MAURICE 🇲🇺 (Anti-Drug and Smuggling Unit) : le cannabis arrivait de la Réunion 🇫🇷

Un trafic de drogue démantelé dans l’axe Réunion-Maurice. Une embarcation avec quatre personnes à bord a été interceptée en haute mer à Rivière-Noire par les membres de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) dans la journée du jeudi 1er juillet.

Lors de cette opération, environ 70 kg de cannabis ont été saisis, dont la valeur marchande est estimée à Rs 42 millions, mais selon l’ADSU à Rs 108,8 millions, qui se base sur la valeur du gandia local. La brigade antidrogue soupçonne fortement que cette embarcation revenait de l’île de la Réunion.

lire plus

000000

OCÉAN INDIEN (Île Maurice 🇲🇺) : Jeffrey et Gro Samuel arrêtés lors de l’Opération super Cargo

Deux gros bras et des directeurs de sociétés de l’île Maurice ont été interpellés. « Gro Samuel » et « Jeffrey » étaient recherchés depuis 42 jours. Les directeurs de sociétés sont également passés aux aveux. Tous ont participé au trafic de drogues démantelé le 2 mai 2021 révèle Franceinfo

La police a arrêté deux importants membres du réseau Gurroby lors d’une opération lundi soir à Chebel. Jean Prudence, alias Gro Samuel, et Geoffrey Imbe, plus connu sous le sobriquet de Jeffrey, ont en effet été pincés après plus d’un mois de recherche. Ces deux habitants de Baie-du-Tombeau n’avaient plus donné signe de vie depuis le 2 mai, lorsque Rs 3,6 Mds de drogue avaient été saisies sur un terrain occupé par Ritesh Gurroby sur la Club Med Road, à Pointe-aux-Canonniers.

L’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu) soupçonne les deux suspects d’avoir loué un véhicule pour suivre un cortège de véhicules dans lequel se trouvaient Ritesh et Nitiraj (Niresh) Gurroby, le sergent Garry Joumont ainsi que d’autres individus toujours recherchés, pour protéger la cargaison de drogue depuis sa sortie en mer jusqu’au lieu de la « cache ». Très peu d’informations étaient disponibles hier soir quant au sort des deux suspects. Les Casernes centrales évoquaient une détention “in communicado” hier dans la soirée.

Jeffrey et Gro Samuel sont considérés comme étant très proches de Ritesh Gurroby. Leurs noms avaient d’ailleurs été donnés par l’un des suspects il y a quelques semaines. Les deux hommes accompagnent ainsi souvent Ritesh et son autre frère, Nitesh (arrêté par l’Icac), au Champ de Mars pour assister aux courses hippiques. Ces deux suspects feraient partie d’une équipe misant de grosses sommes chez des bookmakers. L’argent serait alors placé dans un sac à dos, qu’ils emportent toujours avec eux.

Plus dans Le Mauricien

000000

MAURICE 🇲🇺 (saisie de 243 kilos d’héroïne et 26 kilos de haschisch) : un autre membre de la famille Gurroby a été arrêté et inculpé de trafic de drogue

La police poursuit son enquête sur la saisie de 243 kilos d’héroïne et 26 kilos de haschisch le 2 mai . Un autre membre de la famille Gurroby a été arrêté.

Il s’agit de Nogesh, neveu de Ritesh Gurroby.

lire plus

000000

MAURICE 🇲🇺 (ADSU) : saisie de 243 kilos d’héroïne et de 26 kilos de haschisch

La brigade antidrogue a saisi 243 kg d’héroïne et 26 kilos de haschich, à bord d’un bateau dans le lagon de Pointe-aux-Canonniers.

000000

MAURICE 🇲🇺 (Baie-du-Tombeau): cocaïne, ecstasy, héroïne, cannabis…et balles perdues

Vendredi 1er janvier, peu avant 22 h 30, des coups de feu éclatent au pied d’un quartier à Baie-du-Tombeau. Des blessés si on en croit les différents témoignages et une nouvelle escalade de la violence dans ce quartier gangrené par le trafic de drogues. « La guerre des gangs », résume les habitants qui évoquent « une lutte de territoires pour un point de deal très lucratif. »

Gros trafiquants et guetteurs

De gros trafiquants se sont installés dans une partie de ce quartier relativement calme devenant un « supermarché de la drogue ». Embauchant au passage des adolescents du quartier pour tenir les rôles de guetteurs. Cocaïne, ecstasy, héroïne, cannabis… Tout y est, et les consommateurs viennent de toute part pour s’approvisionner.

La police déclare pour sa part ne pas être courant de tels incidents.

LIRE

000000

NARCO-BUSINESS: le trafic se déplace, se transforme, s’adapte.

Avec leur bras armé, la DEA (Drug Enforcement Administration), les États-Unis frappent fort…

Mais le trafic se déplace, se transforme, s’adapte. Une nouvelle génération de trafiquants émerge à la fin des années 1970, qui recherche à la fois l’argent et le pouvoir.

Si Pablo Escobar est le plus emblématique de tous,  Totò Riina en Sicile, Khun Sa dans le Triangle d’or, et Félix Gallardo au Mexique ont aussi bouleversé le destin de leur pays et fait exploser le trafic à l’échelle mondiale.

Ils défient les États, menacent les pouvoirs en place.

Il faut près de vingt ans pour que ces derniers s’organisent et fassent tomber les quatre barons de la drogue.

000000

MAURICE: le trafic de drogue fait rage, les autorités dépassées

Le trafic de drogue a atteint un tel niveau à Maurice que « chaque famille mauricienne est directement ou indirectement vulnérable ».

C’est la conclusion d’une commission qui a enquêté dans les milieux du trafic pendant deux ans.
Le juge qui a dirigé cette commission d’enquête, la deuxième dans l’histoire de Maurice sur la drogue, réclame des investigations sur 11 avocats, 8 policiers et 18 gardiens de prison.
Lui et ses collaborateurs ont mis à nu les failles du système de surveillance de répression, révélé les modes de corruption, et appelé à une série de décisions.

SOURCE

http://m.rfi.fr/emission/20181026-maurice-drogue-trafic-enquete-repression-autorites-depassees

000000

DROGUE: la lutte contre la drogue en Afrique, un défi colossal

Publié le 11 octobre par Aviseur international

Par Arnaud Jouve Publié le 16-09-2018 Modifié le 16-09-2018 à 19:43

Pour le secrétariat de l’ONUDC, le constat pour l’Afrique est le suivant : « Le trafic de drogues et d’autres formes de criminalité organisée continuent d’entraver le développement économique et social de nombreuses régions du continent. Cette situation est aggravée par d’autres facteurs tels que les guerres et les conflits internes, les répercussions des soulèvements en Afrique du Nord, les faiblesses du système social et de justice pénale, la corruption, les perspectives limitées qui s’offrent aux jeunes et la disparité des revenus, qui favorisent tous amplement les activités que les groupes criminels organisés mènent dans la région ».

De plus, l’organisation observe que depuis plusieurs années, les pays d’Afrique sont de plus en plus touchés par le développement de routes de la drogue qui la traversent, notamment avec l’itinéraire de la cocaïne depuis l’Amérique latine et la route dite du Sud, de l’opium afghan en direction de l’Afrique de l’Est. A cela, le secrétariat rajoute que sur la base des informations transmises par les gouvernements, « il existe un lien de plus en plus clair entre trafic de drogues et groupes terroristes, notamment en ce qui concerne l’utilisation du produit du commerce illicite de drogues pour financer des activités terroristes ».

Ce bilan global, affiné chaque année, permet à l’ONUDC d’appuyer le Plan d’action de l’Union africaine et de fournir une assistance technique aux pays pour sa mise en œuvre. Un plan d’action basé sur un Programme mondial de contrôle des conteneurs de l’ONUDC et de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) qui a permis la création de services mixtes de contrôle portuaire dans diverses parties de l’Afrique, et sur un projet de communication aéroportuaire (AIRCOP) qui s’est étendue, au-delà de l’Afrique de l’Ouest, à l’Ethiopie, au Kenya et au Mozambique. Cette stratégie préconise aussi en priorité le renforcement de la coopération régionale dans des domaines comme l’échange croissant d’informations dans la région, la lutte contre les flux financiers liés au trafic de drogues et la prévention du détournement des précurseurs utilisés pour fabriquer des drogues.

Pour illustrer cette lutte et comprendre les questions sur lesquelles vont travailler les délégations à la réunion de Dar es Salam, voici quelques observations non exhaustives provenant du dernier rapport de travail 2017 de l’organisation, région par région.

■ L’Afrique de l’Ouest

En Afrique de l’Ouest, la cocaïne est un sujet de préoccupation majeure. Le transport de cette drogue par voie aérienne, favorisé probablement par la hausse du trafic aérien entre l’Amérique du Sud et l’Afrique de l’Ouest, devrait, d’après le rapport, connaitre un important développement au vu de l’augmentation de la consommation dans la région. 1,9 tonne de cocaïne ont été saisies dans le cadre du projet AIRCOP.

Pratiquement le même volume de métamphétamine a été saisi dans la région, principalement sur les aéroports de Lagos (Nigeria) et de Cotonou (Bénin). C’est aussi dans ces mêmes aéroports et celui d’Accra (Ghana) où ont été réalisées les principales prises d’héroïne et de divers opioïdes pharmaceutiques comme le Tramadol de plus en plus consommé, notamment dans le Sahel. C’est aussi sur ces aéroports qu’ont été saisis de nombreux précurseurs qui pourraient indiquer l’existence en Afrique de laboratoires servant à la fabrication de nouvelles substances psychoactives. Les rapports notent qu’environ 65 % des passeurs de drogues arrêtés dans la région étaient des ressortissants du Nigéria.

■ L’Afrique centrale

Les activités de l’ONUDC en Afrique centrale restent fortement limitées par manque de ressources, mais le rapport signale des progrès importants réalisés dans le cadre du projet AIRCOP sur les aéroports de Douala et de Yaoundé au Cameroun avec des saisies de cocaïne (20 kg), de khat (555 kg), de métamphétamine (100 kg), d’amphétamine (27 kg) et de médicaments contrefaits ou illicites (680 kg).

■ L’Afrique de l’Est

Le Programme régional pour l’Afrique de l’Est pour la période 2016-2021 qui s’intitule « Promotion de l’état de droit et de la sécurité humaine » contre la criminalité transnationale organisée et les trafics obtient des résultats intéressants. Il vise en priorité le trafic de drogues, la traite des personnes et le trafic de migrants, les flux financiers illicites et le recours aux réseaux de transport à des fins de trafic, y compris la criminalité maritime.

Par exemple pour la lutte contre le trafic portuaire, le programme de contrôle mondial des containers s’est doté de nouvelles unités qui sont maintenant opérationnelles à Mombasa (Kenya), à Dar es Salaam (Tanzanie) et à Kampala (Ouganda). Les pays partenaires de la lutte contre la route du sud ont réalisé d’importantes saisies de drogues. En Tanzanie, 111 kg et 64 kg d’héroïne ont été interceptés respectivement en octobre et en décembre 2017. En juin 2017, 140 kg de diverses drogues, dont 18kg d’héroïne, ont été saisie à Madagascar et 10 kg d’héroïne au Kenya en mars 2018…

■ L’Afrique australe

Depuis quelques années, l’Afrique australe est devenue une plaque tournante de plus en plus importante du trafic d’opiacés par voie aérienne depuis l’Asie occidentale et la Tanzanie, l’un des principaux pays de transit. Plusieurs affaires concernant l’héroïne ont révélé la présence de trafic entre le Pakistan et les Etats-Unis via l’Afrique australe avec une saisie record en juin 2017 de 963 kg d’héroïne en Afrique du Sud.

Le trafic de cocaïne est également en hausse : en 2017, 480 kg de cocaïne à destination ou en provenance d’Afrique australe ont été saisis dont 207 kg à l’aéroport international de Sao Paulo-Guarulhos au Brésil à destination de Johannesburg en Afrique du Sud.

L’Afrique australe connaît aussi un développement du trafic de métamphétamines. 403kg ont été interceptés entre 2011 et 2017 à destination de l’Afrique australe. Depuis 2018, les cellules de lutte du projet AIRCOP des aéroports de Lagos et Cotonou ont saisi 20kg à destination de Johannesburg (Afrique du Sud) et 34,5 kg à destination de Maputo (Mozambique).

L’Afrique australe a également été touchée par le détournement de précurseurs chimiques (éphédrine) utilisées dans la fabrication de stimulants de type amphétamine.

■ L’Afrique du Nord

Le Programme régional pour les Etats arabes (2016-2021), mené en étroite collaboration avec la Ligue arabe et ses Etats membres, prend en compte les défis auxquels l’Afrique du Nord et le Moyen–Orient sont confrontés. Une région marquée en 2018 par de nombreuses crises avec des conflits qui se poursuivent en Irak, en Libye, en Syrie et au Yémen, qui ont des conséquences néfastes aussi sur les pays voisins.

Sur cette région, l’une des principales préoccupations reste le trafic de cocaïne qui a de plus en plus recours à des moyens maritimes. Une tendance probablement liée, d’après le rapport, à l’augmentation de la fabrication mondiale de chlorhydrate de cocaïne pur ces dernières années. Le Maroc a connu en 2017 un accroissement de 128 % de ses prises de cocaïne par rapport à 2016 avec par exemple en octobre 2017, une saisie de 2,58 tonnes de cocaïne en provenance du Venezuela.

De son côté, l’héroïne afghane continue d’atteindre le Moyen-Orient malgré un nombre croissant de saisies en Afrique du Nord : 34 % d’augmentation de saisies d’héroïne au Maroc entre 2016 et 2017 et 51 % d’augmentation dans la même période en Algérie, mais la plus grosse prise d’héroïne dernièrement interceptée, l’a été à Safaga en Egypte sur le bord de la mer Rouge début 2018.

D’autre part, plusieurs tonnes de Tramadol (essentiellement en provenance d’Inde) à destination de la Libye ont été saisies dans plusieurs pays de la région et confirment le trafic florissant de ce produit en Afrique du Nord.

Au cours des trois dernières années, les saisies de cannabis en Afrique du Nord, particulièrement au Maroc et en Algérie ont sensiblement diminué. Forte baisse également des saisies de cannabis dans les ports européens du fait probablement du renforcement des contrôles depuis les ports d’Afrique du Nord. Par contre, le trafic de résine de cannabis par voie terrestre s’est étendu aux pays du Sahel, avec pour exemple une prise de 72 kg de résine de cannabis au Niger sur un véhicule en provenance du Nigeria qui envisageait de rejoindre la Libye via Agadez (Niger).

Sur cette axe transsaharien, on observe notamment une augmentation du trafic d’amphétamines en provenance d’Afrique de l’Ouest et à destination de l’Europe ou de l’Asie de l’Est.

L’Afrique est aujourd’hui traversée par de multiples routes qui alimentent le trafic international, qui connait une forte augmentation de sa consommation de toutes sorte de drogues et qui s’affirme comme un continent de production avec la multiplication de plantations, de laboratoires de transformation et d’organisation criminelles de plus en plus actifs sur le marché mondial.

SOURCE

00000000000000000000000000000000000000000

LA RÉUNION (Port de Sainte-Rose): les douaniers saisissent pour 1,7 million d’euros de stupéfiants

Vers 1 heure du matin, la douane fait un tour au Port de Sainte-Rose pour y jeter une mission de surveillance de routine. Pas de chance pour trois individus qui s’y trouvent. Les stupéfiants sont encore dans leur voiture et attendent d’être transportés sur un bateau, le « Sweet Love Mama », qui ne va pas tarder à arriver.

À bord, trois Mauriciens qui comptent emporter la marchandise à Maurice.

Finalement, Mike Brasse a été condamné à 8 ans de prison ferme, Corine Clain et Osman Kamil Mohamed à 4 ans, Royce Capdor à 3 ans, Kévin Zettor à 2 ans dont un an avec sursis et Grégory Grondin a été relaxé.

lire: https://www.zinfos974.com/Saisie-record-d-heroine-a-La-Reunion-17-million-d-euros-de-stupefiants-prison-ferme-pour-les-trafiquants_a124050.html

0000000000000000000000000000000000000000000

MAURICE (Trafic de drogue allégué): le propriétaire du Xindix dans de sales draps

L’heure n’est plus à la fête pour Sharris Sumputh. Cet homme de 39 ans, propriétaire de la discothèque Xindix Nite Club, à Curepipe, a été arrêté pour trafic de drogue. Du haschisch, des psychotropes et une somme de Rs 148 100 ont été saisis dans sa chambre d’hôtel de Baie-aux-Tortues, à Balaclava, jeudi.

LIRE la suite: https://www.lexpress.mu/article/325903/trafic-drogue-allegue-proprietaire-xindix-dans-beaux-draps

000000000000000000000000000000

MAURICE: les agents de l’ADSU ont saisi 600 grammes d’héroïne

Un Malgache a été arrêté à sa descente d’avion, dimanche 28 janvier. Il avait en sa possession 600 grammes d’héroïne. La valeur est estimée à Rs 9 millions. Un couple mauricien a aussi été arrêté.

Joycelin Ndowar, âgé de 37 ans, était à bord du vol MK 289 en provenance de Madagascar. Le suspect a été intercepté par les officiers de l’ADSU alors qu’il traversait le «green channel». Il a été interrogé par les limiers de l’ADSU et ses bagages ont été fouillés.

La drogue était dissimulée dans des sacs en plastique dans les manches en métal de son trolley à bagages.

source: Lexpress.mu

000000000000000000000000000000000000

MAURICE (Anti-Drug & Smuggling Unit): 50 arrestations suite à l’opération « crackdown » menée par l’ADSU

Les policiers de l’Anti-Drug & Smuggling Unit (Adsu) ont mené une opération « crackdown » (répression) les journées du mercredi 1er et jeudi 2 novembre, rapporte l’Express de Maurice.

Résultat: cinquante arrestations pour divers délits en rapport avec de la drogue synthétique, du subutex, de la cocaïne ou encore de l’héroïne.

00000000000000000000000000000000000000000000

 

MAURICE: la douane renforce son combat contre la drogue avec drones, caméras CCTV sur le littoral et équipe d’intervention en pleine mer

La douane ne recule devant rien dans la lutte contre le trafic de drogue. Outre les drones, le premier étant opérationnel début décembre, une centaine de caméras seront installées dans les zones côtières dites « à haut risque » et une équipe d’intervention en pleine mer sera constituée.

La douane durcit sa lutte contre le trafic de drogue et autres produits illicites. Une centaine de caméras de haute technologie seront installées dans les quatre points cardinaux du pays. Les caméras, expliquent des sources proches du dossier, « seront placées dans toutes les régions côtières et autres endroits pourvus d’embarcations ». Les régions ciblées sont Le-Morne, Trou-d’eau-Douce, Rivière-Noire et Grand-Baie, entre autres. Le projet s’étalera sur quatre ans.

LIRE la suite

http://defimedia.info/la-douane-renforce-son-combat-contre-la-drogue-drones-cameras-cctv-sur-le-littoral-et-equipe-dintervention-en-pleine-mer

0000000000000000000000000000000000000000000000000

MAURICE: des liens étroits entre des avocats et les milieux de la drogue? 

Maurice connaissent un nouveau rebondissement. Ils s’intéressent désormais aux liens de certains avocats avec les milieux de la drogue. Présidée par un ex-juge réputé intraitable, cette commission s’intéresse pour l’heure à une douzaine d’avocats, dont certains sont députés de la majorité. 

Le déballage ne fait que commencer. 

LIRE la suite 

http://www.rfi.fr/afrique/20170721-maurice-liens-etroits-entre-avocats-milieux-drogue

0000000000000000000000000000000

MAURICE (Saisie de drogue à l’aéroport): un policier interpellé

Il compte une quinzaine d’années de service au Passport and Immigration Office.

Ce policier a été interpellé, lundi 12 juin. Il est soupçonné d’être impliqué dans la saisie d’une importante cargaison d’héroïne à l’aéroport. Peu de temps après l’arrivée du vol MK289 de Madagascar le 11 juin 2017 vers 19h36, les officiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) surveillaient les mouvements des passagers ainsi que du policier âgé de 40 ans. Cet habitant de Rose Belle était de service au comptoir de l’immigration no.27. D’après les caméras de surveillance, vers 19h55, un passager suspect, directeur d’une compagnie de transport à Madagascar, entrait dans les toilettes à côté des comptoirs de l’immigration. Il était muni d’un sac. Deux minutes plus tard, il devait quitter les lieux.

Lire la suite 

https://www.lexpress.mu/article/309597/saisie-drogue-laeroport-un-policier-interpelle

00000000000000000000000000000000000000

MAURICE: 36 présumés trafiquants de drogue arrêtés

L’Escouade régionale mixte de la Mauricie a procédé au démantèlement d’un réseau de distribution et de vente de stupéfiants relié au groupe de motards criminalisés les Deimos Crew, un club-école des Hells Angels, le 31 mai dernier. Plus d’une trentaine de suspects âgés entre 26 et 65 ans, dont Paul Magnan, la présumée tête dirigeante du réseau, ont été arrêtés dans le cadre de cette vaste opération policière. Quelque 200 policiers ont fouillé une trentaine de résidences à Trois-Rivières, Shawinigan, Louiseville, Saint-Alban, Saint-Alexis-des-Monts et à l’ouest de la MRC de Portneuf. Ce qui serait le local des Deimos Crew sur la route 157, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, a lui aussi été perquisitionné.

Lire

http://www.lechodemaskinonge.com/faits-divers/2017/6/5/36-presumes-trafiquants-de-drogue-arretes.html

00000000000000