BURKINA FASO 🇧🇫 (Douanes de Manga) : saisie de 372 kilos de cocaïne

Les douaniers de la Brigade Mobile de Manga, dans le Centre-Sud du Burkina Faso, ont saisi début septembre 2022, 372,96 kg de cocaïne.

source

000000

FRANCE 🇫🇷 (DG de la douane – DNRED) : lettre ouverte au valet de plume Michel Baron (2 éme rappel)

Michel Baron

Mon cher Michel

Mon cher administrateur des douanes

Mon cher chef du bureau de la politique du dédouanement

Mon cher menteur

Mon cher tartuffe

Relisant tes écrits, j’ai pu constater que tu étais particulièrement performant dans l’art de la rhétorique mensongère.

Le 10 avril 2020, je t’avais écrit une lettre ouverte, que je t’ai envoyée à nouveau le 21 décembre 2021 mais tes nombreuses occupations ne t’ont pas permis de trouver le temps d’y répondre.

Ce 21 septembre 2022, je te la fais à nouveau parvenir, espérant que cette fois-ci, tu n’auras pas l’attitude d’un de tes prédécesseurs Gérard Schoen qui avait préféré s’enfuir en courant lorsque j’avais cherché à le rencontrer.

J’ai mis quelques photos pour te permettre de reconnaitre tes semblables !

°°°°°°

Ô, mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, constater une fois encore tes savantes manœuvres pour dégager la responsabilité de l’administration des douanes ne m’ont permis que de faire un constat, accablant pour toi, comme pour tes prédécesseurs Elizabeth Melscoet, Thomas Charvet et le gredin Erwan Guilmin : vous êtes des menteurs institutionnels !

Erwan Guilmin

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, sais tu que je ne peux accepter cette infamie savamment distillée par tes écris mensongers. Il m’est insupportable de constater qu’après avoir été encensé puis encouragé à infiltrer et infiltrer encore, tu ne souhaitais que flétrir tant de lauriers amassés. Mes actions qu’avec respect toute la hiérarchie de la DNRED admirait, mes informations précises qui tant de fois ont permis des saisies importantes, tant de fois valorisaient un service… aux actions que tu ne connais même pas ! Tu m’as trahi comme tu as trahi l’honneur de la douane tout entière en déformant sciemment l’action que j’ai menée suite aux volontés ministérielles de Michel Charasse.

Gérard Schoen

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, toi qui occupe un haut rang d’administrateur, comment peux tu l’occuper sans honneur? Tu as préféré emprunter les affabulations de tes prédécesseurs pour m’écarter de toutes réparations. Seras-tu un sprinter comme ce faquin de Gérard Schoen si tu me rencontrais ou préférerais-tu jouer les timides méprisants et dédaigneux, comme le fit Corinne Cleostrate, et t’éloigner sans me regarder ?

Corine Cleostrate

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, relire encore que toutes les turpitudes subies ne seraient la résultante que d’une erreur d’appréciation de ma part sur l’engagement de la douane sur lequel j’étais persuadé pouvoir compter, me trouble. En homme d’honneur que je suis, habitué à la parole donnée, il m’était difficile d’imaginer que tant de bassesses pouvait t’habiter.

Thomas Charvet

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, je te croyais honnête et factuel, n’hésitant pas à t’informer avant de m’emballer dans des écrits totalement infondés. Non, tu n’as rien demandé, te permettant alors de tordre le cou à la vérité des faits.

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, merci de transmettre mes meilleures civilités à ton entourage…douanier. »

Marc Fievet

Plus sur Marc Fievet

——————

François Auvigne

000000

MAROC 🇲🇦 (Tétouan) : saisie de 1.350 kilos de haschich

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de la ville de Tétouan ont procédé, vendredi, à l’arrestation de trois récidivistes, âgés de 23 à 45 ans, pour leur lien présumé avec un réseau criminel impliqué dans une tentative de trafic d’une tonne et 350 kilogrammes de cannabis.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, a ajouté que les fouilles et investigations effectuées ont permis d’identifier ses deux présumés fournisseurs avant de les appréhender dans la région de Bni Bouzra dans la banlieue de la ville de Chefchaouen.

Les opérations de fouille effectuées en coordination avec les services de la gendarmerie royale dans un hangar occupé par les deux présumés fournisseurs ont abouti à la saisie d’importantes quantités de cannabis, atteignant les 1.350 kilogrammes.

source et plus

000000

FRANCE 🇫🇷 (Crack à Paris) : la chasse aux modous…

Comment Darmanin veut «éradiquer» le trafic!

En annonçant qu’il va se rendre en Afrique de l’Ouest pour favoriser les expulsions, le ministre de l’Intérieur, qui a demandé au nouveau préfet de police de Paris d’éradiquer le crack d’ici un an, met clairement la pression sur les modous.

Ces dealers sénégalais sont les principaux fournisseurs de cette drogue qui fait des ravages à Paris.

lire

000000

MAROC (Nador) : 2,7 tonnes de cannabis saisies et six individus arrêtés

Des opérations menées simultanément dans plusieurs zones de Nador, se sont soldées par l’interpellation d’un premier suspect dans une maison à El Aroui, tandis que les cinq autres ont été interpellés dans d’autres maisons à Douar Oulad Amghar, dans la région de Temsamane, ainsi que par la saisie de 77 ballots de chira d’un poids total de 2.751 kilos, réparties sur plusieurs cachettes aménagées dans des zones rocheuses.

Lire

0000

ESPAGNE 🇪🇸 (Ceuta) : interception d’une embarcation rapide lestée de 560 kilos de haschich

Les agents du Service maritime de la Guardia civil ont intercepté mardi au large des côtes de Sebta un bateau de type « Phantom », immatriculé au Maroc, avec 17 ballots de haschisch pesant 560 kilos.

Les deux occupants, connus sous les pseudonymes de « Kubala » et « Paquirri », ont été arrêtés et placés en détention provisoire.

Le bateau transportait la drogue depuis la ville de M’diq et appartient à un certain Tarek dit « Le Hollandais ».

ARRESTATION de ‘Tarik le Hollandais’ 

Après son arrestation, Tarek « le Hollandais » a été présenté au juge qui a ordonné son placement en détention provisoire pour un crime présumé de trafic de drogue, le bateau étant encore à son nom quand il quittait M’diq, chargé de drogue.

SOURCE ET PLUS

000000

GUINÉE 🇬🇳 (port de Conakry) : saisie de plus de 2 tonnes de cocaïne à bord d’un navire battant pavillon léonais 🇸🇱

Les opérations de constatation et de perquisition effectuées sur le navire au siège de la Brigade des unités flottantes de l’Armée de mer ont permis de découvrir à bord : 120 colis de poudre blanche dissimulés dans plusieurs sacs », a rapporté le Lieutenant Aboubacar Saran Bangoura, ce mercredi 3 août.

Selon lui, ces colis contenaient 2318 plaquettes, pour un poids total de 2 605,1 kg, soit 2 tonnes 605 kilogrammes.

Source et plus

0000

MAROC 🇲🇦 (Casablanca): règlement de comptes à Lahraouyine

A Lahraouyine, un baron de la drogue a été tué à coups de couteau par les membres d’une bande rivale. Les six suspects identifiés par les autorités n’ont pas encore été interpellés.

Selon les sources du du quotidien Assabah, le mystère entoure encore le meurtre de ce baron de la drogue. Ce dernier livrait une rude bataille à ses rivaux pour asseoir sa domination totale sur le trafic de drogue dans la région. Il lui était d’ailleurs arrivé d’agresser violemment l’un des membres de cette bande rivale qui semble avoir voulu prendre sa revanche, à en croire les sources du quotidien.

source et plus

000000

ESPAGNE 🇪🇸 (narco-tourisme) : des responsables politiques marocains en vacances en Espagne aux frais de « barons de la drogue »

Le Sud de l’Espagne est devenu la destination préférée des familles marocaines de classe aisée et moyenne pour passer leurs vacances d’été.

Parmi ces privilégiés, on trouve des élus locaux et des responsables politiques qui séjournent dans les stations balnéaires espagnoles aux frais des barons de la drogue qui mettent à leur disposition des villas et des chalets ainsi que d’autres avantages, fait savoir Assabah.

Dans les villes côtières espagnoles comme Mijas, San Pedro Alcantara et autres sur la Costa del Sol , ces responsables politiques marocains fréquentent les casinos et autres lieux de divertissement où ils dépensent des dizaines de milliers d’euros, alors qu’une dotation touristique de 100 000 dirhams par personne est autorisée pour les voyages à l’étranger.

D’autres responsables des administrations centrales et régionales sont propriétaires de résidences secondaires en Espagne où ils passent souvent leurs vacances, précise la même source, rappelant que les Marocains sont très friands des biens immobiliers espagnols qu’ils acquièrent avec la complicité des barons de drogue espagnols.

Plusieurs retraités marocains passent également la plupart de leur temps dans le Sud de l’Espagne où ils vivent aux frais des barons de la drogue.

En retour, ils appuient les dossiers de ces derniers pour la réalisation de projets au Maroc.

source et plus

000000

CÔTE D’IVOIRE 🇨🇮 (Narco-business) : des cerveaux localisés au Sud-Liban

Dans l’affaire du trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire, les enquêteurs ont pu remonter la filière et localiser une partie des cerveaux présumés de la mafia qui sévissait à Abidjan et à San-Pedro, deux villes balnéaires, au Sud-Liban. Du moins, c’est ce qu’affirme Africa Intelligence.

« Les enquêteurs ont localisé une partie des présumés cerveaux du trafic dans le sud du Liban. Des demandes de coopérations judiciaires sont en cours, mais les accords entre la Côte d’Ivoire et le Liban interdisent l’extradition de nationaux entre les deux pays », a dévoilé le magazine d’informations numériques Africa Intelligence, ex-Lettre du continent.

lire

Dans l’affaire du trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire, les enquêteurs ont pu remonter la filière et localiser une partie des cerveaux présumés de la mafia qui sévissait à Abidjan et à San-Pedro, deux villes balnéaires, au Sud-Liban. Du moins, c’est ce qu’affirme Africa Intelligence.

« Les enquêteurs ont localisé une partie des présumés cerveaux du trafic dans le sud du Liban. Des demandes de coopérations judiciaires sont en cours, mais les accords entre la Côte d’Ivoire et le Liban interdisent l’extradition de nationaux entre les deux pays », a dévoilé le magazine d’informations numériques Africa Intelligence, ex-Lettre du continent.

000000

GUINÉE BISSAU 🇬🇼 : la cocaïne saisie s’est volatilisée

Sept suspects ont comparu jeudi devant un tribunal à Bissau dans une affaire de saisie de drogue de 980 kg, dont la quasi-totalité a disparu depuis cette importante prise en novembre, selon le directeur de la police judiciaire.

« En novembre dernier, 980 kg ont été saisis par la police, mais 975 kg ont purement et simplement disparus dans la nature. On présume que ce sont des éléments des forces de sécurité et de défense qui se sont emparés de cette quantité de cocaïne », a dit à la presse jeudi Domingos Monteiro, le directeur de la police judiciaire.

source

000000

MAROC 🇲🇦 (aéroport de Casablanca) : saisie de 18 kilogrammes de cocaïne, deux Subsahariens interpellés

Les éléments de la police de l’aéroport de Casablanca, sur la base d’informations fournies par la DGST, ont saisi près de 18 kilogrammes de cocaïne, ce mercredi 6 juillet, et arrêté deux ressortissants d’Afrique subsaharienne.

Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les deux individus, âgés de 31 et 33 ans, sont arrivés à bord d’un vol en provenance d’un pays d’Afrique centrale. Ils sont soupçonnés de faire partie d’un réseau de trafic de drogues à l’échelle internationale.

source

000000

ISRAËL 🇮🇱 : Tsahal saisit 28 kilos de cocaïne à la frontière égyptienne

Drogues saisies lors d’une tentative de contrebande à la frontière égyptienne, le 29 juin 2022. (Crédit : Tsahal)

Selon l’armée, les troupes ont repéré trois suspects s’approchant de la frontière pendant la nuit et ont saisi 28 kg de contrebande ; aucune arrestation n’a été effectuée

source

000000

EUROPE 🇪🇺 (Drogue) : l’enquête sur EncroChat, le WhatsApp des trafiquants, déclenchée par les gendarmes français, continue de déranger les narcos

C’est un gros coup de filet dans l’univers tortueux du trafic de drogue . Selon nos informations, 5.000 personnes ont été arrêtées dans 42 pays différents dont près de 300 trafiquants de haut vol et une vague d’interpellations a eu lieu la semaine passée, notamment à Dubaï, aux Pays-Bas et en Espagne.

Ce bilan toujours provisoire est le résultat de la prouesse technique des gendarmes français qui ont réussi, il y a quatre ans, à pénétrer le système de cette messagerie cryptée EncroChat.

source

000000

LA RÉUNION 🇷🇪 : les gendarmes bien rencardés saisissent 148 kilos de zamal destinés à Maurice 🇲🇺

C’est Z Infos 974 qui nous rapporte que les gendarmes de Saint-Benoît ont procédé à une saisie de 147,9 kg de zamal dont 1 kg de résine de cannabis vendredi dernier dans l’Est de l’île.

Au total, ce ne sont pas moins de 8 interpellations qui ont été effectuées conjointement entre la Brigade de Recherche de Saint-Benoit et la Section de Recherche de la gendarmerie de La Réunion.

000000

MALI 🇲🇱 (Bamako) : il y avait les caravanes, aujourd’hui le Mali est devenu un carrefour pour la réception et la réexpédition de stupéfiants

Dans le Bamako underground

À l’abri des regards ou presque, dans ce Bamako underground, des transactions s’effectuent. Tout comme ce lieu, Bagadadji et Missira, dans la Commune II du district de Bamako, sont réputés être deux des quartiers de la capitale où la drogue est la plus vendue.

Dans le cadre de l’opération Founou-Founou (“Tourbillon”), le commissariat du IIIe arrondissement a annoncé l’arrestation de plusieurs vendeurs de drogue et le démantèlement de certains réseaux. Les policiers assurent avoir arrêté un grand trafiquant de la Commune II connu pour son rôle dans le ravitaillement des différents marchés de la capitale, des zones d’orpaillage et des réseaux terroristes. Toujours dans la même commune, le 4 février dernier, la police a mené une opération au marché de N’Golonina, laquelle a abouti à la découverte d’une cache abritant une importante quantité de cannabis et de Tramadol, entre autres stupéfiants.

lire

000000

MAROC 🇫🇷 (Interpol) : les notices rouges sont toujours très efficaces

Les services de la police judiciaire de Casablanca ont arrêté Noureddine B., d’origine algérienne sous le coup d’un mandat d’arrêt international délivré par les autorités françaises.

Le suspect, âgé de 33 ans, serait impliqué dans plusieurs opérations de trafic d’héroïne et de cocaïne entre la France, la Belgique et les Pays-Bas.

Le mis en cause faisait l’objet d’une notice rouge émise à son encontre par Interpol, depuis avril dernier, pour son implication dans le trafic de drogue dure entre la France, la Belgique et les Pays-Bas. Le nom de Noureddine. B a été évoqué lors d’une opération policière dans la région d’Orléans, près de Paris, quand la police française avait interpellé six suspects en flagrant délit de réception d’une grande quantité d’héroïne.

Il sera bientôt extradé vers la France.

source

000000

AFRICA (Trafic de cocaïne) : la Grande Loge de Côte d’Ivoire 🇨🇮 en ébullition après une série d’arrestations

L’arrestation fin mai et la mise en examen d’une poignée de figures influentes de la Grande Loge de Côte d’Ivoire (GLCI) placent le grand maître Sylvère Koyo dans une situation délicate. Un coup de filet qui s’inscrit dans le cadre de l’enquête sur la saisie de deux tonnes de cocaïne fin avril à Abidjan.

SOURCE

000000

CÔTE D’IVOIRE 🇨🇮 (Abidjan) : Six personnes ont été inculpées et déférées à la prison Maca d’Abidjan depuis le 2/6/2022, pour délit de « complicité de trafic international de cocaïne »

Nous sommes en mesure de confirmer les 6 noms suivants en attendant de plus amples informations.

  • Gorayeb Richard DG ETS T.G.M.R
  • Dominique Amata, patron de 911 Security
  • Hussein Taan, propriétaire des « Des gâteaux & du pains » et «Pasta et pizza »
  • Dago Yannick, Directeur régional de la CIE San-Pedro
  • Caire Dosso Karamoko (DK) dit Alasco, Directeur de la police criminelle de San-Pedro
  • Bakayoko Lama, Officier de Police, Chef d’antenne de la DPSD de San-Pedro

Hervé Coulibaly

source

000000

ESPAGNE 🇪🇸 (Andalousie) : multiplication des opérations anti-haschich

Face à la pression de plus en plus forte de la police, les trafiquants de drogue recherchent de nouvelles voies pour introduire le haschich du Maroc en Andalousie.

Les opérations anti-drogue se multiplient sur la côte andalouse, ce qui pousse les trafiquants de haschich marocain à chercher une nouvelle porte d’entrée en Europe. « La pression en Andalousie les pousse à chercher de nouvelles routes », expliquent des sources de l’Organe de coordination contre le trafic de drogue en Andalousie (OCON-SUR) à La Voz Digital.

Plusieurs bateaux transportant de la drogue ont été interceptés ces derniers mois par la « Guardia civil » le long de la côte de Levante, de Murcie à Tarragone, soit à plus de 1 000 kilomètres de La Línea de la Concepción à Cadix, où sont installés les principaux réseaux de trafic de haschich marocain.

Depuis mars, une opération anti-drogue est menée par mois sur la Costa Dorada, selon les autorités.

En Andalousie où les autorités mènent une lutte sans merci contre le trafic de drogues, ces opérations sont hebdomadaires.

source

000000

AFRIQUE (golfe de Guinée) : 1.730 kilos de cocaïne saisis par la Marine française sur un bateau de pêche

Une frégate française a intercepté un petit navire de pêche sans pavillon qui naviguait dans le golfe de Guinée au large de l’Afrique de l’Ouest

Le petit navire de pêche de 20 mètres de long a vu fondre sur lui une frégate de la Marine nationale française et un porte-hélicoptères amphibie. Dimanche, une importante saisie de drogue a été effectuée par les autorités françaises dans le golfe de Guinée. D’après la Préfecture maritime de l’Atlantique, 1,7 tonne de cocaïne a été découverte à bord du bateau de pêche.

Source et plus

L’opération s’inscrit dans la mission Corymbe pour défendre les intérêts français dans le golfe de Guinée, parmi lesquels figurent des missions de lutte contre l’insécurité maritime et les trafics illicites.

L’équipage de la frégate Courbet est intervenue au large de la Guinée. ©Marine nationale

0000

TANZANIE 🇹🇿 (Dar es Salaam) : suite à des renseignements, les policiers tanzaniens saisissent 180 kilos de cannabis et arrêtent 34 personnes

La police tanzanienne a affirmé samedi avoir saisi dix sacs de cannabis pesant 180 kilogrammes et arrêté 34 suspects suite à une opération qui s’est déroulée à Dar es Salaam.

Muliro Jumanne, commandant de la police de la zone spéciale de Dar es Salaam, a expliqué que le cannabis a été saisi dans la banlieue de Kinondoni de la capitale économique après que la police a été informée par des membres du public.

source et plus

000000

MALI 🇲🇱 (Cocaïne et Héroïne) : ce pays enclavé, désormais consommateur, est depuis la décennie 1990 utilisé comme plate-forme logistique vers les marchés européens pour la cocaïne et l’héroïne

C’est le Journal du Mali qui nous rapporte que l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans un rapport d’évaluation de la réduction de la demande de drogues publié en 2017 précisait que :« Le phénomène a connu une expansion rapide au milieu des années 2000, comme conséquence directe des mesures répressives drastiques prises par les États-Unis. Désormais, les cartels des drogues latino-américains vont élire l’Europe comme marché de remplacement du marché américain et l’Afrique de l’Ouest comme plateforme d’acheminement vers ce marché » .

La nouveauté est que le pays de transition est devenu un consommateur considérable des stupéfiants.

Deux facteurs coexistants sont en cause, note l’ONUDC : l’immigration des Maliens en Europe et l’essor du tourisme européen au Mali. Un premier groupe de dealers d’héroïne est découvert dans les années 80 dans le quartier huppé de l’époque, l’Hippodrome. « Ces deux groupes ont importé les produits au pays et ont initié des personnes proches aux modalités de leur consommation. Quelques années auraient suffi pour faire émerger une génération d’usagers autochtones qui n’a jamais immigré en Europe ni été contact avec des touristes européens », indique-t-il.

Itinéraires divers

La drogue au Mali transite principalement, selon l’OSC, par l’axe Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) – Yorosso (Mali). Du cercle de Yorosso, une quantité est propagée à Ségou, qui ravitaille des villes du centre et du nord. Le reste s’achemine vers Koutiala, qui approvisionne Sikasso et Bamako par la route en contournant les points de contrôle des forces de sécurité. Souvent camouflés et dispersés dans des sacs de céréales ou de légumes, les stupéfiants traversent des localités de la région avant d’être stockés dans des fermes agricoles près de Bamako puis versés discrètement dans les marchés.

Au nord, « les psychotropes quittent le Niger, passent par Labbezanga et Ansongo et se retrouvent à Gao. Quant à la cocaïne, elle transite par la frontière algérienne », assure un notable de la localité. Selon ce dernier, de la ville, les drogues sont souvent acheminées par bateaux dans les localités, sur l’axe fluvial  Gao – Tombouctou – Mopti.

« Quant au réseau de la cocaïne, il opère par voie aérienne et sur l’axe Guinée – Kourémalé – Bamako. La route transahélienne, communément appelée autoroute A-10, qui passe par le nord du Mali, est à présent peu pratiquée en raison de la forte présence militaire et de la montée en puissance des FAMa », explique M. Keïta. Mais en 2009 un avion cargo, renommé par la suite « Air Cocaïne » s’est posé en plein désert à Tarkint, à une centaine de kilomètres de Gao. L’avion, qui venait du Venezuela, a été déchargé de son contenu puis incendié. D’autres réseaux du cannabis – haschich pratiquent « l’axe Ghana – Burkina Faso – Mali, celui Maroc – Mauritanie – Mali et l’axe Côte d’Ivoire – Mali ».

Nombreux acteurs

Autant les routes sont diverses, autant le sont les acteurs et les ramifications vont souvent loin. L’affaire Air Cocaïne et les récentes saisies et arrestations de personnes transportant de la drogue à l’aéroport international Modibo Keita de Sénou le prouvent. Certaines de ces personnes « sont issues des importantes diasporas ouest-africaines d’Europe et d’Amérique du nord et latine. Elles servent à la fois à établir des liens avec les cartels, les producteurs, les revendeurs et les intermédiaires sur le terrain, qui peuvent les aider et les soutenir en cas de problème, mais aussi à rapatrier les bénéfices vers l’Afrique sous diverses formes », explique la Commission ouest-africaine sur les Drogues (WACD). Selon elle, un baron de la drogue ouest-africain peut aussi bien être avocat, cadre supérieur ou homme politique que jeune déscolarisé ou passeur de diamants.

Dans le Septentrion malien, traditionnellement, ce sont les tribus Arabes lamhar du Tilemsi (région de Gao) et Bérabiche (principalement à Tombouctou et à Taoudénit) qui détiennent le quasi-monopole le trafic de drogue, indique une enquête d’International Crisis Group de 2018. Depuis, la sociologie des acteurs s’est complexifiée, à cause « des revenus générés par la drogue ». Selon notre source à Gao, « les groupes terroristes, sous couvert du djihad, et certains groupes d’ex-rebelles » s’adonnent également à la pratique. Ce qui est attesté par plusieurs rapports, dont celui très détaillé d’International Crisis Group. Ces groupes profitent de la déstabilisation de l’État et de plusieurs « No go zone » pour leurs trafics. De fait, le petit vendeur de la Tour de l’Afrique n’est que la partie immergée de l’iceberg.

Narcotrafic : le Mali en a plein le nez

par Aly Asmane Ascofaré

Source et plus

0000

ESPAGNE 🇪🇸 : démantèlement d’un réseau de trafic de cocaïne depuis le Maroc

La police nationale espagnole a démantelé un réseau de trafic de cocaïne transitant via le Maroc. En tout, dix personnes ont été arrêtées et une demi-tonne de cocaïne ainsi que 800 kilos de tabac saisis entre Séville et Cadix.

L’opération a été ordonnée par le tribunal de Séville après que la police a été informée de l’introduction d’une importante quantité de cocaïne dans des conteneurs dans la ville en provenance d’Amérique du Sud. À Algésiras, deux conteneurs ont été détectés en mars au port en provenance d’Asunción (Paraguay), en passant par l’Argentine et le Maroc.

source

000000

CÔTE D’IVOIRE 🇨🇮 : saisie de plus de deux tonnes de cocaïne à Abidjan et San Pedro

Un peu plus de deux tonnes de cocaïne ont été saisies les 15 et 21 avril dans les villes portuaires ivoiriennes d’Abidjan et de San Pedro, et neuf personnes ont été interpellées.

«Une importante saisie de cocaïne a été opérée par les services de police le vendredi 15 et le jeudi 21 avril 2022 à Abidjan et San Pedro», indique un communiqué du ministère qui précise que «deux tonnes cinquante-sept kilos et 259 grammes» ont été saisis.

source

source 2

source 3

000000

AFRIQUE du SUD 🇿🇦 : feu vert pour la première pharmacie légale de cannabis

Le dispensaire basé dans la province de Gauteng est accompagné de son propre médecin spécialisé en marijuana médicale. Ce lancement inédit, fait suite à la dépénalisation du cannabis en Afrique du Sud en 2018.

lire plus

000000

MAROC 🇲🇦 (Tanger) : la DGST intercepte plus de deux tonnes de haschich

C’est YABILADI qui nous informe qu’une opération sécuritaire a été menée sur le terrain en collaboration avec les services de la Gendarmerie royale, dans un entrepôt situé à Melloussa, près de la ville de Tanger.

Dans cet entrepôt, 61 colis totalisant 2 tonnes et 98 kg de cannabis ont été saisis, ainsi qu’une arme blanche de grande taille et une embarcation pneumatique qui aurait été utilisée dans le trafic international de drogue.

plus

000000

ISRAËL 🇮🇱 : saisie d’une cargaison de 120 kilos de haschich

Selon les Forces de défense israéliennes, des soldats surveillant les caméras de surveillance ont repéré la tentative de contrebande de drogue et ont envoyé des troupes sur les lieux.

Les suspects du côté égyptien ont jeté la drogue par-dessus la clôture, pour que des complices du côté israélien la récupèrent plus tard.

Les troupes ont saisi plus de 120 kilogrammes d’une drogue non spécifiée.

Aucune arrestation n’a été effectuée.

source

000000

CAP-VERT 🇨🇻 : plus de 5 tonnes de cocaïne saisies sur un bateau de pêche

C’est AfricaNews qui nous apprend que la police capverdienne a saisi avec le concours d’agents américains du DEA plus de cinq tonnes de cocaïne en mer à bord d’un bateau de pêche en provenance du Brésil, ainsi que l’interpellation de cinq Brésiliens et deux Monténégrins.

L’opération a impliqué les services américains de lutte contre la drogue, la Marine américaine, la police fédérale brésilienne ainsi que la National Crime Agency du Royaume-Uni.

0000

DNRED 🇫🇷 (Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières) : un peu de précisions sur ce service de renseignement

C’est un service à compétence nationale rattaché à la Direction générale des douanes et droits indirects qui est chargée de mettre en œuvre, sur l’ensemble du territoire, la politique du renseignement, des contrôles et de la lutte contre la délinquance douanière organisée.

Service de constatation douanière de premier plan visant le haut spectre, la DNRED est également un service de renseignement du premier cercle.

Elle constitue à cet égard une direction originale, forte de sa double culture, dotée de pouvoirs et de moyens d’actions puissants et variés, intervenant dans plusieurs cadres légaux, en constante évolution. Elle doit faire preuve, à ce titre, d’une capacité d’adaptation permanente pour relever les nombreux défis juridiques soulevés à la fois par ses activités opérationnelles classiques de service douanier et son rôle de service du renseignement.

Le droit douanier a connu de fortes évolutions au cours des dernières années marquées par l’élargissement des pouvoirs d’enquête dévolus aux agents des douanes, notamment aux agents de la DNRED et le renforcement de l’encadrement de la mise en œuvre de ces pouvoirs, conditionnée par l’information préalable ou l’autorisation de l’autorité judiciaire.

Le code des douanes permet désormais aux agents de la DNRED, sous le contrôle de l’autorité judiciaire et sous couvert d’habilitations spéciales, de déployer des techniques spéciales d’enquêtes particulièrement utiles en matière de lutte contre la criminalité organisée : livraisons surveillées, infiltrations, surveillances transfrontalières, enquête sous pseudonyme sur le web et le darkweb, coup d’achat, géolocalisation des véhicules et des téléphones, « ouverture-frontière », substitution à l’opérateur de fret postal pour la livraison des colis contenant des marchandises de fraude. Tout au long de l’enquête douanière, les agents doivent anticiper la possible judiciarisation de leurs dossiers, en approchant au plus près d’une procédure purgée de tout risque de nullité et en déployant une stratégie compatible avec les poursuites décidées par l’autorité judiciaire.

Douanier avant tout, l’agent de la DNRED doit donc parfaitement maîtriser les outils juridiques à sa disposition et leur cadre d’utilisation, au code des douanes. Mais l’agent de la DNRED est également un agent appartenant à la communauté du renseignement du premier cercle, ce qui lui confère des obligations, des droits et des pouvoirs.

Issu de la loi du 24 juillet 2015, le droit du renseignement est l’aboutissement d’un long processus de légalisation de ces activités qui a eu la vertu de donner aux services, dont les actions étaient non pas illégales mais plutôt a-légales, une assise juridique et des garanties nécessaires. Ce droit leur permet de mettre en œuvre des techniques de renseignement particulièrement intrusives, sur autorisation du Premier ministre après avis de la commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR).

Depuis 2015, de nombreux textes sont venus compléter ou modifier ce nouveau cadre, dont la loi relative à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement du 30 juillet 2021. Prenant en compte les évolutions technologiques et les jurisprudences européennes et nationales (arrêt CJUE du 6 octobre 2020 dans l’affaire « Quadrature du Net », dans la continuité de l’arrêt CJUE du 21 décembre 2016 dit « Télé2 Sverige » ; Conseil d’État, Assemblée, 21 avril 2021), cette loi crée ou pérennise des techniques de renseignement (interception des communications satellitaires ; utilisation d’algorithme), renforce le contrôle de la CNCTR en donnant à son avis un caractère contraignant, encadre les échanges entre services de renseignement.

Au-delà de ces cadres juridiques propres au métier de la DNRED, les activités de la direction sont soumises à des réglementations de droit commun, telle que la protection des données personnelles ou la commande publique, dans le cadre desquelles les spécificités d’un service d’enquête et de renseignement doivent être prises en compte.


Jusqu’en fin d’année 2021, le conseil et l’expertise juridiques étaient assurés par une magistrate, de l’ordre judiciaire, et par l’agence de poursuites, chargée d’assurer le traitement contentieux et judiciaire des affaires réalisées par les directions d’investigations de la DNRED.

Afin de faire face aux enjeux actuels, mais également d’anticiper et de mesurer l’impact des évolutions normatives sur l’organisation et le fonctionnement de la DNRED, il a été décidé de renforcer la fonction juridique de la direction par le recrutement de deux nouvelles conseillères juridiques, l’une spécialisée sur toutes les questions relatives au renseignement et au droit public général, l’autre en charge de veiller à la sécurisation des investigations.

Conjugué à une protection maximale des agents dans l’exercice de leurs missions, le renforcement de la fonction juridique au sein de la DNRED permet ainsi d’articuler de la meilleure manière possible l’ensemble des capacités d’action des services de la direction, du recueil et de l’exploitation du renseignement jusqu’à la phase opérationnelle, de garantir l’efficacité de l’action de la DNRED dans la lutte contre la criminalité organisée et d’optimiser la réponse pénale de l’autorité judiciaire.

Depuis avril 2021, c’est Florian Colas qui est le directeur

source

000000

Le 23 mars 2022, France Culture, dans l’émission « LES PIEDS SUR TERRE » a laissé la parole à Marc Fievet, AKA « NS 55 DNRED » , qualifié de spectre du service de la DNRED, par Emmanuel Fansten dans un article de Libération

Marc Fievet en 1987 à Gibraltar à bord du M/Y Astéride

00000000