Archives de 29 juin 2020

International Deputy of Iran Drug Control Headquarters Nasser Aslani made the announcement on Sunday, saying that 78 percent of drug confiscation has been carried out in 7 Iranian provinces, including Sistan and Baluchestan , South Khorasan, Kerman, Yazd, Isfahan, Hormozgan and Khorasan Razavi.

Some 16,234 kilograms of illegal drugs consisting of 14,481 kilograms of opium and 1,134 kilograms of hashish, 322 kilograms of heroin, 131 kilograms of crystal, 79 kilograms of grass, and 87 kilograms of other kinds of drugs have been confiscated by police forces across the country in the last week, he added.

The figure indicates a 58 percent increase compared to the corresponding period last year (10,257 kg), said Aslani.

Read

0000

  • «Es muy raro», López Obrador habló sobre la liberación de la madre del “Marro”
  • Detienen mujer adulto mayor Sicaria «La Licenciada» por doble ejecución en Oaxaca
  • Detienen en Puebla a «El Loco Téllez» uno de los Huachicoleros más peligrosos del país
  • Capturan a “El Alacrán” mando del CJNG que ejecutó a Juez Federal y a Diputada en Colima
  • VÍDEO: Sicarios ejecutan a una persona en un Ataque en la colonia Oriental
  • Una a una, las armas del brutal arsenal que el CJNG usó contra García Harfuch
  • Vídeo fuerte en donde el Cartel de Sinaloa descuartizaron viva a una mujer del CJNG
  • Vídeo donde el Mencho y el CJNG interrogan a Nito, famoso sicario de los Viagras

0000

Ce lundi matin, six policiers affectés à la Compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) de la Seine-Saint-Denis ont été interpellés chez eux. Selon nos informations, ils faisaient l’objet d’une enquête ouverte en 2019 pour des motifs de vol, séquestration, transport et usage de stupéfiants ainsi que de faux en écriture publique. Plusieurs personnes ont déposé plainte contre ces mêmes fonctionnaires de la CSI 93.

Après avoir placé sur écoute ces policiers, l’enquête a été confiée à l’IGPN.

Les interpellations étaient prévues au printemps mais ont été repoussées à cause de la crise sanitaire.

Les policiers interpellés sont actuellement en garde à vue dans les locaux de l’IGPN.

Lire

0000

La police marocaine a annoncé avoir saisi samedi près de six tonnes de résine de cannabis ainsi que des armes au Sahara occidental (sud), lors d’une opération qui a permis l’interpellation de quatorze personnes.

«Les recherches et perquisitions menées dans une zone saharienne à environ 30 kilomètres de Laayoune (ville principale du Sahara occidental, NDLR) ont permis la saisie d’une kalachnikov, de 66 balles, d’un fusil de chasse et de 114 cartouches, en plus de 216 plaquettes de drogues d’un poids total d’environ 5,8 tonnes», a indiqué dans un communiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Il n’a pas précisé la destination supposée de la drogue saisie.

Lire

0000

Il n’y a pas seulement les armes que le président auto-proclamé de Djibouti achemine depuis le Brésil, un important trafic d’armes orchestré avec la complicité de la société Forjas Taurus, il y a aussi la cocaïne. A l’instar du tristement célèbre Noriega, l’ancien président panaméen, le narco-dictateur Ismail Omar Guelleh trempe dans le trafic de cocaïne. Et le pot aux roses a été découvert grâce à une minutieuse investigation menée conjointement par les experts de l’Office des Nations Unies de lutte contre la drogue et le crime (ONUDC) et les enquêteurs de la DEA (Drug Enforcement Administration), l’agence fédérale américaine en charge de la lutte contre le trafic et la distribution de drogues aux États-Unis.

En effet, les agents chevronnés de l’ONUDC et de la DEA ont intercepté, fin décembre 2016, un important acheminement de la cocaïne. Ce jour-là, plus de 500 kg de cocaïne en provenance du Brésil, d’une valeur marchande de plus d’un milliard de nos francs, la cocaïne était dissimulée dans des sacs et sous un chargement de fleurs, ont été saisis au port de Djibouti. Pris la main dans le sac, l’époux d’Odette/Khadra Haid rejette tout de suite la responsabilité sur trois malheureux lampistes avant de les jeter en prison. « Pensons-y ! Celui que l’on punit n’est plus celui qui a commis l’action. Il est toujours le bouc émissaire. », écrivait le philosophe allemand Friedrich Nietzsche.

La pratique du bouc émissaire est l’une des spécificités du malfrat IOG, un lâche qui a toujours fait porter le chapeau sur autrui.

A défaut d’incrimination, les enquêteurs onusiens et américains demandent expressément au narco-dictateur Guelleh de rendre publique la saisie record de cocaïne et surtout ordonnent la destruction immédiate de la maudite cargaison.

Coke en stock dans le Falcon 7X « J2-HPV » : le narco-dictateur IOG fait transporter depuis quelques années de la cocaïne à bord de l’avion dit présidentiel, sous la bonne garde de son gendre Tommy Tayoro Nyckoss. Rempli à ras bord de la mortifère poudre blanche, l’appareil sillonne le monde entier. Entre le 2 août et le 21 août 2019, « Air cocaïne » a par exemple effectué plus de 87 heures de vol et a traversé à cinq reprises la Manche et l’Océan Atlantique et le 28 janvier 2019 l’avion décolle vers 23h40 GMT de Lagos (Nigeria) en direction d’Abidjan (Côte-d’Ivoire). Juridiquement, un avion présidentiel est considéré comme un territoire étranger et ne peut être fouillé. Cependant, l’immunité diplomatique peut être levée en cas de violation du droit international. A quand l’arrestation du trafiquant de drogue Ismail Omar Guelleh ?

Lire plus

0000