Cela ressemblait Ă  une entreprise de vente par correspondance ordinaire

Le hangar de stockage, en Californie, était bien rangé et organisé. Les fournitures postales, le ruban adhésif et le matériel étaient empilés ou triés dans des bacs étiquetés, et une grande boîte contenait des colis adressés et prêts à être déposés au bureau de poste.

C’est lĂ  que des agents du FBI, du Service d’inspection postale des États-Unis (USPIS) et des enquĂŞtes de sĂ©curitĂ© intĂ©rieure (HSI) ont trouvĂ© environ 50 livres de mĂ©thamphĂ©tamine et des sacs et des conteneurs remplis de milliers de pilules d’Adderall. Il y avait aussi des balances, des scelleurs de colis et trois armes Ă  feu.

La recherche d’un deuxième site utilisĂ© pour emballer les mĂ©dicaments pour la mĂŞme opĂ©ration a produit un autre Ă©norme approvisionnement. Les agents ont dĂ©couvert plus de 100 livres de mĂ©thamphĂ©tamine et quelque 30 000 comprimĂ©s dans les deux endroits – un paquet de drogues dangereuses d’une valeur de plusieurs millions de dollars.

Les deux opĂ©rations de recherche, combinĂ©es Ă  des mesures d’application de la loi dans d’autres endroits et Ă  des dates ultĂ©rieures, ont conduit Ă  l’arrestation de plusieurs personnes liĂ©es Ă  une organisation de trafic de drogue en ligne qui a vendu sous plusieurs noms sur le darknet. Les individus sont maintenant confrontĂ©s Ă  une combinaison d’accusations de trafic de stupĂ©fiants, de complot, de blanchiment d’argent et d’armes Ă  feu qui pourraient entraĂ®ner des peines de 10 Ă  25 ans de prison fĂ©dĂ©rale.

Les enquêteurs du FBI affirment que le groupe a réalisé plus de 18 000 ventes de stupéfiants sur plusieurs sites darknet.

Les forces de l’ordre pensent que cela pourrait ĂŞtre l’un des plus gros vendeurs de darknet de mĂ©thamphĂ©tamine en vrac Ă  ce jour. Les enquĂŞteurs ont dĂ©clarĂ© que les preuves indiquent que le groupe fournissait d’autres vendeurs de darknet et de drogue de rue en plus d’expĂ©dier des drogues Ă  des acheteurs individuels aux États-Unis et Ă  l’Ă©tranger.

Ces opĂ©rations dans la rĂ©gion de Los Angeles et des efforts similaires aux États-Unis et en Europe faisaient partie d’un effort concentrĂ© appelĂ© Operation DisrupTor, menĂ© par les agences partenaires qui forment l’Ă©quipe Joint Criminal Opioid Darknet Enforcement (JCODE).

Les forces de l’ordre amĂ©ricaines et Ă  l’Ă©tranger ont arrĂŞtĂ© 179 personnes et saisi plus de 500 kilogrammes de drogues illicites dans le cadre de l’opĂ©ration DisrupTor.

Créé en 2018, JCODE combine les efforts du FBI, USPIS, HSI, Drug Enforcement Administration (DEA), US Customs and Border Protection, Department of Justice, Financial Crimes Enforcement Network, Naval Criminal Investigative Service, Department of Defence et Bureau of Alcool, tabac, armes à feu et explosifs.

Les effets de la mondialisation

Étant donné que nombre de ces marchés traversent les frontières, Europol est également un partenaire international inestimable dans le travail de JCODE pour avoir un impact mondial sur le trafic de drogue sur le darknet.

«Le personnel des forces de l’ordre affectĂ© Ă  JCODE se spĂ©cialise dans les menaces oĂą l’activitĂ© criminelle traditionnelle croise des plates-formes technologiques sophistiquĂ©es», a dĂ©clarĂ© le directeur du FBI Christopher Wray lors d’une confĂ©rence de presse annonçant aujourd’hui les rĂ©sultats de l’opĂ©ration DisrupTor. «Chaque jour, ils s’efforcent de montrer Ă  ces criminels qu’ils ne peuvent plus compter sur le fait de se cacher sur le darknet, car nous allons infiltrer leurs rĂ©seaux, fermer leurs marchĂ©s illicites en ligne et les traduire en justice, quoi qu’il arrive. ça prend. »

 

Le darknet offre Ă  ses utilisateurs l’anonymat, et les crypto-monnaies – qui sont le mode de paiement prĂ©fĂ©rĂ© sur les sites darknet – offrent des moyens supplĂ©mentaires de voiler les transactions.

« Beaucoup de gens sont plus Ă  l’aise de se connecter Ă  leur ordinateur et d’acheter de la drogue en trois minutes depuis leur canapĂ© que d’aller dans un coin de rue peu frĂ©quent« , a dĂ©clarĂ© l’agent spĂ©cial du FBI Los Angeles Christopher Siliciano, qui estime que la facilitĂ© et la dissimulation offertes par ces marchĂ©s ont permis de rendre la drogue plus accessible.

Mais ce qui semble de l’extĂ©rieur ĂŞtre un cycle impĂ©nĂ©trable d’Ă©changes distants et anonymes n’est pas sans fissures.

«Les vendeurs doivent encore transformer leur argent en espèces, ils doivent encore rĂ©cupĂ©rer les mĂ©dicaments, ils doivent encore transporter les mĂ©dicaments», a dĂ©clarĂ© Siliciano. « Tout cela ne se produit pas sur Internet. »

L’agent spĂ©cial HSI Christopher Hicks, qui soutient l’Ă©quipe JCODE Ă  Los Angeles, a dĂ©clarĂ© que des vulnĂ©rabilitĂ©s existaient Ă©galement pour les acheteurs de darknet. «MĂŞme si vous recevez des articles dans une boĂ®te postale sous un faux nom, vous devez ouvrir cette boĂ®te aux lettres. Vous devez toucher ce paquet.  »

L’expertise particulière de Hicks consiste Ă  suivre l’argent de la drogue Ă  travers le monde incroyablement complexe des Ă©changes, des applications et des tumblers de crypto-monnaie. Il a soulignĂ© que les crypto-monnaies ont Ă©galement leurs points d’exposition: «Les gens pensent que la crypto-monnaie est cette plate-forme anonyme, mais il y a des choses que nous pouvons exploiter pour dĂ©couvrir qui sont les gens. Ce n’est pas vraiment anonyme. »

Bien que les marchés du darknet offrent aux enquêteurs des moyens d’entrer, ce n’est pas facile.

Nathan Cocklin, l’agent spĂ©cial qui dirige le groupe de travail JCODE de Los Angeles pour le FBI, a dĂ©clarĂ© que le partenariat sur ces affaires complexes et chronophages est le seul moyen pour l’application de la loi d’ĂŞtre efficace. «Aucun de nous ne pouvait le faire seul», a-t-il expliquĂ©. «Nous apportons chacun un ensemble de compĂ©tences spĂ©cifiques Ă  l’enquĂŞte.»

Les inspecteurs postaux sont souvent le point de dĂ©part essentiel des cas et offrent la possibilitĂ© de suivre et d’enquĂŞter sur les colis.

La DEA est un partenaire essentiel de partage d’informations et aide Ă  tester, Ă  analyser et Ă  suivre les tendances des drogues. Le FBI fournit un puits profond de ressources d’enquĂŞte, tandis que HSI soutient les enquĂŞtes sur les transactions financières et relie les efforts internationaux.

Et la capacitĂ© de partager des informations avec des partenaires internationaux est essentielle dans ces rĂ©seaux qui traversent si facilement les frontières. «Beaucoup de nos partenaires europĂ©ens ont d’excellentes unitĂ©s de cybercriminalité», a dĂ©clarĂ© Hicks. «Nous sommes en mesure de tirer parti de leurs compĂ©tences et de ce qu’ils savent faire le mieux.»

Les efforts d’enquĂŞte conjoints ont donnĂ© d’Ă©normes succès au cours des 10 dernières annĂ©es, les forces de l’ordre ayant saisi plusieurs grands marchĂ©s de darknet. La saisie la plus rĂ©cente a Ă©tĂ© celle de Wall Street Market en 2019, lorsque les administrateurs du site ont Ă©tĂ© accusĂ©s non seulement de gĂ©rer le marchĂ© illĂ©gal, mais Ă©galement de voler tout l’argent dĂ©tenu sur ses comptes sĂ©questres et utilisateurs.

Chaque succès donne aux enquĂŞteurs des pistes supplĂ©mentaires pour alimenter davantage d’enquĂŞtes. «Les donnĂ©es et les informations que nous recevons de chaque retrait ultĂ©rieur nous donnent une image plus claire de la prochaine cible», a dĂ©clarĂ© Cocklin.

L’effet boule de neige des mesures d’application de la loi, combinĂ© Ă  certaines fraudes très mĂ©diatisĂ©es, comme celle pratiquĂ©e sur le marchĂ© de Wall Street, a Ă©rodĂ© la confiance des acheteurs et des vendeurs sur le marchĂ©. «Nous commençons Ă  voir un impact de ce que les mesures d’application de la loi ont fait», a expliquĂ© Cocklin. «Il y a une grande mĂ©fiance et des bouleversements sur les marchĂ©s.»

Cela n’a pas mis les marchĂ©s Ă  la faillite, mais a poussĂ© les acheteurs et les vendeurs vers des sites moins centralisĂ©s. «Nous voyons plus d’applications cryptĂ©es peer-to-peer», a dĂ©clarĂ© Cocklin. «Cela crĂ©e un nouveau dĂ©fi pour les forces de l’ordre, mais ils ont Ă©galement supprimĂ© une partie de la facilitĂ© offerte par le darknet. Les tactiques changent et nous devons simplement rester avec le jeu. »

Siliciano a déclaré que s’il était plus difficile de trouver et d’acheter les drogues, il espérait que davantage de personnes chercherait de l’aide.

Atteindre les acheteurs de darknet a toujours été un autre objectif des enquêtes JCODE, car elles révèlent souvent des listes de personnes qui ont acheté de la drogue.

Les agents visitent certains de ces acheteurs pour leur faire savoir que leurs achats ne sont pas aussi anonymes qu’ils le croient et pour leur offrir des informations et des ressources de traitement dans l’espoir qu’ils n’achètent plus.

« Vous ne pouvez pas traiter ces cas sans ĂŞtre touchĂ© par le bilan humain dĂ©vastateur de ces drogues – les vies et les ĂŞtres chers perdus« , a dĂ©clarĂ© l’agent spĂ©cial Maggie Blanton, une superviseure de l’UnitĂ© du crime organisĂ© de haute technologie au siège du FBI. « C’est pourquoi ces marchĂ©s en ligne sont si inquiĂ©tants et pourquoi JCODE a Ă©tĂ© crĂ©Ă© pour les combattre. »

sources

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s