AFGHANISTAN 🇦🇫 (quant aux narcotalibans) : Kabul occupĂ©e, Kabul libĂ©rĂ©e et Kabul sanctionnĂ©e

Article de Patrice MOYON dans Ouest France sous le titre:

Drogue, complicité, extorsion de fonds… Comment les talibans ont acheté leur victoire

Du sang et des larmes. Il y a quelque chose de poignant dans l’actualité afghane de ces derniers jours. Comme ces habitants de la capitale accrochés aux ailes d’un avion américain sur la piste de décollage. Ou le départ précipité du Président Ashraf Ghani qui dit avoir voulu éviter un bain de sang​.

Les talibans narcotrafiquants

L’effondrement de l’Afghanistan ne doit rien au hasard. La victoire éclair des talibans est aussi le fruit de tractations conduites derrière les portes ​comme le souligne Bilal Sarwary un journaliste afghan. Des complicités achetées avec l’argent de la drogue. Pour financer leur effort de guerre, les talibans ont fait de ce pays la plaque tournante du trafic d’héroïne.

Des gangsters théocratiques », ​comme les définit Lynne O’Donnel qui a couvert avec le photographe Massoud Hossaini l’actualité de ces trois derniers mois en Afghanistan. Les talibans sont à la tête d’un puissant cartel de la drogue qui inonde le monde d’héroïne et méthamphétamine.

Quels sont leurs revenus ? Selon un rapport confidentiel de l’Otan dévoilé par Radio Free Europe, en 2019-2020, ils s’élevaient à 1,37 milliard d’euros, en progression de 400 % par rapport à 2016.

Pour se financer, outre l’argent de la drogue, les talibans peuvent s’appuyer sur l’exploitation clandestine de mines de pierres précieuses dans les territoires occupés, l’extorsion de fonds en échange d’une protection et le prélèvement de droits de douane dans les zones frontalières. Une véritable économie s’est mise en place avec des courants d’import-export destinés à asseoir l’indépendance économique de ce mouvement.

Ce rapport souligne également que les donations étrangères (particuliers et États) s’élèvent à 240 millions de dollars. De quoi permettre de financer le silence et des complicités comme cela a été le cas ces dernières semaines.

L’achat de complicités

Les talibans ont acheté des ralliements. ​Des proches de l’ancien vice-président Amrullah Saleh, réfugié dans la vallée du Panshir pour résister aux talibans, accusent l’ancien Président Ashraf Ghani, en fuite, d’avoir ces derniers mois effectué des nominations dont l’objectif était de laisser la voie libre aux talibans.

Peut-être pour protéger les siens au sens large. Pachtoune, originaire du Lôgar, Ashraf Ghani appartient au clan Ahmadzai. L’Afghanistan est une mosaïque de peuples comme le rappelle l’hymne national en les listant : Pachtounes (majoritaires), Tadjiks, Hazaras, Ouzbeks, Turkmènes…

Tout se négocie. Les Afghans ne sont pas à vendre mais ils peuvent se louer​, dit-on parfois. Au mois de janvier, à Kaboul, un ancien cadre haut placé des services de renseignement afghans évoquait des retournements d’alliance obtenus contre des villas et des voitures à Doha la capitale du Qatar.

Au mois de juillet, afin de placer un collet autour de l’économie afghane et percevoir les droits de douane, les talibans ont lancé un vaste mouvement d’encerclement en prenant le contrôle des principales frontières.

Sans rencontrer de résistance, les complicités avaient été achetées. Sinon, comment expliquer que le poste frontière avec l’Iran ait pu tomber alors qu’il était attaqué par une quarantaine de talibans sur des motos​, témoigne Abdul, un habitant d’Hérat. Ismaïl Khan qui était chargé d’organiser une résistance face aux talibans a été capturé par ces derniers à la suite d’une trahison des autorités afghanes.

Et puis, le temps c’est de l’argent.

Lors des négociations à Doha en 2019, les talibans savaient les Américains sous pression. Pour Donald Trump, il fallait leur signature avant les élections présidentielles. Ils ont joué la carte de cette urgence pour obtenir un accord de retrait en février 2020 des États-Unis et la libération de 5 000 prisonniers. Avec en prime, la promesse de faire pression sur le gouvernement afghan pour demander et obtenir la libération de 5 000 prisonniers talibans.

Tout lire

°°°°°°

LIRE ou relire

Histoire et géopolitique du trafic des opiacés en Asie du Sud-Est

et

NARCOTRAFIC : historique de l’implication de la CIA 

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s