NARCOTRAFIC : historique de l’implication de la CIA ðŸ‡ºðŸ‡¸

Dennis Dayle, ancien chef d’une unité d’élite de la DEA a declaré: « Au cours de mes 30 ans d’histoire au sein de la Drug Enforcement Administration et des agences connexes, les principales cibles de mes enquêtes se sont presque toujours avérées travailler pour la CIA. »

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La CIA est impliquée de manière longue et pratiquement continue dans le trafic de drogue depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

1947 à 1951, en France  🇫🇷

Les armes, l’argent et la désinformation de la CIA ont permis aux criminels corses de Marseille d’arracher le contrôle des syndicats au Parti communiste. Les Corses ont acquis une influence politique et un contrôle sur les docks, conditions idéales pour cimenter un partenariat à long terme avec les distributeurs de drogue mafieux, qui ont fait de Marseille la capitale de l’héroïne d’après-guerre du monde occidental.

Les premiers laboratoires d’héroïne de Marseille ont été ouverts en 1951, quelques mois seulement après l’arrivée des Corses sur le front de mer.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Début des années 1950, Asie du Sud-Est

L’armée nationaliste chinoise, organisée par la CIA pour faire la guerre à la Chine communiste, est devenue le baron de l’opium du Triangle d’Or (parties de la Birmanie, de la Thaïlande et du Laos), la plus grande source d’opium et d’héroïne au monde. Air America, la principale compagnie aérienne propriétaire de la CIA, a transporté la drogue dans toute l’Asie du Sud-Est.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Années 1950 au début des années 1970, Indochine

Au cours de l’engagement militaire américain au Laos et dans d’autres parties de l’Indochine, Air America a transporté de l’opium et de l’héroïne dans toute la région. De nombreux GI au Vietnam sont devenus toxicomanes. Un laboratoire construit au siège de la CIA dans le nord du Laos a été utilisé pour raffiner l’héroïne. Après une décennie d’intervention militaire américaine, l’Asie du Sud-Est était devenue la source de 70 % de l’opium illicite dans le monde et le principal fournisseur de matières premières pour le marché américain en plein essor de l’héroïne.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

1973 à 1980, Australie 🇦🇺

La ‘Nugan Hand Bank’ de Sydney était une banque de la CIA. Parmi ses officiers figurait un réseau de généraux américains, d’amiraux et d’hommes de la CIA, dont l’ancien directeur de la CIA William Colby, qui était également l’un de ses avocats. Avec des succursales en Arabie saoudite, en Europe, en Asie du Sud-Est, en Amérique du Sud et aux États-Unis, la ‘Nugan Hand Bank’ a financé le trafic de drogue, le blanchiment d’argent et le trafic international d’armes. En 1980, au milieu de plusieurs morts mystérieuses, la banque s’effondre, avec une dette de 50 millions de dollars.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Années 1970 et 1980, Panama 🇵🇦

Pendant plus d’une décennie, l’homme fort panaméen Manuel Noriega a été un atout et un collaborateur très bien payé de la CIA, bien que les autorités américaines en matière de drogue aient su dès 1971 que le général était fortement impliqué dans le trafic de drogue et le blanchiment d’argent. Noriega a facilité les vols « des armes contre la drogue » pour les contras, offrant une protection et des pilotes, des refuges pour les responsables des cartels de la drogue et des facilités bancaires discrètes. Des responsables américains, dont le directeur de la CIA de l’époque, William Webster, et plusieurs officiers de la DEA, ont envoyé à Noriega des lettres de louanges pour ses efforts visant à contrecarrer le trafic de drogue (mais uniquement contre les concurrents de ses patrons du cartel de Medellín). Le gouvernement américain s’est seulement retourné contre Noriega, envahissant le Panama en décembre 1989 et kidnappant le général, une fois qu’ils ont découvert qu’il fournissait des renseignements et des services aux Cubains et aux sandinistes. Ironiquement, le trafic de drogue à travers le Panama a augmenté après l’invasion américaine.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Années 1980, Amérique centrale

La série « San Jose Mercury News » ne documente qu’une seulef des opérations entrelacées liant la CIA, les contras et les cartels de la cocaïne. Obsédés par le renversement du gouvernement sandiniste de gauche au Nicaragua, les responsables de l’administration Reagan ont toléré le trafic de drogue tant que les trafiquants soutenaient les contras. En 1989, le sous-comité sénatorial sur le terrorisme, les stupéfiants et les opérations internationales (le comité Kerry) a conclu une enquête de trois ans en déclarant que les responsables américains impliqués en Amérique centrale n’ont pas abordé le problème de la drogue par crainte de compromettre les efforts de guerre contre le Nicaragua et que par conséquent, les pilotes des contras, les mercenaires qui ont travaillé avec les contras et les partisans des contras dans toute la région, n’ont pas à être inquiétés . Dans chaque cas, l’une ou l’autre agence du gouvernement américain disposait d’informations concernant l’implication soit pendant qu’elle se produisait, soit immédiatement après. . . .

 » Les hauts responsables politiques américains n’étaient pas à l’abri de l’idée que l’argent de la drogue était une solution parfaite aux problèmes de financement des contras. « 

Au Costa Rica, qui servait de « front sud » aux contras (le Honduras étant le front nord), plusieurs réseaux de la « CIA-contra » étaient impliqués dans le trafic de drogue. En plus de ceux desservant l’opération Meneses-Blandon (détaillées par le Mercury News) et l’opération de Noriega, il y avait l’agent de la CIA John Hull, dont les fermes le long de la frontière du Costa Rica avec le Nicaragua étaient la principale zone de transit pour les contras. Hull et d’autres partisans et pilotes de la contra liés à la CIA ont fait équipe avec George Morales, un important trafiquant de drogue colombien basé à Miami qui a admis plus tard avoir donné 3 millions de dollars en espèces et plusieurs avions aux dirigeants de la contra. En 1989, après que le gouvernement du Costa Rica ait inculpé Hull pour trafic de drogue, un avion loué par la DEA a transporté clandestinement et illégalement l’agent de la CIA à Miami, via Haïti. Les États-Unis ont contrecarré à plusieurs reprises les efforts du Costa Rica pour extrader Hull vers le Costa Rica pour y être jugé.
Un autre réseau de drogue basé au Costa Rica impliquait un groupe de Cubains américains que la CIA avait embauchés comme entraîneurs militaires pour les contras. Beaucoup étaient depuis longtemps impliqués dans la CIA et le trafic de drogue. Ils ont utilisé des avions et une entreprise de crevettes basée au Costa Rica, qui blanchissait de l’argent pour la CIA, pour acheminer la cocaïne vers les États-Unis.

Le Costa Rica n’était pas la seule route. Le Guatemala, dont le service de renseignement militaire – étroitement associé à la CIA – hébergeait de nombreux trafiquants de drogue, selon la DEA, était une autre étape le long de l’autoroute de la cocaïne. De plus, le comptable du cartel de Medellín à Miami, Ramon Milian Rodriguez, a déclaré qu’il avait acheminé près de 10 millions de dollars vers des contras nicaraguayens par l’intermédiaire de Felix Rodriguez, agent de longue date de la CIA, basé à la base aérienne d’Ilopango au Salvador.

Les contras fournissaient à la fois protection et infrastructure (avions, pilotes, pistes d’atterrissage, entrepôts, sociétés écrans et banques) à ces réseaux de drogue liés à la CIA. Au moins quatre sociétés de transport faisant l’objet d’une enquête pour trafic de drogue ont reçu des contrats du gouvernement américain pour transporter des fournitures non létales aux contras. ‘Southern Air Transport’, « anciennement » propriété de la CIA et plus tard sous contrat avec le Pentagone, était également impliqué dans le trafic de drogue. Des avions chargés de cocaïne ont volé vers la Floride, le Texas, la Louisiane et d’autres endroits, y compris plusieurs bases militaires. Désignées comme « Contra Craft », ces expéditions ne devaient pas être inspectées. Lorsqu’une autorité n’a pas été informée et a procédé à une arrestation, des ficelles puissantes ont été tirées pour aboutir à l’abandon de l’affaire, à l’acquittement, à une réduction de peine ou à l’expulsion.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Milieu des années 80 au début des années 90, Haïti

Tout en s’efforçant de maintenir au pouvoir les principaux dirigeants militaires et politiques haïtiens, la CIA a fermé les yeux sur le trafic de drogue de ses clients. En 1986, l’Agence a ajouté quelques noms à sa masse salariale en créant une nouvelle organisation haïtienne, le National Intelligence Service (SIN). Le mandat du SIN comprenait la lutte contre le commerce de la cocaïne, bien que les agents du SIN se soient eux-mêmes engagés dans le trafic, un commerce aidé et encouragé par certains dirigeants militaires et politiques haïtiens.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

des années 1980 au début des années 1990, Afghanistan

Les rebelles moudjahidines soutenus par la CIA se sont fortement engagés dans le trafic de drogue tout en combattant le gouvernement soutenu par les Soviétiques, qui avait des plans pour réformer la société afghane. Le principal client de l’Agence était Gulbuddin Hekmatyar, l’un des principaux barons de la drogue et le plus grand raffineur d’héroïne, qui était également le plus grand bénéficiaire du soutien militaire de la CIA. Des camions et des mules fournis par la CIA qui avaient transporté des armes en Afghanistan ont été utilisés pour transporter de l’opium vers des laboratoires le long de la frontière afghano-pakistanaise. La production fournissait jusqu’à la moitié de l’héroïne consommée chaque année aux États-Unis et les trois quarts de celle utilisée en Europe occidentale. Les responsables américains ont admis en 1990 qu’ils n’avaient pas enquêté ni pris de mesures contre l’opération antidrogue en raison du désir de ne pas offenser leurs alliés pakistanais et afghans.

En 1993, un responsable de la DEA a surnommé l’Afghanistan la nouvelle Colombie du monde de la drogue.

source

000000

3 réflexions au sujet de « NARCOTRAFIC : historique de l’implication de la CIA ðŸ‡ºðŸ‡¸ »

  1. Ping : NARCOTRAFIC : historique de l’implication de la CIA  – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

  2. Ping : AFGHANISTAN 🇦🇫 (Narcobusiness) : les Talibans sont aussi des narcotrafiquants | Aviseur International

  3. Ping : AFGHANISTAN 🇦🇫 (quant aux narcotalibans) : Kabul occupée, Kabul libérée et Kabul sanctionnée | Aviseur International

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s