Archives de 19 avril 2020

Personal naval aseguró ayer una avioneta tipo CESSNA con presunta droga, combustible y motocicletas en inmediaciones del poblado Aztlán Chiapas, informó la Secretaría de Marina-Armada de México.

En un boletín detalló que la operación se realizó a través de la vigilancia costera con un helicóptero tipo MI-17 con personal de la Brigada de Infantería de Marina, desde donde se logró el avistamiento de la avioneta en una pista clandestina localizada a 42 kilómetros aproximadamente al noroeste de Puerto Chiapas, Chiapas.Leer

0000

 

000000

Le Pacifico

Le mercredi vingt-deux octobre 1997, les gendarmes Degresley et Fournier de la GRC Bathurst rendent visite à Marc Fievet au pénitencier de Springhill en Nouvelle Écosse et lui ont rapporté une partie de son dossier de défense. Le reste sous quinzaine lui diront-ils… Le gendarme Degresley lui demanda alors d’agir sur le capitaine du Pacifico, Jürgen Kirchhoff, détenu dans le même établissement pour qu’il supprime son appel.

Fievet accepte, pour que personne ne se méprenne sur son appartenance à la DNRED.

A sa demande, Jürgen Kirchhoff, le capitaine propriétaire du cargo Pacifico se désistera, malgré le fait que les avocats de Kirchhoff étaient sûrs de faire casser le jugement de la saisie du M/S Pacifico qui étant illégale ne pouvait que rester illégale.

Le Poséidon

La « légalisation » de la saisie du M /V Pacifico en Eaux Internationales n’avait pu intervenir qu’en utilisant la seule jurisprudence créée par la saisie en haute mer du M/V Poseidon, décrétée légale par le juge Devonshire dans le jugement de Mills.

La GRC avait déjà récupéré le montant de la vente du Pacifico, obtenue après le dessaisissement du juge Alex Deschenes qui ne voulait pas légaliser cet acte de piraterie et ne voulait entendre parler de restituer les fonds.

Pourquoi se compliquer la vie, ici au Canada, comme ailleurs, quand un juge ne veut pas enfreindre la loi, il suffit d’en changer!

Le nouveau juge canadien Roger McIntyre se verra offrir un voyage à Londres pour rencontrer le juge Devonshire pour conforter la décision qu’il doit prendre et demander au juge Devonshire d’ajouter dans le jugement de Mills, le narco anglais condamné, la saisie « légale » en haute mer du Poseidon afin que cette dernière soit utilisée comme jurisprudence. La GRC fait une très forte pression sur le juge Roger McIntyre puisque le fils du juge Roger McIntyre est poursuivi par la GRC pour trafic de stupéfiant.

Pour récompenser la docilité et la soumission de ce juge acceptant la collusion, les poursuites contre le fils du juge McIntyre seront abandonnées.

Vous avez dit Justice!

000000

5 hommes protestant contre l’innocence d’un prétendu complot de contrebande de drogue de 53 millions de livres sterling se sont vu refuser l’aide du « chien de garde de la justice » pour dénonciation publique de leur affaire devant la Cour d’appel – malgré de nouvelles preuves scientifiques puissantes montrant que la version des faits présentée par l’accusation était impossible .

Jamie Green, Jon Beere, Daniel Payne, Scott Birtwistle et Zoran Dresic purgent au total 104 ans de prison entre eux après avoir été condamné en 2011 pour complot en vue de faire passer en contrebande 53 millions de livres sterling de cocaïne au large des côtes de l’île de Wight.

Ces hommes ont toujours insisté sur le fait qu’ils sont innocents et sont représentés par un organisme de bienfaisance juridique, le Center for Criminal Appeals. Grâce aux campagnes inébranlables de leurs familles, ils sont devenus les «Freshwater Five».

Ces cinq hommes, maintenant connus sous le nom de Freshwater Five, n’étaient pas des trafiquants de drogue. Ils n’avaient jamais été condamnés pour drogue ou malhonnêteté, aucune preuve médico-légale les liait à la cocaïne et une enquête sur la loi sur les produits de la criminalité a évalué à zéro leurs gains de criminalité.

Qu’a cela ne tienne! La justice les condamnera lourdement!

Des patrouilleurs et des avions de surveillance patrouillaient en permanence suite au declenchement de l’opération « Disorient »

Au milieu du chenal, où le transfert présumé aurait eu lieu, en pleine nuit par un vent de force de huitt, il n’y avait rien à voir. Les instruments du Galwad montrent que le bateau n’a jamais cessé de bouger, mais vers 12 h 40, pendant trois minutes et demie, il a réduit sa vitesse de 5 nœuds à 0,57 nœud. L’accusation a affirmé que cela suffisait à Green et à son équipage pour récupérer 11 colis de cocaïne et qu’elle croyait que ces colis avaient été largués par un porte-conteneurs de passage, le MSC Oriane, faisantroute vers la Hollande depuis le Brésil. (Aucune trace de drogue n’a été trouvée sur le « MSC Oriane ».)
La proximité de ces deux navires a été vivement contestée et, au procès, un expert maritime a déclaré qu’il ne pouvait qu’être «amusé» par les allégations de l’accusation. N’importe qui sur le MSC Oriane, voyageant à 18 nœuds, aurait risqué de déchirer les fourre-tout en jetant 53 millions de livres sterling de cocaïne dans la mer. Et sur le Galwad, dans le noir absolu, par grand vent, par mer agitée, récupérer

même un fourre-tout en trois minutes et demie aurait été «pratiquement impossible».

La Controverse

Pourtant, le tribunal a appris que le lundi matin, lors d’un compte rendu de l’opération policière, des « modifications substantielles avaient été apportées au rapport de police – tellement longues et détaillées qu’elles étaient devenues plus longues que le rapport lui-même« .

Le rapport le plus critique, et la seule preuve directe reliant les hommes aux drogues, a été fait par les deux policiers de Tennyson Down, alors que contrairement au protocole strict, ils n’ont pas assisté au débriefing, mais ont apporté cet amendement lorsqu’ils ont rencontré le responsable de la surveillance dans un parking qui a déclaré: « Les colis semblaient être de couleur sombre et approximativement de la taille d’un grand fourre-tout. Ils ont été attachés ensemble sur une ligne et ont été expédiés du bateau l’un après l’autre, pour un total de 10-12. Le dernier élément était une bouée flottante rouge. » Est-ce que Green avait vraiment déposé cette énorme quantité de cocaïne par temps clair et ensoleillé, dans une baie où le rivage et les falaises grouillaient de monde? Un pêcheur expérimenté laisserait-il des sacs flotter et dériver au lieu d’être soigneusement ancrés et submergés? Et après avoir été témoin d’un largage aussi suspect, la police laisserait-elle ces objets dans la mer toute une nuit sans même prendre une photo ou noter le GPS? Au tribunal, l’un des policiers a affirmé qu’il n’avait pas de caméra…

Aucune autre preuve n’a émergé.

Il y a eu des appels par satellite sur le Galwad en mer ce samedi soir – mais leur contenu est inconnu.

Bien que la cocaïne soit humide, suggérant une fuite, aucune trace n’a été trouvée sur le bateau. Et même si un plaidoyer de culpabilité aurait considérablement réduit leurs peines, tous les cinq ont insisté sur le fait qu’ils étaient innocents. Avant le procès, la police a rendu visite à Payne dans la prison de Parkhurst, offrant la liberté en échange d’informations, mais Payne a insisté sur le fait qu’il n’avait rien à donner. « Ils m’ont dit que je ne devais pas être là, je pouvais aller où je voulais, je pouvais avoir une nouvelle identité – mais je leur ai dit que je ne savais rien. »

Dans tous les cas, le Galwad est finalement retourné vers l’île.

Ce dimanche était clair et lumineux. Le bateau était resté dehors toute la journée – à la vue de la foule des jours fériés, ainsi que de deux policiers sur Tennyson Down, une falaise de craie herbeuse avec vue panoramique sur la mer. Peu de temps avant le retour du Galwad à Yarmouth, ces policiers ont transmis par radio une entrée: «Le SU116 (le numéro d’identification du Galwad) se déplace vers l’ouest, jetant six à sept articles par-dessus bord à intervalles.» Green a prétendu que, c’étaient des vieux appâts et des déchets qui «avaient été jetés par-dessus bord» .

À leur arrivée à Yarmouth, des paniers de homard dans les bras, ils ont été arrêtés et le bateau saisi. La police était tellement certaine de trouver à bord de la drogue que l’acte d’accusation original contre Green mentionnait «possession et intention de fournir».

Le Galwad a été fouillé et partiellement démonté. Son réservoir a été pompé, un Itemiser (un équipement de police très sensible) a ausculté chaque centimètre du bateau, mais aucune molécule de cocaïne n’a été trouvée.
Le lendemain matin, lundi 31 mai, un pêcheur de homard a trouvé 11 casiers, chacun empilés avec de la cocaïne, reliés tous ensemble par une seule corde attachée à une bouée lestée à Freshwater Bay, mais dans une zone trop peu profonde pour que le Galwad puisse s’y aventurer… l’accusation affirmant alors que les fourre-tout avaient peut-être dérivé!

De tout cela, la Justice n’en a que faire! Il faut trouver des coupables! Et ces pécheurs seront donc les coupables parfaits.

source

000000

The spokesman said an ANF team at the Qasim International Container
Terminal, Karachi, intercepted a container no MEDU5354822 containing soap stone as cover load destined to Antwerp, Belgium.

During a thorough examination of the cargo, 700 kilograms of heroin and 80 kilograms of opium were found cleverly concealed.

The exporter was named as Al Razi Trader, Shop No 17, Near Police Station, Farid Town, Sahiwal, and the consignee was identified as, PROTUTEX TRADING, Belgium, while the clearing agent was Al Noor Shipper.

Read more

0000

Lors d’une opération, des agents de la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS) et de la Direction Central de la Police Judiciaire (DCPJ) ont saisi une importante quantité de stupéfiants : 128, 37 kg de marijuana et 11,06 kg de cocaïne, ainsi que 3,790 dollars américains, des armes à feu en pièces détachées apparemment de type MP5, T65 et un pistolet de la Police Nationale d’Haïti, de marque Taurus, modèle PT809E, de numéro de série TFX46630.
Dans le cadre de cette opération, un individu identifié comme Watson Dwight Anthony, né en Jamaïque le 1er février 1986 a également été arrêté.

LIRE

0000

A decade ago, the fishermen were sentenced to a total of 104 years in prison.

Now, new evidence suggests they are innocent

The first arrests took place on the harbour at Yarmouth, the cobbled, picture-book port that lies on the Isle of Wight’s quieter western side. It was a Sunday evening, 30 May 2010, almost a decade ago, but Nicky Green still sees it in Technicolor. She was working in Salty’s, the family’s restaurant just yards from the marina. “It was the bank holiday weekend and we were absolutely stacked,” she says. Her parents were serving behind the bar, her daughter was waiting tables and her younger brother, Jamie, a 42-year-old fisherman, was out on the quay, just back from sea. “I’d called and asked him to bring in some lobsters,” Nicky recalls. “I was expecting him to walk through the door when someone told me he’d been arrested.”

Read more

0000

Un Néo-Zélandais, âgé de 33 ans, et un Sud-Africain de 34 ans ont été arrêtés après que leur yacht battant pavillon britannique, enregistré à Gibraltar, a été intercepté par les autorités australiennes au large du lac Macquarie, dans l’état de la Nouvelle-Galles du Sud, tôt ce samedi matin.

Selon 9News, l’opération a impliqué la police de la Nouvelle-Galles du Sud, la police fédérale australienne, les forces frontalières australiennes, les autorités ADF et la Nouvelle-Calédonie (Douane et Gendarmerie) qui a signalé ce voilier.

Source

0000