Archives de 11 août 2020

COLIMA, Col. (apro).- Personal de la Secretaría de Marina (Semar) y de la Administración General de Aduanas (AGA) descubrió un cargamento de 678.4 kilogramos de cocaína en el interior de un contenedor descargado el lunes 10 en el puerto de Manzanillo.

La droga, empaquetada en 575 bloques en forma de ladrillo dentro de 11 costales de rafia color negro, llegó a bordo de un buque de bandera japonesa, proveniente de Colombia, cuyo destino final era el puerto de Yokohama, Japón.

Fuente

0000

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

000000

Le 1er juillet, la police italienne du port de Salerne a annoncé avoir intercepté 84 millions de comprimés de Captagon contrefaits.

Le Captagon contrefait – qui n’est parfois qu’un cocktail d’amphétamines sans fénéthylline – reste en demande sur le marché noir du Moyen-Orient. Les pilules interceptées à Salerne sont arrivées sur trois navires en provenance de Lattaquié, un port syrien, et la police italienne a rapidement annoncé que l’État islamique était responsable de leur production et de leur expédition – prétendument pour financer ses opérations terroristes mondiales.

Les médias mondiaux ont diffusé les informations fournies par la police italienne sans la remettre en question, reproduisant des informations erronées sans se demander comment un groupe dispersé de membres de l’État islamique pourrait mener à bien une telle opération – mais la vérité est que ce n’est probablement pas le cas.

(Questionné à l’époque par Thierry Colombié, Marc Fievet d’Aviseur international avait totalement remis en cause la version des autorités.)

En effet, il est plus probable que le régime du président syrien Bashar al-Assad participe à la production de Captagon, en récoltant un profit qu’il peut investir dans ses campagnes armées contre les civils et endommageant la santé de nombreux Syriens qui sont désormais dépendants des amphétamines après ces années de guerre.

Le gouvernement syrien joue un rôle dans le trafic de drogue depuis les années 90.

 «Lorsque la Syrie a envahi le Liban dans les années 90, de nombreux rapports ont montré que l’armée syrienne aidait et encourageait la production de haschich et d’opium dans la vallée de la Bekaa», a déclaré Laurent Laniel, analyste à l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies.

La production de captagon a prospéré en Syrie après 2013, lorsqu’une répression au Liban voisin a probablement forcé le Hezbollah à délocaliser ses opérations de production de drogue à côté. Le changement est venu à un moment opportun pour le régime syrien, car il avait besoin d’argent pour financer sa campagne militaire contre les groupes rebelles.

Près d’une décennie après le début de la guerre civile en Syrie, la production de Captagon continue d’augmenter.

Le Captagon contrefait est relativement facile à produire.

Un espace d’usine n’est pas nécessaire, seulement une pièce assez grande pour accueillir une presse à pilules et quelques ingrédients, qui sont faciles à obtenir. L’économie informelle du trafic de drogue est une «bouée de sauvetage pour le régime d’Assad», a déclaré Caroline Rose, co-auteur d’un rapport sur Captagon produit par l’Unité de politique internationale sur les drogues de la London School of Economics.

La majorité des sites de production de Captagon en Syrie se trouvent dans des zones contrôlées par le régime, selon Abu Ja’far, un ancien chauffeur de camion qui travaillait entre Homs, Rif-Dimashq et Alep. «Vous n’avez besoin que de quelques maisons désertes et de quelques travailleurs supervisés par une personne ayant de solides relations», a déclaré Abu Ja’far, qui a demandé l’utilisation d’un pseudonyme par souci de sécurité. Les localités sont réparties dans les banlieues d’Alep, Damas et Lattaquié, ainsi qu’à Homs, Qusayr et Tal Kalakh, a-t-il déclaré.

SOURCE

000000

La cocaïne  se trouvait dans 21 mallettes qui ont été trouvées parmi une cargaison d’ananas.

La découverte de la drogue a été faite ce dimanche par des agents de la police de contrôle des drogues (PCD) aux terminaux APM, à Moín, Limón.
L’inspection du conteneur est faite à partir des profils établis par les responsables du PCD, qui analysent le type de cargaison et le pays de destination.
Selon les autorités, les agents ont effectué des inspections de routine sur le site et, lors de la vérification du chargement de fruits, ils ont détecté qu’il y avait des paquets sur certaines boîtes, ils les ont donc sortis et ont trouvé les paquets de drogues, chacun avec un poids approximatif d’un kilogramme.

Terminaux APM, à Moín, Limón

SOURCE

000000

Cheidhmiya (Territoires sahraouis libérés), 10 août 2020 (SPS)

Des unités spéciales de l’Armée de libération populaire sahraouie (ALPS) ont saisi une importante quantité de drogues en provenance du mur militaire marocain estimée à 125 kg, a déclaré une source du ministère de la Défense nationale.

LIRE

000000

La police néerlandaise a annoncé, ce mardi 11 août 2020, avoir démantelé le plus gros laboratoire de cocaïne jamais découvert aux Pays-Bas. Il avait été construit dans un ancien centre d’équitation en zone rurale dans le nord du pays.

Les suspects doivent comparaître devant un juge plus tard durant la semaine.

Au moins 17 personnes, en majorité des Colombiens ainsi que trois Néerlandais et un Turc, ont été arrêtées durant cette opération menée vendredi.

Lire

« Il s’agit du plus gros laboratoire de cocaïne jamais découvert aux Pays-Bas », a déclaré le chef de la police Andre van Rijn. « Étant donné le nombre de personnes qui travaillaient là, l’installation, la taille, l’organisation et l’équipement, nous estimons la capacité de production entre 150 et 200 kg de cocaïne par jour« , a-t-il expliqué dans un communiqué.

PRECURSEURS

Outre des dizaines de milliers de litres de produits chimiques ainsi que des équipements, la police a saisi 100 kg de cocaïne base. Elle a également découvert à Apeldoorn (centre) 120 tonnes de « matériel de transport », principalement des vêtements imprégnés de cocaïne destinés à être « lavés » au laboratoire pour en extraire la drogue.

Point d’entrée majeur en Europe

Les Pays-Bas sont considérés comme un point d’entrée majeur en Europe pour la drogue et s’emploient à combattre le trafic, en particulier l’entrée en contrebande de cocaïne par Rotterdam, le plus grand port européen.

SOURCE

000000

Aviseur International

Une escale dure environ vingt-quatre heures.

Durant ce temps, 2 000 à 3 000 conteneurs doivent être déplacés. Tout est fait pour aller au plus vite. À peine le navire a-t-il touché le quai que des manutentionnaires montent à bord. Ils déverrouillent les « twist-lock », ces verrous qui fixent les conteneurs par les coins.

Aussitôt, de puissantes grues les enlèvent. Les boîtes multicolores, pesant jusqu’à 30 tonnes, s’envolent à toute vitesse, passant à quelques mètres des passerelles du navire.

Les conducteurs de grues témoignent d’une dextérité impressionnante, depuis leur cabine vitrée suspendue à 60 mètres du sol.

Des « cavaliers » pour décharger

Quatre ou cinq grues peuvent travailler en parallèle, chacune se consacrant à une section du bateau. « Si le vent dépasse les 72 km/h, ou s’il y a du brouillard, les grutiers doivent stopper », explique Éric Sagnier, directeur des opérations portuaires pour la France de…

Voir l’article original 314 mots de plus

La Guardia Civil, en el marco de las labores de vigilancia y control que realiza en el Estrecho, ha detenido a cuatro personas y ha confiscado 963 kilos de hachís así como una embarcación semirrígida que transportaba los fardos.

La actuación tuvo lugar cuando un avión del servicio de guardacostas de Islandia, que presta servicio dentro de la Operación Indalo de Frontex, detectó a una embarcación navegando en el mar de Alborán y en la que se apreciaba claramente que llevaba fardos a bordo.

fuente

000000

La drogue était cachée entre des sacs de riz.

Le conteneur était arrivé au port de Hambourg fin juin avec le cargo porte-conteneurs CMA CGM Jean Gabriel. De là, il devait être rechargé avec d’autres conteneurs de transport sur un navire de ravitaillement, qui devait transporter la cargaison en Pologne.

Le conteneur a été contrôlé dans le système d’inspection du bureau de douane de Waltershof.

Les agents ont découvert la drogue, qui était emballée dans plusieurs petits paquets.

source

le porte-conteneurs  CMA CGM Jean Gabriel

000000