ALLEMAGNE đŸ‡©đŸ‡Ș: «Ein Reich, ein dope, ein FĂŒhrer»

Petite devinette : dans les annĂ©es 20, quel pays Ă©tait le plus grand exportateur d’hĂ©roĂŻne au monde ? La Chine ou quelque obscur port du lointain Orient qu’on aime encore Ă  se reprĂ©senter nimbĂ© dans les vapeurs tropicales d’opium ? Vous n’y ĂȘtes pas du tout : c’Ă©tait l’Allemagne, oĂč la diacĂ©tamorphine, dĂ©rivĂ© de la morphine, vendue sous le nom d’«hĂ©roĂŻne», avait Ă©tĂ© dĂ©couverte dĂšs 1897 par Felix Hoffmann, chimiste de la compagnie Bayer.

Le mĂȘme homme, quelques jours plus tĂŽt, avait dĂ©jĂ  rĂ©ussi Ă  synthĂ©tiser un acide donnant naissance Ă  l’aspirine. A l’Ă©poque, on ne voyait visiblement pas toujours la diffĂ©rence puisque la compagnie Bayer avait d’abord commercialisĂ© l’hĂ©roĂŻne en vantant notamment ses effets bĂ©nĂ©fiques sur la toux des enfants. Mais l’innocence des origines laissera vite place Ă  des diagnostics plus lucides, et, dans les annĂ©es 20, l’Allemagne devenue entre-temps «l’usine chimique du monde» ne se contentait pas d’exporter en masse de l’hĂ©ro, proposant Ă©galement la meilleure cocaĂŻne du monde, celle alors manufacturĂ©e en toute lĂ©galitĂ© par l’entreprise Merck dont les pirates chinois imitaient (et oui, dĂ©jĂ ) en contrefaçon le label. Trois entreprises germaniques (Merck, Boehringer et Knoll) monopolisaient, en rĂ©alitĂ©, 80 % du marchĂ© mondial de la coke, «disponible Ă  tous les coins de rue», souligne le journaliste Norman Ohler, auteur d’un livre Ă©tonnant, l’Extase totale (La DĂ©couverte), publiĂ© cet automne, et qui revisite l’histoire sous un angle pour le moins explosif.

«La Pilule du courage»

La «permissivité» des annĂ©es 20, celle de l’Ă©phĂ©mĂšre et fragile RĂ©publique de Weimar n’est, en rĂ©alitĂ©, qu’un prĂ©lude Ă  ce qui intĂ©resse rĂ©ellement cet auteur Ă©clectique qui fut scĂ©nariste pour Wim Wenders et chroniqueur d’un quartier de Berlin aprĂšs la chute du Mur. Car cette fois-ci, il choisit de plonger dans un univers rarement Ă©voquĂ© avec autant de minutie, celui de l’usage systĂ©matique et stratĂ©gique de drogues par l’Allemagne nazie. En évoquant notamment le succĂšs d’une dope au nom a priori anodin : la pervitine, qui n’est rien d’autre qu’une amphĂ©tamine, aujourd’hui connue sous le nom de «crystal meth» ou mĂ©thamphĂ©tamine. Elle sera largement commercialisĂ©e dans le civil sous l’Allemagne nazie, sans ordonnance au moins jusqu’en 1939. Mais «la Pilule du courage», comme la surnommera, en septembre 1940, le quotidien italien Corriere della Sera, aurait Ă©galement Ă©tĂ© distribuĂ©e Ă  hautes doses par la Wehrmacht. Laquelle saisira vite l’avantage d’une substance capable de maintenir quiconque Ă©veillĂ© pendant plusieurs jours d’affilĂ© (Ă  partir de deux ou trois pilules par jour) et provoquait «regain d’Ă©nergie, sens affĂ»tĂ©s, sentiment d’ĂȘtre plus vivant, confiance en soi accrue, dĂ©termination», comme le constatera en substance Fritz Hauschild, le chef chimiste des usines Temmler, qui synthĂ©tise le produit dĂšs 1937.

Toute ressemblance avec les sociĂ©tĂ©s contemporaines ne saurait Ă©videmment ĂȘtre fortuite et l’engouement pour le livre de Norman Ohler tient peut-ĂȘtre moins Ă  une quelconque fascination morbide pour les mƓurs nazies qu’Ă  une identification aux exigences, et dĂ©rives, de notre propre Ă©poque.

Ce que Norman Ohler confirme : «Cet Ă©té 2016, un dĂ©putĂ© du parti des Verts allemands, Volker Beck, a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© avec du crystal meth en sa possession et a dĂ» dĂ©missionner d’un certain nombre de ses mandats. Je suis persuadĂ© que ce n’est que le sommet de l’iceberg, et que les hommes politiques aujourd’hui, comme parfois les Ă©tudiants, sont soumis Ă  une telle pression qu’ils consomment des drogues juste pour tenir le coup», explique-t-il.

Lire

0000

Une pĂ©tition pour dĂ©pister les Élus

 

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s