Archives de 11 octobre 2020

Par

L’étude montre notamment le caractère vain des contrôles répétés tout comme les enquêtes et interpellations menées dans le cadre des affaires de stupéfiants qui n’aboutissent jamais mais qui s’inscrivent dans une politique du chiffre, la «bâtonite».

Face au volume d’affaires à traiter, policiers et magistrats ont pour beaucoup le sentiment de «vider l’océan avec une cuillère».

« Quand je fais un go fast sur l’autoroute, ça n’a aucun impact sur le quotidien des gens. C’est un fournisseur, les petits revendeurs vont se fournir ailleurs. Ça sert à quoi ? Je me pose la question, dans un pays où on criminalise l’offre et on dépénalise quasiment la demande, je ne vois pas où ça nous mène. (…) On criminalise la moitié du système, on regarde ailleurs pour l’autre moitié » raconte dans l’étude un commissaire de police d’un service de lutte contre les stupéfiants.

Si le rapport assure ne pas minimiser «la dangerosité de la drogue» et ne prône pas non plus une «vision naïve qui consisterait à considérer la légalisation comme la solution à tous les problèmes», il préconise une «légalisation raisonnée» pour «assécher» les trafics.

Cela permettrait également de «dégager du temps aux services judiciaires et policiers pour les dossiers les plus importants, tout en poursuivant des objectifs en termes de santé publique (suivi des personnes souffrant d’addictions, contrôle de la qualité des produits…)» explique le rapport.

lire

000000

—————————————————————————–

000000

Deux hommes qui avaient ingéré des ovules pour deux kilos de cocaïne et la femme qui conduisait ont été interpellés jeudi, au péage de Fresnes-lès-Montauban.

Ils vont être déférés ce lundi matin à Arras.

lire plus

000000