NARCO-INDUSTRIE: le secteur de la cocaïne traverse son plus grand crash économique

Publié: 24 juin 2020 par Marc Fievet dans Narcotrafic INFOS

Après ce changement de vocabulaire pour qualifier le narcobusiness en « industrie », la DEA affirme que « Les cartels prennent une raclée« .

Bientôt verra-t-on ce secteur important d’activité économique bénéficier d’aides gouvernementales pour redémarrer dans de bonnes conditions pour continuer à générer super-profits, cash et investissements tellement appréciés (officieusement) par élus et banquiers.

Les lobbyistes des régaliennes qui oeuvrent pour maintenir la prohibition comme seul rempart à la drogue, oublient simplement de penser qu’agissant ainsi, ils deviennent alors les meilleurs promoteurs de la diffusion de ces produits dangereux.

En Amérique du Sud, la fermeture des frontières a empêché bon nombre de producteurs de faire appel à leurs employées. Fichtre! Alors que dans d’autres cas, c’est
l’approvisionnement en précurseurs (produits utilisés dans la fabrication des drogues) qui est rendu impossible.

Pourtant, que je sache, ces précurseurs sont produit par les industriels de la chimie, qui, malgré toutes les décisions prises par les organismes internationaux, continuent de les exporter malgré les contrôles…

En Colombie, on peine à se fournir en essence peu chère, utilisée dans le raffinement de la cocaïne.

Pour ne rien arranger, une fois les drogues élaborées et prêtes à la vente, celles-ci trouvent rarement preneur. Les frontières sont plus difficiles à traverser, et les organismes de lutte contre le narcotrafic sont aux aguets.

«Les cartels prennent une raclée»

Pour contourner les contrôles, les narcotrafiquants utilisent des voies maritimes, en passant par les Caraïbes, mais ces tentatives sont largement contrées par la Navy américaine, qui a mis en place une offensive massive pour bloquer toute circulation maritime.

Un blocus..? Non, faut pas rêver !

«En bref, les cartels prennent une raclée», nous Michael Vigil, ancien agent de la Drug Enforcement Administration (DEA). Histoire de pratiquer l’autosatisfaction tellement institutionnalisée dans ces grands services gouvernementaux.

Qu’appelle-t-on «précurseurs de drogues»? »

Les précurseurs de drogues sont des substances chimiques qui servent avant tout à produire légitimement une large gamme de produits, tels que des médicaments, des parfums, des matières plastiques, des cosmétiques, etc.

Cependant, ils peuvent également être utilisés pour produire des drogues illicites (illégales), telles que les méthamphétamines, l’héroïne ou la cocaïne.

Lire

0000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s