Archives de 19 juillet 2020

  • Fotos de Camionetas abandonadas con Sicarios muertos deja enfrentamiento entre el CDG y el CDN
  • VIDEO: El CJNG muestra vehículos blindados, Barrets, lanzagranadas para pela con El Marro
  • El CJNG reta al estado mostrando fuerza y el Secretario de Seguridad responde que es montaje
  • El Mayo Zambada, el capo más veterano del Narco que no ha sido capturado nunca
  • El Mencho y el Cártel Jalisco Nueva Generación usan el estilo de Pablo Escobar para ascender
  • El estremecedor vídeo donde El Mencho muestra con vehículos blindados y armas de alto calibre
  • Así fue La noche que “El Chino Ántrax” desafío a Iván Archivaldo en un antro sello su muerte
  • VIDEO: Así le robaron a mano armada su Jeep, ya apareció tuneado en manos del CJNG

LIRE

000000

On en a parlé « chez vous », avec deux spécialistes du sujet, le mardi 16 juin de 18h à 20h.

——-

Alors qu’il était possible d’intervenir, VOULANT PARTICIPER, j’ai d’abord été accepté et dans la minute qui suivit, j’ai été écarté, sans pouvoir me reconnecter…

Entre spécialistes, on reste entre-soi !!!

000

La  crise sanitaire du Coronavirus et la période de confinement de la  population qui été décidée par le gouvernement ont, au moins durant un  temps, considérablement bouleversé le paysage criminel.

Fermeture des frontières, attestations de sorties, multiplication des contrôles, baisse de la demande et de l’offre… la situation a modifié les pratiques des trafiquants et des consommateurs, ainsi que la nature des crimes et délits enregistrés depuis deux mois.

Malgré une chute estimée entre 30% et 40% pendant le confinement, le trafic et la revente de produits  stupéfiants ont connu des évolutions remarquables et le marché s’est immédiatement restructuré – parvenant à assurer les 60 % restant.

De la même manière, les services de lutte contre le trafic de stupéfiants, et notamment les services spécialisés de la police  judiciaire, ont du s’adapter à cette nouvelle configuration.

Quelles sont les conséquences de ces crises sur ces organisations et sur les services de police, à court et long terme ?

On en parle « chez vous », avec deux spécialistes du sujet, le mardi 16 juin de 18h à 20h.

Accès libre via l’application Zoom.

Intervenants

Thierry Colombié, économiste, spécialiste du crime organisé

Stéphanie Cherbonnier, contrôleuse générale de la police nationale et cheffe de l’office anti-stupéfiants

Le débat a été animé par Christophe Soullez, chef de l’ONDRP.

OOOOOO

En 2000, le Portugal a décriminalisé la consommation individuelle de toutes les drogues. 20 ans plus tard, les résultats sont concluants.

Du cannabis à la cocaïne en passant par l’héroïne, toutes ces drogues sont autorisées au Portugal. En 2000, à rebours du reste du monde, le pays lusophone a dépénalisé l’achat, la détention et l’usage de stupéfiants pour la consommation individuelle. Le trafic reste toutefois interdit, mais les consommateurs de drogues sont désormais considérés comme des malades plutôt que des criminels.    

Aider et accompagner plutôt que sanctionner

Cette politique unique s’explique par l’histoire du Portugal. En 1973, à la fin de la dictature, le pays devient une plaque tournante du trafic international avec l’ouverture des frontières. Le nombre de consommateurs explose malgré la mise en place de politiques répressives. A la fin des années 90, près d’1% des Portugais étaient accros à l’héroïne et le pays avait le record de morts du SIDA liés à la drogue dans l’Union européenne. La lutte contre la toxicomanie est alors devenue la préoccupation principale des Portugais.

Pour João Goulão, directeur de l’Institut des drogues et de la toxicomanie, « la classe moyenne, la classe aisée, les gens ont commencé à dire “mon fils n’est pas un criminel, c’est quelqu’un qui a besoin d’aide“. » Dos au mur, la société portugaise s’est mise à considérer la toxicomanie comme une maladie à soigner, plutôt qu’un crime à punir. Selon João Goulão, « le plus important, c’est la relation que le sujet entretient avec la substance et non la substance elle-même. »

L’usage de drogue a fortement diminué

Alors en 2001, une nouvelle politique est mise en place. Le système de santé public prend dorénavant en charge gratuitement les toxicomanes. Avec le recul, l’expérience est un succès. Aujourd’hui, le Portugal compte 50 000 heroinomanes, c’est deux fois moins qu’en 1999. Le taux de décès liés à la drogue a chuté, il est cinq fois plus faible que la moyenne de l’Union Européenne. Quant au taux de nouvelles infections au VIH, il a été divisé par 18 en 11 ans.

Néanmoins, le trafic de drogue reste illégal, et pour la police, il est parfois difficile de différencier dealers et toxicomanes.

SOURCE

000000

 

Comment agit l’Amphétamine sur l’organisme?

Les amphétamines, tout comme la cocaïne, agissent au niveau des synapses. Chez l’utilisateur cet effet se traduit par une augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, une dilatation des bronches et la dilatation des pupilles. Cette substance stimule l’état d’alerte de l’individu et le prépare donc à fuir ou bien à se battre. Par ailleurs l’individu perd toutes sensations de fatigue, de faim et gagne en confiance.

Enfin, il ne faut pas oublier que l’amphétamine, tout comme la cocaïne, provoque un phénomène de dépendance. On peut remarquer cela grâce au phénomène d’adaptation des synapses à la forte dose d’amphétamine. Les conséquences de la prise d’amphétamine varient entre 1 heure et 6 heures or ces effets sont courts car il reste environ 30% d’amphétamines dans le corps au moment où la substance se dissipe.

Comment agit la cocaïne sur l’organisme?

La cocaïne agit au niveau de la synapse, celle-ci va venir se fixer sur les transporteurs de la dopamine. Les transporteurs de dopamine permettent de recapturer les neurotransmetteurs en excès qui se situe dans la fente synaptique. Or dans le cas où la cocaïne se fixe sur le transporteur la recapture est alors impossible. La concentration de dopamine dans la synapse augmente donc considérablement ce qui modifie le message électrique du neurone post-synaptique et le rend plus intense. La dopamine provoque ainsi la dépendance, a cela s’ajoute d’autres neurotransmetteurs tels que la noradrénaline qui provoque une sensation d’énergie et la sérotonine qui engendre le sentiment de confiance.

Enfin, la prise chronique de cette drogue va modifier le fonctionnement du cerveau et dorénavant afin d’obtenir un plaisir élevé la seule solution sera de consommer de la drogue pour retrouver une sensation de plaisir. Pour faire plus simple afin d’éprouver la même sensation de plaisir qu’éprouve une personne « lambda » en mangeant un délicieux gâteau, les toxicomanes devront prendre une ou plusieurs dose(s) de cocaïne. C’est alors la dépendance qui se développe chez le toxicomane. Cette dépendance est responsable de la diminution de la période d’euphorie et donc la responsable indirecte de la prise de nombreuses doses afin d’égaler un sentiment de plaisir intense. Plus l’utilisateur en consommera longtemps plus il développera une dépendance importante à cette libération forte en neurotransmetteurs. Cette dépendance s’explique par l’adaptation des neurones post-synaptiques à un taux élevé en neurotransmetteurs.

Dès que cette consommation de cocaïne s’arrêtera, l’usager ressentira alors un sentiment de manque et une dépression car la sensibilité des neurones a évolué. Ainsi, le retour à la normale du taux de neurotransmetteurs, faible comparé au taux lors de la consommation de cocaïne, provoquera un sentiment de frustration.

Pour conclure:

Le dopage a joué un rôle important dans l’histoire du XX ème siècle. Il est la conséquence d’une dérive de la recherche de performance (sportive, professionnelle, guerre). Ce que nous pouvons constater, c’est que nos sociétés d’aujourd’hui vivent dans un environnement de «  guerre économique » ou chacun pense être contraint de s’adapter pour conserver son emploi et assouvir ses besoins de consommation toujours plus importants.

Penser que nos régaliennes sont en capacité d’éradiquer cette plaie des temps modernes, serait une erreur fondamentale, puisque aujoud’hui, les principaux acteurs de la lutte contre le dopage, que sont les gouvernements, semblent trouver avantage à prendre en compte dans le calcul du PIB les revenus générés par ces substances.

Le résultat

 

000000


C’est à bord d’un véhicule 4X4, que le suspect a été interpellé au niveau de la zone rurale Oued Tizimi à quelque 70 km de Guelmim, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Selon la MAP, les fouilles menées non loin du lieu d’arrestation ont permis «  la saisie de 34 paquets contenant un total de 860 kg de chira  ».

Lire

0000

Luego de 10 minutos de persecución, a 90 klms de las costas de Cahuita,cantón de Talamanca, finalmente los guardacostas pudieron capturar la nave: una lancha de 38 pies, provista de dos potentes motores de 300 HP.

El Servicio Nacional de Guardacostas capturó este viernes a cuatro tripulantes de una embarcación que llevaba 1.274 kilos de cocaína.

Según datos proporcionados por la Secretaría Nacional Antidrogas (Senad), la pista clandestina ubicada en el distrito de Toro Pampa, en la zona del Chaco, que fue hallada este viernes dentro de los límites del establecimiento rural La Ponderosa, fue preparada recién hace unos meses.

Para su preparación se hizo uso incluso de maquinarias pesadas para el desmonte y compactado del suelo.

La ubicación de la pista es estratégica dentro del corredor regional de la cocaína, ya que alijos provenientes de países como Colombia, Perú o Bolivia ingresan desde este último a territorio chaqueño, según informaron los intervinientes.

Leer mas

0000

Les Pays bas sont aujourd’hui la plateforme narco-logistique européenne

Les dealers néerlandais envoient de plus en plus de drogues dures aux quatre coins du monde par la poste.

Résultat : la police et la justice du royaume reçoivent un nombre grandissant de plaintes de leurs collègues internationaux.

Lire

0000

Pour les Bataves, ce qui est bon pour la finance, ne peut être foncièrement mauvais

Par expérience personnel, j’avais pu constater le peu de velléités policières ou douanières pour réagir aux informations transmises. Les « infiltrés » n’étaient pas les bienvenus. Tellement dangereux pour le business! Mais ça, c’était dans la dernière décennie du siècle dernier.

°°°°

Le résultat en quelques mois sur l’aspect physique après consommation de méthamphétamines

0000