux morts et trois blessés.

LIRE

0000