GUATEMALA 🇬🇹 (port de Santo Tomás de Castilla) : saisie d’une demi-tonne de cocaïne cachée dans un container de produits cosmétiques en provenance de Colombie 🇨🇴

Les 489 kilos de cocaïne ont été retrouvés « dans 19 mallettes » dans le conteneur chargé de produits cosmétiques.

La saisie a eu lieu « grâce à un effort coordonné » entre les polices guatémaltèque et colombienne.

source

DOUANE FRANÇAISE 🇫🇷 (DNRED): lorsque NS 55 préparait une implantation du coté de Puerto Barrios au Guatemala

000000

FRANCE 🇫🇷 (Drogues) : effets secondaires

Cannabis

Pertes de mémoire, boulimie, psychose, angoisses…

Tous ont commencé parce que «c’était cool de fumer», «cool de rouler le plus gros joint», «on t’invitait en soirée», ça crée des liens au moment où l’humain en a le plus besoin, lors de l’adolescence. Avec du recul, tous les interviewés identifient une frontière entre le récréatif et l’addiction pure, sans plaisir : «le moment où tu commences à fumer tout seul chez toi», retranscrit Gabrielle. Si au début les effets sont «amusants», après des mois voire des années de consommation, certains effets négatifs apparaissent. Pour la plupart, cela consiste en une perte de mémoire et des troubles de concentration. «En plus de la perte de mémoire, j’ai eu des troubles alimentaires», révèle Louise, qui avait envie de manger à chaque fois qu’elle tirait sur un joint. Gabrielle, elle, a surtout remarqué son humeur changeante : «j’étais sur les nerfs en permanence. Je pouvais m’énerver pour un rien, et mes proches me le reprochaient. Je pensais que c’était mon caractère, mais c’était un effet secondaire de la drogue», estime-t-elle aujourd’hui.

source et plus

°°°°°°

Alcool

La matière grise attaquée

Sans surprise, l’impact cérébral est le plus fort chez les plus gros consommateurs d’alcool. Ceux qui s’autorisent plus de 30 unités par semaine (1) sont six fois plus à risque de présenter une atrophie de l’hippocampe. Cette zone du cerveau joue un rôle dans la mémorisation et l’évolution dans l’espace.

Plus inquiétant, la matière blanche elle-même perd son intégrité. Des dégâts sont observés chez les plus gros adeptes d’ivresse ; leurs fonctions cognitives sont affectées. Ces derniers souffrent aussi de plus de déclin du langage. Les chercheurs l’ont évalué par un test simple, qui consiste à faire citer le plus de mots commençant par une lettre spécifique.

source et plus

https://fb.watch/5nq-V7hzYk/

°°°°°°

Tabac

Le tabagisme est a l’origine de multiples maladies

Le tabagisme est une cause majeure de maladies, associée à un très fort impact sanitaire sur la santé des populations. C’est la première cause de mortalité évitable, avec environ 75 000 décès estimés en 2015, soit environ 13% des décès survenant en France métropolitaine. En moyenne, un fumeur régulier sur deux meurt des conséquences de son tabagisme.

  • Un cancer sur trois est dû au tabagisme. Le plus connu est le cancer du poumon, dont 80 à 90 % des cas sont liés au tabagisme actif.  Mais d’autres cancers sont également causés par le tabac : gorge, bouche, lèvres, pancréas, reins, vessie, utérus. Le cancer de l’œsophage est plus fréquent en cas d’association du tabac et de l’alcool.
  • Le tabagisme actif peut également être à l’origine des maladies cardio-vasculaires : fumer est un des principaux facteurs de risque d’infarctus du myocarde. Les accidents vasculaires cérébraux, l’artérite des membres inférieurs, les anévrismes, l’hypertension artérielle sont également liés, en partie, à la fumée de tabac. L’atteinte vasculaire peut aussi provoquer des troubles de l’érection.
  • La BPCO (ou bronchopneumopathie chronique obstructive) est une maladie respiratoire chronique qui est essentiellement due au tabagisme. Cette maladie peut évoluer vers une insuffisance respiratoire chronique. A tout stade de la maladie, le tabagisme est un facteur aggravant la maladie.
  • D’autres pathologies ont un lien ou sont aggravées par le tabagisme : les gastrites, les ulcères gastro-duodénaux, le diabète de type II, l’hypercholestérolémie, l’hypertriglycéridémie, l’eczéma, le psoriasis, le lupus, les infections ORL (Nez – gorge – oreilles) et dentaires, la cataracte et la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age) pouvant aboutir à la cécité. Sans oublier la parodontite, maladie des gencives qui provoque le déchaussement et la perte des dents.

Le tabagisme peut également entraîner

  • Une diminution des capacités sexuelles et de la fertilité
  • Une altération de l’épiderme (rides, teint terne, doigts jaunis) car le tabac réduit l’oxygénation de la peau et rend celle-ci terne, moins souple ; ainsi rides et ridules apparaissent de manière précoce
  • Des affections gingivales, la coloration des dents, l’haleine : le tabac jaunit les dents, provoque des risques de déchaussement et fragilise les gencives
  • L’altération de la muqueuse buccale et nasale, des lèvres et de la langue, des papilles gustatives, des organes vocaux, des glandes salivaires
  • Des carences en vitamines B et C
  • Une altération des artères cérébrales (effets sur la mémoire, la vision, l’audition)
  • Des atteintes de l’œsophage, de l’estomac.

Il n’existe pas de seuil au-dessous duquel fumer ne représente pas de risque. Par exemple, le risque d’être victime d’un cancer du poumon dépend du nombre de cigarettes que l’on fume chaque jour, mais également de l’ancienneté de son tabagisme. Le seul moyen efficace pour réduire ce risque est l’arrêt du tabac.

000000

FRANCE 🇫🇷 (Cannabis) : Barbara Pompili souhaite « que les tabous sautent »

La ministre de la Transition écologique souhaite « débattre sereinement, se baser sur des faits et pas seulement sur des opinions ou des ressentis » sur le sujet du cannabis et des drogues plus largement.

« Je suis clairement pour que les tabous sautent sur le sujet du cannabis et des drogues en général », a déclaré Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, vendredi 7 mai sur franceinfo. Le débat est revenu sur le devant de la scène politique avec la publication mercredi 5 mai d’un rapport de parlementaires favorables à une « légalisation encadrée » du cannabis « récréatif », alors qu’Emmanuel Macron avait exclu tout changement législatif.

La ministre de l’Écologie prône une approche « pragmatique », sans entrer dans le détail. « En France, et cela fait des années que cela dure, il y a cinq millions de consommateurs de cannabis. On est largement au-dessus de la moyenne européenne sur les consommateurs et notamment les jeunes consommateurs. Donc, face à cela, il faut qu’on réussisse à trouver la meilleure réponse », a estimé Barbara Pompili.

« On a des tabous qui nous empêchent de réfléchir clairement sur la question. Je suis pour qu’enfin, on mette ce sujet sur la table et qu’on puisse en débattre sereinement, se baser sur des faits et pas seulement sur des opinions ou des ressentis », a conclu la ministre.

SOURCE

000000