Archives de 4 octobre 2020

——————————————————-
Le 7 septembre, les douaniers contrôlent un chargement de fret aérien arrivant dans la ville en provenance des États-Unis et mettent à jour une cargaison d’environ 31 kg de cocaïne liquide qui ont été retrouvés cachés dans 45 bouteilles de vin rouge.
Une passagère en provenance de Sao Paulo (Brésil) via Doha (Qatar), a été arrêtée quand 15 kg de drogue  ont été découverts dans sa valise  lors d’une inspection douanière.
Les douanes ont déclaré qu’elles continueraient à contrôler les passagers sur la base d’évaluations des risques, en ciblant les arrivées en provenance de régions à haut risque pour lutter contre le trafic de drogue.

000000

La police saoudienne a déjoué une tentative de contrebande de 340 kilogrammes de qat, un stimulant addictif, dans la région frontalière de Jizan, a déclaré un responsable de la sécurité.

La cargaison de qat  a été cachée à l’intérieur des cavités d’un camion, a ajouté le chef des relations et des médias du ministère de l’Intérieur, le colonel Ahmed Al Tawyan.

000000

—————————————————————————————————
—————————————————————————————————
—————————————————————————————————
—————————————————————————————————
—————————————————————————————————

000000

L’opération a été effectuée à Ben Taieb, aux environs de Driouch, à environ 90 kilomètres de la ville de Nador, précise la même source, ajoutant que les interventions sécuritaires simultanées ont permis l’arrestation de quatre individus pour leurs liens présumés avec ce réseau criminel.

Les perquisitions menées dans le cadre de cette affaire se sont soldées par la saisie de sept voitures, dont une portant des plaques d’immatriculation étrangères et un fusil de chasse.

plus

 

000000

Vendredi 4 octobre, dans l’après-midi, entre Montecristi et La Pila, les agents ont arrêté un individu qui conduisait un ensemble articulé transportant un conteneur. Après contrôle, de la cocaïne a été détectée à l’aide des chiens anti-narcotiques.

Dans un communiqué, la police équatorienne a indiqué que, lors d’une fouille approfondie à l’aide de chiens anti-drogue, elle avait détecté que « plusieurs boîtes » contenaient des substances soumises à contrôle.

« En coordination avec le bureau du procureur, le conteneur a été transféré dans les cours du quartier général de Manta Antinarcotics où, lors de l’examen de l’expédition, ils ont constaté que 181 boîtes contenaient 8 670 paquets de cocaïne. »

source

000000

 

 

.

Le conteneur en partance pour le port d’Anvers est de la société à responsabilité limitée FRITEB INTERNATIONAL et le destinataire est BEIMS FRUIT INTERTRADE BV, une entreprise sise en Belgique.

La police béninoise a saisi une grande quantité de cocaïne estimée à 557 kg dissimulée en 21 sacs dans un conteneur de cajou, vendredi après-midi au Port Autonome de Cotonou, a rapporté samedi la presse locale.

Selon plusieurs quotidiens et sites d’informations béninois, ce conteneur arraisonné serait en partance pour le port d’Anvers en Belgique pour le compte d’une entreprise béninoise.

De sources proches du ministère béninois de l’Intérieur et de la Sécurité publique, le Bénin est envahi depuis quelques années par des trafiquants qui y ont trouvé une nouvelle route pour faire acheminer la drogue en Europe, en Asie et dans d’autres pays du monde.

SOURCE

Deux Britanniques ont été arrêtés.

La police nationale a trouvé au moins une mitraillette. Cinq policiers ont été légèrement blessés lors de la poursuite et de l’arrestation ultérieure des suspects. Les Britanniques ont percuté une voiture de police et ont résisté à leur arrestation.

Il semble que les deux suspects britanniques (âgés de 27 et 30 ans) aient voulu extorquer de l’argent à une troisième personne, qui aurait été abattue avec la mitraillette.

La voiture des deux suspects a été repérée et pour s’échapper a fini par entrer en collision en marche arrière avec la voiture de police camouflée sans badges de police qui leur bloquait la route.

Le véhicule des policiers a été endommagé sur tout le front, mais les deux suspects n’ont pas pu fuir les lieux.

000000

 

Lors de contrôles dans le port hollandais de Rotterdam, les douaniers ont intercepté différentes expéditions de drogue.

Fait insolite, sur certains des ballots figurent le nom et la photo du tristement célèbre baron de la drogue colombien, Pablo Escobar

-Une première cargaison de 1 050 kilogrammes de cocaïne a été découverte le 1er octobre à bord d’un navire en provenance du port de Tanger Med.

La drogue était dissimulée, selon la presse hollandaise, dans un conteneur rempli de pièces détachées automobiles venant du Brésil et destinées à une entreprise en France. Vraisemblablement, cette entreprise n’a rien à voir avec le trafic, rapportent les mêmes sources.

-Une deuxième cargaison de 420 kilogrammes de cocaïne a été découverte dans un conteneur chargé de papier. Celui-ci venait du Chili et était destiné à une entreprise en Afrique du Sud, mais dans ce cas aussi, l’entreprise destinataire ne serait pas liée au trafic.

-Enfin, dans un troisième conteneur, parmi des caisses de raisins secs, les douaniers sont tombés sur un chargement de 531 kilogrammes de cocaïne.

source et plus

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Drie drugsvondsten van in totaal twee ton cocaïne in Rotterdamse haven

 

plus

000000

ANVERS, port d’entrée de la coke en Europe

L’insécurité frappe particulièrement certains quartiers d’Anvers, où les habitants sont régulièrement réveillés la nuit depuis plus de deux ans par des coups de feu ou des explosions de grenades.

Selon le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, « les plus hautes sphères » de la société sont désormais ciblées par les trafiquants en quête de complicités, « c’est très inquiétant »

La preuve: un ancien chef de la gendarmerie et trois policiers ont été interpellés cette semaine dans une vaste enquête enclenchée après une saisie de 2,8 tonnes de cocaïne fin 2019 dans le Limbourg. Cette province est devenue aussi une base arrière du crime organisé et de la « quick money » (l’argent facile), selon l’expression des enquêteurs.

Jeudi, avec d’autres hauts magistrats réunis au siège du parquet fédéral, il a alerté le gouvernement sur le manque de moyens humains et matériels pour affronter les réseaux criminels. De son côté, le procureur fédéral a comparé le trafic de drogue à « un cancer », dénonçant autant l’infiltration de l’économie par l’argent sale que l’insécurité subie par la population.

LIRE PLUS

000000

Pas de « drogue douce »

 

La tribune publiée dans le « Journal du dimanche », et soutenue notamment par Bruno Retailleau et Eric Ciotti, se veut une réponse à celle de trois maires du même parti Les Républicains qui réclamaient la légalisation du cannabis.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 05h20, mis à jour à 09h03

« Il n’y a pas de drogue douce. La drogue est un poison, un fléau que nous devons combattre ! », estiment 80 élus du parti Les Républicains (LR) et apparentés, qui s’opposent à la légalisation du cannabis, dans une tribune publiée par le Journal du dimanche du 4 octobre.

« Ces dernières semaines, certains maires ont relancé le débat en se prononçant pour la légalisation de la consommation du cannabis. Nous, députés et sénateurs Les Républicains, voulons rappeler que nous y sommes fermement opposés », écrivent ces élus dont Bruno Retailleau, patron du groupe LR au Sénat, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, Gérard Longuet, sénateur de la Meuse, ou encore Philippe Bas, sénateur de la Manche.

Cette tribune est une réponse à celle de trois maires du même parti LR qui avaient réclamé la semaine dernière, dans le JDD, la légalisation de la consommation de cannabis, qu’ils estiment être « le meilleur moyen d’en anéantir le trafic et de ruiner les trafiquants ».

« Légaliser la vente de cannabis conduira les vendeurs actuels à se tourner vers la vente d’autres substances encore plus dangereuses et nocives ! », leur répondent les 80 parlementaires.

°°°°

Lire aussi « C’est naïf de croire qu’en s’en prenant uniquement au consommateur de cannabis, on va s’en sortir »
—————————-
En accord avec Gérald Darmanin

En outre, « ce n’est pas parce que les forces de l’ordre ont du mal à venir à bout du trafic qu’il faut légaliser la pratique ! », insistent les parlementaires, « sinon il faudrait aussi légaliser le trafic d’armes, la fraude fiscale, la prostitution et ne plus sanctionner les vitesses excessives au volant ! ».

LIRE l’article

000000

La course-poursuite du 30 décembre 2018 s’est terminée au rond-point des Trois-Rois. Sur le sol humide, Ricardo Blanchedent est laissé pour mort.La course-poursuite du 30 décembre 2018 s’est terminée au rond-point des Trois-Rois. Sur le sol humide, Ricardo Blanchedent est laissé pour mort. (DR)

Un épisode à la violence inédite.

Dans la nuit du 30 au 31 décembre 2018, deux hommes juchés sur un scooter T-Max ouvrent le feu sur une Renault Laguna à proximité d’un bar à chicha de Plescop. Une course-poursuite s’ensuit. Elle se termine au rond-point des Trois Rois. Percuté par la voiture, le T-Max chute. Son conducteur se fait rouler dessus. Cet épisode d’une violence inédite met tout de suite la police sur la piste d’un règlement de comptes entre trafiquants.

lire plus dans le Télégramme

15 novembre 2017, place Henri-Auffret, à Ménimur. Face à face tendu entre le benjamin de la fratrie Blanchedent (en gris) et les forces de police à l’occasion d’une descente anti-stups. (Archives Le Télégramme)

Dans la nuit du 29 au 30 décembre dernier, un rodéo tragique impliquant cinq jeunes Vannetais bien connus de la police a jeté une lumière crue sur la guerre que se livrent les dealers pour contrôler le juteux trafic de stups. Une épicerie transformée en industrie par deux frères, présentés comme les chefs incontestés du réseau.

Lire

000000