Archives de 2 octobre 2020

La Guardia civil a saisi 14 kilos de cocaïne et a procédé à l’arrestation d’un homme de 67 ans de nationalité belge

Alerte a été donnée ce vendredi lors des contrôles qui sont effectués sur les navires qui arrivent à Port d’Alcúdia par la Guardia civil.

Un agent du service cynologique avec un chien spécialiste de la détection des drogues a fouillé un véhicule marqué par la boîte.

Après avoir soumis le véhicule à une fouille méticuleuse, dans laquelle une caméra endoscopique a été utilisée, les agents ont trouvé un double fond à l’intérieur duquel plusieurs paquets ont été trouvés: au total, 14, 300 kilos de cocaïne.

000000

 

Hier, 1er octobre, une opération conjointe entre plusieurs forces de police a permis d’identifier une importante cargaison de cocaïne, bien cachée dans une salle de stockage scellée du cargo « Adrienne » battant pavillon libérien, qui se trouvait à quai dans le port d’Ancône .

Suite à la fouille laborieuse, effectuée par plus de cinquante hommes à l’aide d’unités canines, 216,68 kg .de cocaïne divisé en blocs ont été saisis. Le navire, soumis à saisie, est à la disposition de l’autorité judiciaire. L’un des membres de l’équipage a été arrêté.

« Les enquêtes à l’origine de l’intervention ont été coordonnées conjointement par les directions de district anti-mafia d’Ancône et de L’Aquila, – écrivent les procureurs Monica Garulli et Michele Renzo – qui souhaitent souligner une fois de plus le professionnalisme et l’efficacité des forces de police impliqué dans l’opération. Leur capacité à concevoir et à opérer à l’unisson leur a permis de multiplier l’efficacité de l’intervention et d’aboutir à un résultat qui, en raison d’une longue série de difficultés opérationnelles (parmi toutes, l’énorme taille du navire) n’était pas du tout évident« .

Des membres du personnel du Gico de la Guardia di Finanza d’Ancône, du groupe Guardia di Finanza d’Ancône, du département opérationnel Aéronavale d’Ancône, du commandement provincial des carabiniers de Chieti et du commandement provincial de la Guardia di Finanza de Chieti ont participé à l’opération.

SOURCE

000000

Comme promis précédemment, on quitte quelques jours le Brésil. En juin dernier c’est un véritable coup de tonnerre qu’a provoqué un article de presse en Côte d’Ivoire.

Paru dans Vice, avec un titre de mauvais goût et bien trop provocateur le desservant, il mettait en cause une très haute personnalité du pays et accusait toute une industrie locale, celle de la musique, de blanchiment. Un article hélas critiquable (1) et qui me semble insuffisant, laissant de côté des pans entiers de l’histoire du trafic dans la région, mais qui reposait bien sur des faits intangibles : le trafic de cocaïne à bien rongé le pays, alors qu’il y a quelques années encore c’était son voisin la Guinée et son « prolongement » géographique la Guinée-Bissau surtout que l’on montrait du doigt comme mauvais exemple. La côte tournée vers l’Ouest davantage que le côté Sud de la zone.

Visite guidée de la région …En 2012, rien ne laissait prévoir en effet la conclusion actuelle  de nos deux journalistes provocateurs.

Dans son long panorama du trafic de cocaïne en Afrique de l’ouest Georges Berghezan (lire ici) du GRIP avait affirmé que le pays échappait alors au désastre… mais il avait semble-t-il quand même pressenti que ça pouvait changer dans les temps à venir :  « si les nombreuses années d’instabilité, couplées à une politique de sanctions et de surveillance inter- nationales, ont pu mettre la Côte d’Ivoire à l’abri du gros trafic international, il est encore trop tôt, d’une part, pour savoir si l’intérêt des narcotrafiquants pour le pays est en train de croître et, d’autre part, pour évaluer la politique du nouveau gouvernement en matière de lutte contre la drogue ». Le pays, alors quelque peu immunisé, semble donc avoir beaucoup changé depuis.

La Guinée-Bissau avant la Côte d’Ivoire

A l’époque, l’accent était plutôt mis sur la Guinée-Bissau, et son régime de colonels narcos (à droite Antonio Indjai, qui avait évincé José Zamora Induta) , mais aussi et déjà la présence d’européens sur place faisant la navette, déjà, avec le Portugal, notamment avec un Cessna 402 bien répertorié. appartenant à une entreprise particulière, lié à l’affaire du Boeing retrouvé incendié au Mali et qui aurait amené à plusieurs reprises plus de 6 tonnes de coke d’un coup (on a suggéré 10 tonnes laissa semble excessif). On recherche alors son propriétaire : « qu’est devenu Ibrahima Gueye ces derniers temps est une bonne question, car personne ne sait vraiment. Il n’est plus venu au Mali depuis plusieurs mois. Ce qui lui est reproché est d’avoir affrété au moins le boeing de Tarkint et d’avoir en partenariat avec Eric Vernay (en fait Vernet) et Ben Hako, inculpés depuis mars dernier, d’avoir fait poser des avions sans autorisation au Mali. En particulier, un petit bimoteur de 6 à 10 places, un Cessna 402 C, immatriculé J5-GTA (ici à Evora au Portugal le 18 septembre 2009) que la presse donne pour familier au Mali. Rien d’étonnant sauf que les célèbres « spotters » que sont Tiago Palla et Jaoo Mellim ont plusieurs fois photographié le même coucou avec le même numéro à l’aérodrome d’Evora, au Portugal en septembre 2009. »

Un Cessna 402 ? Le type d’avion le plus employé par les « Mermoz du trafic de coke »  ??? Voilà qui est extrêmement intéressant !

Un Boeing d’un côté, du même modèle que celui retrouvé en miettes, et de l’autre le prototype même des petits avions ayant traversé l’Atlantique ses dernières années pour amener la cocaïne : serait-on tombé sur le « client parfait », celui capable de tout expliquer à cette déferlante de drogue ? avais-je écrit ailleurs en  2011. L’avion bien cerné, effectuait des rotations suspicieuses puisqu’on l’avait vu successivement au Portugal, au Cap-Vert, en Guinée-Bissau, au Sénégal et au Mali. Et il était du type même que ceux qui tenteront les premier d’apporter de la coke colombienne en Afrique de l’ouest en osant traverser l’Atlantique, une véritable prouesse sur ce type d’appareil (il fallait l’équiper de fûts supplémentaires de carburant en cabine). Et à ce moment-là, une nouveauté dans le trafic de cocaïne !

Les fameux »sacs de ciment » 

Le passage du Cessna 402 en Guinée Bissau avait été perçu comme un transporteur de biens étranges sacs expliqués comme étant des sacs de ciment, le mot codé pour éviter de dire cocaïne. Un bien étrange manège, avec alors des avions faisant la navette en provenance du Cap Vert ou du Sénégal, avait-on noté. « Le Monsieur débarque toujours à Bissau, mais aujourd’hui son arrivée est précédée par celle d’une unité militaire qui s’occupe de l’affaire et assure le transfert, manu militari, du « ciment » vers les véhicules militaires. Le Monsieur vient une fois par semaine dans un bimoteur chargé de sacs de »ciment ». L’opération militaire est régulièrement dirigée par un major récemment promu, homme de confiance d’Antonio Indjai, le nouveau chef de l’armée bissau-guinéenne (ici à droite).

Cet officier a été arrêté, en 2009, dans la région de Jugudul, entre Bissau et Mansoa, accusé de transporter de la drogue. Il n’a jamais été mis en prison ni jugé et garde toute la confiance du chef de l’armée ». Exactement ce qu’on avait décelé lors de l’affaire du Gulfstream débarqué inopinément le 12 juillet 2008 (et mis en vente depuis !).

L’armée de Guinée-Bissau était à la tête du trafic, cela ne faisait aucun doute !

source et plus

000000

Les douaniers ont saisi 22 kg de cocaïne sur l’autoroute A9 et 83 kg de résine de cannabis en milieu de semaine

La police judiciaire a pris la suite de l’enquête initiée par les douanes. Le suspect pourrait être déféré samedi ou dimanche devant un juge d’instruction de Nîmes. Ce vendredi 2 octobre, le juge des libertés et de la détention de Nîmes devait statuer sur la prolongation de la garde à vue (96 heures possibles en matière de trafic de drogue)

LIRE

000000

—————————————————————————————————————————————

L’arrestation de Vargotskii ainsi que celle d’un autre suspect, Francisco Javier Jimenez Guerrero, en octobre 2019 en Espagne, précise la GRC, s’inscrivent dans le cadre du démantèlement, en février 2019, d’un vaste réseau de blanchiment par lequel transitaient des centaines de millions de dollars. Selon la GRC, le réseau, qui s’étendait dans au moins huit pays, offrait ses services à six cellules du crime organisé de Montréal et de Toronto.

L’enquête baptisée Collecteur par la GRC s’est amorcée en 2106 après que les agents fédéraux eurent découvert que des individus déplaçaient des sommes importantes d’argent provenant du trafic de drogues de Montréal vers Toronto.

Ce  système bancaire souterrain , comme l’a appelé la GRC, possédait des ramifications au Liban, aux Émirats arabes unis, en Iran, aux États-Unis et en Chine.

Le réseau permettait ensuite d’envoyer de l’argent vers des pays exportateurs de stupéfiants, comme la Colombie et le Mexique. C’est ainsi que les organisations criminelles canadiennes pouvaient financer leurs importations de drogue.

Parmi les suspects se trouvaient les deux présumées têtes dirigeantes du réseau, Nader Gramian-Nik, 56 ans, de Vaughan, dans la banlieue de Toronto, qui dirigeait la cellule Ontario, et Mohamad Jaber, 51 ans, de Laval, à la tête de la cellule Québec

LIRE plus

000000

Le bateau des douanes espagnoles fonce vers un voilier

En quelques minutes, ils vont l’arraisonner. Les policiers sautent à bord, sortent leurs armes.  En tout, quatre bateaux ont été interceptés entre le 24 et le 28 septembre.

À l’intérieur, un peu partout dans les cabines, des tonnes de haschich. « Cette opération a abouti à l’interception de quatre navires avec la coopération de cinq pays et la saisie de 30 tonnes de haschich, la plus importante saisie qu’il n’y ait jamais eu lieu dans notre pays », explique mercredi 30 septembre Anselmo Pestana, représentant du gouvernement espagnol.

Lire et video

000000

Gendarmes champêtres

 

Récolte suite à une enquête des gendarmes de la communauté de brigades de Felletin et de la brigade des recherches de Guéret.

Interpellation de trois individus impliqués dans un trafic « familial » de stupéfiants à Felletin, dans la Creuse, a-t-on appris ce jeudi 1er octobre.

Le 29 septembre 2020, ces personnes sont interpellées à leurs domiciles respectifs. « Les perquisitions réalisées sur les différentes propriétés, avec l’assistance d’un chien spécialisé de Limoges dans la recherche des stupéfiants, permettent de découvrir de nombreux produits et objets illicites », indiquent les gendarmes.

La gendarmerie a informé que ces arrestations ont été suivies de la saisie de 4,1 kg d’herbe de cannabis et de produits dérivés. Tout l’équipement d’un laboratoire d’extraction et de conditionnement a également été saisi.

Les forces de l’ordre ont également confisqué 17 grands pieds de cannabis de plus de deux mètres.

lire plus

000000

L’opération de la gendarmerie remontait au mardi 29 septembre 2020, dès 7 h 30 du matin, dans cinq communes du sud du département des Deux-Sèvres, à savoir Celles-sur-Belle, Chef-Boutonne, Exireuil, Lezay et Melle, plus celle de Surgères, en Charente-Maritime : soupçonnées d’être impliquées, à des degrés divers, dans un trafic de produits stupéfiants, quinze personnes ont été interpellées puis placées en garde à vue dans le cadre d’une enquête menée, depuis plusieurs mois maintenant, par les gendarmes de la brigade de recherches de Niort autour de ce réseau considéré comme « local ».

Trois suspects face à la justice le vendredi 2 octobre 2020

Dans l’après-midi du jeudi 1er octobre 2020, le parquet de Niort a annoncé que trois des suspects seront présentés, à 13 h 30 le vendredi 2 octobre 2020, devant le tribunal correctionnel de Niort selon la procédure de comparution immédiate : toujours gardé à vue, le trio, composé d’une femme de 39 ans et de deux hommes de 30 et 38 ans, sera déféré dans la matinée. Les douze autres mis en cause ont été remis en liberté dès la soirée du mercredi 30 septembre 2020, sans passer par la case parquet : tous sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Niort à une audience dont la date a été fixée au printemps 2021.

Il y avait cinq femmes, âgées de 19 à 41 ans et dont une a été appréhendée à Surgères, et dix hommes, âgés de 20 à 57 ans. Le dispositif déployé a également permis la saisie de 115 pieds de cannabis et de 6,7 kg d’herbe, notamment : car du « shit », de la cocaïne, de l’héroïne, des cachets d’ecstasy et de l’argent liquide auraient également été confisqués pendant les perquisitions.

lire plus

000000

 

ENQUÊTE – La résidence Charles-Schmidt est l’un des points de deal les plus importants de la région parisienne. Ses habitants doivent composer avec les dealers, dans une cité qui ressemble chaque jour davantage à un «bunker».

lire

000000

Un propriétaire d’entreprise de transport qui a utilisé la plate-forme de messagerie cryptée EncroChat pour diriger un réseau criminel qui transportait de la drogue et de l’argent sale à travers l’Europe a été condamné

Thomas Maher, 39 ans, de Wiltshire Close, Warrington, a comparu à Liverpool Crown Court le 25 septembre 2020 où il a plaidé coupable à deux accusations relatives à l’importation de drogues de classe A au Royaume-Uni et à deux accusations de blanchiment d’argent.

La National Crime Agency est intervenue pour arrêter Maher à la suite de preuves acquises via EncroChat – la plate-forme de messagerie cryptée qui a été supprimée en juin dans le cadre de l’opération Venetic.

Le directeur adjoint de la NCA, Craig Naylor, a déclaré

«Maher était l’homme de la logistique pour un certain nombre de groupes criminels et a joué un rôle clé dans une infrastructure criminelle importante. Il a pu utiliser ses contacts et son entreprise pour faciliter l’entrée de grandes quantités de drogues de classe A au Royaume-Uni et en Irlande, sans se soucier des dommages qu’ils infligent aux personnes et aux communautés. Dans l’autre sens, il a pu expédier de grosses sommes d’argent, qui a sans aucun doute été utilisée pour financer d’autres activités criminelles. En termes simples, les groupes du crime organisé ne peuvent pas fonctionner sans des gens comme Maher. L’opération Venetic a mis fin à des milliers de complots criminels et conduit à l’arrestation de centaines de suspects. Thomas Maher était sans aucun doute l’un des plus importants. Des agents de la NCA ont surveillé les mouvements de Maher pendant sept mois au cours desquels il a rencontré des associés dans des hôtels et dans des espaces publics du nord-ouest pour organiser le trafic de cocaïne des Pays-Bas vers le Royaume-Uni et l’Irlande.

Les messages Encrochat obtenus par la NCA dans le cadre de l’opération Venetic ont montré qu’en avril 2020, il avait orchestré la collecte et la livraison d’au moins 21 kilos de cocaïne à partir d’endroits aux Pays-Bas. Les associés ont fait rapport à Maher lorsque les cargaisons de drogues ont été ramassées, transportées et sont arrivées à leur destination finale en Irlande. Le 2 avril, un échange a eu lieu dans un garage de Lierop, aux Pays-Bas, où 11 kilos de cocaïne ont été passés entre deux véhicules.

Deux jours plus tard, l’arrivée de la drogue par Dunkerque à Douvres et éventuellement à Donabate, près de Dublin, est confirmée. Des messages ont montré que Maher avait discuté de la répartition des bénéfices avec un membre de son groupe. Dans un autre travail, Maher a pris des dispositions pour que 10 kilos de cocaïne soient collectés dans une zone près de De Stru aux Pays-Bas et livrés à nouveau à la périphérie de Dublin, ce qui a généré des bénéfices supplémentaires.

Outre la drogue, Maher a également contribué à faciliter le mouvement de grosses sommes d’argent.  L’une des accusations porte sur l’organisation du transport de 305 000 euros d’Irlande vers les Pays-Bas pour le compte d’un de ses associés, à qui il a facturé une commission pour son implication.

En mai, la « Garda Síochána »* à Drogheda, en Irlande, a saisi 600 000 euros supplémentaires en transit, arrêtant trois personnes. Maher a organisé le mouvement de cet argent.

Des agents de la NCA ont arrêté Maher le 13 juin 2020 à son domicile de Warrington. Il a été inculpé deux jours plus tard et placé en détention provisoire jusqu’à l’audience de plaidoyer  à Liverpool Crown Court.

Le commissaire adjoint John O’Driscoll, responsable de la criminalité organisée au sein de la Garda Síochána, a déclaré:  «La Garda Síochána et la National Crime Agency du Royaume-Uni ont développé une relation de travail très productive, ce qui a permis de mieux protéger les communautés du Royaume-Uni et d’Irlande. Le pouvoir d’enquête combiné d’une telle collaboration entreprise au niveau international empêche les personnes impliquées dans des crimes organisés et graves d’exploiter les frontières internationales pour éviter des poursuites

000000

Quatre personnes ont été arrêtées dans l’ouest de Londres dans le cadre d’une enquête liée à l’opération Venetic.

Des officiers de police des Organized Crime Partnership (OCP), une unité conjointe de la NCA et du Metropolitan Police Service, ont arrêté les quatre personnes lors de descentes à l’aube ce matin, toutes soupçonnées de complot en vue de fournir des drogues de classe A.

L’homme de 34 ans présumé être à la tête du groupe du crime organisé a été détenu dans son appartement de North End Road à Hammersmith. Il faisait l’objet d’une enquête de l’OCP lorsque des messages acquis dans le cadre de l’opération Venetic – une enquête sur la plate-forme de messagerie cryptée EncroChat – l’ont lié à trois autres personnes.

Les agents ont également arrêté un homme de 49 ans sur Linkfield Road à Isleworth, soupçonné d’être le principal trafiquant de drogue pour l’OCG.

Une femme de 62 ans, qui, selon les enquêteurs, aurait blanchi les revenus illicites du groupe, a été arrêtée avec son fils, âgé de 29 ans, à leur domicile à Imperial Wharf, à Fulham.

Les agents de l’OCP avaient précédemment saisi près de 50 000 comprimés d’ecstasy et plus de 90 000 £ en espèces à la même adresse, pour lesquels les deux hommes avaient été arrêtés et remis en liberté

Tous les quatre ont été placés en garde à vue pour être interrogés.

Matt McMillan, du Organized Crime Partnership, a déclaré: « L’opération d’aujourd’hui a éliminé un groupe criminel qui, selon nous, était impliqué dans la distribution d’énormes quantités de cocaïne à Londres et dans les Home Counties. Le commerce des drogues de classe A alimente la violence et l’exploitation et l’activité d’aujourd’hui est un autre exemple de la collaboration entre la NCA et la police du Met pour protéger le public de cette menace. »

source

000000

October 1, 2020

Guilty plea from Ohio man stopped in Kansas with $1 million

TOPEKA, KAN. – An Ohio man who was stopped in Kansas with more than $1 million in his vehicle pleaded guilty today to a federal drug trafficking charge.

——————————————————————————————————–

October 1, 2020

DEA disrupts illegal steroid operation in West Virginia

HUNTINGTON, Wv.

——————————————————————————————————–

September 30, 2020

Seventeen arrested in connection with Jasper County drug trafficking and firearms violations

BEAUMONT, Texas – Drug Enforcement Administration Special Agent in Charge Steven S. Whipple, Houston Division and U.S. Attorney Stephen J. Cox announced today that 17 individuals have been arrested in the Eastern District of Texas pursuant to a federal indictment which alleges drug trafficking and firearms violations.

——————————————————————————————————–

September 30, 2020

National Health Care Fraud and Opioid Takedown results in charges against 345 defendants responsible for more than $6 billion in alleged fraud losses

WASHINGTON – Acting Assistant Attorney General Brian C.

——————————————————————————————————–

September 30, 2020

Federal agencies arrest 10 in drug trafficking ring in St. Louis and Phoenix

ST. LOUIS – The Drug Enforcement Administration, U.S. Marshals Service and Homeland Security Investigations arrested 10 people Tuesday, including seven in the St. Louis area and three in Phoenix, on charges that include conspiracy to distribute cocaine, methamphetamine, and marijuana. Defendants are expected to be presented in federal court today. Among those charged were:

——————————————————————————————————–

September 30, 2020

Tenderloin drug dealer accused of trafficking fentanyl that killed one, injured another

SAN FRANCISCO – Charges were unsealed today accusing a Tenderloin drug dealer of selling fentanyl that led to the overdose death of one individual and the hospitalization of another individual, announced United States Attorney David L.

——————————————————————————————————–

September 30, 2020

Alleged major trafficker among three indicted in connection with over 25 pounds of cocaine and $125,000 cash seized in the Bronx

NEW YORK CITY – Ray Donovan, Special Agent in Charge of the U.S. Drug Enforcement Administration, New York Division, Bridget G. Brennan, New York City’s Special Narcotics Prosecutor, Keith M. Corlett, Superintendent of the New York State Police, and New York City Police Commissioner Dermot F.

——————————————————————————————————–

September 30, 2020

Newark man sentenced to 10 years for heroin and crack cocaine distribution conspiracy

NEWARK, N.J. – Special Agent in Charge of the Drug Enforcement Administration’s New Jersey Division, Susan A. Gibson, and U.S. Attorney for the District of New Jersey, Craig Carpenito, announced a Newark man was sentenced today to 120 months in prison for his role in a conspiracy to distribute heroin and crack cocaine.

——————————————————————————————————–

September 30, 2020

Springfield paramedic charged with conspiring to distribute controlled substances

EUGENE, Ore. – A Eugene Springfield Fire Department paramedic has been charged with illegally obtaining controlled substances from a local pharmacy and using them to drug and rape multiple female victims.

——————————————————————————————————–

September 29, 2020

Springfield, Mo., man sentenced to 20 years for meth conspiracy

SPRINGFIELD, Mo. – A Springfield, Missouri, man has been sentenced in federal court for his role in a conspiracy to distribute large amounts of methamphetamine.

Ronald A. Stone, 52, was sentenced by U.S. District Judge Stephen R. Bough on Friday, Sept. 25, to 20 years in federal prison without parole.

000000

 

A Polícia Federal apreendeu no sábado (26/9) mais de 1.300 kg de cocaína.

La police fédérale (PF) a saisi environ 1 379,6 kg de cocaïne samedi dernier, le 26 septembre 2020, après deux poursuites à São Paulo. Six personnes ont été arrêtées et les agents ont saisi, en plus de la drogue, quatre véhicules.

La première saisie de cocaïne a eu lieu samedi matin à Rodovia dos Imigrantes. Après une poursuite et une collision, la police a arrêté un homme portant 646 paquets de cocaïne, totalisant 705,8 kg de stupéfiants. Dans l’après-midi, à Araçariguama – une municipalité située à environ 55 km de la capitale de São Paulo -, la police fédérale a arrêté cinq personnes et saisi quatre véhicules, un camion et une semi-remorque. Le poids de la cocaïne saisie est de 673 80 kg, conditionnés dans 620 paquets.

000000