FRANCE 🇫🇷 (OFAST – Info CELTICS): le trafic de cocaĂŻne par conteneurs est toujours d’actualitĂ©

Les premiers partisans du trafic de conteneurs ont privilĂ©giĂ© une stratĂ©gie que les autoritĂ©s appellent «à l’intĂ©rieur du chargement», oĂą la cocaĂŻne est camouflĂ©e dans les exportations quotidiennes. La technique qui consiste de placer ses expĂ©dition de cocaĂŻne au sein de la charge oblige les trafiquants Ă  gĂ©rer des sociĂ©tĂ©s Ă©crans, qu’ils crĂ©ent eux-mĂŞmes ou qu’ils achètent afin de pouvoir ĂŞtre les propriĂ©taires d’entreprises ayant une longue histoire d’exportations propres. Ensuite c’est un jeu d’enfants que de cacher la cocaĂŻne dans leurs exportations ostensiblement lĂ©gales.

La plupart du temps, cela consiste simplement Ă  fourrer des briques de cocaĂŻne dans des boĂ®tes de cargaison, mais dans d’autres cas, les trafiquants ont tout utilisĂ©, des ananas Ă©vidĂ©s aux barils de produits chimiques dangereux, et ont mĂŞme transformĂ© chimiquement la cocaĂŻne pour la dĂ©guiser en produits comme la nourriture pour animaux de compagnie ou les engrais. Quand aux cargaisons de bananes contaminĂ©es par la coke, c’est un secret de polichinelle et la fluiditĂ© est le ‘maĂ®tre mot’ gĂ©nĂ©ralisĂ© Ă  Anvers, Rotterdam et dans les ports français!

Le chargement permet donc aux trafiquants d’avoir un contrĂ´le direct sur l’expĂ©dition. Cependant, depuis que les autoritĂ©s ont commencĂ© Ă  enquĂŞter et Ă  profiler les entreprises d’exportation Ă  la recherche de schĂ©mas suspects, le risque d’interception a lĂ©gèrement augmentĂ©.

Cela a conduit Ă  un changement vers la mĂ©thode de rip-off, oĂą les trafiquants Ă©vitent le profilage en ouvrant les conteneurs d’exportations lĂ©gitimes pour expĂ©dier les drogues, puis utilisent des scellĂ©s douaniers clonĂ©s pour dissimuler la falsification. Au dĂ©part, le rip-off Ă©tait pratiquĂ© par les petits trafiquants qui envoyaient des dizaines de kilogrammes. Mais Ă  mesure que cette mĂ©thode gagnait en popularitĂ©, les expĂ©ditions ont augmentĂ© en taille, les transports de plusieurs tonnes Ă©tant dĂ©sormais monnaie courante. Dans la plupart des cas, les conteneurs sont contaminĂ©s car ils attendent d’ĂŞtre chargĂ©s, ce qui signifie que les trafiquants doivent accĂ©der aux zones portuaires. Bien qu’il y ait eu au moins un cas de soi-disant «ninjas» glissant dans des ports cachĂ©s dans des compartiments secrets dans des camions, il est beaucoup plus facile de recruter des travailleurs portuaires. Au PĂ©rou, par exemple, le contrĂ´le violent exercĂ© par le gang Barrio King sur les Ă©quipages de dockers lui a permis d’appliquer un quasi-monopole sur le trafic via le port de Callao. Cependant, dans d’autres cas, les trafiquants n’entrent jamais dans le port, comme au Costa Rica, oĂą les trafiquants recrutent des chauffeurs corrompus, des entreprises de transport et des ouvriers de la cour Ă  conteneurs pour charger de la drogue dans des conteneurs alors qu’ils parcourent la longue route entre la zone agricole de San Carlos et le port de LimĂłn.

Des sources dans plusieurs pays affirment Ă©galement que les trafiquants cherchent de plus en plus Ă  Ă©viter les risques liĂ©s au profilage en cachant des drogues dans la structure mĂŞme du conteneur. Les trafiquants enfoncent des briques de cocaĂŻne dans les cavitĂ©s des murs, des plafonds, des planchers et des portes, ou dans l’Ă©quipement d’isolation ou de refroidissement des conteneurs rĂ©frigĂ©rĂ©s – appelĂ©s «reefers». L’utilisation des structures de conteneurs rĂ©duit les risques que les autoritĂ©s dĂ©tectent de faux scellĂ©s douaniers, mais cela nĂ©cessite la complicitĂ© des personnes au sein des compagnies maritimes ou des chantiers de conteneurs. Certains narcotrafiquants ont contournĂ© ce problème en crĂ©ant des sociĂ©tĂ©s Ă©crans pour altĂ©rer les conteneurs, comme au Costa Rica, oĂą plusieurs sources ont dĂ©crit comment les trafiquants ont crĂ©Ă© une sociĂ©tĂ© d’entretien des conteneurs pour masquer leurs activitĂ©s.

Les autoritĂ©s ont rĂ©pondu Ă  la montĂ©e en puissance de ces mĂ©thodes de trafic par l’utilisation de scanners dans les ports, qui sont dĂ©ployĂ©s Ă  la fois au hasard et Ă  la suite du profilage des risques. Cependant, dans certains endroits, comme le port de Santos au BrĂ©sil, les trafiquants ont rĂ©agi en contaminant des conteneurs dĂ©jĂ  inspectĂ©s – les ouvrant au dernier moment possible avant le chargement.

Comme les procureurs amĂ©ricains pensent que le chargement du MSC Gayane a effectivement eu lieu, une autre rĂ©ponse Ă  l’augmentation de la numĂ©risation et Ă  d’autres mesures de sĂ©curitĂ© consiste Ă  utiliser des dĂ©potoirs ou Ă  contaminer les conteneurs en mer après le dĂ©part du navire. Ce ‘modus operandi’ dĂ©pend gĂ©nĂ©ralement d’une corruption importante au sein de l’Ă©quipage. Mais les autoritĂ©s de Guayaquil, en Équateur, signalent Ă©galement que des bandes armĂ©es montent maintenant Ă  bord des navires et forcent les Ă©quipages Ă  prendre des charges sous la menace des armes. Les largages se produisent maintenant non seulement lorsque les navires se mettent en route, mais aussi lorsqu’ils traversent les eaux d’autres pays, des sources signalant que l’Ă©tat de FalcĂłn au Venezuela est un point chaud particulier. Pour l’instant, les autoritĂ©s s’attaquent Ă  cette mĂ©thode de trafic Ă  l’aide de l’appareil GPS du navire, qui donne des informations sur la vitesse du navire. Si un navire ralentit ou s’arrĂŞte soudainement, une alarme retentit.

Les trafiquants, cependant, explorent dĂ©jĂ  de nouvelles options, n’ayant qu’un seul objectif: l’efficacitĂ©!

source

Dans le mĂŞme temps, en France, on continue de rĂ©flĂ©chir et de se refiler le dossier de ministères en ministères puis de services en services pour savoir si l’on va Ă©quiper nos ports de systèmes performants de contrĂ´les qui existent!

Que du bonheur pour les narcos qui savent pouvoir compter sur le pinaillage des administrations françaises pour les laisser continuer à exporter des cargaisons de drogues.

Dans le mĂŞme temps, GĂ©rald Darmanin, le ministre de l’intĂ©rieur français actuel, laisse penser sur Twitter que les succès permis par EncroChat sont dus au seul travail des cybergendarmes français qui n’arrivent toujours pas Ă  supprimer toutes les propositions de ventes d’armes, de stups et autres propositions pĂ©docriminelles que l’on peut constater sur les grands rĂ©seaux sociaux.

@GDarmanin – FiertĂ©

🇫🇷

Partout dans le monde, des réseaux de trafics de stupéfiants d’ampleur tombent grâce aux cyber- gendarmes français qui ont pu infiltrer une messagerie cryptée utilisée par de nombreux narcotrafiquants. Plus de 1000 arrestations en découlent !

Le coup de maître des cyber-gendarmes français qui ont piraté le «WhatsApp des dealers»
En piratant la messagerie cryptée EncroChat, utilisée par des narcotrafiquants du monde entier, les cybergendarmes français ont déstabilisé.. A lire dans leparisien.fr

Au Mexique, on en rit encore!

000000

Une rĂ©flexion au sujet de « FRANCE 🇫🇷 (OFAST – Info CELTICS): le trafic de cocaĂŻne par conteneurs est toujours d’actualitĂ© »

  1. Ping : NARCOTRAFIC MARITIME 🇪🇺: comment inspecter de près les marchandises et les conteneurs avec prĂ©cision? | Aviseur International

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s