FRANCE 🇫🇷 MAROC 🇲🇦 (Justice) : Rida Abakrim, alias « Turbo » sera-t-il extradé ?

Ce fut l’un de ses derniers dossiers d’avocat avant sa nomination comme ministre de la Justice. En juin 2020, c’est Eric Dupond-Moretti qui assure la défense de Rida Abakrim, alias « Turbo », devant la cour d’assises de Versailles. Alors en fuite, ce baron du trafic de drogue, originaire de Poissy (Yvelines), y est jugé pour l’enlèvement et le meurtre de Brahim Hajaji survenu en 2007.

Au terme du procès, Rida Abakrim, 38 ans, écopera d’une condamnation à vingt ans de prison. Le 23 décembre dernier, l’intéressé est finalement arrêté à l’aéroport de Casablanca alors qu’il voyage sous une fausse identité.

Terminus d’une cavale de treize ans pour celui qui est considéré comme faisant partie du top 5 des trafiquants de drogue français.

La famille d’une victime de Rida Abakrim, arrêté à Casablanca en décembre dernier, demande son extradition à Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice et ancien avocat de l’intéressé.

SOURCE

000000

ESPAGNE 🇪🇸 (Madrid): la police nationale espagnole, en collaboration avec des agents colombiens, a démantelé un réseau de distribution de cocaïne à Madrid

En tout, douze personnes ont, dont des Marocains, été arrêtées et 600 kilos de cocaïne saisis.

Ce démantèlement fait suite aux enquêtes débutées en 2020 sur un réseau marocain de trafiquants de drogues installés à Madrid et Marbella

L’organisation avait en sa possession une importante quantité de cocaïne destinée à la distribution dans toute l’Espagne, notamment à Badajoz, Guadalajara, Madrid, Malaga et Valence, ainsi que des armes blanches, des pistolets automatiques et des armes légères, indique un communiqué de la police.

Quelque 700 000 euros en espèces et 20 véhicules d’une valeur de 250 000 euros chacun, ont été également saisis.

Lire plus

000000

MAROC 🇲🇦 (chira, hachich, herbe, cannabis, marijuana): feu vert du gouvernement à la légalisation du cannabis thérapeutique

Le 11 mars, le gouvernement marocain a validé un projet de loi autorisant l’usage «médical, cosmétique et industriel» du cannabis. Ce texte, qui doit être adopté par le Parlement, vise à encadrer la production illicite du pays. l’interdiction des usages récréatifs.

Ce projet de loi doit encore être adopté par le Parlement avant son entrée en vigueur

Lire

0000

FRANCE 🇫🇷 (Douane française) : retour sur l’affaire Fievet – NS 55 DNRED

Madame la directrice générale de la Douane française Isabelle Braun-Lemaire sera-t-elle comme son prédécesseur lointain l’énarque – IGF François Auvigne et tous ses successeurs qui ont refusé d’assumer les engagements pris par l’administration qu’elle dirige ?

——

 

En France, dans la bibliothèque du Sénat

Elise Lucet :
Invité de Pièces à conviction, Michel Charasse, bonsoir…

Michel Charasse :
Bonsoir.
Elise Lucet :
Vous êtes l’ancien ministre du budget de 1988 à 1992 et sénateur du Puy de dôme, c’est la raison pour laquelle, nous sommes exceptionnellement au Sénat pour réaliser cet interview…Euh, vous ne souhaitez pas parler de, de l’affaire Marc Fievet…Est-ce que je peux vous demander quels étaient vos rapports, lorsque vous étiez ministre du budget avec ces aviseurs, je crois que vous avez souhaité les rencontrer, pourquoi ?
Michel Charasse : Lorsque je suis arrivé au ministère du budget en mai…juin 88 , l’administration des douanes  dont l’une des fonctions importantes est de lutter contre tous les trafics …de drogue, d’argent,  euh, contre-façon..etc. prenaient par an à peu près 5 tonnes de drogue. Lorsque j’ai quitté le ministère le 2 octobre 1992, nous étions à 35 tonnes par an. C’est à dire multiplier par 5, par 7 pardon…
Elise Lucet : Ouais !
Michel Charasse : En, en un peu plus de quatre ans………..Vous pensez bien que tout ceci a nécessité une organisation
Elise Lucet :Honhon !
Michel Charasse : Ou une réu.. Ou .une réorganisation….Bien entendu ce n’est pas moi qui est tout inventé, mais j’ai donné à la douane beaucoup de moyens…avec l’argent du contribuable, pour en faire une véritable arme contre les trafiquants et notamment les trafiquants de drogues
Elise Lucet : Et parmi ces armes, il y avait les aviseurs
Michel Charasse : Et parmi ces armes il y avait la collecte de renseignement et dans l’ensemble des renseignements, il y avait bien entendu les renseignements fournis par les aviseurs…
Elise Lucet : Beaucoup ?
Michel Charasse :  Des aviseurs plus nombreux, mieux organisés, des relais mieux organisés par l’intermédiaire des , des, des correspondants que la douane pouvait avoir à l’étranger sous couverture planquée ou officielle, attachés douaniers dans les ambassades etc. etc…Donc bien entendu, on a dû beaucoup, enfin beaucoup a été dû aux renseignements
Elise Lucet : Ouais !
Michel Charasse : Et c’est d’ailleursparce que l’affaire a pris une ampleur importante pendant le temps où j’étais au ministère, en  particulier avec la technique de ce que l’on appelle les livraisons contrôlées, c’est à dire l’infiltration de nos aviseurs ou quelques fois de douaniers d’ ailleurs, dans les réseaux de drogue
Elise Lucet : Ouais !
Michel Charasse :  Et de fonctionnaires donc, de la douane, dans les réseaux de drogue..Euh, qui a conduit à…  justement un incident grave. ..Euh…entre 90 et 92, qui s’est retrouvé devant le tribunal de Dijon, puisqu’à l’époque la législation française n’autorisait pas la livraison contrôlée,…le code pénal
Elise Lucet : Vous parlez des quatre douaniers qui ont été incarcérés.
Michel Charasse : Voilà, donc il y a eu l’affaire de Dijon  et ces douaniers ont failli être condamné et ..euh, ils ne l’ont pas été que parce que d’une part j’ai fait voter la légalisation des livraisons contrôlées….Comme je l’ai déclaré un jour, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre,
Elise Lucet : Oui
Miche Charasse : Quand on fait la guerre on fait la guerre…
Elise Lucet : Ouais…
Michel Charasse :On ne fait pas la guerre avec le, avec le code pénal dans la poche ou avec des prières ou la bible ou le portrait de Mahomet.
Elise Lucet ; Donc si on veut coincer des trafiquants, il faut utiliser leurs méthodes !
Miche Charasse : Donc, très bien euh…Il faut utiliser leurs méthodes, il faut aller les chercher là où ils sont.
Elise Lucet : Honhon.
Michel Charasse : Vous savez ce sont des tueurs, je parle pas du petit, du petit merdeux, du petit dealer, du pauvre gamin…
Elise Lucet : Non, non, on parle des Locatelli, des gens comme ceux qu’on a vu dans le reportage.
Michel Charasse : Etc… je parle, voilà, des gros. Ce sont des tueurs ! Par conséquent, on va pas attraper les tueurs en leur récitant des cantiques.
Elise Lucet : Alors, on en vient à la situation actuelle, si vous le voulez bien…
Michel Charasse : On tire d’abord et on discute après……………………….
Elise Lucet :……………….Euh, on va en venir à la situation actuelle si vous le voulez bien…
Michel Charasse : J’ai sur ce plan là, quand on a affaire à des tueurs, une notion  de l’Etat de droit qui est assez flexible…
Elise Lucet :.Michel Charasse, pour terminer, on a bien compris que vous ne vouliez pas parler du dossier de Fievet, mais est-ce qu’il y a en France … des aviseurs de la douane et là je parle pas forcément du moment où vous, vous y étiez, qu’on a laissé tomber…
Michel Charasse : ……………..A mon époque, je n’ai pas entendu dire qu’on avait laissé tomber qui que ce soit…
Elise Lucet : Donc, on laisse pas tomber les aviseurs ?
Michel Charasse :………Mais, on laisse tomber personne …Il faut laisser tomber personne. Lorsque vous êtes  engagé dans une bataille….Euh, et ben…Euh…Euh, vous faites le nécessaire pour sauver tous vos soldats…
Elise Lucet : C’est pas ce que Fievet a l’air de penser…
Michel Charasse : (6 secondes de silence).Chacun pense ce qu’il veut, moi je vous dis simplement que quand on voit les résultats qu’on voit, il faut bien que…euh, l’administration des douanes soit soutenue par son ministre et qu’elle soutienne tous ceux qui collaborent, fonctionnaires ou non à ses activités.
Elise Lucet : Michel Charasse, merci d’avoir répondu à nos questions.

La preuve par l’image:

Quelques années plus tard:


000000

ESPAGNE 🇪🇸 (opération Asgard Collar) : la Guardia Civil a arrêté 46 personnes lors de 22 perquisitions menées dans les provinces de Cadix, Malaga, Almeria (Andalousie), Murcie (Murcie), Barcelone (Catalogne) et dans la ville autonome de Ceuta, en Afrique du Nord

La police espagnole, en collaboration avec la police judiciaire portugaise, a arrêté 46 personnes et démantelé une organisation criminelle ayant des ramifications au Portugal qui se consacrait au trafic de drogue et au blanchiment d’argent. Au cours de l’opération, 8 500 kilos de haschich, six bateaux semi-rigides, une arme à feu et divers appareils électroniques ont été saisis.

L’organisation, qui avait une grande capacité logistique et une activité «élevée», était basée principalement dans la région de la «Costa del Sol» (Malaga), même si tout au long de l’enquête, la grande mobilité géographique de ses membres est devenue évidente. Pour l’exécution de ses actions illicites liées au trafic de drogue, le groupe disposait d’un soutien logistique principalement dans la province d’Almeira, où il conservait les navires semi-rigides qui ont ensuite été utilisés pour transporter les balles de haschich du Maroc vers les côtes espagnoles.

source

000000

MAROC 🇲🇦 (Fès) : saisie de 500 kg de haschich et une arrestation

L’opération a été menée au quartier Benssouda à Fès, sur la base d’informations fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Le suspect a été arrêté à bord d’une voiture utilitaire. Les opérations de fouille du véhicule ont permis de saisir 20 ballots de résine de cannabis (chira) pesant 500 kg, trois téléphones mobiles et une somme d’argent soupçonnée provenir de cette activité criminelle.

MAROC 🇲🇦 (El Jadida) : plus de 3 tonnes de chira saisies lors d’une opération anti-drogue

Les éléments du district provincial de la police judiciaire d’El Jadida ont mis en échec tôt vendredi, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, une opération de trafic international de drogue et saisi 3 tonnes et 300 kilogrammes (kg) de chira.

LIRE

000000

MAROC 🇲🇦 (Laâyoune) : saisie de près de 2 tonnes de chira

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Laâyoune sont parvenus, dimanche soir, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), à saisir près de deux tonnes de chira et à arrêter un individu soupçonné de liens avec un réseau criminel actif dans le trafic de drogue et de psychotropes.

Un véhicule qui serait utilisé à des fins liées au trafic de drogue a été saisi.

LIRE

000000

MAROC 🇲🇦 : plus de 7 tonnes de drogue saisies sur un bateau de pêche au large de Mahdia

Une opération d’envergure de trafic international de drogue par voie maritime a été déjouée et près de sept tonnes de haschich ont été saisies aux premières heures de ce vendredi, selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Interpellés à bord d’un bateau, les 7 mis en cause ont été placés en garde à vue pour les besoins de l’enquête.

Le bateau a été intercepté à Kénitra à 54 km au large de Mehdia.

LIRE

000000

MAGHREB : le Maroc accusé d’utiliser la drogue pour déstabiliser les pays du Sahel

Pour mieux expliquer l’ampleur de l’implication du Maroc dans le trafic de drogue et la « déstabilisation » des pays du Sahel notamment, l’ANP a cité un rapport de l’Office de l’ONU pour l’année 2020 relatif aux répercussions de la pandémie Covid-19 sur le marché de drogues dans le monde. « Le Maroc demeure une zone favorite pour la production et l’exportation du cannabis« , selon ce rapport.

Le rapport de l’ONU publié en août 2020, « a mis en garde contre la poursuite, d’une façon régulière et stable, de production et d’exportation du cannabis et de haschich depuis le Maroc vers les pays du voisinage et du Sahel, ce qui contribue au financement des groupes terroristes actifs et à la déstabilisation de la région à cause de l’interconnexion qui existe entre les bandes de narcotrafic et les groupes terroristes activant dans la région où ces groupes assurent une couverture sécuritaire aux narcotrafiquants en contrepartie d’une part des rentes des opérations de narcotrafic ».

De même, le rapport de l’Observatoire européen de la drogue et de la toxicomanie, publié en juin 2020, souligne que « le Maroc est considéré comme le premier fournisseur de l’Europe en haschich et cannabis, avec un taux de 72 % du total des drogues saisies en Espagne seulement ».

source

000000

MAROC 🇲🇦 (quartier « Tanger El Balia »): un bateau pneumatique, des conteneurs d’essence et 600 kilos de haschich

Les éléments de la Brigade antigang relevant du Service préfectoral de la police judiciaire de Tanger ont mis en échec, mardi soir, une tentative de trafic international de drogue et saisi 680 kg de chira.

La saisie de cette cargaison de drogue s’inscrit dans le cadre de l’enquête menée sur trois individus âgés de 29, 37 et 39 ans, qui ont été interpelés en flagrant délit de préparation d’une opération de trafic international de drogue par voies maritimes depuis les plages de la ville.

LIRE

000000

MAROC 🇲🇦 (Meknès): saisie de 9 tonnes 500 de chira au péage de l’autoroute de Sidi Allal El-Bahraoui

La Brigade nationale de la police judiciaire et le service préfectoral de la police judiciaire de Meknès ont saisi, ce lundi 22 février 9,5 tonnes de chira.

Cette opération a été menée en coordination sur le terrain avec les éléments de la Gendarmerie royale au niveau de la gare de péage de l’autoroute de Sidi Allal El-Bahraoui, où a été intercepté un camion frigorifique transportant un total de 380 ballots de drogue d’environ 9,5 tonnes dissimulés dans une cargaison de produits alimentaires, indique la DGSN dans un communiqué.

Le chauffeur du camion utilisé dans cette opération de trafic a été interpellé, ajoute le communiqué, faisant état de la saisie d’une somme de 31.800 dirhams, soupçonnée de provenir des activités liées à ces actes criminels.

Lire

000000

FRANCE 🇫🇷 (Douane française): des politiques et entrepreneurs marocains dans le viseur des douaniers

Au total, 18 mis en cause portant la double nationalité ont été interpellés par les éléments de la gendarmerie française, pour leurs liens présumés avec des réseaux de trafic de cocaïne et de cannabis.

37 kilogrammes de haschich et 5 de cocaïne ont été saisis à l’issue d’une filature qui avait duré plusieurs mois, souligne la même source. Les gendarmes avaient découvert également des armes à feu ainsi que des sommes d’argent estimées à plusieurs millions d’euros.

Les autorités françaises viennent de remettre une liste noire d’hommes d’affaires et de politiques marocains, accusés de trafic et de blanchiment d’argent au Maroc, via le port de Sète.

Lire

000000

MAROC 🇲🇦 (Marrakech): ils utilisent des voitures de location pour distribuer la cocaïne

Les gendarmes de Berrechid ont réussi à démanteler un réseau de trafic de cocaïne qui louait des voitures pour distribuer de la drogue, à Marrakech, Casablanca, et à interpeller par la même occasion l’un des trafiquants. Des avis de recherche ont été lancés pour retrouver six autres individus impliqués dans cette affaire.

Lire

0000

MAROC 🇲🇦 (DGSN): saisie de plus de 9 tonnes de chira au sud d’Assa

Les interventions de terrain et les fouilles effectuées en coordination avec la Gendarmerie Royale dans plusieurs localités de la commune rurale de « Fask », à 25 km au sud d’Assa, ont permis de saisir 337 ballots de chira dissimulés dans le sable, en vue de les transporter ultérieurement dans le cadre d’opérations de trafic international de drogue, indique la Sûreté nationale.

LIRE PLUS

000000

MAROC 🇲🇦 (Makhzen): le royaume du haschich, du maâjouna, du karkoubi, du khardala, du ktami du Rif ou kif du Souss, du beldiya, du critika

Au Maroc, pays du paradis artificiel, la vente de la drogue se fait à la criée. Au choix du consommateur et surtout du cultivateur.

Des liens intrinsèques sont tissés entre les groupes terroristes et les réseaux du crime organisé qui collaborent pour faire prospérer leurs affaires.

Selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (Unodc: United Nations Office on Drugs and Crime), le Maroc est le premier producteur et exportateur de haschich au monde. Une culture et des exportations au vu et au su de la communauté internationale. Cette économie illicite, cultivée sur 50 000 hectares, représente une rente de plus pour le Makhzen. La plus grande production se fait dans la région du Rif. Le maintien et même le développement de la culture du cannabis dans le Rif n’ont pu se faire que grâce à l’accord tacite du Makhzen et de ses relais locaux. Dans cette région, le cannabis na jamais été un tabou pour les partis politiques. Au contraire, il figure parmi leurs principales préoccupations électorales, notamment du PAM (Parti authenticité et modernité) et du parti Istiqlal, le «plus vieux parti marocain» conservateur. En 2019, le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, principale ville du Rif, a voté en faveur de la commande d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région. Une proposition soutenue par les élus du parti islamiste du PJD (Parti de la justice et du développement). Selon certaines sources, au moins 90 000 ménages vivent de la production de cannabis dans la région. Certains spécialistes avancent des chiffres encore plus importants. Au Rif, le kif fait partie du patrimoine local. En mars 2017, le Département d’État américain avait estimé que les revenus de la récolte de cannabis correspondaient à 23% du Produit intérieur brut (PIB) du Royaume du Maroc. Une manne financière réinjectée dans le système bancaire à travers des réseaux de blanchiment d’argent impliquant de nombreux notables, officiers de l’armée et autres fonctionnaires marocains au service du Makhzen.
Quand on sait que ce PIB avoisinait en 2018, les118 milliards de dollars, on ne peut qu’ être effaré…devant le danger que représente cette économie illicite sur la sécurité des pays voisins et la vie de millions de gens dont font, malheureusement, partie les Algériens, d’autant que des liens intrinsèques sont tissés entre les groupes terroristes et les réseaux du crime organisé qui collaborent pour faire prospérer leurs affaires. Preuve en est: les saisies opérées par les différents services algériens de sécurité (Gendarmerie nationale, Dgsn et douanes). Selon un bilan de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Onldt), plus de 88 tonnes de résine de cannabis ont été saisies en Algérie durant l’année 2020, dont 55,52% dans l’Ouest du pays, contre 41,08% dans la région Sud du pays, 1,96% dans la région Centre et 1,44% dans l`Est du pays. Une hausse de 60,89% par rapport à l’année 2019, en raison surtout du renforcement du dispositif sécuritaire aux niveaux des frontières, précise la même source. «Au total, 88.702,581 kg de résine de cannabis ont été saisies durant l’année 2020, dont 55,52% dans la région Ouest du pays», a précisé l’Office dans son rapport, se référant au bilan des services de lutte contre les stupéfiants.
À la filière de l’Ouest vient s’ajouter, ces dernières années, la filière subsaharienne née avec l’immigration clandestine, à l’origine de l’introduction des drogues dures en Algérie, à savoir la cocaïne et l’héroïne.

par Smaïl ROUHA

source

000000

BRÉSIL 🇧🇷 (port de Santos): les douaniers ont trouvé 460 kg de cocaïne dans une cargaison en route pour le port de Tanger Med

La saisie de la drogue a été effectuée par les équipes des douanes, qui ont trouvé la drogue dans des sacs de haricots carioca au port de Santos mercredi 20 janvier 2021.

000000

AFRICA : Libia y país norteafricano emergen como centros de tránsito de cocaína

El conflicto actual de Libia ha facilitado su transformación en un promisorio centro de tránsito de cocaína

En el transcurso de una semana se conocieron dos hallazgos de cocaína en dos contenedores de carga distintos con destino a Libia, un fuerte indicio de que tanto el país norteafricano como la región entera están convirtiéndose en nuevas rutas de tránsito para la cocaína hacia Europa y el Medio Oriente

Lire

0000

 

ESPAGNE 🇪🇦 (Malaga provincia): un Mulhousien abattu dans sa Bentley à Benahavis entre Marbella et Estepona

La Guardia civil enquête sur la mort d’un homme dont le corps a été retrouvé à Benahavís, dans l’urbanisation ‘Capanes del Golf’, à l’intérieur d’un véhicule de sport de marque Bentley, immatriculé au Maroc. Il avait plusieurs blessures par balle au cou et à la tête.

Les premières constatations ont permis d’apprendre que Hakim, alias Zidane venait de se garer et n’était pas encore sortie de sa voiture, qui avait le moteur en marche, lorsqu’il a été abattu de l’extérieur.

Les enquêteurs émettent l’hypothèse que les coups de feu auraient pu être tirés avec deux armes différentes, mais que les tirs ont été entravées par le fait que la voiture avait le verrouillage automatique des portes activé.

D’aucuns disent que ce règlement de comptes ne serait que la suite logique de l’assassinat de Samir Labdazi, abattu à Kingersheim en Alsace, non loin de Mulhouse en août 2019.

A l’époque, Aviseur international avait tenté de décrypter ce règlement de compte en émettant une hypothèse sur les vraies raisons de l’élimination de ‘Samir les yeux bleus‘.

Et si Hakim, alias Zidane, avait été le commanditaire de l’assassinat de Samir ?

Son élimination serait-elle le fruit d’un règlement de comptes « post-mortem » de Samir, ou tout simplement l’élimination d’un concurrent envahissant.

Que savent les plus fins limiers de l’OFAST?

Inutile de les questionner, ils resteront muets, se retranchant derrière le secret professionnel qui est toujours tellement confortable…

A suivre !

000000

 

COLOMBIE 🇨🇴 (Cartagena): saisie de 1.539 kilos de cocaïne en partance pour le Maroc 🇲🇦

La saisie a été obtenue grâce à un appel du capitaine du navire, qui a alerté les autorités sur la présence de passagers clandestins sur le bateau.

Immédiatement, les unités des Gardes-côtes de Cartagena ont escorté le bateau jusqu’à un quai sécurisé, où, en compagnie des agents de la police portuaire, ils ont inspecté le bateau, trouvant 1. 539 colis stockés dans différents conteneurs.

En raison de la présence de ces passagers clandestins, il est supposé que ces derniers étaient responsables du chargement de cocaïne chargée sur ce navire qui couvrait la route États-Unis – Carthagène avec pour destination finale, le Maroc.

source

000000