FRANCE 🇫🇷 (Montauban): en attendant les nouveaux uniformes, les policiers font la chasse aux stups

Aucune ville n’y échappe. Toutes sont touchées depuis déjà très longtemps. Les trafics de stupéfiants se multiplient et l’économie souterraine gagne du terrain. Dans le Tarn-et-Garonne et à Montauban, en particulier, les autorités ont décidé d’agir. La reconquête passe par des actions ciblées aux cœurs des endroits de trafic. C’est le sens des contrôles de police, réalisés mercredi soir, à Beausoliel bas, par les policiers sous l’autorité du commissaire Régis Allegri, agissant sur réquisition du procureur de la République, Laurent Czernik.

C’est en présence de la préfète, Chantal Mauchet, que les policiers ont menée, pendant deux heures, de méticuleuses recherches, dans les caves des immeubles, les cages d’escalier: « l’objectif est clair c’est de déstabiliser les trafiquants, a indiqué Régis Allegri. Il est aussi de rassurer les honnêtes citoyens: « Nous intervenons régulièrement, sur différents quartiers, à la suite notamment de renseignements obtenus par nos référents, déployés dans les quartiers, dans le cadre de la police de sécurité du quotidien ».

Les policiers se sont donc déployés en nombre, mercredi soir, fouillant caves et cages d’escalier, aidés notamment le chien spécialisé, Idax, un malinois de 8 ans, au flair quasi infaillible.
Au front, les fonctionnaires de l’unité de lutte contre les stupéfiants, créée cet automne et composée de plusieurs fonctionnaires, spécialisée dans cette délicate mission : « Nous avons déjà obtenu des résultats probants avec des interpellations, des trafics cassés et des personnes incarcérées. Des produits et des véhicules ont été saisis », a résumé Régis Allegri le patron des policiers tarn-et-garonnais.

Selon les informations recueillies par LA DEPECHE, le commissariat de police de Montauban a saisi en 2020 un total de 45,9 kilos de cannabis, soit 7 kgs de résine et le reste en herbe.

000000

Dernière heure

C’est la nouvelle lubie de Gérald Darmanin, rhabiller les flics !

Les uniformes actuelles seront mis au vestiaire et quoiqu’il en coute la nouvelle panoplie sera distribuée aux policiers pour qu’ils puissent la porter pour défiler au 14 juillet. La dernière tenue dessinée par Cécilia, pourtant griffée Balenciaga ne plaisait plus…

Le coût sera faramineux…

On parle d’environ 800 euros par fonctionnaire! Mais qu’importe. Rien ne peut être trop beau pour le ministre couturier Darmanin.

Avec le montant de cette dépense inutile, on aurait pu équiper nos ports de systèmes rapides et performants pour contrôler l’ensemble des arrivages de conteneurs sur notre territoire.

000000

ITALIE 🇮🇹 (Calabre): plus de 350 membres présumés de la ‘Ndrangheta mais aussi élus locaux, fonctionnaires, policiers et entrepreneurs, sont jugés à partir de ce mercredi en Calabre.

Ce mercredi 13 janvier, dans un tribunal-bunker spécialement aménagé pour l’occasion, s’ouvre un procès qui concernera 325 personnes, toutes accusées de liens plus ou moins forts avec le crime organisé calabrais. Une audience censée dévoiler au grand jour l’immense pouvoir de la mafia la plus puissante et la plus méconnue d’Italie : la ’Ndrangheta.

°°°°

Un procès hors-norme, comme nous l’explique Fabrice Rizzoli, docteur en sciences politiques.

La plus puissante mafia italienne face à la justice.

Accusés de crimes, de trafic de drogue ou d’extorsion, des centaines de membres présumés de la ‘Ndrangheta comparaissent à partir de mercredi en Calabre.

Pas moins de 900 témoins et 400 avocats sont attendus lors de ce procès hors normes, le plus important depuis trois décennies.

Que faut-il en attendre ?

Les explications de Fabrice Rizzoli, docteur en sciences politiques à l’université Paris I, enseignant de géopolitique des criminalités à Sciences Po et l’institut de relations internationales et stratégiques (Iris).

Y aura-t-il un avant et un après ce procès de la ‘Ndrangheta ?Il ne faut pas raisonner seulement à l’échelle de la ‘Ndrangheta, le procès ne concernant pas toute la Calabre. En outre, il concerne très peu les relations de cette mafia à l’étranger. Il n’empêche : le procès a lieu devant la cour de Catanzaro, où le procureur Gratteri a été nommé il y a quatre ans et où, jusqu’ici, on estimait que la justice n’avait pas été assez pêchue. Gratteri a mis un grand coup de pied dans la fourmilière grâce à ses enquêtes depuis quatre ans puis ce procès. Il a tiré les fils de Vibo Valentia, une ville de Calabre très connue pour son omerta, sa loi du silence, mais moins sujet à la répression car les autorités avaient d’autres priorités.Le prisme qui consiste à se demander si ce procès peut mettre fin à la ‘Ndrangheta n’a pas de sens. Il faut surtout souligner qu’à Vibo Valentia, la loi du silence régnait, et que désormais les gens osent aller manifester dans la rue. Ils l’ont fait en décembre dernier, pour soutenir le procès et Gratteri à qui ils ont dit : « Depuis que vous êtes intervenus, on respire. »

Sur le banc des accusés, on retrouve des policiers, des élus locaux ou des entrepreneurs…. La ‘Ndrangheta se répand-elle dans tous les pans de la société italienne ? 

Cette mafia n’existerait pas sans ses complicités au sein de la sphère politico-administrative. Cette « bourgeoisie mafieuse », ce corps social dans lequel il y a des mafieux, des pauvres qui veulent devenir riche. Des avocats sont aussi sur le banc des accusés. Au même titre que des commandants de police, un ancien maire, des hommes politiques…

Le procureur de Catanzaro, Nicola Gratteri, arrive dans la salle où se tient le procès, à Lamezia Terme, en Italie, le 13 janvier 2021. PHOTO / REUTERS/ Yara Nardi

Tout cela, c’est grâce à Gratteri. Il ose. « Quand il fait des procès, y a beaucoup de relaxes », estiment ses détracteurs. Certes, mais quand on essaie de poursuivre les puissants, qui disposent des meilleurs avocats du monde, sans flagrants délits… forcément il y a des relaxes.

LIRE

000000