Archives de 5 avril 2020

La Guardia Nacional a través de un comunicado informó que en coordinación con personal de Aduanas del SAT (Servicio de Administración Tributaria) interceptaron 36 kilos 812 gramos de presunta cocaína y 3 kilos 992 gramos presumiblemente heroína.

Los hechos ocurrieron cuando marcaron el alto a la unidad tipo tractocamión unido con semirremolque, con placas del estado de Oklahoma, Estados Unidos.

Al inspeccionar el tráiler con un perro detector de drogas, armas de fuego y dinero en efectivo, marcó positivo.

Leer mas

0000

Dans le jargon policier, c’est ce qui s’appelle une « très grosse équipe ».

Et sans exagérer, c’est véritablement un coup de filet hors norme qu’avaient réalisé les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme (BRB) appuyés par leurs collègues de la BRI.

Dans leur ligne de mire, depuis un renseignement daté de janvier 2018, une bande de malfaiteurs chevronnés et très dangereux déjà « impliqués dans plusieurs vols à main armée et séquestrations » dans le département, glisse une source policière. Toujours selon nos informations exclusives, écrivait à l’époque ‘La Provence‘, cette équipe marseillaise, dont les principaux membres avaient pu être localisés et mis sous surveillance ces dernières semaines, « s’apprêtait à passer de nouveau à l’action ».,

Leur cible potentielle ? Une entreprise disposant d’un important stock de diamants et d’argent liquide. « Les surveillances constantes autour d’un box ont permis d’avoir la certitude qu’ils étaient entrés dans une phase active », confirme un proche du dossier.

Ainsi convaincue de « l’imminence » du braquage, la police judiciaire, agissant sur commission rogatoire, s’est donc résolue à passer à l’action.

Succès total de l’opération, puisque dix interpellations ont eu lieu simultanément dans la région marseillaise.

Tous connus des services pour des faits de violences, de recels, de port d’arme illégal et même, pour le plus âgé, de « participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime ».

Déférés et écroués

A l’époque, ils avaient été Immédiatement placés en garde à vue, déférés devant un juge et écroués. Une issue logique au vu des résultats des diverses perquisitions réalisées à la suite de ce coup de filet. Au total, ce fut une vingtaine d’armes, dont quatre fusils d’assaut et douze pistolets qui avaient été découverts par les enquêteurs. Mais aussi, des dizaines de milliers d’euros, des métaux précieux et des bijoux de luxe.

C’est ce que nous rapportait le journal ‘La Provence‘, le 30 septembre 2018.

L’ensemble des citoyens était satisfait de la performance policière que l’on ne pouvait attribuer qu’au travail des enquêteurs sur le terrain, croyait-on!

Depuis, la juge d’instruction Isabelle Perrin ayant été dessaisie de la procédure, c’est le juge d’instruction Antoine Derieux qui avait repris le dossier. Il était furieux, m’a t on laissé entendre, car la BRB, non contente d’avoir provoqué cette opération, n’a pas hésité à mettre en danger les employés de la société « CPoR Devises » qui servait d’appât, en donnant toutes informations utiles sur cette société à un de leurs informateurs pour pousser et convaincre une bande de malfaiteurs de braquer cette société .

La BRB fournit toutes les informations sur la cible servant d’appât

Disposant des plans de la société, des noms et prénoms de tous les employés et leurs adresses personnelles fournis par la BRB, l’informateur réussit à convaincre l’équipe des braqueurs, persuadée que cette proposition de braquage ne pouvait venir que d’un des leurs qui semblait si bien ‘rencardé’. En effet, il avait le nom du directeur de l’agence, celui des caissières, les plans, le protocole de sécurité, le chiffre d’affaires et les sommes d’argent et d’or contenues dans les coffres.

Depuis, tous les mis en cause ont été remis en liberté provisoire pour enquête déloyale et un recours a été déposé pour faire annuler la procédure.

Comme d’habitude, les fonctionnaires de la BRB sont frappés d’amnésie subite et le commandant C.E, qui était l’officier traitant de cet informateur enregistré au SIAT, aurait été dessaisi par l’OCLCO (L’office central de lutte contre le crime organisé).

Quand à l’informateur, bien qu’ayant répondu favorablement aux demandes du patron local de la BRB, il se retrouve seul pour organiser sa planque, puisque les « braqueurs » ont appris par la procédure qu’il était à l’origine de cette affaire qui les a conduit en prison.

Toutes informations complémentaires sur cette sinistre affaire de provocation par des services policiers seront les bienvenues

°°°°°°

Pour les incrédules, à lire durant le confinement!

Dans Brigade anti-criminalité, Sébastien Bennardo nous livre un témoignage inédit et captivant sur le vol et le racket érigés en système à la BAC nord de Marseille.

000000

 

Le Triangle d’Or, qui borde la province de Chiang Rai, est l’une des plus grandes régions productrices d’opium au monde après l’Afghanistan.

Les saisies d’héroïne dans la région du Triangle d’Or, le long de la frontière entre le Myanmar et le Laos, ont augmenté chaque année.

M. Niyom a déclaré que les producteurs de drogue utilisent la Chine, le Laos, le Vietnam et la Thaïlande comme base pour le transport des cargaisons.

L’héroïne est expédiée vers d’autres pays, mais elle est parfois vendue en Thaïlande en cours de route.

Il a déclaré que la production d’opium avait diminué l’année dernière, mais que 50 tonnes d’héroïne avaient été expédiées de la région vers d’autres pays et des régions éloignées.

LIRE

0000