Archives de décembre, 2020

Des agents de la Guardia Civil en coordination avec la police nationale et le SVA de l’administration fiscale ont démantelé un réseau de trafic de drogue. Sept personnes, principalement d’origine marocaine, ont été arrêtées et une quantité importante de haschisch a été saisie.

Après plusieurs tentatives infructueuses, un dispositif commun de la police nationale, de la surveillance douanière et des gardes-côtes a été mis sur pied dans le but de détecter et de contrôler un bateau suspect surveillé depuis des mois.

Cette opération a permis de découvrir que le navire transportait 31 bidons d’essence contenant environ 612 kilogrammes de haschisch. Ses deux occupants ont été arrêtés. Dans les jours qui ont suivi, cinq autres membres de l’organisation ont été également interpellés.

source

000000

 

A través de radares de la Fuerza Aérea Guatemalteca se detectó una traza ilegal y se localizó una aeronave accidentada al noreste de la Laguna del Tigre en Petén.

Luego de un proceso de rastreo unidades militares localizaron 12 tulas con varios paquetes de posible ilícito.

fuente

Mas

000000

L’opération Gigante a été réalisée avec la collaboration du Maritime Analysis and Operations Center (MAOC-N), de la United States Anti-Drug Agency @DEAHQ et de la DNRED des autorités douanières françaises @douane_france.

000000

Le gouvernement colombien a assuré mercredi avoir battu pour la deuxième année consécutive un record d’éradication de plants de coca, matière première de la cocaïne, dont ce pays reste le premier producteur mondial.

« Nous avons atteint le niveau le plus élevé d’éradication manuelle de coca jamais enregistré par la Colombie : 130 000 hectares », s’est félicité le président Ivan Duque dans une déclaration aux médias.

Le total des narco-cultures n’a diminué, selon l’ONU, que d’à peine 9 %. Les experts estiment que la superficie des nouvelles plantations atteint près de 50 % de celles éradiquées de force.

Retour du glyphosate

Ivan Duque envisage aussi de reprendre les fumigations aériennes au glyphosate, initiative saluée par le gouvernement du président américain sortant Donald Trump, qui a déployé des militaires en Colombie en soutien au plan anti-drogue, malgré le rejet de l’opposition.

Les fumigations aériennes de ce désherbant avaient été suspendues en 2015 par l’ex-président Juan Manuel Santos, suite à une alerte de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) contre ce produit « possiblement » cancérigène.

lire plus

000000

Luan Irving Dos Santos Monteiro, 30 ans, originaire de Macapá au Brésil, a été interrogé par les enquêteurs de la National Crime Agency après son interception à Heathrow.

Il aurait avalé une centaine de sachets contenant de la cocaïne, pesant au total environ un kilo, avant de prendre un vol au départ de São Paulo.

Dos Santos Monteiro a d’abord été détenu par des agents du HM Customs excise au terminal 4 d’Heathrow avant d’être remis à la NCA.

Il a été accusé d’avoir tenté d’importer de la drogue de classe A le jour de Noël et a comparu devant les magistrats d’Uxbridge le lendemain de Noël. Il a plaidé coupable et a été placé en détention provisoire pour comparaître devant la Crown Court d’Isleworth.

source

000000

Veracruz

Ejecutan a balazos a cuñado de exalcalde de Sayula de Alemán

SAYULA DE ALEMÁN, VER.- Mientras descansaba en su domicilio particular Óscar «N», identificado como cuñado del exalcalde de Sayula, Graciel Vázquez Castillo. Fue asesinado a balazos la tarde de …
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pour pallier à l’incapacité des régaliennes de lutter efficacement contre la drogue et pour tenter de lutter contre les nombreux trafics de drogues implantés à Beauvais, la municipalité a récemment lancé une plateforme baptisée « Stop Deal ». Cette dernière permet aux habitants de la préfecture de l’Oise de signaler des points de deal, rapportait L’Aisne nouvelle mardi 29 décembre.

La Ville de Beauvais n’a donc pas attendu le ministre de l’Intérieur pour « offrir aux citoyens de la ville la possibilité d’être un acteur ».

000000

Le SVA (service de surveillance douanière)  a intercepté dans les eaux de l’Atlantique, au nord des îles Canaries, un remorqueur chargé d’environ 18 000 kilos de haschich en 574 balles. Sa destination serait un pays de la côte ouest de l’Afrique, peut-être la Guinée Bissau, pour finir par être réexpédié  à l’intérieur du continent.

À bord, cinq membres d’équipage, trois de nationalité marocaine et deux du Bangladesh, ont tous été arrêtés. La phase d’exploitation de l’opération, baptisée Gigante, a débuté hier à l’aube et s’est terminée dans l’après-midi par l’interception par la patrouille de surveillance douanière Sacre, basée dans le port de Las Palmas de Gran Canaria, d’un Remorqueur nommé Cyklop 1 et probablement le drapeau du Belize à quelque 180 miles au nord-ouest de Gran Canaria lors de la navigation dans les eaux internationales. À bord, un grand nombre de balles de haschisch ont été saisies qui, en attendant le décompte officiel et le poids, atteindraient 18 000 kilos (initialement 15 000 étaient estimés).

Fotografías de la embarcación interceptada en la Operación Gigante y de la carga de hachís que transportaba

Gardé par des moyens de surveillance douanière navale, Cyklop 1 est arrivé ce mardi 29 décembre à la base navale de Las Palmas.

Ces actions ont été menées sous la coordination du parquet spécial antidrogue de la Haute Cour nationale et de la Cour centrale d’instruction numéro 6 de la Haute Cour nationale. L’origine de l’opération exploitée ces dernières 24 heures est née en Galice à la mi-novembre.

Le Cyklop 1, long de 28 mètres, a quitté la ville néerlandaise de Zwijndrecht le 5 novembre pour naviguer vers le sud jusqu’à ce qu’il soit près de Cariño. A partir de là, ajoute l’enquête, son déroulement a éveillé les soupçons des analystes du Bureau du renseignement maritime (OIM) de la zone régionale de surveillance douanière de Galice.

L’opération Gigante a été réalisée avec la collaboration du Maritime Analysis and Operations Center (MAOC-N), de la United States Anti-Drug Agency @DEAHQ et de la DNRED des autorités douanières françaises @douane_france.

L’opération et les enquêtes restent ouvertes.

source et video

000000

El Ministerio Público y la Policía Nacional Civil (PNC) informaron que encontraron 418 kilos de cocaína en varias cajas de cartón que se supone contenían pinturas en polvo, las cuales estaban en el interior de las bodegas de Combex.

Jorge Aguilar, vocero de las fuerzas de seguridad, indicó que la incautación de la droga fue un trabajo de inteligencia antinarcótico y estaba oculta en 16 paquetes de encomienda. Además, detalló que proviene de Cali, Colombia y tenía como destino final Cobán, Alta Verapaz, pero aclaró que los datos pueden ser incorrectos porque los narcotraficantes utilizan información falsa o incorrecta para que no sean rastreados.

FUENTE

000000

Au cours d’une opération spéciale, le FSB et la DEA (Drug Enforcement Administration) ont démantelé un réseau de contrebande de cocaïne d’Amérique du Sud destinée à la Russie et au reste de l’Europe.

Au moins 330 kilogrammes de cocaïne ont été saisis.

Déroulement de l’opération

En mai, dans le cadre de la première opération conjointe avec le DEA à Saint-Pétersbourg, un dealer a été arrêté et un kilogramme de cocaïne a été saisi. Un mois plus tard, les services spéciaux ont arrêté les participants et l’un des organisateurs du groupe criminel alors qu’ils tentaient de vendre de la drogue. Les agents du FSB ont réussi à saisir 34 kilogrammes de cocaïne. Au stade final de l’opération, en novembre 2020, une cache a été trouvée dans la région de Moscou. Au cours de la perquisition, au moins 295 kilogrammes de drogue ont été trouvés.

source

000000

 

L’opération, connue sous le nom de “ San Bernardo ”, a été réalisée à Medellín et à Bogotá et a permis la capture de 22 policiers et 12 civils appartenant à des groupes illégaux dédié au micro-trafic dans le  quartier d’Antioquia, l’un des principaux centres de collecte et de distribution de drogues de la région métropolitaine.

Selon le général Luis Enrique Méndez, commandant de la région 6 de la police d’Antioquia, les hommes en uniforme qui ont fourni leur service dans différents postes, n’ont pas respecté leur obligation constitutionnelle et ont commis l’omission de leurs fonctions en favorisant les actions criminelles des structures illégales.

source

000000

L’Office anti-stupéfiants est compétent en matière de lutte contre la production, la fabrication, l’importation, l’exportation, le transport, la détention, l’offre, la cession, l’acquisition ou l’emploi illicites de stupéfiants, contre les opérations de blanchiment liées au trafic de stupéfiants et contre l’usage illicite de l’une des substances ou plantes classées comme stupéfiants.

En liaison avec l’ensemble des administrations concernées, l’Office anti-stupéfiants est chargé de l’évaluation de la menace liée aux trafics de stupéfiants.
Pour accomplir cette mission, l’office, dans le cadre de la législation applicable, centralise, analyse, exploite et communique aux services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, ainsi qu’aux autres administrations et services publics de l’Etat toutes documentations et données statistiques, en lien avec le service statistique ministériel de la sécurité intérieure, relatives à son domaine de compétence.
Dans le cadre de la législation applicable, les services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, ainsi que les autres administrations et services publics de l’Etat susceptibles d’apporter leur concours à l’office lui adressent, dans les meilleurs délais, les informations relatives à son domaine de compétence dont ils ont connaissance.
Pour les infractions qui relèvent de sa compétence, l’office, dans le cadre de la législation applicable, adresse, aux services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, et aux autorités judiciaires, toutes indications utiles à l’identification ou à la recherche des délinquants ainsi que, sur leur demande, tous renseignements nécessaires aux enquêtes dont ils sont saisis.

L’Office s’est substitué au 1er janvier 2020 à l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Octris) et à la Mission de lutte anti-drogue (Milad).

Responsable(s)

Cheffe de l’Office anti-stupéfiants

Stéphanie CHERBONNIER, contrôleuse générale des services actifs de la police nationale – 33 (0)1 49 27 49 27

——————————————–

Adjoint à la cheffe de l’Office anti-stupéfiants

Samuel VUELTA-SIMON33 (0)1 49 27 49 27

 

——————————————–

Déléguée de la directrice générale au pôle stratégie

Laurence LARHANT, administratrice des douanes et droits indirects (sur la photo derrière Fabienne Debaux) – 33 (0)1 49 27 49 27

000000

Bien que clivante, la question des drogues illicites prend de plus en plus de place au sein du débat public en France, et plus particulièrement concernant la légalisation ou non du cannabis. L’opinion publique est, en effet, très partagée sur le sujet : si 50 % se positionnent en faveur d’une autorisation de la consommation du cannabis, l’autre moitié y est opposée.

Publié par Statista Research Department,  le 20 oct. 2020

Le rapport qu’entretient la France avec le cannabis est empli de paradoxes : alors que l’Hexagone dispose d’une des législations européennes les plus restrictives, en pénalisant purement et simplement la consommation (à l’inverse d’autres pays comme l’Allemagne qui l’ont dépénalisée, ou encore les Pays-Bas et l’Espagne qui la tolèrent et l’encadrent), c’est aussi en France que l’on trouve la plus forte proportion de personnes ayant déjà expérimenté cette substance (45 %).

Si le cannabis est, et de loin, la substance illégale de prédilection des Français, les autres drogues ne sont pas en reste : la cocaïne arrive en deuxième position des produits illicites les plus expérimentés, suivie par l’ecstasy et la MDMA. Toutes sont en majorité consommées par les jeunes de 26 à 34 ans.
On dénombre, par ailleurs, 1,5 million de consommateurs réguliers d’herbe, preuve que le marché est florissant.

La valeur du marché des drogues illicites est en effet loin d’être négligeable : elle est estimée à plus de 2,3 milliards d’euros en France, donc la moitié est générée par le cannabis seul. À l’échelle européenne, ces chiffres dépassent les 11 milliards d’euros pour la marijuana et atteignent presque les huit milliards pour l’héroïne.

Et la tendance n’est pas à la baisse : entre 2007 et 2010, le nombre d’infractions liées au cannabis est passé de 84.000 à 107.000, de 4.200 à 5.000 pour l’héroïne et est resté stable pour la cocaïne (environ 4.000).
Seule exception : les drogues de synthèse, donc le nombre d’infractions n’a cessé de baisser au fil des années, pour atteindre moins 500 en 2010. Cela peut néanmoins s’expliquer par le fait que de nombreux nouveaux produits de synthèse (NPS) apparaissent avant que l’État n’ait eu le temps de légiférer sur leur interdiction. Ainsi, la consommation de certains produits de synthèse ne peut être punie par la loi.

Quoiqu’il en soit, un important durcissement de la répression des drogues est à constater : si en 2010, environ 36 tonnes de produits stupéfiants ont été saisis, ce volume a presque atteint les 101 tonnes neuf ans plus tard.

Pour Marc Fievet, d‘Aviseur International, les volume saisis ne correspondent en rien à ‘un important durcissement de la répression des drogues’, mais sont dus à la seule progression du marché !

Si toutes ces substances ont bien mauvaise réputation, elles sont loin d’être les plus mortelles : alors que le tabac et l’alcool (considérés comme des drogues licites) sont responsables d’environ 130.000 décès par an, ce chiffre descend à 30 pour la cocaïne et en-dessous de la barre des 10 morts pour le cannabis.

Ce texte fournit des informations générales. Statista ne peut garantir que les informations soient complètes ou exactes. En raison de cycles de mise à jour variables, les statistiques peuvent afficher des données plus récentes que celles référencées dans le texte.

source et plus

000000

La nouvelle plateforme de déchiffrement d’Europol, l’aboutissement d’un projet lancé par un gendarme

 

par 28 décembre 2020

Un chantier stratégique lancé par Jean-Dominique Nollet, un ancien gendarme d’Europol, vient d’aboutir la semaine dernière, avec l’annonce de l’inauguration de la nouvelle plateforme de déchiffrement de l’agence de police criminelle européenne.

Ce vendredi 18 décembre, la policière belge Catherine De Bolle a le sourire. L’agence qu’elle dirige, Europol, vient enfin de lancer sa nouvelle plateforme de déchiffrement. “Cette annonce marque la fin d’un voyage de trois ans”, explique-t-elle. Attendue au départ pour la fin de l’année 2019, la plateforme est basée dans le nord de l’Italie, à Ispra. Ce super-calculateur doit permettre de casser des terminaux chiffrés inaccessibles aux enquêteurs.

La plateforme sera exploitée par le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) d’Europol

Elle a été développée avec le soutien du Centre commun de recherche, le laboratoire de recherche scientifique et technique de l’Union européenne.

LIRE PLUS

000000

 

« L’objectif est de ne pas seulement appliquer le concept de scanner 100% à Anvers mais aussi dans les aéroports et des gares ferroviaires internationales« , fait savoir le ministre Van Peteghem.. « Nous allons nous concentrer au maximum sur l’utilisation des moyens modernes automatisés et des technologies pour contrôler bien davantage« .

Il s’agit notamment de nouveaux équipements de scannage dans les terminaux à conteneurs, du recours à l’intelligence artificielle pour scanner les données et de l’extension des équipements de scannage mobiles.

Pour Manolo Tersago, le chef du département chargé des stupéfiants au sein de la police judiciaire fédérale d’Anvers, « Scanner tous les conteneurs à risque va rendre les trafics plus compliqués dans tous les cas. Si nous interceptons les conteneurs, il sera probablement trop tôt dans la procédure pénale pour savoir à qui ils étaient destinés et qui devait venir les chercher. Il y a de fortes chances que cela conduise à de nombreuses saisies « nues » ou « sèches, sans que personne ne soit impliqué. Mais cela n’est pas grave. La douane a une fonction d’arrêt qui permet que la marchandise soit retirée du marché« .

SOURCE

000000

LIRE

000000

December 23, 2020

10 Arrested in McAlester for Federal Drug Trafficking Charges

MUSKOGEE, OKLAHOMA – The DEA announced today that ten defendants have been indicted for their roles in a conspiracy to distribute and possess with the intent to distribute heroin and methamphetamine in the Eastern District of Oklahoma and elsewhere.

000000