FRANCE đŸ‡«đŸ‡·: l’étude approfondie de la criminalitĂ© organisĂ©e par le SIRASCO

Publié: 9 août 2020 par Marc Fievet dans 36, Gendarmerie, OFAST, Police, SERVICES FRANCAIS
Tags:, , , , ,

Présentation du SIRASCO, qui contribue à lutter contre les différents trafics.

Par Alexis Deprau

La répression du crime organisé est menée par différents services de la Police nationale et de la Gendarmerie.
Afin de complĂ©ter le travail de l’Office central de lutte contre le crime organisĂ© (OCLCO), un arrĂȘtĂ© du 5 mars 2009 a mis en place le Service d’information, de renseignement et d’analyse stratĂ©gique de la criminalitĂ© organisĂ©e (SIRASCO), « chargĂ© notamment de l’identification et du suivi des organisations criminelles dont l’activitĂ© a une incidence sur le territoire national, de l’analyse stratĂ©gique et opĂ©rationnelle relative Ă  ces organisations et de l’échange de renseignements avec les services français et Ă©trangers ». C’est notamment grĂące Ă  ce Service qu’il est contribuĂ© « à l’identification des entitĂ©s, des acteurs et des flux alimentant cette criminalitĂ© organisĂ©e ». Ce Service d’analyse approfondie de la criminalitĂ© organisĂ©e est composĂ© d’une quinzaine de personnels provenant de la Police nationale, de la Gendarmerie nationale, mais aussi de la Direction gĂ©nĂ©rale de la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure (DGSI), qui « fixe par ordre de dangerositĂ© les groupes criminels organisĂ©s les plus actifs sur le territoire national. Avant mĂȘme la Camorra ou encore les groupes albanophones ou roumains, une menace se dĂ©tache en premiĂšre place : les groupes criminels organisĂ©s issus des citĂ©s sensibles des grandes agglomĂ©rations. Le panel de faits dont ils se rendent coupables est large : trafic de stupĂ©fiants, naturellement, mais Ă©galement l’ensemble des incriminations qui en dĂ©coulent, Ă  savoir blanchiment de fonds, homicides, violences volontaires, enlĂšvements, racket et autre criminalitĂ© identitaire».

C’est par le biais du SIRASCO que la Police nationale et la Gendarmerie nationale rĂ©digent un rapport annuel concernant la criminalitĂ© organisĂ©e en France.

Outil efficace du renseignement pour les services de police, il permet d’évaluer les grandes tendances de la criminalitĂ©. Pour exemple, le rapport rendu en juillet 2019 a dĂ©notĂ© une explosion de la prostitution sur Internet, la baisse des vols Ă  main armĂ©e, ainsi que l’infiltration des criminels dans l’univers du jeu.La Direction gĂ©nĂ©rale de la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure dispose d’agents envoyĂ©s au sein du SIRASCO. Le partage de travail avec ce service policier spĂ©cialisĂ© dans la lutte contre la criminalitĂ© organisĂ©e est pertinent, car il permet ainsi d’élaborer des rapports et des synthĂšses fournies sur le danger de la criminalitĂ© organisĂ©e. Ce Service d’information et de renseignement affirme expressĂ©ment qu’il n’y a pas de « mafia française», ce qui n’enlĂšve bien sĂ»r rien au fait qu’il y a effectivement des organisations criminelles traditionnelles en France. Mais son fin travail d’analyse lui permet de bien distinguer les organisations criminelles existantes en France de la mafia traditionnelle elle aussi installĂ©e sur le territoire national, tout en Ă©tudiant leur fonctionnement et leurs Ă©volutions. Autre sujet d’actualitĂ©, le Service national du renseignement pĂ©nitentiaire (SNRP) effectue un travail de collaboration avec le SIRASCO, en organisant des rĂ©unions trimestrielles. Plus encore, ce travail de partenariat en matiĂšre de renseignement et de synthĂšse des menaces criminelles organisĂ©es a permis de mettre en place une Équipe mixte de renseignement pĂ©nitentiaire (EMRP), dans le but d’effectuer une mission continue d’évaluation sur les menaces criminelles contemporaines, ainsi que la multitude des trafics en prison.

Enfin, le SIRASCO travaille aussi sĂ©rieusement sur un phĂ©nomĂšne de criminalitĂ© qui prend de l’ampleur.

Le SIRASCO a qualifiĂ© des nouvelles entitĂ©s de « nĂ©o-banditisme », dĂ©crivant « un banditisme nouveau issu des citĂ©s sensibles, se diffĂ©renciant d’un ‘milieu’ traditionnel fort affaibli par le succĂšs des investigations policiĂšres, et un changement de gĂ©nĂ©rations. Il recouvre des groupes criminels organisĂ©s divers, mais tous structurĂ©s autour du trafic de stupĂ©fiants. Leur particularitĂ© est de privilĂ©gier les ‘circuits courts’ au sein du rĂ©seau, limitant les intermĂ©diaires, et confĂ©rant un sentiment de puissance dĂ©mesurĂ© Ă  de petits malfaiteurs n’en ayant pas l’envergure ».

Les services de renseignement doivent donc exercer leur mission de maniĂšre permanente, Ă  l’égard de ces nouveaux groupes criminels, et d’endiguer ainsi, Ă  la fois la criminalitĂ© et la dĂ©linquance issues des trafics, mais aussi l’utilisation potentielle d’armes dans le cadre des violences urbaines. Plus encore, le nĂ©o-banditisme a un lien ombilical avec l’hybriditĂ©, un phĂ©nomĂšne croisant terrorisme et criminalitĂ© organisĂ©e, comme on a pu l’observer dĂšs 1996 avec le « gang de Roubaix », appelĂ© aussi les « islamo-braqueurs », qui commettaient de trĂšs violents vols Ă  main armĂ©e pour financer le jihad. En tout Ă©tat de cause, le travail d’analyse fourni par le Service d’information, de renseignement et d’analyse stratĂ©gique de la criminalitĂ© organisĂ©e doit ĂȘtre entendu, et ce Service doit voir ses moyens augmentĂ©s pour continuer son travail, concernant non seulement l’accroissement des diverses formes de criminalitĂ© organisĂ©e (classique et cyber), mais aussi l’hybridation, et ainsi approfondir l’étude des rĂ©seaux criminels qui travaillent avec des individus participant Ă  des activitĂ©s terroristes.

 

Alexis Deprau

Alexis Deprau

Docteur en droit de la sécurité et de la défense.

SOURCE

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s