POLYNÉSIE 🇵🇫 (Tahiti) : colloque international sur la lutte contre le trafic de stupéfiants dans le Pacifique du 14 au 16 novembre.

La presse n’aura accès qu’aux discours d’introduction du colloque, lundi matin. « Il y aura des échanges opérationnels, l’idée c’est que ça ne soit pas sur la place publique. D’ailleurs toutes les invitations sont parties, donc ceux qui n’en ont pas eu, ça veut dire qu’ils ne sont pas invités, » précise Thomas Pison.

Une vingtaine de personnes font le déplacement.

Depuis Paris, avec la présence d’Olivier Christen, directeur des Affaires criminelles et des grâces au ministère de la Justice, qui interviendra sur la politique pénale et sa déclinaison au plan local ; d’un avocat général près la cour d’appel de Paris, qui parlera de l’organisation et du rôle des juridictions spécialisées ; d’Éric Serfass, procureur de la République adjoint près le tribunal judiciaire de Paris, dont le sujet sera la coopération entre la Juridiction interrégionale spécialisée de Paris et le parquet de Papeete;

Stéphanie Charbonnier, directrice de l’Office français anti-stupéfiants (OFAST) interviendra sur le travail avec l’antenne locale de l’Ofast. Le Procureur général près la cour d’appel de Nouméa sera également présent, ainsi que deux représentants de l’ambassade de France à Washington DC.

Parmi les personnalités étrangères présentes, on compte le chef du service chargé de la répression du trafic international de stupéfiants, du blanchiment d’argent et du racket en Californie, qui expliquera l’approche américaine judiciaire et financière dans la lutte contre les trafics, et la cheffe des douanes américaines à l’aéroport de Los Angeles ; des représentants de la police et des douanes néo-zélandaises, de la police australienne et du parquet de Melbourne.

Au programme aussi, plusieurs interventions de personnalités du fenua, au premier rang desquelles le président Edouard Fritch et le haut-commissaire Éric Spitz, le contre-amiral Geoffroy d’Andigné, Thomas Pison ainsi que le Procureur de la République Hervé Leroy, et le premier président de la cour d’appel de Papeete Thierry Polle, le commandant de la gendarmerie en Polynésie, le général Frédéric Saulnier, le directeur territorial de la police nationale Mario Banner-Martin, et le directeur régional des Douanes Jean-François Tanneau.

SOURCE ET PLUS

000000

ITALIE 🇮🇹 (Milan) : Rosario D’Onofrio, patron des arbitres italiens, a été interpellé pour le trafic de 6 tonnes de cannabis

Rosario D’Onofrio a été interpellé en même temps que 41 autres personnes, de nationalité italienne, albanaise et espagnole, dans le cadre d’une opération menée par la DDA de Milan.

Ancien officier de l’armée, Rosario D’Onofrio, nom de code Rambo, aurait notamment participé à des transports de produits stupéfiants pendant le confinement en circulant librement vêtu d’une tenue militaire pour ne pas être importuné.

source

source 2

000000

BELGIQUE 🇧🇪 : les douanes d’Anvers demandent plus d’effectif pour faire face au trafic de drogues

Un camion contrôlé par les douaniers au port d'Anvers

Un camion contrôlé par les douaniers au port d’Anvers

34 tonnes de cocaïne ont été saisies le mois dernier dans le port d’Anvers. C’est beaucoup plus que sur toute une année en France et les douaniers n’arrivent pas à faire face. Chaque jour, ils suivent une procédure bien ficelée. Un 38 tonnes s’avance lentement sous un tunnel d’acier blanc, sous le regard des douaniers concentrés. « Le camion avec le conteneur va être tiré dans ce tunnel, et va être scanné », explique l’administrateur général.

Lire

En France, le manque d’effectifs aux douanes ne semble pas déranger #Braun-Lemaire qui compense le manque de présence sur le terrain de gabelous par une présence constante sur la toile…

0000

EUROPE 🇪🇺 (Port d’Anvers 🇧🇪) : près de huit tonnes de cocaïne découvertes dans un conteneur

La drogue était dissimulée dans une cargaison de bananes en provenance d’Équateur.

Elle a été découverte le 20 octobre à Anvers, ce qui a conduit les polices des deux pays à ouvrir une enquête commune. Elles ont toutefois laissé les trafiquants transporter le conteneur le 4 novembre jusqu’à sa destination finale, Emmeloord (nord des Pays-Bas).

C’est là que les quatre personnes ont été arrêtées grâce à la coopération belgo-néerlandaise au sein de la « Quick Respons Unit » de la taskforce Fortius, dédiée à la lutte contre le trafic de cocaïne entre Anvers et les Pays-Bas, a précisé la police néerlandaise dans un communiqué.

Lire plus

0000