Archives de 13 juin 2020

Un lecteur nous écrit:

« De 2004 (suite aux attentats du 11 septembre) à 2015, les terminaux à conteneurs accueillant des marchandises dangereuses étaient classés en zones d’accès restreint au titre du code ISPS.

Les mesures de sûreté imposaient la vérification des casiers judiciaires des accès permanents et des mesures de surveillance et de contrôle.
Sans doute trop contraignant, et l’on peut se demander pourquoi, les terminaux ont été déclassés des ZAR.
Seules les installations accueillant des passagers internationaux restent concernées. Avec plus ou moins de fiabilité si l’on s’en réfère aux rapports d’inspection de la Commission Européenne.
Donc, la sûreté du trafic maritime a cédé aux lobbies de la communauté portuaire en France.
On n’a pas fini d’entendre parler de la participation des dockers aux trafics.

La FNPD, Fédération Nationale Ports et Docks, branche de la CGT, reste aussi très puissante. French Strike (grève) est une crainte dans le commerce maritime international.

Rotterdam n’a pas désempli pendant la crise.
La France va maintenir son trafic captif pour ses propres besoins. Je ne vois pas de perspective de développement.
Avec l’expérience, les maux de notre société résident dans l’incapacité de commercer avec le monde. Les autres pays européens n’ont aucune difficulté à expédier dans nos départements d’outre-mer. Octroi de mer ou pas. Alors la balance commerciale déficitaire, je m’interroge… »

—-

Je m’interroge aussi sur les contrôles de la CELTICS qui est en capacité de vérifier 1 conteneur sur 10.000… Pour la DG, ce serait plutôt six conteneurs ouverts sur 5 000. En tout cas, le taux de contrôle physique est de moins de 1 %. Et seule une partie des contrôles physiques aboutit à l’ouverture du conteneur. Une opération qui peut prendre plusieurs heures, le temps, le cas échéant, de décharger la cargaison.

La raquette de la douane française est une passoire malgré les affirmations des penseurs de Montreuil et Bercy.

Une explication donnée par un ex DG, un ex DI, un ex DR serait la bienvenue. On peut rêver!

Selon Christelle Bertin, secrétaire de la CGT douanes au Havre: « les douaniers n’ont plus les moyens de faire leur travail ». « Les douanes font face à une baisse constante des effectifs », explique-t-elle. Un sentiment de frustration partagé par d’autres douaniers sur le principal port français, alors que le trafic de conteneur a fortement augmenté. En 2000, au port du Havre, il y avait 500 douaniers, pour 1 million de conteneurs par an.

Aujourd’hui, ils ne sont plus que 350 environ, pour 2 900 000 containers qui transitent chaque année !

Probable, donc, qu’il y ait quelques failles, dans lesquelles se faufilent les trafiquants.

Selon plusieurs douaniers interrogés par franceinfo, les saisies de cannabis se font aussi, presque exclusivement, grâce au travail des services de renseignement. La douane a ses propres indics, appelés « aviseurs ». Grâce à leurs indications, on ouvre peu de containers, mais on fait mouche à tous les coups ou presque, infirmant les propos tenus par Gérard Schoen sur un plateau de télévision.

0000

0000

Commander of Iran’s Border Guards Brigadier-General Ahmad Ali Goudarzi broke the news on Friday, saying his forces gathered intelligence on the activities of a drug band at Rootak border region of Khash County and found out that the smugglers had plans to transfer the narcotics into the country.

He noted that tracking the band’s activities, the Police Force of Saravan entered an armed conflict with the smugglers, during which they managed to bust 2,320 kilograms of opium and a number of rifles and ammunition.

Read more

0000

Identifié par des médias australiens comme Cam Gillespie, l’homme a été condamné à la peine capitale mercredi à Canton (Sud-Est), selon un avis publié sur le site du tribunal de la ville, qui ne fournit pas d’autre détails que son nom transcrit en graphie chinoise et sa nationalité.

Selon des médias chinois, il a été arrêté à l’aéroport de Canton en décembre 2013 avec plus de 7,5 kg de méthamphétamine dans ses bagages.

 

Source

0000

Aduanas y Protección Fronteriza de los Estados Unidos (CBP, en inglés) confiscó 492 libras (223 kilos) de cocaína dentro de un contenedor a bordo del ferry que cubre el trayecto entre las capitales caribeñas de Santo Domingo y San Juan.

El 10 de junio, el equipo de Control de Contrabando de CBP inspeccionó varios contenedores que llegaban en el barco M/V Kydon, observando varias anomalías dentro de un contenedor.

Fuente

0000

C’est le fruit de quatre mois d’enquête de la
brigade des stupéfiants du commissariat de Rennes et des policiers de terrain de Maurepas. Ils ont mis fin à un trafic de cocaïne et de résine de cannabis qui sévissait au Gros-Chêne, puisboulevard de Vitré.

Huit personnes ont été interpellées.

LIRE

0000