Archives de 11 janvier 2021

La Guardia civil enquête sur la mort d’un homme dont le corps a été retrouvé à Benahavís, dans l’urbanisation ‘Capanes del Golf’, à l’intérieur d’un véhicule de sport de marque Bentley, immatriculé au Maroc. Il avait plusieurs blessures par balle au cou et à la tête.

Les premières constatations ont permis d’apprendre que Hakim, alias Zidane venait de se garer et n’était pas encore sortie de sa voiture, qui avait le moteur en marche, lorsqu’il a été abattu de l’extérieur.

Les enquêteurs émettent l’hypothèse que les coups de feu auraient pu être tirés avec deux armes différentes, mais que les tirs ont été entravées par le fait que la voiture avait le verrouillage automatique des portes activé.

D’aucuns disent que ce règlement de comptes ne serait que la suite logique de l’assassinat de Samir Labdazi, abattu à Kingersheim en Alsace, non loin de Mulhouse en août 2019.

A l’époque, Aviseur international avait tenté de décrypter ce règlement de compte en émettant une hypothèse sur les vraies raisons de l’élimination de ‘Samir les yeux bleus‘.

Et si Hakim, alias Zidane, avait été le commanditaire de l’assassinat de Samir ?

Son élimination serait-elle le fruit d’un règlement de comptes « post-mortem » de Samir, ou tout simplement l’élimination d’un concurrent envahissant.

Que savent les plus fins limiers de l’OFAST?

Inutile de les questionner, ils resteront muets, se retranchant derrière le secret professionnel qui est toujours tellement confortable…

A suivre !

000000

 

Deux Français ont été arrêtés vendredi 8 janvier au péage de Saint-Jean-de-Védas.

Vendredi, vers 17 h, les douaniers ont procédé au contrôle d’un semi-remorque en provenance de l’Espagne au péage de Saint-Jean-de-Védas. Après vérification des lettres de voyage, les gabelous ont demandé à contrôler la cargaison et en lieu et place des quatre palettes de pièces détachées annoncées, les douaniers ont découvert huit palettes.

Les quatre dernières accueillant ballots de résine et d’herbe de cannabis pour un poids de plus d’1 tonne.

L’OFAST enquête !

source

000000

En 2020, les autorités ont saisi 56,7 tonnes de coca, soit une augmentation de 56% par rapport à 2019 et trois fois plus qu’en 2017, ce qui montre la croissance constante du trafic de drogue au nord à travers l’Amérique centrale et les Caraïbes.

14,4 tonnes de marijuana ont été également saisies, 45% de plus qu’en 2019 et près du double du montant assuré en 2017.

source

000000

La saisie a été obtenue grâce à un appel du capitaine du navire, qui a alerté les autorités sur la présence de passagers clandestins sur le bateau.

Immédiatement, les unités des Gardes-côtes de Cartagena ont escorté le bateau jusqu’à un quai sécurisé, où, en compagnie des agents de la police portuaire, ils ont inspecté le bateau, trouvant 1. 539 colis stockés dans différents conteneurs.

En raison de la présence de ces passagers clandestins, il est supposé que ces derniers étaient responsables du chargement de cocaïne chargée sur ce navire qui couvrait la route États-Unis – Carthagène avec pour destination finale, le Maroc.

source

000000

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a pris la décision de confier le contrôle et l’administration des ports du pays au SEMAR (Secrétariat de la Marine). Auparavant le contrôle était à la charge du SCT (ministère civil des Communications et Transport).

Dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux, le président mexicain a affirmé, ce qui est de notoriété mondiale, que les ports du pays sont devenus des enclaves extrêmement importantes pour le crime organisé, à travers lesquelles transitent de grandes quantités de drogues

Certains critiques de cette décision exécutive ont affirmé qu’il s’agissait d’une étape de plus dans un processus profond de militarisation de l’État mexicain.

000000

Entre le 1er janvier et le 30 novembre 2020, la police a saisi 79.890 kilos de cocaïne ont été saisis, tandis qu’en 2019, les saisies de cette même substance n’étaient que de 50.616 kilos.

Au cours de la même période de 2020, 113.385 kilos de marijuana ont été saisis alors qu’en 2019, le montant des saisies n’était que de 73.967 kilos.

L’ingéniosité des trafiquants de drogue n’a pas de limites. Ils recherchent les moyens les plus ingénieux pour tenter de sécuriser les expéditions de coke.

Les narcotrafiquants considèrent les vêtements et les textiles comme un moyen très discret de transporter des drogues, pour plusieurs raisons

La première est parce qu’ils pensent que les agents ne font pas attention à ce type de produit, deuxièmement parce que les textiles ne représentent pas un matériau très coûteux pour camoufler la substance et troisièmement, parce que le textile ne gâche pas la substance lors de son extraction au cas où l’envoi atteindrait sa destination.

source

000000

 

Les documents citent le président hondurien Juan Orlando Hernández comme disant qu’il voulait  » pousser la drogue jusqu’au nez des gringos, en inondant les États-Unis de cocaïne « .

Les motions déposées vendredi auprès du district sud des États-Unis de New York ne nomment pas spécifiquement le président, le qualifiant de «CC-4», ou co-conspirateur n ° 4, mais l’identifient clairement en nommant son frère et son propre poste comme Président.

Le président, qui n’a pas été inculpé, a nié à plusieurs reprises tout lien avec des trafiquants malgré la condamnation en 2019 d’un de ses frères, Juan Antonio Hernandez. Au cours de ce procès, le président a été accusé d’avoir accepté plus d’un million de dollars du trafiquant de drogue mexicain Joaquín «El Chapo» Guzmán – une accusation répétée dans les nouvelles requêtes.

Pour toute réponse, Il a rétorqué que les trafiquants l’accusaient à tort et cherchaient à se venger.

L’ambassadeur du Honduras aux États-Unis, Luis Fernando Suazo, a rejeté samedi les nouvelles dépositions, qualifiant les affirmations des procureurs de «sans fondement» et réitérant la position du président selon laquelle elles se basent uniquement sur les déclarations de trafiquants de drogue.

Affaire à suivre

source

000000