COLOMBIE 🇨🇴 (narcologistique): la principale route d’acheminement de la coke aux États-Unis reste le Pacifique et non le Venezuela

Publié: 7 avril 2020 par Marc Fievet dans Aeronarcotrafic, Cocaïne, Colombie, Narco-logistique, NARCOTRAFIC, Narcotrafic INFOS, Narcotrafic maritime, Pays de transit, Venezuela
Tags:

par Ariel Ávila

La Fondation pour la paix et la réconciliation a publié un rapport révélateur sur la dynamique du trafic de drogue en Colombie et les voies de sortie des drogues.

L’information survient à un moment où le gouvernement des États-Unis a mis un prix sur la direction de Chavismo et lorsqu’une force navale a été mobilisée vers la mer des Caraïbes, près des eaux vénézuéliennes.

Le rapport donne quatre données révélatrices.

La première est que pour 2017, selon les données de services officiels des États-Unis, 85% du trafic de drogue était maritime, ce qui signifie que 15% était aérien. Mais sur le trafic maritime total, 70% ont transité par le Pacifique, ce qui signifie que les 30% restants ont transité par la mer des Caraïbes.


Ce qui précède indique que le Venezuela n’est pas la principale voie de sortie de la cocaïne produit en Colombie. En outre, le rapport cite un rapport de l’organisation Wola, qui dit que les données de la Consolidated Interagency Drug Database (CCDB, pour son acronyme en anglais) des États-Unis. USA montrent que les flux de cocaïne à travers le Venezuela ont diminué par rapport à leur pic de 2017. Selon les données du CCDB, la quantité de cocaïne traversant le Venezuela a diminué de 13% de 2017 à 2018, et semble continuer à diminuer légèrement jusqu’à mi 2019.

Les secondes données complètent les premières. Fondamentalement, nous avons le gros problème dans le Pacifique colombien, où la majeure partie de la drogue provient de la Colombie en Amérique centrale et de là aux États-Unis.

Dans cette partie du pays, il y a une véritable reconfiguration criminelle.

Une vingtaine d’organisations criminelles contestent ce territoire mètre par mètre. Les comptables, le Oliver Sinisterra Front, l’ELN, le Gulf Clan, The Company et différents dissidents des Farc font partie de ces structures.

Il en résulte des dizaines d’homicides, de déplacements forcés et de séquestration contre la population de ces territoires, ainsi que le meurtre de dirigeants sociaux et, en général, un massacre constant contre la population noire et indigène.

source

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s