FRANCE 🇫🇷 (cour d’assises spĂ©ciales de Paris): qui est Ali Riza Polat?

Publié: 25 octobre 2020 par Marc Fievet dans Justice, Narcotrafic INFOS
Tags:,
Islamiste, trafiquant de cocaĂŻne, bras droit du terroriste Amedy Coulibaly : l’insaisissable Ali Riza Polat

Il est le plus insaisissable des accusĂ©s du procès des attentats de janvier 2015. Celui qui fut le plus proche, aussi, du terroriste de l’Hyper Cacher. 

Qui est Ali Riza Polat ? Que savait-il des plans meurtriers de son ami ? 

« Marianne » se penche sur ce sulfureux Franco-Turc qui a voulu fuir pour la Syrie, et rĂ©vèle ses auditions par les enquĂŞteurs antiterroristes.

« Quand je sortirai de prison, je ferai du banditisme, je ferai encore pire ! » 

En l’espace de sept semaines devant la cour d’assises spĂ©ciales de Paris, Ali Riza Polat s’est imposĂ© comme un champion hors catĂ©gorie de la tchatche et des sorties sans-gĂŞne. Parmi les onze accusĂ©s prĂ©sents Ă  cette audience historique, il est aussi celui qui risque le plus gros, seul Ă  rĂ©pondre de « complicitĂ© de crimes terroristes »… ceux commis en janvier 2015 par son grand copain, Amedy Coulibaly.

Crâne rasé de près, embonpoint et chemise ample, ce Franco-Turc de 35 ans assène tel jour qu’il n’est là que « à cause de balances mythomanes qui ont raconté n’importe quoi ». Un autre jour, face à un chef de la DGSI, il s’agite dans le box, bondit de sa chaise, clame qu’un « indicateur de la police » l’a fallacieusement incriminé. L’agent « 562 » le contredit mais Polat, n’écoutant que sa furie, se perd dans une tirade que personne ne comprend plus sur les « indics », les « juges véreux »…  « Ca n’a plus rien à voir avec cette affaire », désespère l’espion.

Il est comme ça, Polat. Une boule de nerfs. Sanguine, vitupĂ©rante. Pas un jour ne passe Ă  la Cour sans qu’il ne s’ébouillante. Ses frasques irritent jusqu’aux avocats de la dĂ©fense. Juste après les massacres de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher, le nom de ce dĂ©linquant multi-rĂ©cidiviste de la rĂ©gion parisienne rĂ©putĂ© pour sa violence a rapidement circulĂ© chez les enquĂŞteurs. Le 23 mars 2015, vers 22 heures, des policiers en planque de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) observent cet homme corpulent de 1m78 grimper Ă  bord de son Kangoo garĂ© Ă  Grigny (Essonne). Pris en filature, Ali Polat prend l’autoroute en direction de Viry-Châtillon, oĂą se trouve la maison de ses parents. Le RAID le tire de son lit Ă  6 h 10. En garde Ă  vue, selon les procès-verbaux d’audition que Marianne a pu consulter, il n’en mène pas large. « Connaissiez-vous les auteurs de ces attentats ? », le questionnent les policiers.

Lui : « Vous savez très bien oui…..

– Qui ?

– Amedy Coulibaly. Je souhaite garder le silence. » 

Il est cuisiné pendant 96 heures. Sa langue se délie. Coulibaly, « il est devenu fou », dit-il. « Ce n’est pas lui. Il a fait n’importe quoi. »

Puis, désespéré : « Il va m’envoyer en prison pour rien (…) Je savais pas ce qu’il allait faire. » 

Islam et drogues dures

Pouvait-il ignorer les projets meurtriers de son ami « Dolly » ? Pour les juges d’instruction, « il apparaît à tous les stades de la préparation des actions terroristes ». Serait devenu un rouage central de ces funestes préparatifs. Sur une période qui s’étend de juin 2014 à janvier 2015, et tout particulièrement de décembre à janvier, ce trentenaire issu d’une famille kurde alevi était l’homme à tout faire de Coulibaly. Son factotum. Selon les enquêteurs, il l’aurait aidé à se procurer de l’argent, des armes et des explosifs.

Polat, alias « Zefer », n’a que 22 ans quand il fraternise avec le futur djihadiste à la Grande Borne, une cité pâlichonne de Grigny. Titulaire d’un CAP en mécanique automobile, abonné aux petits boulots dans la manutention, il trempe avec lui dans le trafic de drogues dures. « Je supposais que c’était lui (Coulibaly) qui avait impliqué mon fils dans le trafic de cocaïne », dira Safiye, sa maman, aux enquêteurs. Pour expliquer tous les services rendus, durant l’instruction, Polat s’abrite sans cesse derrière une dette de 15.000 euros qu’il aurait contractée auprès de lui, en 2009, contre une avance de quelques kilos de cannabis.

 

LA SUITE SUR MARIANNE

°°°°

Isabelle Coutant-Peyre, l’avocate d’Ali Riza Polat, pointe du doigt les défaillances des services de renseignements français.

L’avocate du principal accusé des attentats de janvier 2015: « Tout ceci ne serait pas arrivé si les services de renseignements avaient été sérieux »

LIRE

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s


%d blogueurs aiment cette page :