AFGHANISTAN 🇦🇫 : le pragmatisme au pouvoir, puisqu’en 20 ans, la production d’opium y a Ă©tĂ© multipliĂ©e par 30 suite Ă  la politique amĂ©ricaine

Alors que les talibans viennent de reprendre le pouvoir en Afghanistan et que les États-Unis ont évacué leurs troupes conformément aux accords signés à Doha, la question de l’impact de cette nouvelle réalité politique sur la production d’opium et d’héroïne est ouverte.

Malgré la volonté affichée par les talibans de bannir la production d’opium du pays, certains spécialistes estiment qu’il est douteux, même à des fins de recherche d’une respectabilité internationale, qu’ils renouvellent l’interdiction de planter le pavot de juillet 2000, de crainte de s’aliéner le soutien d’une partie de la paysannerie. Une interdiction à laquelle ils avaient renoncé dans les mois précédents l’intervention américaine, du fait du mécontentement des cultivateurs.

Les activités engendrées par la culture de l’opium selon les estimations de l’ONUDC représenteraient l’équivalant de 350000 emplois à temps plein dans un contexte où, après 40 ans de guerre, l’état du monde rural afghan est plus dramatique que jamais.

Par ailleurs, l’hypothèse d’une reprise de la guerre civile, du fait notamment de la résistance des populations d’origines tadjike et ouzbèque rétives à l’ordre des talibans, pourrait nourrir la production d’opium et d’héroïne.

Dès lors, ce constat du chercheur anglais, Jonathan Goodhand, semble crédible: «Le trafic de drogue est trop profondément ancré dans les stratégies d’accumulation et de survie des talibans, de l’État, des milices qui luttent aujourd’hui contre les talibans et de la population en général. Cela stimulera malheureusement le marché mondial de l’héroïne et alimentera le problème croissant de la drogue en Afghanistan et dans les pays voisins»;

Le bilan de la politique américaine en matière de drogues en Afghanistan peut se résumer en une phrase: en 20 ans, la production d’opium y a été multipliée par 30 et représente, en 2020, selon l’ONUDC, 85% de la production mondiale. Le pays est devenu un acteur majeur du marché mondial de l’héroïne, alors que les productions de haschisch et de méthamphétamine se développent.

source

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s