A l’heure actuelle, les gangs nĂ©erlandais sont dĂ©pendants du savoir-faire des cartels mexicains. Mais que pourrait-il se passer si ce n’était plus le cas ? La crainte est alors de voir cette alliance si profitable aujourd’hui, se transformer en concurrence demain : « Ce que je ne veux absolument pas, c’est que nous devenions l’un de ces pays capables de produire d’énormes cristaux de mĂ©thamphĂ©tamine, sans l’aide des mexicains. Dans ce cas-lĂ , on ferait concurrence au Mexique. Je ne sais pas ce qui se passera alors, mais il y a des risques. Et nous voulons empĂŞcher cela« , conclut Andy Kraag, le responsable de la police nĂ©erlandaise. Car « concurrence et violence vont toujours de pair dans le monde criminel« . 

Le navire de drogue MS Arsianco a été confisqué par la police. Il est situé près du port de Moerdjik et doit être vendu. (Benedikt Strunz/NDR) Le navire de drogue MS Arsianco a été confisqué par la police. Il est situé près du port de Moerdjik * et doit être vendu. (Benedikt Strunz/NDR)

« C’est ici que ça s’est passĂ©. »

Willem-Jan Joachems se souvient parfaitement de ce 10 mai 2019. Pour ce journaliste d’une tĂ©lĂ©vision locale de la rĂ©gion de Nord Braband, au sud des Pays-Bas, c’est un scoop qu’on n’oublie pas. « Le bateau Ă©tait lĂ , les enquĂŞteurs Ă©taient en train de relever les indices… et il a commencĂ© Ă  couler. » Ce jour-lĂ , il Ă©tait arrivĂ© un peu plus tĂ´t, sur le quai du port de plaisance de Moerdijk, pour assister au dĂ©mantèlement d’un laboratoire flottant de mĂ©thamphĂ©tamine par les forces de police.

Une dĂ©couverte inĂ©dite Ă  bien des Ă©gards : un laboratoire avait Ă©tĂ© montĂ© de toutes pièces dans le ventre du navire, long de 85 mètres. Les enquĂŞteurs y retrouvent plus de 70 kg de mĂ©thamphĂ©tamine, 150 litres d’huile de mĂ©thamphĂ©tamine… et trois Mexicains, âgĂ©s de 25, 28 et 38 ans. « Ils Ă©taient en train de fabriquer la drogue », raconte le journaliste nĂ©erlandais.

Les enquĂŞteurs identifient leur ADN sur trois masques intĂ©graux et des paires de gants. La police met Ă©galement la main sur des tĂ©lĂ©phones et dĂ©couvre des photos qui lui permettent de retracer l’activitĂ© des trois hommes au Pays-Bas. Le 12 dĂ©cembre 2018, ils Ă©tablissent une « liste de courses » incluant 30 kg d’aluminium, des thermomètres et des gants en latex. Courant mars, les chimistes ont maintenant de la poudre dans des verres doseurs. Un mois plus tard, une vidĂ©o dĂ©voile une large quantitĂ© de mĂ©thamphĂ©tamine sous forme de cristaux. Le laboratoire est dĂ©couvert un mois plus tard. Candelario et les deux frères Ivan Diego et Victor Manuel sont reconnus coupables de « complicitĂ© de possession et de production de mĂ©thamphĂ©tamine en cristaux » le 19 mars 2020. Ils sont condamnĂ©s Ă  quatre ans de prison ferme aux Pays-Bas.

Ce n’est pas la première fois que la police néerlandaise découvre des ressortissants mexicains dans un laboratoire de méthamphétamine.

En fĂ©vrier 2019, elle avait dĂ©jĂ  arrĂŞtĂ© trois hommes originaires du Mexique, dans un laboratoire produisant notamment de la mĂ©thamphĂ©tamine Ă  Wateringen, en banlieue de La Hague. Ce ne sera pas la dernière non plus. Depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, 32 laboratoires produisant de la mĂ©thamphĂ©tamine ont Ă©tĂ© dĂ©mantelĂ©s. Du jamais vu. Les arrestations s’enchaĂ®nent.

Parmi les suspects, un nombre important de Mexicains : 19, entre les Pays-Bas et la Belgique, selon le décompte réalisé par Forbidden Stories et ses partenaires. Le dernier démantèlement impliquant des mexicains date de la semaine dernière. Le 30 novembre 2020, deux d’entre eux ont été arrêtés dans la petite ville de Westdorpe, à la frontière belge. Comment expliquer la présence de ces ressortissants mexicains à des milliers de kilomètres de chez eux ? Pour qui travaillent-ils ? Où va cette drogue une fois produite ?

Avec 25 médias partenaires, dont la Cellule investigation de Radio France, Forbidden Stories a enquêté sur le parcours de ces chimistes mexicains, au service des gangs néerlandais, déjà rois des drogues de synthèse en Europe.

EncroChat, « c’est de l’or pour nous »

Le message, envoyĂ© en juin 2020 dans la prĂ©cipitation et avec quelques fautes dans la version originale, est adressĂ© par le fournisseur de tĂ©lĂ©phones chiffrĂ©s EncroChat Ă  ses millions d’utilisateurs. Au siège de la sociĂ©tĂ©, c’est la panique. L’entreprise vient de rĂ©aliser qu’elle a Ă©tĂ© victime de l’opĂ©ration de piratage la plus spectaculaire jamais menĂ©e par des polices europĂ©ennes. Une catastrophe pour la sociĂ©tĂ© qui promettait Ă  ses clients des communications ultra-sĂ©curisĂ©es.
Les utilisateurs des tĂ©lĂ©phones EncroChat vont rapidement rĂ©aliser l’ampleur des dĂ©gâts : depuis plusieurs mois en rĂ©alitĂ©, les forces de l’ordre françaises et nĂ©erlandaises ont accès Ă  toutes leurs communications. Un vrai problème si on est impliquĂ© dans des activitĂ©s criminelles, ce qui est le cas « d’une part très Ă©levĂ©e d’utilisateurs » du service chiffrĂ©, selon les enquĂŞteurs europĂ©ens. Le jour de l’envoi du message Ă  ses utilisateurs, EncroChat met fin Ă  ses services. Une information judiciaire, notamment pour « fourniture d’un moyen de cryptologie n’assurant pas exclusivement des fonctions d’authentification ou de contrĂ´le d’intĂ©gritĂ© sans dĂ©claration prĂ©alable », a Ă©tĂ© ouverte Ă  la JIRS (juridiction interrĂ©gionale spĂ©cialisĂ©e) de Lille.

Capture d’écran du message envoyĂ© par EncroChat Ă  leurs utilisateurs, avant d’arrĂŞter leurs services, le 13 juin 2020.  (Europol/Eurojust/Gendarmerie française)

« C’est vrai : EncroChat, c’est de l’or pour nous », reconnaĂ®t Andy Kraag, chef de la division d’enquĂŞtes criminelles de la police nĂ©erlandaise. Et pour cause : en l’espace de quelques mois, des millions de messages sont interceptĂ©s en temps rĂ©el, avant leur chiffrement, par les enquĂŞteurs en Europe.

Aux Pays-Bas, cela va notamment permettre le démantèlement en série de laboratoires de méthamphétamine. Et dans plusieurs cas, révéler la présence des ressortissants mexicains qui y travaillent.

D’après les messages consultés par la police, ils seraient bien plus nombreux que les 19 déjà recensés par le consortium, le plus souvent recrutés comme chimistes.

………………………………………….  ……………….  RĂ©sumĂ© en 4 points :

1 – Forbidden Stories a eu accès Ă  des informations exclusives sur le piratage d’EncroChat, qui a conduit Ă  l’arrestation de 800 personnes Ă  travers l’Europe et au dĂ©mantèlement de laboratoires de mĂ©thamphĂ©tamine aux Pays-Bas et en Belgique

2 – Des experts en mĂ©thamphĂ©tamine (ou « chimistes ») sont envoyĂ©s en Europe depuis le Mexique afin d’aider les gangs nĂ©erlandais Ă  produire cette drogue très rentable et Ă  l’exporter vers l’Asie et l’OcĂ©anie

3 – Les intermĂ©diaires mexicains sont chargĂ©s du processus de recrutement et sont fortement soupçonnĂ©s de travailler pour les cartels mexicains en tant que « freelance ».

4 – Ce partenariat entre les organisations criminelles mexicaines et nĂ©erlandaises inquiète les autoritĂ©s, qui craignent une augmentation de la consommation de mĂ©thamphĂ©tamine sur place et que cette collaboration ne se transforme en concurrence violente sur le sol europĂ©en.

LIRE

000000

* Moerdjik : c’est Ă  Moerdjik que Marc Fievet avait achetĂ© le « LARISSA », devenu « MELOR », le premier cargo financĂ© par Bercy pour la DNRED, pour transporter de la cocaĂŻne au dĂ©part d’AmĂ©rique du Sud vers l’Angleterre via les eaux irlandaises.

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s