ROYAUME UNI 🇬🇧 (Freshwater Five): qu’importe qu’ils soient innocents…ces pĂ©cheurs Ă©taient les coupables parfaits

Publié: 19 avril 2020 par Marc Fievet dans HM Customs Excise (UK), NCA, UK
Tags:, , , , ,

5 hommes protestant contre l’innocence d’un prĂ©tendu complot de contrebande de drogue de 53 millions de livres sterling se sont vu refuser l’aide du « chien de garde de la justice » pour dĂ©nonciation publique de leur affaire devant la Cour d’appel – malgrĂ© de nouvelles preuves scientifiques puissantes montrant que la version des faits prĂ©sentĂ©e par l’accusation Ă©tait impossible .

Jamie Green, Jon Beere, Daniel Payne, Scott Birtwistle et Zoran Dresic purgent au total 104 ans de prison entre eux après avoir Ă©tĂ© condamnĂ© en 2011 pour complot en vue de faire passer en contrebande 53 millions de livres sterling de cocaĂŻne au large des cĂ´tes de l’Ă®le de Wight.

Ces hommes ont toujours insistĂ© sur le fait qu’ils sont innocents et sont reprĂ©sentĂ©s par un organisme de bienfaisance juridique, le Center for Criminal Appeals. Grâce aux campagnes inĂ©branlables de leurs familles, ils sont devenus les «Freshwater Five».

Ces cinq hommes, maintenant connus sous le nom de Freshwater Five, n’Ă©taient pas des trafiquants de drogue. Ils n’avaient jamais Ă©tĂ© condamnĂ©s pour drogue ou malhonnĂŞtetĂ©, aucune preuve mĂ©dico-lĂ©gale les liait Ă  la cocaĂŻne et une enquĂŞte sur la loi sur les produits de la criminalitĂ© a Ă©valuĂ© Ă  zĂ©ro leurs gains de criminalitĂ©.

Qu’a cela ne tienne! La justice les condamnera lourdement!

Des patrouilleurs et des avions de surveillance patrouillaient en permanence suite au declenchement de l’opĂ©ration « Disorient »

Au milieu du chenal, oĂą le transfert prĂ©sumĂ© aurait eu lieu, en pleine nuit par un vent de force de huitt, il n’y avait rien Ă  voir. Les instruments du Galwad montrent que le bateau n’a jamais cessĂ© de bouger, mais vers 12 h 40, pendant trois minutes et demie, il a rĂ©duit sa vitesse de 5 nĹ“uds Ă  0,57 nĹ“ud. L’accusation a affirmĂ© que cela suffisait Ă  Green et Ă  son Ă©quipage pour rĂ©cupĂ©rer 11 colis de cocaĂŻne et qu’elle croyait que ces colis avaient Ă©tĂ© larguĂ©s par un porte-conteneurs de passage, le MSC Oriane, faisantroute vers la Hollande depuis le BrĂ©sil. (Aucune trace de drogue n’a Ă©tĂ© trouvĂ©e sur le « MSC Oriane ».)
La proximitĂ© de ces deux navires a Ă©tĂ© vivement contestĂ©e et, au procès, un expert maritime a dĂ©clarĂ© qu’il ne pouvait qu’être «amusé» par les allĂ©gations de l’accusation. N’importe qui sur le MSC Oriane, voyageant Ă  18 nĹ“uds, aurait risquĂ© de dĂ©chirer les fourre-tout en jetant 53 millions de livres sterling de cocaĂŻne dans la mer. Et sur le Galwad, dans le noir absolu, par grand vent, par mer agitĂ©e, rĂ©cupĂ©rer

même un fourre-tout en trois minutes et demie aurait été «pratiquement impossible».

La Controverse

Pourtant, le tribunal a appris que le lundi matin, lors d’un compte rendu de l’opĂ©ration policière, des « modifications substantielles avaient Ă©tĂ© apportĂ©es au rapport de police – tellement longues et dĂ©taillĂ©es qu’elles Ă©taient devenues plus longues que le rapport lui-mĂŞme« .

Le rapport le plus critique, et la seule preuve directe reliant les hommes aux drogues, a Ă©tĂ© fait par les deux policiers de Tennyson Down, alors que contrairement au protocole strict, ils n’ont pas assistĂ© au dĂ©briefing, mais ont apportĂ© cet amendement lorsqu’ils ont rencontrĂ© le responsable de la surveillance dans un parking qui a dĂ©clarĂ©: « Les colis semblaient ĂŞtre de couleur sombre et approximativement de la taille d’un grand fourre-tout. Ils ont Ă©tĂ© attachĂ©s ensemble sur une ligne et ont Ă©tĂ© expĂ©diĂ©s du bateau l’un après l’autre, pour un total de 10-12. Le dernier Ă©lĂ©ment Ă©tait une bouĂ©e flottante rouge. » Est-ce que Green avait vraiment dĂ©posĂ© cette Ă©norme quantitĂ© de cocaĂŻne par temps clair et ensoleillĂ©, dans une baie oĂą le rivage et les falaises grouillaient de monde? Un pĂŞcheur expĂ©rimentĂ© laisserait-il des sacs flotter et dĂ©river au lieu d’ĂŞtre soigneusement ancrĂ©s et submergĂ©s? Et après avoir Ă©tĂ© tĂ©moin d’un largage aussi suspect, la police laisserait-elle ces objets dans la mer toute une nuit sans mĂŞme prendre une photo ou noter le GPS? Au tribunal, l’un des policiers a affirmĂ© qu’il n’avait pas de camĂ©ra…

Aucune autre preuve n’a Ă©mergĂ©.

Il y a eu des appels par satellite sur le Galwad en mer ce samedi soir – mais leur contenu est inconnu.

Bien que la cocaĂŻne soit humide, suggĂ©rant une fuite, aucune trace n’a Ă©tĂ© trouvĂ©e sur le bateau. Et mĂŞme si un plaidoyer de culpabilitĂ© aurait considĂ©rablement rĂ©duit leurs peines, tous les cinq ont insistĂ© sur le fait qu’ils Ă©taient innocents. Avant le procès, la police a rendu visite Ă  Payne dans la prison de Parkhurst, offrant la libertĂ© en Ă©change d’informations, mais Payne a insistĂ© sur le fait qu’il n’avait rien Ă  donner. « Ils m’ont dit que je ne devais pas ĂŞtre lĂ , je pouvais aller oĂą je voulais, je pouvais avoir une nouvelle identitĂ© – mais je leur ai dit que je ne savais rien. »

Dans tous les cas, le Galwad est finalement retournĂ© vers l’Ă®le.

Ce dimanche Ă©tait clair et lumineux. Le bateau Ă©tait restĂ© dehors toute la journĂ©e – Ă  la vue de la foule des jours fĂ©riĂ©s, ainsi que de deux policiers sur Tennyson Down, une falaise de craie herbeuse avec vue panoramique sur la mer. Peu de temps avant le retour du Galwad Ă  Yarmouth, ces policiers ont transmis par radio une entrĂ©e: «Le SU116 (le numĂ©ro d’identification du Galwad) se dĂ©place vers l’ouest, jetant six Ă  sept articles par-dessus bord Ă  intervalles.» Green a prĂ©tendu que, c’Ă©taient des vieux appâts et des dĂ©chets qui «avaient Ă©tĂ© jetĂ©s par-dessus bord» .

Ă€ leur arrivĂ©e Ă  Yarmouth, des paniers de homard dans les bras, ils ont Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s et le bateau saisi. La police Ă©tait tellement certaine de trouver Ă  bord de la drogue que l’acte d’accusation original contre Green mentionnait «possession et intention de fournir».

Le Galwad a Ă©tĂ© fouillĂ© et partiellement dĂ©montĂ©. Son rĂ©servoir a Ă©tĂ© pompĂ©, un Itemiser (un Ă©quipement de police très sensible) a auscultĂ© chaque centimètre du bateau, mais aucune molĂ©cule de cocaĂŻne n’a Ă©tĂ© trouvĂ©e.
Le lendemain matin, lundi 31 mai, un pĂŞcheur de homard a trouvĂ© 11 casiers, chacun empilĂ©s avec de la cocaĂŻne, reliĂ©s tous ensemble par une seule corde attachĂ©e Ă  une bouĂ©e lestĂ©e Ă  Freshwater Bay, mais dans une zone trop peu profonde pour que le Galwad puisse s’y aventurer… l’accusation affirmant alors que les fourre-tout avaient peut-ĂŞtre dĂ©rivĂ©!

De tout cela, la Justice n’en a que faire! Il faut trouver des coupables! Et ces pĂ©cheurs seront donc les coupables parfaits.

source

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s