LIBAN 🇱🇧 : comme en France 🇫🇷, la pauvretĂ© de moyens aux postes-frontières, aux aĂ©roports et dans les ports est une rĂ©alitĂ©

Le rapport fait notamment un bilan des visites effectuĂ©es par le ministre de l’IntĂ©rieur le long des frontières terrestres avec la Syrie (375 km). Toutefois, Ă©tabli d’abord pour rĂ©gler le problème de l’embargo saoudien, il se concentre sur le trafic de drogue plus que sur la contrebande vers la Syrie de l’essence et autres produits subventionnĂ©s par la Banque du Liban. Et de l’aveu de M. Fahmi lui-mĂŞme, « le trafic de la drogue se fait, essentiellement, par les postes-frontières Â». Force est de constater toutefois que, sciemment ou par nĂ©gligence, ces postes-frontières, ces aĂ©roports, ces ports, sont laissĂ©s pratiquement Ă  l’abandon et un laisser-aller inadmissible marque toutes les formalitĂ©s douanières.

Les postes-frontières terrestres

Les postes-frontières entre la Syrie et le Liban sont au nombre de cinq, mais Ă  tous les niveaux, une pauvretĂ© de moyens effarante y est constatĂ©e. Ainsi aucun poste-frontière ne dispose d’un scanner. Au nord, il en existe trois : AbboudiyĂ©, Arida et Jisr Kmar. Dans tous ces postes, la fouille des vĂ©hicules se fait manuellement, sans qu’il n’y ait des machines pour aider Ă  dĂ©charger les marchandises, les fouiller et les recharger sur les camions. Au poste-frontière central de Masnaa, sur la route de Damas, il n’y a pas de camĂ©ras et le scanner qui s’y trouvait « est abĂ®mĂ© depuis longtemps Â», assure le rapport. Plus au nord, le poste-frontière de Qaa est privĂ© de tout et comme laissĂ© Ă  l’abandon.

En ce qui concerne l’aéroport international Rafic Hariri, le rapport déplore qu’il ne dispose pas – sur les chargements cargo – de scanner et que les mesures appliquées sont celles qui sont imposées par les services de sécurité de l’Aviation civile (CERSA), sauf que les fouilles se font manuellement par les employés autorisés à pénétrer dans la zone réservée.

Les ports du Liban ne sont pas en meilleure situation.

Au port de Beyrouth, il existe deux anciens scanners dont l’un est en panne depuis l’explosion du 4 août 2020. Le port de Tripoli dispose certes d’un scanner, mais la machine est laissée sans contrat d’entretien. Dans les ports de Saïda et de Tyr, pas de scanners.

Paralysie des douanes

Sur un plan gĂ©nĂ©ral, le rapport fait Ă©tat de « la paralysie Â» des services de douanes en raison du conflit de prĂ©rogatives et d’attributions entre le Conseil supĂ©rieur des douanes et le directeur gĂ©nĂ©ral des douanes, ainsi que du manque de personnel et d’équipement Ă  la direction des douanes.

Lire plus

0000

Aujourd’hui seul le dĂ©filĂ© du 14 juillet mobilise l’intelligentsia douanière francaise.

Qui aura le courage de faire réaliser un audit sur la réalité des moyens mis en œuvre en France pour lutter contre tous les trafics ?

0000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s