Archives de 25 septembre 2020

Après la découverte, par les douaniers de l’aéroport Paris-Orly, de près de 2 kg de cocaïne, dans une glacière envoyée par colis depuis la Martinique.

La police judiciaire est remontée jusqu’à deux frères, âgés de 29 et 43 ans, et un ami, âgé de 34 ans, qui ont comparu devant le tribunal de Caen pour trafic de stupéfiants, ce vendredi 25 septembre 2020 au matin.

source

000000

PHARR, Texas — États-Unis

Le Bureau des opérations sur le terrain (OFO) des douanes et de la protection des frontières de l’installation de fret de Pharr International Bridge a découvert 56,5 kilos de cocaïne  dissimulés dans une expédition commerciale de produits en provenance du Mexique.

«Notre priorité absolue est de garantir la sécurité de notre pays et de ses habitants», a déclaré le directeur du port Carlos Rodriguez, du port de Hidalgo / Pharr / Anzalduas. «Notre combinaison de compétences d’inspection et de technologie continue d’aider les agents du CBP à détecter la contrebande illicite dissimulée.»
Le 24 septembre 2020, des agents du CBP affectés au pont international Pharr-Reynosa ont repéré un citoyen mexicain de 36 ans conduisant un tracteur / remorque avec des produits arrivant du Mexique. Les agents lors d’une inspection plus approfondie, utilisant du matériel d’imagerie non intrusive (NII) lors d’une inspection secondaire, ont découvert 50 paquets de cocaïne cachés dans la remorque et pesant 124,5 livres (56,5 kg).

 

000000

———————————————————————-

La procédure est annulée

Ils ont été jugés mardi, après un renvoi de comparution immédiate. Dès le départ, Me Lahaie a plaidé la nullité de la procédure. Le motif ? La façon dont a été recueilli le renseignement anonyme qui a lancé l’enquête, le 7 août 2019.

Lire

0000

Según el jefe policial, en esta empresa se acopiaba la droga y se presume que contaminaban el envío de mariscos hacia destinos internacionales.

En un galpón de una empresa de mariscos de la comunidad Bajo de Afuera, a unos 2 kilómetros del centro del cantón Montecristi, agentes policiales encontraron un cargamento de droga, la madrugada de este jueves.

Fausto Buenaño, comandante de la zona 4 de Policia, informó que 1.8 toneladas de droga fueron decomisadas en el interior de ese local que, según vecinos de la comunidad manabita, tiene un año construido cerca de una empresa procesadora de atún.

Según el jefe policial, en esta empresa se acopiaba la droga y se presume que contaminaban el envío de mariscos hacia destinos internacionales.  La policía indaga si la droga salía por el puerto de Manta.

LEER

000000

 

C’est une opération de lutte contre le trafic de stupéfiants de grande ampleur qui s’est tenue mercredi, du côté de l’immeuble Cyprès.

En tout, près d’une quarantaine de fonctionnaires de police ont été mobilisés au cours de cette journée. Vers 17 heures, après plusieurs heures de planque, ils ont pu procéder à l’interpellation en flagrant délit de neuf personnes, aussi bien majeures que mineures.

Lire

0000

El buque de guerra holandés HNLMS Groningen está operando desde principios de julio contra el narcotráfico en el Caribe

El martes por la madrugada el Groningen y la Guardia Costera del Caribe -la patrulla permanente del país en el este de la región- detectaron en el radar un rápido avance sospechoso.

Al monitorear sus movimientos, vieron que una lancha se detuvo junto a un velero.

Ante esta situación, dos barcos interceptores de alta velocidad del buque de guerra holandés se acercaron al velero.

Con la colaboración de la Guardia Costera, un bote patrullero remolcó el barco a Curazao.

LEER

En el puerto de Willemstad, las autoridades hallaron tres fardos con 80 kilos de droga. Una sola persona iba a bordo, de nacionalidad británica. Tanto el cargamento como el tripulante fueron entregados a la policía local.

000000

Huit personnes, dont six agents de la brigade anticriminalité du 18e arrondissement de Paris, seront jugées à partir du 3 novembre dans le cadre d’une affaire hors norme qui secoue la police de la capitale.

Par Nicolas Chapuis et Simon Piel

Tout dans ce dossier hors norme convoque les codes du banditisme : les surnoms des protagonistes, les établissements gérés en sous-main, l’argent liquide qui circule, la valse des téléphones portables, le langage codé, et surtout, l’impressionnante liste des charges retenues par la justice : corruption, transport et trafic de cocaïne, de crack, d’herbe, vol, blanchiment d’argent, violence volontaire…

Sur les huit personnes qui sont renvoyées devant le tribunal correctionnel à partir du 3 novembre, six sont des « personnes dépositaires de l’autorité publique », à savoir des fonctionnaires de la brigade anticriminalité (BAC) du commissariat du 18e arrondissement de Paris.

Plus

0000