Archives de 18 septembre 2020

Dans les parcs publics de Téhéran, les jardiniers ramassent tous les matins, non pas les feuilles mortes,
mais des victimes d’overdose ou des prostituées en train de vendre leur corps pour acheter une dose de crack.

Un paysage apocalyptique dans le Parc Kassan, au sud de Téhéran : un sol couvert de seringues usées et des junkies défoncés sur tous les bancs, les joues creuses la bouche ouverte, les yeux révulsés. Le procédé de consommation le plus courant est Khoun-bazi, jeu de sang : on s’injecte une dose, on retire le sang de
la même veine pour se le réinjecter immédiatement.

Selon les deux jeunes spécialistes interrogés, c’est l’effet garanti.

Selon l’Onu, l’Iran a la plus grande population d’héroïnomanes et d’opiomanes au monde, estimée entre 5 et 6 millions de drogués.

Parmi ces toxicomanes, 16% à 21% sont des consommateurs de drogues injectables. Sida ou non, les mêmes seringues usagées se partagent les bras couverts de plaies.

Environ 10% des drogués sont des femmes.
Celles-ci doivent immanquablement se prostituer pour se procurer leur dose d’héroïne ou autres drogues injectables.

—————————————————————

Différents types de drogue

La cigarette

Les Iraniens consomment actuellement quelque 60 milliards de cigarettes par an.
Khamenei, le guide suprême de l’Iran montre le bon exemple.

Ce toxico écrit sur son site internet : « Conformément à la jurisprudence chiite, chaque musulman doit obéir aux ordres du wali al-faqih ».

En d’autres termes, chaque musulman doit obéir à ses ordres.

 

L’alcool

Le produit le plus vendu par les pharmaciens iraniens est l’alcool à 90°. Apparemment, il ne sert pas qu’à désinfecter les plaies.

Résine de cannabis

Le Hashish est la drogue des mystiques, des poètes et des illuminés. Selon eux, « le Hashish est un don de Dieu car il apaise tous les désirs et rend indifférent à toutes les choses du monde. C’est bien cela : il procure
le contentement. Vous pourriez placer une montagne d’or devant un hashashi – non seulement au moment où il fume, mais n’importe quand – il ne bougera même pas son petit doigt. Le hashish tue la peur et rend l’homme brave comme un lion. Et si un homme dépasse la crainte, il dépasse également le danger… » raconte un consommateur.

L’opium

C’est la drogue traditionnelle des perses, celle des vieux sages et leurs fameuses pipes d’opium.

Voici le témoignage de Muhammad Asad, dans son livre « Le chemin de la Mecque lorsqu’il visita la ville de Kirmanshah :« Dans une maison de thé, quelques hommes de la classe ouvrière étaient assis sur des nattes, peut-être des artisans, des manœuvres ou des caravaniers, serrés autour d’une cuve de fer remplie de charbons ardents. Ils faisaient circuler parmi eux deux pipes à longs tuyaux avec des fourneaux ronds de porcelaine. L’odeur douceâtre de l’opium était dans l’air. Ils fumaient en silence. Chaque homme prenait quelques bouffées profondes et passait la pipe à son voisin. Et alors je constatai ce que je n’avais pas observé auparavant : en très grand nombre les gens fumaient l’opium, certains publiquement, d’autres moins. Le boutiquier dans sa niche, le fainéant sous la porte cochère d’un caravansérail, le chaudronnier dans son atelier pendant un moment de répit : tous fumaient, tous avaient le même visage absent, un peu fatigué, qui regardait un espace vide avec des yeux ternes …Dans tout le bazar des vendeurs offraient des pavots frais et verts à gros boutons que l’on consommait apparemment sous cette forme, ce qui représentait une manière relativement douce de prendre l’opium. Même les enfants en mangeaient les graines dans les embrasures de portes et aux coins de rues. Deux ou trois de ces enfants se partageaient cette friandise avec des égards d’adultes les uns envers les autres, sans égoïsme puéril,
mais non plus sans joie ou vivacité enfantine. Mais comment en aurait-il été autrement ? Dès leur âge le plus tendre, on leur donnait à boire une lourde décoction de graines de pavot chaque fois qu’ils pleuraient et importunaient leurs parents. Quand ils avaient grandi et commençaient à flâner dans les rues, les limites entre la quiétude, la lassitude et la gentillesse étaient déjà effacées en eux. Et je sus alors ce qui m’avait tant impressionné quand je considérai pour la première fois les yeux mélancoliques des Iraniens : c’était le signe d’une destinée tragique. J’eus le sentiment que l’opium leur appartenait de la même manière qu’un sourire souffrant appartient au visage d’une personne qui souffre. Cela faisait partie de leur gentillesse, de leur lassitude intérieure ; cela faisait même partie de leur grande pauvreté et de leur grande frugalité. Ce n’était pas tant l’expression d’un vice, mais peut-être était ce pour eux aussi une aide. Une aide contre quoi ? Étrange pays de questions… »

La Cocaïne et l’Héroïne

Ces drogues sont consommées par les jeunes iraniens. Elles sont apparues sur le marché lorsque les Talibans afghans avaient arrêté la production d’opium dans les années 2000.

Crystal Meth

C’est la drogue qui provoque la défonce totale pour les toxicos durs d’Iran. Il est fait à partir de la méthamphétamine pure à 80%. C’est un euphorisant et il se présente comme du verre brisé. Il provoque des
pertes de dents, une inflammation de la peau, une léthargie (vie au ralentie), une perte de poids, des hallucinations et la paranoïa.

Les principales causes qui amènent les Iraniens à consommer de la drogue sont:

La pauvreté: 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté.
Le chômage: 25% des iraniens sont au chômage. L’ennui de la jeunesse et le manque d’espérance en une vie meilleure.
Éclatement familial (mariage temporaire, mise au monde d’enfants non désirés, vagabondage des orphelins, mise à la porte des adolescents drogués par leurs propres familles, divorces, filles fugueuses…) Baisse de la pratique religieuse de l’ensemble de la société iranienne
« Vous n’avez pas de travail, vous n’avez pas de famille, vous n’avez pas de distraction. » raconte un drogué Iranien « Pour quelques heures au moins on oublie tout. »

Officiellement, les trafiquants de drogues sont pendus en Iran.

Mais pour beaucoup d’Iraniens, les drogues sont tellement faciles à se procurer qu’il est impossible que le gouvernement des mollahs n’y soit pas mêlé. Il est également surprenant que les tarifs chutent à chaque contestation massive du peuple.

La drogue est elle un des leviers aux mains des Ayatollahs pour faire taire le peuple et contenir les protestations ?

On est en droit de se poser la question!

source

La Guardia Costera de EEUU decomisó unas seis toneladas de cocaína y tres de marihuana durante 12 operaciones en aguas del Caribe y el Pacífico por un valor estimado de 216 millones de dólares, informó este jueves esa institución.

La droga fue puesta bajo tutela de las autoridades en Florida, tras ser descargada en el Puerto Everglades, en el sur del estado.

La droga, “unas 12.100 libras (5.488 kilos) de cocaína y aproximadamente 5.759 libras (2.612 kilos) de marihuana”, fue decomisada por buques de Estados Unidos y el Reino Unido en el Océano Pacífico Oriental y el Mar Caribe durante un período de dos semanas, entre el 27 de agosto al 8 de septiembre, precisó la Guardia Costera.

Fuente

0000

Lu dans  » GENDinfo « 

 

Auteur : la capitaine Sophie Bernard – publié le

Illustration © Ministère de l’Intérieur/B.CHAPIRON

Après plus de deux ans d’enquête portant sur un trafic international de cannabis et de cocaïne, la coopération franco-italienne a fini par payer ! Mardi 15 septembre, l’engagement de près de 600 gendarmes et carabiniers de part et d’autre de la frontière a permis d’interpeller plus de quarante personnes impliquées, dont plusieurs membres de la mafia calabraise.

Ce n’est pas tous les jours que les gendarmes français traitent une affaire où la mafia italienne est partie prenante ! En juin 2018, un Varois est interpellé alors qu’il revient d’Espagne avec 20 kg de cannabis. Les militaires de la Brigade de recherches (B.R.) de Draguignan commencent à tirer le fil d’une enquête qui va se révéler riche en surprises ! Il apparaît en effet rapidement que l’ampleur du dossier nécessite de changer de braquet : cet individu, s’approvisionnant régulièrement en cannabis et cocaïne en Espagne et en Île-de-France, pour revendre sur la Côte d’Azur, possède parmi ses nombreux clients des ressortissants italiens pas tout à fait comme les autres…

Des contacts pris avec les carabiniers de Gênes montrent que certains des ressortissants italiens ciblés appartiennent à la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise de sinistre réputation, et font l’objet d’une enquête italienne dénommée « PONENTE ».

L’alliance France-Italie : « Forever » !

Dès lors, tout s’accélère ! Au printemps 2019, une cellule d’enquête baptisée « FOREVER » est créée. Placée sous la direction de la Section de recherches (S.R.) de Marseille, elle est armée par des militaires des groupements du Var et des Alpes-Maritimes, qui accompagnent les investigations de bout en bout.

Dans la foulée, elle s’associe à ses voisins génois et l’Équipe commune d’enquête (ECE) « PONENTE-FOREVER » voit le jour : une première franco-italienne s’agissant de la thématique mafieuse ! La coopération remarquable entre les forces, mais aussi entre leurs magistrats respectifs du parquet anti-mafia de Gênes et de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille, facilite grandement les investigations.

Les enquêteurs peuvent notamment poursuivre les filatures au-delà de la frontière, sans attendre les autorisations, et se communiquer plus facilement différentes pièces de procédure.

En mars 2020, la S.R. de Paris leur vient également en appui, avec le groupe interministériel de recherches de Créteil, permettant d’approfondir le volet francilien et de s’intéresser au rendement financier lié au trafic. Le GIGN et les groupes d’observation et de surveillance de Marseille et de Paris complètent le dispositif pour pister ces criminels chevronnés.

Un coup de filet impressionnant

Si les surveillances et opérations techniques confirment le cheminement de la drogue, elles mettent également en évidence le train de vie élevé des trafiquants et les autres activités criminelles auxquelles ils se livrent, comme des transactions d’armes et des vols d’argent ou de stupéfiants auprès de leurs concurrents !

Finalement, le 15 septembre dernier, une opération judiciaire internationale est lancée, engageant pas moins de 450 gendarmes et 120 carabiniers de part et d’autre de la frontière.

Avec l’appui du GIGN et de plusieurs unités d’intervention, 34 personnes sont interpellées simultanément en différents points du territoire français et 11 membres de la ‘Ndrangheta subissent le même sort en Italie.

Les perquisitions menées ne laissent aucun doute sur l’envergure de l’entreprise criminelle démantelée : cinq armes de poing, un fusil et un pistolet-mitrailleur, des balises et des brouilleurs, 1 kg de cocaïne et du matériel de conditionnement, 700 000 euros en numéraire mais aussi 500 000 euros sur des comptes bancaires, six véhicules haut de gamme et des dizaines de montres de luxe. Ce montant déjà impressionnant de saisies devrait continuer d’augmenter, puisque les enquêteurs, appuyés par la Cellule régionale d’avoirs criminels (CERAC) de la région PACA, poursuivent leurs investigations pour traquer l’argent des trafiquants.

Cette très belle opération atteste de la volonté commune des pays européens de lutter ensemble contre les différentes mafias et groupes criminels sévissant sur leurs territoires respectifs.

source

000000

Lors du premier contrôle, les autorités américaines sont montées à bord d’un bateau de pêche de type costaricain, nommé ‘Modesta III‘ avec 4 membres d’équipage à bord, qui ont été immédiatement arrêtés.

Il s’agit de 4 hommes avec les noms de famille Fajardo Sánchez, un costaricien de 39 ans, Blanco Jiménez, costaricain de 35 ans, Alvarado Porras, un Costaricien de 48 ans et Rivera, un Nicaraguayen de 33 ans.

Les agents ont trouvé 700 colis contenant de la cocaïne apparente, chacun pesant environ un kilogramme.

Lors d’un autre contrôle le 11 septembre, les agents ont intercepté l’Adriana, un autre bateau de pêche costaricain avec 3 membres d’équipage. Les 3 costaricains sont Chaves Rodríguez, 39 ans; Sánchez Ríos,53 ans; et Fernández Espinoza,  52 ans.

Les agents ont trouvé 600 colis contenant de la cocaïne pesant environ un kilogramme chacun et 8,6 grammes de cocaïne.

source

000000

Des garde-côtes de la Marine royale ont arraisonné, dans la nuit du 15 au 16 septembre, un voilier, deux jet-skis et un go-fast, utilisés dans le trafic de stupéfiants, indique l’armée.

Cette opération a permis l’arrestation de cinq trafiquants de drogue (trois Espagnols et deux Marocains), et la saisie d’environ une tonne de Chira. Le matériel saisi a été confié à la Gendarmerie royale.

SOURCE

000000

Depuis début septembre, les forces de l’ordre indiquent avoir procédé à 15 interpellations et ont saisi 6 kg de cocaïne et 468 kg de cannabis.

LIRE

0000