FRANCE 🇫🇷 (Douane – DNRED) : les premiers Ă©chos du procès en cours

C’est dans Paris Normandie que les premières informations sortent sur le dĂ©roulement du procès.

A noter que les six agents sont redevenus six haut responsables douaniers. DĂ©cidĂ©ment les fonctionnaires de la DG ont toujours le chic pour rĂ©Ă©crire et modifier les faits qui les dĂ©rangent ! Parfois mĂŞme, c’est Alzheimer qui les rend muets !

Dans cette affaire, où six hauts responsables douaniers sont soupçonnés d’avoir gonflé artificiellement les chiffres des saisies en pactisant secrètement avec un trafiquant, le tribunal correctionnel de Paris est revenu sur la gestion trouble de l’ancien militaire serbe Zoran Petrovic, l’informateur-clé au centre du dossier.

«  C’est dĂ©lirant d’essayer de faire croire qu’on Ă©tait dĂ©pendant de cet informateur  Â», s’est indignĂ© Vincent Sauvalère, l’ex-patron de la Direction des opĂ©rations douanières (DOD), responsable du recrutement de cet « aviseur Â» dès la fin 2008.

Une affaire d’autant plus troublante que le Serbe, proche de la mafia chinoise, est inscrit depuis 2009 sur une « liste noire Â» d’aviseurs Ă  Ă©viter absolument, après un comportement jugĂ© « instable Â» et des menaces envers un douanier. Il est Ă©galement mis en cause dans une autre affaire de stupĂ©fiants, qui a conduit Ă  la mise en examen de plusieurs douaniers.

«Cafouillage administratif »

M. Sauvalère, ex-numĂ©ro deux du renseignement douanier, plaide un simple « cafouillage administratif Â», sur fond de luttes intestines entre ses Ă©quipes.

Sur demande d’un service parisien, il a autorisĂ© par mail en 2009 le « blacklistage Â» de « Z Â». Mais celui-ci n’aurait jamais Ă©tĂ© suivi d’effet, notamment sur instruction orale de son supĂ©rieur Guy Gouin, grand patron alors de la DNRED – pas mis en cause dans l’affaire â€“, qui dĂ©fend le « potentiel Â» de l’indic.

« L’erreur formelle Â» aurait ensuite continuĂ© Ă  « traĂ®ner dans les dossiers Â», sans ĂŞtre rectifiĂ©e, alors que Petrovic poursuivait sa collaboration avec les douanes.

Mais alors, pourquoi l’indic a-t-il Ă©tĂ© immatriculĂ© sous cinq identitĂ©s alternatives pour ĂŞtre payĂ© en Ă©change de ses « informations Â» ?

En thĂ©orie, «  l’immatriculation multiple n’est pas possible  Â», a reconnu Jean-Paul Garcia, grand patron de la DNRED entre 2011 et 2017, que l’enquĂŞte accuse de « nĂ©gligence Â».

Jean Paul Garcia a soutenu n’avoir jamais été mis au courant de la présence d’un aviseur actif sur liste noire.

Si J.P. Garcia savait que Petrovic Ă©tait derrière certaines grosses affaires, il n’avait « aucune raison de (s)’intĂ©resser Ă  l’activitĂ© d’un aviseur Â» sur plus de 1.200 qui travaillaient avec la DNRED : il devait se concentrer sur la stratĂ©gie et cela ne rentrait pas dans ses fonctions.

Pour Jean Paul Garcia, « Le traitement et le recrutement des aviseurs incombe au directeur opĂ©rationnel Â», M. Sauvalère, a-t-il rappelĂ©.

source et plus

000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s