Archives de la catégorie ‘AFRIQUE’

Wyoming’s largest drug bust leads to two decades in prison

CASPER, Wyo. – Chief Federal District Court Judge Scott W. Skavdahl sentenced Arnold Devonne Butler, 54, today in Casper. Butler was convicted on January 17, 2020 after a 4-day jury trial and found guilty on all counts, including possession with intent to distribute and conspiracy to distribute methamphetamine, heroin, cocaine, and fentanyl.

—————————————————————————————————————-

Fourteen members of methamphetamine trafficking ring charged with drug conspiracy and related charges

CHARLOTTE, N.C. – Fourteen members of a methamphetamine trafficking ring have been charged with federal drug conspiracy and related drug and firearms offenses, announced Robert J. Murphy, the Special Agent in Charge of the DEA Atlanta Field Division and Andrew Murray, U.S. Attorney for the Western District of North Carolina. The federal indictment was unsealed in court today.

—————————————————————————————————————————————

Indiana doctor surrenders DEA registration « for cause »

CHICAGO – Special Agent in Charge Robert J. Bell, DEA Chicago Division, announced today that on June 23, 2020, pediatrician Jonathon W.

—————————————————————————————————————————————

Madison, Wisconsin man sentenced to five years in prison for possessing cocaine with intent to distribute

Madison, Wis. – Scott C. Blader, United States Attorney for the Western District of Wisconsin, announced that Charles Dickerson, 46, Madison, Wisconsin, pleaded guilty last Friday to possession with intent to distribute cocaine in front of U.S. District Judge William M. Conley.  Immediately following the guilty plea, Judge Conley sentenced Dickerson to 60 months in prison.

—————————————————————————————————————————————

West Hartford Pharmacy to pay $150K to settle Controlled Substance Act allegations

HARTFORD, Conn. – DEA New England Division Special Agent in Charge Brian D. Boyle and John H. Durham, United States Attorney for the District of Connecticut, today announced that Suburban Pharmacy LTC. Inc.

—————————————————————————————————————————————

Buffalo man going to prison for selling heroin and fentanyl

BUFFALO, N.Y. – U.S. Drug Enforcement Administration New York Division Special Agent in Charge Ray Donovan and U.S. Attorney James P. Kennedy, Jr. announced today that Julian Rivera, 30, of Buffalo, New York, who was convicted of possessing with intent to distribute heroin, butyryl fentanyl, and U-47700, was sentenced to serve 38 months in prison by U.S. District Judge Lawrence J. Vilardo.

—————————————————————————————————————————————

Five Tampa residents charged in $21 million money laundering conspiracy of drug trafficking proceeds

TAMPA, Fla. – A 37-count indictment was unsealed today charging five individuals with money laundering and conspiracy to commit money laundering.  If convicted, each defendant faces a maximum penalty of 20 years in federal prison per count. The indictment also notifies the defendants that the United States is seeking a money judgment of $21,567,939 and forfeiture of approximately $167,008 seized from a bank account, which represents the proceeds of the offenses. .

—————————————————————————————————————————————

L’ONUDC et l’OFAST s’inquiètent de la possible arrivée massive de coke sur le territoire européen et la France.

De vraies pleureuses institutionnelles, incapables de faire prendre et prendre les bonnes décisions pour contrôler* enfin ces flux de drogues!

°°°°

Logo leJDD.fr

par Stéphane Joahny

Que ce soit à Vienne, au siège de l’ ONUDC, (Office des Nations Unies contre la drogue et le crime) ou à Nanterre, dans les bureaux de l’OFAST (Office anti stupéfiant de la PJ française), la crainte d’arrivage massif de coke est partagée.

Après avoir été freinés par les restrictions liées à la pandémie, les narcotrafiquants vont-ils mettre les bouchées doubles pour écouler leurs stocks alors que, selon les estimations de l’OFAST, la consommation aurait reculé de 30% pendant le confinement en France?

Port de Santos

Dans cette perspective, les regards se tournent vers le Brésil et plus particulièrement sur le port de Santos, le plus grand d’Amérique du Sud avec un trafic de près de 7.000 containers par jour.

La nouvelle n’a pas franchi les frontières brésiliennes mais son directeur, Valter Barros Barbosa, âgé de 55 ans, a été assassiné le mois dernier sous les yeux de sa femme. La presse locale a aussitôt évoqué une piste, celle du PCC, acronyme de Premier commando de la capitale (« Primeiro Comando da Capital » en portugais). En quelques années seulement, ce gang brésilien qui regrouperait jusqu’à 20.000 hommes et qui est né dans les prisons du pays, a imposé le Brésil sur la carte du business mondial de la coke : la majorité de la cocaïne consommée en Europe – un marché estimé en 2017 à plus de 9 milliards d’euros – transitent par les ports qu’il contrôle…

Port d’Anvers

Anvers est le principal port d’entrée pour la cocaïne en Europe

Dans ce registre, Anvers en Belgique, principal port d’entrée pour la cocaïne en Europe devant Rotterdam et les ports espagnols d’Algesiras et Valence, est sans doute le meilleur indicateur.

En 2019, 16 tonnes en provenance du Brésil y ont été saisies, quantité à laquelle il faut ajouter 26 tonnes interceptées au Brésil et qui étaient destinées au port flamand.

Le constat est identique en France.

Mises à part les saisies de Fos et Marseille (plus de 3 tonnes confisquées en février et mars), tous les gros dossiers récents de trafic de cocaïne (700 kg en janvier en Gironde et encore 1.4 t le mois dernier au Havre où un docker a été assassiné le 12 juin dernier) trouvent leur origine au Brésil. « Depuis le début de l’année, 34.5 t de cocaïne ont été saisies en Amérique du Sud dans le cadre de notre programme de l’ONU, indique depuis Vienne le belge Bob Van den Berghe. 30 étaient destinées à l’Europe dont 9 au départ de Santos. Même si on surveille aussi l’Equateur, le Brésil est devenu le pays source n°1 ».

Le trafiquant brésilien Fuminho (« Fumette ») arrêté mi-avril

Cet immense pays a des frontières communes avec les trois pays producteurs de cocaïne sud-américains que sont la Colombie, le Pérou et la Bolivie et il dispose d’une large façade Atlantique pour faciliter le transport de la marchandise vers l’Europe, avec ou sans escale en Afrique de l’Ouest.

Plusieurs rapports établissent un lien entre la montée en puissance du PCC dans le trafic international de coke et l’implantation au Brésil de la mafia calabraise ‘ndrangheta, considérée comme la plus puissante au monde grâce à sa mainmise sur le marché de la cocaïne et ses nombreuses alliances.

Le rapport annuel d’Europol 2019 sur le marché de la drogue en Europe souligne d’ailleurs la présence « importante » de groupes criminels serbes autour du port de Santos au Brésil.

Un mois avant l’assassinat du superintendant de ce port, la police fédérale brésilienne avait pourtant marqué un point contre le PCC. Mi-avril, grâce à l’appui de la DEA américaine, elle obtenait l’arrestation et l’extradition depuis le Mozambique de Gilberto Aparecido dos Santos, 49 ans.

Comme les footballeurs, les trafiquants brésiliens se choisissent des noms de scène, Dos Santos répond à celui de Fuminho (« Fumette »).

Gilberto Aparecido dos Santos, aka Fuminho

Il a d’ailleurs été arrêté en possession de 100 g de cannabis mais aussi de 15 téléphones portables et de trois passeports. En fuite depuis 21 ans, Fuminho, qui s’est longtemps caché en Bolivie, est présenté comme le plus grand fournisseur de cocaïne d’Europe, jusqu’à une tonne de cocaïne par mois selon la presse brésilienne, et comme le bras droit de Marco Willians Herbas Camacho, alias « Marcola », chef suprême du PCC, qui purge des peines cumulées de 200 ans dans une prison de haute sécurité près de Brasilia.

 

Les autorités brésiliennes soupçonnent d’ailleurs Fuminho d’avoir planifié une spectaculaire évasion de son chef avec mercenaires armés, explosifs et véhicules blindés…

source

Marco Willians Herbas Camacho, alias « Marcola »

000000

 

*Pourtant, pour répondre à cette crainte d’arrivage massif de coke sur le continent européen, il existe des systèmes qui, sans perturber le sacro-saint flux commercial, permettrait de contrôler l’ensemble des containers.

f4e2e743f936bd602b81fa59976f9efc.jpg

Advanced Warning Systems

Encore faut-il les faire installer!

Selon les explications fournies, le système IGRIS, grâce à ses générateurs de neutrons scanne la cible avec plus d’un million neutrons par seconde, ce qui permet de divulguer des détails précis (niveau moléculaire) de tout le contenu des conteneurs et strictement avec un système tridimensionnel précis et à une vitesse de 25km/h.

lire

000000

 

 

 

 

La Brigade de recherches a arrêté le célèbre trafiquant de cocaïne de Ngor dénommé, « Baye Fall ».

Il a été interpellé en même temps que cinq autres personnes dont 4 Sénégalais et un Français.

Tous, s’activaient dans la vente de cocaïne.

Le cerveau de la bande, un Nigerian dénommé Okay, a lui aussi, été arrêté.

Lire

0000

000000

Dans le monde de la lutte internationale contre la criminalité, cette route est appelée Highway 10, référence à la dixième latitude, et c’est la route la plus courte de l’Amérique du Sud à l’Afrique de l’Ouest. Pendant des siècles, des millions d’esclaves ont été amenées en Amérique par cette route, maintenant ce sont des dizaines de tonnes de cocaïne qui partent dans la direction opposée chaque année.

La ‘Ndrangheta, entre autres, s’occupe ensuite d’assurer le transport d’Abidjan vers l’Italie et la Belgique.

Coupé décalé, sacs de coke échoués et mafia italienne, VICE s’est rendu en Côte d’Ivoire, plaque tournante du trafic de cocaïne.

Partie 1/5

« Il y avait des sacs remplis de coke sur toute la côte » : on a suivi la piste de la ‘Ndrangheta jusqu’au port de transit d’Abidjan, maillon indispensable du réseau de la mafia italienne.

Par Nicholas Ibekwe et Daan Bauwens

LIRE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Partie 2/5

« La Guinée est devenue un État narcotrafiquant à part entière. Tout le budget de l’État, les salaires des ministres, de la police ; tout est payé par les chefs de la mafia colombienne. »

par Daan Bauwens et Nicholas Ibekwe

 LIRE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Partie 3/5

« Le ministre de la Défense, le plus grand trafiquant de cocaïne ? Je le sais. Et tout le monde le sait. »

Par Nicholas Ibekwe et Daan Bauwens

LIRE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
000000

Hamed Bakayoko

Le port d’Abidjan est-il un maillon indispensable du réseau de la mafia italienne ?

« J’ai décidé de porter plainte contre Messieurs Ibekwe Nicholas, Daan Bauwens et les relais« , annonce Hamed Bakayoko dans un communiqué publié ce lundi 8 juin 2020 sur sa page Facebook.

Le Ministre ivoirien de la Défense entend donner une suite judiciaire aux articles des journalistes cités, parus dans le média Vice, dans lesquels il est présenté comme « un baron de la drogue ».

Dans une série d’articles publiés entre le 27 mai et le 05 juin, les journalistes nigérian Ibekwe Nicholas et belge Daan Bauwens, ont diffusé leurs investigations sur le commerce de la cocaïne en Afrique de l’Ouest. « Comment votre conso de coke fout la merde en Afrique de l’Ouest » est le titre qu’ils ont donné à leur enquête publiée via le média canadien Vice.

source

000000

Les opérations de fouilles, menées dans une région située à 7 km au nord de Tan-Tan, se sont avérées. fructueuses : un canot pneumatique et deux moteurs cachés dans le désert, 46 paquets d’un poids total d’une tonne, 223 kg de chira, un fusil de chasse, plusieurs cartouches de chasse et un véhicule 4×4 ont été saisis, précise la même source.

Lire

0000

« Prépare m’en deux bonnes comme j’aime. »

Isco Tejón, Castaña, affirme que lorsqu’il a fait cette demande au Marocain qui l’écoutait de l’autre côté d’un téléphone sur écoutes policières, il ne parlait que de femmes. Avec le roi du haschich et ses 30 millions d’euros de fortune, c’est presque un acte de foi de croire qu’il ne faisait pas référence à deux de ces narco-bateaux qui alimentent l’Europe avec des tonnes de drogues, dans un flux constant que même la crise des coronavirus n’a pas atteint.

Dans le détroit de Gibraltar, les services de la Vigilancia Aduanera, de la Guardia Civil et de la Police ont arrêté Tejon, son frère Antonio et bien d’autres encore, mais le trafiquant de drogue du sud sait toujours s’adapter à toutes les situations qui perturbent ses rotations.

« Une réserve de drogue prise en flagrant délit à côté de l’urbanisation luxueuse de Sotogrande, du coté de San Roque. La remorque d’un bateau semi-rigide abandonné dans le sable d’une plage d’Almería. Un ‘Ceutí’ avec une expérience dans le trafic de drogue, découvert à un barrage routier à Jerez avec 278 000 euros en billets de 10, 20 et 50 euros emballés dans trois sacs en plastique. »

Ce sont toutes des actions de la police, de la Guardia civil et du SVA  qui se sont produites en pleine pandémie.

« Nous pensions que le trafic allait baisser, mais non. Ils continuent jour et nuit! », explique un chercheur qui lutte contre le trafic de drogue en Andalousie. Les chiffres lui donnent raison. Les deux premières semaines de détention, OCON Sur, le corps créé par la Guardia civil pour lutter contre le trafic de drogue plus particulièrement dans le Campo de Gibraltar, a arrêté 58 personnes et saisi 5,5 tonnes de haschisch, des chiffres très proches des périodes antérieures au coronavirus.

———————————————

Lire le reportage d’El Pais

 

Operación Mayis. Operaciones de la Guardia Civil. OCON sur, EDOA Málaga, Policía Francesa

Enquête conjointe de la garde civile et de la police française

Démantèlement d’une organisation dédiée au trafic de drogue à destination de Madrid et de la France

Il y a 16 personnes arrêtées et 2400 kilos de haschisch, neuf kilos de marijuana et 17 véhicules ont été saisis.

000000

 

Dans la nuit du 17 au 19 mai dernier, la douane togolaise a intercepté à Tchalo, 1 042 pains de cannabis dissimulés dans un minibus transportant des bananes.

Le chargement dont le chauffeur est actuellement introuvable devait être acheminé vers le nord du pays.

Nabiyou Hayimdètè, chef de la Division de Lutte contre la fraude et les trafics illicites, a rapporté que le chargement intercepté était en déplacement du sud vers le nord du Togo.

A l’interpellation du minibus, le chauffeur a profité de l’embouteillage pour prendre la poudre d’escampette. Lors de la vérification minutieuse qui a suivi, les agents ont constaté qu’en dehors du chargement apparent composé de bananes, le véhicule dissimulait une importante quantité de cannabis.

Les agents ont dénombré 1 042 pains de cannabis, soit l’équivalent de 600 kg. Mercredi dernier, l’Office Togolais des Recettes (OTR) présentait à la presse le cannabis saisis à Tchalo, au sud de Sokodé.

 

source

000000

0000000000000000000000000000000000

27 tonnes pour le Canada

Ricky Anthony Parsons, rentre au port de Clarenville-St Jones, au Nouveau Brunswick.  Son bateau, le « M/V Cutknife II » est chargé de vingt-sept tonnes de cannabis afghan qu’il a récupéré sur le supplyer  en eaux internationales. La Royal Canadian Mounted Police (RCMP)  saisit la cargaison.

5 tonnes pour l’Angleterre

Le 3 novembre, un bateau de pêche, le  » Schema  » est arraisonné par les douanes anglaises à Bideford, en Cornouailles. Il y a cinq tonnes de cannabis afghan à bord.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Aviseur International

Eté 1993

ile-de-SocotraQuelques problèmes en mer d’Oman!

L’intervention américaine en Somalie perturbe les plans. Des avions de l’US Air force ne cessent de survoler la zone où le cannabis afghan enlevé dans la région de Gwadar, sur la côte ouest du Pakistan, devait être transféré à bord du Melor, entre l’extrême Est du Yémen et le Nord de l’île de Socotra.

Le cargo iranien qui avait chargé  dans le port pakistanais n’a pu attendre le Melor et a improvisé en transférant les trente-deux tonnes  à bord d’un discret boutre local qui attend sagement le navire Melor dans la zone de Obock, au nord-est de Djibouti, sans attirer l’attention des pilotes américains.

Obock.8

D’un saut d’avion, NS 55 va rejoindre l’équipage en escale à Djibouti avant l’opération de chargement, et s’assure que tout est en ordre.

Le transbordement  s’effectuera le 14 juillet  1993 sans problème.

MELORM/S Melor finançé à l’origine par la…

Voir l’article original 230 mots de plus


L’opération a été menée dans un domicile situé au douar Zraraa, relevant de la commune rurale Ksar Sghir près de Tanger.

Elle s’est soldée par « la saisie de la cargaison des stupéfiants, emballée dans 27 paquets destinés au trafic international », indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.

Lire

0000

Trois individus ont été arrêtés.

Les enquêteurs ont dévoilé le nouveau mode opératoire des trafiquants présumés.
LIRE

0000

La gendarmerie royale a réussi à identifier l’exportateur de la cargaison de chira, récemment interceptée au passage frontalier d’El Guerguerate dans le sud du Maroc.

C’est un homme d’affaires arrêté à Kénitra qui serait « le cerveau » de ce trafic.

Lire

0000

Marine Units of the Moroccan Royal Gendarmerie (County Police) seized on Monday more than four tons of drugs off tangier’s coasts after chasing down two fishing boats used by the smugglers. Seven involved people were arrested.

According to local press reports, the dealers stole two small fishing boats from Tangier’s City port before sailing to the Rmilat forest near Merkala beach where they loaded 70 bales of cannabis.

After loading the drug, the smugglers set sail for the high seas to hand over the banned substance to other people in a third boat, but they were intercepted by the marine patrolling units of Gendarmerie Royal after a high-speed sea chase.

Read

0000

La Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) au Maroc a annoncé que la Brigade nationale de la police judiciaire a procédé, ce dimanche, à l’arrestation de quatre individus, dont un officier de police relevant de la Direction régionale de DGST à Tanger, pour leurs liens présumés avec des réseaux internationaux de trafic de drogues et de psychotropes et divulgation du secret professionnel, complicité, corruption et dissimulation de personnes recherchées.

Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que les trois suspects s’activaient dans des réseaux de trafic international de drogues et de psychotropes en lien avec la cargaison de cocaïne récemment saisie au port Tanger-Med, tout en bénéficiant de la complicité de l’officier de police interpellé qui couvrait leurs activités criminelles, outre la divulgation de données relevant du secret professionnel en échange de sommes d’argent à titre de corruption pour s’abstenir de faire un travail qui relève de ses fonctions, indique un communiqué de la DGST.

Lire

0000

«Le plus inquiétant au sujet du dernier épisode de conflit en Guinée-Bissau,c’est que le contrôle de l’économie de la drogue semble, une fois de plus, faire partie du calcul des principaux acteurs de l’élite politique et militaire»

Selon GI-TOC, avec la dernière vague de conflits politiques, entre fin 2019 et début 2020, « de nouvelles preuves et rumeurs ont émergé selon lesquelles la cocaïne continue de transiter par la Guinée-Bissau« .

L’analyse du GI-TOC considère que la crise politique de 2020, résultant de la contestation des résultats des élections présidentielles de décembre, présente «des parallèles inquiétants» avec celui de 2012/13, «lorsque les militaires étaient les acteurs centraux de la protection et de la participation le commerce de la drogue ».

Le GI-TOC a souligné le soutien des chefs militaires à l’investiture de l’actuel chef de l’État, Umaro Sissoco Embaló, en février, citant notamment la présence, lors de la cérémonie, du chef adjoint de l’état-major général des forces armées, Mamadu N ‘. Krumah et le chef d’état-major de l’armée de l’air, Ibraim Papa Camará, qui auraient été impliqués dans le trafic de drogue.

source

000000

Les éléments de la Sûreté nationale, en coordination avec leurs homologues des douanes opérant au poste frontière El Guerguarate, au sud de Dakhla, ont procédé, vendredi, à la saisie de 6,3 tonnes de haschich à bord d’un camion de transport international routier (TIR) à destination d’un pays africain.

 

Le conducteur du camion, âgé de 36 ans, a été interpellé….Suite

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique, dans un communiqué, que les procédures de contrôle aux frontières et les opérations de fouilles ont permis de saisir cette quantité de drogue dissimulée dans une cargaison de papier cartonné à bord du camion immatriculé au Maroc…

 

Plus

0000

L’Observatoire mondial des politiques sur les drogues (GDPO), l’organisme chargé d’analyser et de promouvoir les politiques de lutte contre les drogues, a publié un rapport dans lequel il écrit: »L’émergence de l’Uruguay en tant que voie de transit pour la cocaïne présente de nouveaux défis pour la communauté internationale, la coopération policière, et crée un besoin accru d’établir des voies de communication sécurisées entre la police uruguayenne et ouest-africaine« .

Source

0000

Saisie de chanvre indien à Kaolack

Dans la nuit du 06 Mai 2020, la Brigade Régionale des Stupéfiants de Kaolack a effectué une saisie de 147 kilogrammes de chanvre indien, dans la localité de Sagne Bambara.

Ladite drogue était convoyée à bord d’une charrette par deux individus qui ont profité de la pénombre pour prendre la fuite.

La charrette et le cheval ont été immobilisés pour les besoins de l’enquête.

Le cheval n’a donné aucune information intéressante aux agents de la DOCTRIS… Il est muet comme une carpe!

source

000000

 

 

Éclairage – Le trafic de cannabis se poursuit en Afrique du Nord – Espagne malgré les restrictions liées à la pandémie du Covid-19

°°°°

Selon le site arabophone alyaoum24.com, qui cite des données officielles espagnoles, ces réseaux font passer le cannabis des côtes marocaines jusqu’en Libye en longeant les côtes algériennes et tunisiennes avant de traverser la mer vers la Catalogne en Espagne avec des chargements pouvant atteindre pour une seule embarcation jusqu’à 6 tonnes de chira, d’une valeur de plus de 35 milliards de centimes.

Pour la seule année 2019, environ 179 tonnes de cannabis ont été saisies par les différents services de contrôle et de sécurité au Maroc, selon bilan officiel., ce qui permet d’en conclure que prés de 2000 tonnes sont passées!

Éviter le détroit de Gibraltar très surveillé

De son côté, les services de police en Espagne y compris la Catalogne ont récemment révélé le démantèlement d’un réseau criminel international, qui tentait depuis 2019 de s’imposer comme une alternative puissante à tous les autres réseaux de trafic de cannabis entre le Maroc et le « Triangle Ibérique », c’est-à-dire la route de la Méditerranée orientale, selon les mêmes sources.

Fin 2018, les services de la police ont découvert l’existence d’un réseau criminel transnational essayant de lier des contacts pour le trafic de haschich en Espagne via le « Triangle ibérique » de la région de Catalogne. Les chefs de file du réseau semblent résider dans les provinces de Catalogne et de Valence et ils comptaient promouvoir la route de la Méditerranée orientale loin du détroit de Gibraltar, qui est devenu très surveillé depuis l’été 2018.

Il est probable que ce réseau « charge le cannabis dans les eaux marocaines et l’achemine via les côtes algérienne et tunisienne vers la Libye, d’où il partait vers l’Espagne », qui est considéré comme l’un des débouchés européens du cannabis.

Selon un responsable de la Vigilancia Aduanera, le réseau ne craint pas le coronavirus ou les mauvaises conditions météorologiques, car ses membres essaient de profiter de ces circonstances pour augmenter leurs bénéfices et profiter de l’arrêt de l’activité des autres réseaux pour écouler leur cannabis « à un prix très élevé ».

Par ailleurs, la police espagnole a révélé, vendredi dernier, qu’en coordination avec son homologue marocaine, elle avait démantelé un réseau de trafic de cannabis et de cocaïne qui opérait à partir du Maroc, ajoutant que 51 suspects ont été arrêtés alors qu’ont été saisis 1 tonne 255 de cocaïne, 390 kg de haschich, 6 bateaux et 3 armes à feu.

La même source a également indiqué que « parallèlement, 476 kilogrammes de cocaïne, stockés entre Casablanca et Rabat, ont été saisis au Maroc », ajoutant que « grâce aux enquêtes menées par la police espagnole et à la coopération des autorités marocaines, le chemin emprunté par la cocaïne d’Amérique du Sud vers l’Europe peut être retracé ».

Le trafic de drogue se poursuit aussi sur terre au Maroc, malgré les mesures de l’état d’urgence sanitaire.

La police judiciaire de Casablanca a ainsi annoncé avoir saisi, tôt lundi, 7,2 tonnes de chira destinées au trafic international par voie maritime au cours d’une opération qui a permis l’arrestation de 3 individus soupçonnés d’implication présumée dans cette affaire. Les mis en cause se trouvaient à bord d’un camion portant de fausses plaques minéralogiques, lors de son passage dans plusieurs villes marocaines vers le port de Jorf Lasfar.

lire plus

000000

Tout est parti de la filature d’un camion portant de fausses plaques minéralogiques par les éléments de la police judiciaire, lors de son passage dans plusieurs villes marocaines, en destination du port de Jorf Lasfar.

Ayant constaté qu’ils étaient filés, le chauffeur du véhicule et ses compagnons se sont débarrassés de certains ballots de drogue en les jetant sur le bas-côté de l’autoroute. Ils ont également jeté des pierres aux éléments de la police à leur arrivée au péage de Tit Mellil, avant de prendre la fuite par la rocade de l’autoroute de Casablanca, abandonnant derrière eux le camion qui contenait 220 ballots pesant 7,228 tonnes de résine de cannabis.

lire

000000

Environ 6 tonnes de cannabis saisies sur un voilier, le AINEZ.

L’OCRTIS du Sénégal est sur place pour évaluer le tonnage exact et surveiller cette cargaison.

(L’ombre de la DEA plane toujours sur ce type d’opérations maritimes.)

Source

La source indiquait cocaïne alors que c’était du cannabis. Le communiqué officiel est formel, il s’agit bien de haschich.

Communiqué

0000