Archives de 27 octobre 2020

Les militaires de la SEDENA ont arrêté un avion Hawker, matrícula XB-RCF, contenant une tonne et demie de cocaïne à l’aéroport de Chetumal, à Quintana Roo.

L’avion avait atterri à 1h00 du matin et un des membres d’équipage à bord de l’avion a été arrêté.

000000
.

La Chambre nationale des producteurs et exportateurs d’ananas du Costa Rica (CANAPEP) demande au ministère des Finances et de la Sécurité publique de scanner tous les conteneurs chargés d’ananas sans exception, quelle que soit la destination. Il s’agit d’éviter que l’exportation d’ananas ne soit utilisée pour le trafic de drogue.

L’impact du trafic de drogue a été important sur l’image du pays et de l’industrie ces derniers mois en raison de la saisie de plusieurs conteneurs d’ananas frais ou transformés aux États-Unis en Europe.

L’association demande une numérisation plus rapide et plus efficace des conteneurs par les services gouvernementaux compétents dans le port de départ.

APM Terminals dans le port de Moín dispose actuellement de l’équipement de numérisation pour pouvoir fournir ce service et qu’il est également prêt à installer un scanner supplémentaire si nécessaire. Mais le Centre de service public d’inspection (CIR) doit également participer, car il interprète les images. Sans une méthode de travail rationalisée et efficace dans cette phase du processus de contrôle, l’analyse de tous les conteneurs est inutile. L’analyseur des images doit être effectué à temps pour éviter qu’un conteneur contenant des drogues ne soit chargé sur le navire et ensuite intercepté par la police dans le port de destination, comme cela s’est produit récemment avec un conteneur d’ananas frais qui est arrivé à Rotterdam .

Le scanner de Moín peut scanner 3 500 à 4 000 conteneurs par semaine.

Il y a donc aussi la possibilité de scanner l’exportation d’autres produits, comme les bananes,  les carottes et les tubercules. Chaves recommande également d’installer des scanners dans le terminal portuaire de Caldera, car des conteneurs contenant des produits d’exportation tels que l’ananas ou les bananes y sont chargés chaque semaine.

SOURCE

000000

Jeudi 22 octobre 2020, les policiers de l’unité régionale de l’OFAST, (Office anti-stupéfiants) basé à Orléans, épaulés par des membres de la BRI (Brigade de Recherche et d’intervention de la police judiciaire), en tout une trentaine de fonctionnaires de police, sont intervenus dans l’après-midi à la Chapelle-Saint-Mesmin, commune de la Métropole d’Orléans. Ils ont agi sur commission rogatoire d’un juge d’instruction.

Une enquête avait été ouverte pour « trafic de stupéfiants et vols de véhicules en bande organisée ». Ils ont procédé à l’interception d’un convoi de plusieurs voitures transportant de la drogue.

Lors de cette interpellation, les policiers ont dû faire usage de leur arme à feu. Un des véhicules du convoi a foncé sur les forces de l’ordre, un des policiers a été légèrement blessé. Les policiers répliquent en tirant des coups de feu.

Au final, quatre personnes ont été arrêtées, trois hommes et une jeune fille mineure, aucun d’entre eux n’a été blessé lors de cette opération plutôt musclée.

SOURCE

000000

Gibraltar, sur ICI Télé, le dimanche 1er novembre, à 1 h 09.

°°°°

Pour Marc Fievet: « l’esprit reste, mais c’est pas mon histoire »

C’est vrai que c’est tellement gros, ce qu’il raconte, Marc Fiévet.

Présenté par la Douane française aux autorités espagnoles du SVA comme l’agent mis en place sur la Costa del Sol, la Douane ouvrira un restaurant à Estepona en Andalousie avec Fievet et financera l’acquisition d’un cargo. Par la suite, il sera présenté aux autorités anglaises (HM Customs excise), allemandes et américaines (DEA), permettant l’interception de plus de 100 tonnes de stupéfiants.

Un scandale d’État, maintes fois évoqué.

Approché en 1988 par les douanes françaises alors qu’il réside à Gibraltar, il devient aviseur, chargé de mettre l’administration sur la piste des narcotrafiquants. Il est bon, Fiévet, c’est même le meilleur, dit-on de lui à Paris. Mais il est arrêté en Espagne en 1994, puis extradé au Canada, à la suite de l’arraisonnement d’un navire contenant plusieurs tonnes de cocaïne. Il fera par la suite « 3 888 jours de prison, une balade carcérale à travers l’Atlantique Nord ». Le pacte qui le liait avec les douanes françaises a été rompu par François Auvigne, un nouveau directeur général de la Douane française, un IGF, qui n’avait rien à faire de son histoire et qui a refusé d’accéder aux demandes insistantes de Jean Puons le patron d’alors de la DNRED.

Lâché par des pleutres

Cela fait vingt ans qu’il remue ciel et terre pour que ce « lâchage injuste et majeur » soit reconnu. La justice l’a blanchi en 2006, sans que la responsabilité de l’État soit établie. Il a écrit des livres (L’Aviseur, Gibraltar, Dans la peau d’un narco, Infiltré), effectué un tour de France en camping-car en 2007, squatté les médias…

Aujourd’hui, à 76 ans, Marc Fievet est chauffeur routier sillonnant l’Europe au volant d’un frigo de 44 tonnes, se levant à 3 h du matin quand il ne passe pas la nuit au volant pour livrer viande ou autres denrées périssables.  « Je dois travailler pour vivre et assurer mes responsabilités familiales », dit-il, sans sembler nourrir quelque amertume de sa situation. « Je ne suis pas malheureux ! J’ai vécu six ans dans le stress (ses années d’infiltré) puis j’ai fait onze ans de prison, alors… »

Il a profité et profite encore aujourd’hui de l’exposition médiatique du film pour « dénoncer et dénoncer encore l’irresponsabilité des hauts fonctionnaires de la Douane Française ».

Coscénariste dans une première mouture du projet, il n’a finalement pas participé à l’élaboration du long-métrage, qu’il juge « édulcoré  » par rapport à ce qu’il a vécu.  » L’esprit reste, mais c’est pas mon histoire. Nulle part n’apparait le fait que j’ai été adoubé par Michel Charasse, le ministre du Budget de l’époque! Par contre la lâcheté de la Douane française est bien démontrée. « 

Le dossier de Marc Fievet est toujours classé « secret défense »

000000