MAR CARIBE (Armada de Colombia 🇨🇴, autoridades de Estados Unidos 🇺🇸 y de Holanda 🇳🇱) : incautadas 9,7 toneladas de cocaína

Más de 24 millones de dosis de cocaína fueron sacadas de circulación en el mercado ilegal internacional.

En un esfuerzo combinado entre la Armada de Colombia, autoridades de Estados Unidos y de Holanda, se realizaron ocho operaciones en el Mar Caribe donde se logró la incautación de 9,7 toneladas de clorhidrato de cocaína, que serían comercializadas por organizaciones narcotraficantes transnacionales en distintos lugares del mundo.

Estas importantes operaciones desarrolladas por la Armada de Colombia con la Fuerza de Tarea Conjunta Interagencial del Comando Sur de los Estados Unidos – JIAFTS y las Fuerzas Holandesas en el Caribe, permitieron la captura de 15 sujetos de diferentes nacionalidades y evitaron que más de 327 millones de dólares ingresaran a las estructuras financieras y logísticas de estas organizaciones multicrimen.

En el primer despliegue, 5.117 kilogramos de cocaína que tendrían como destino las costas de República Dominicana fueron hallados flotando en aguas jurisdiccionales de Aruba, bajo la modalidad de carga balizada, que consiste en ubicar los estupefacientes en un área previamente establecida en el mar para que, posteriormente, sea recuperada por otra embarcación. La segunda operación, permitió la incautación 586 kilogramos de la misma sustancia, que habría salido en una lancha tripulada por tres sujetos desde el sector de Goleta – Chocó, con la intención de llegar hasta la ciudad de Limón en Costa Rica.

En el marco de esta ofensiva internacional contra el tráfico de drogas ilícitas, cuatro resultados más fueron obtenidos con la interdicción marítima de cuatro lanchas tipo ‘go fast’, que habrían zarpado desde el departamento de La Guajira con destino a República Dominicana. En una de ellas, dos sujetos transportaban más de 452 kilogramos de clorhidrato de cocaína; en la segunda se incautaron 797 kilogramos de este alcaloide y se capturaron cuatro personas; la tercera embarcación tripulada por dos sujetos, transportaba más de 554 kilogramos del estupefaciente y en la última, se encontraron ocultos 630 kilogramos de cocaína.

La séptima operación se desarrolló de forma combinada con la Armada de los Países Bajos en el Caribe, logrando la interdicción de una lancha rápida que transportaba 1.070 kilogramos de clorhidrato de cocaína, distribuidos en 38 costales, y la captura de cuatro sujetos. Finalmente, en el octavo resultado se logró interrumpir el transporte de 500 kilogramos de esta sustancia ilícita al suroeste de Alto Velo – República Dominicana, los cuales fueron recuperados del agua tras haber sido arrojados por la tripulación de una embarcación al percatarse de la presencia de las Unidades navales.

Con estas ocho operaciones, que suman un total de 9.707 kilogramos de clorhidrato de cocaína incautados, se evitó la comercialización de más de 24 millones de dosis en el mercado ilegal internacional.

Así mismo, el trabajo combinado que sostiene la Armada de Colombia con autoridades en diferentes países del mundo, ha permitido que más de 109 toneladas de cocaína hayan sido incautadas por la Fuerza Naval del Caribe en lo corrido del 2022, en el marco de los acuerdos de cooperación internacional.

Estos contundentes resultados obtenidos en el último año representan pérdidas superiores a los 3.700 millones de dólares para las organizaciones narcotraficantes transnacionales que delinquen en el Mar Caribe, evitando aproximadamente 55 mil nuevos adictos, 1.100 muertes por sobredosis, 112 mil emergencias médicas y 71 millones de dólares adicionales en gastos de salud pública.

La Armada de Colombia ratifica su compromiso con el desarrollo de operaciones multilaterales, negando el uso de las vías marítimas para el tráfico de sustancias ilícitas, con el objetivo de mitigar los problemas de seguridad, violencia y salud derivados del flagelo del narcotráfico y sus delitos conexos.

Fuente: prensa – Armada de Colombia 

Inicio

0000000

Publicité

FRANCE 🇫🇷 (Stups) : l’OFAST se déchaîne entre Strasbourg, la Guadeloupe, Dijon, Marseille, Paris, Montpellier et Nice

Lu dans le JDD : l’approvisionnement de coke entre la Guadeloupe et Strasbourg devrait connaître quelques difficultés dans les semaines à venir suite à un coup de filet des deux côtés de l’Atlantique mais pas que…

C’est dans le cadre d’une livraison surveillée que quinze personnes, neuf à Strasbourg et six à Pointe-à-Pitre, ont été placées en garde à vue et qu’environ 180 kilos de cocaïne ont été saisis en Alsace. .

LOGISTIQUE HEXAGONALE

Du coté de Marseille, rien de nouveau sur les méthodes d’approvisionnement via la Belgique, État souverain en matière de cocaïne, qu’utilisaient les importateurs marseillais interpellés mardi et mercredi. Une dizaine d’importations de quelque 50 kilos à chaque voyage auraient été identifiés par les enquêteurs de l’OFAST (PJ) depuis cet été pour une redistribution vers Paris, le Jura, Nice, Montpellier au départ d’un un axe Dijon – Marseille.

Certes, 291 kilos de résine de cannabis ont été saisis et 13 kilos de cocaïne entraînant l’arrestation de vingt-deux personnes, avec pour certains des mises en examen et la case prison, une dizaine de voyages de 50 kilos sont passés permettant l’approvisionnement de 500 kilos de coke pour ce marché en pleine expansion.

En Île de France, deux arrestations et 291 kg de cocaïne saisis

Suite à un tuyau de première, les policiers du 2ème DPJ ont tapé un importateur de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), qui sous couvert d’importer des jus de fruits exotiques par fret aérien, faisait voyager la came cachée sous les bouteilles dans des caisses isothermes.

°°°°°°

L’omni-présent assoiffé de présence médiatique, le citoyen ministre de la place Beauvau, le bien nommé Gérald Darmanin, adresse toutes ses félicitations à Stéphanie Charbonnier pour ces remarquables résultats qui lui permettront , n’en doutons pas, de les utiliser, pour s’ auto-glorifier encore dans cette mascarade guerrière d’une autre époque.

000000

FRANCE 🇫🇷 (DG de la douane – DNRED) : lettre ouverte au valet de plume Michel Baron (2 éme rappel)

Michel Baron

Mon cher Michel

Mon cher administrateur des douanes

Mon cher chef du bureau de la politique du dédouanement

Mon cher menteur

Mon cher tartuffe

Relisant tes écrits, j’ai pu constater que tu étais particulièrement performant dans l’art de la rhétorique mensongère.

Le 10 avril 2020, je t’avais écrit une lettre ouverte, que je t’ai envoyée à nouveau le 21 décembre 2021 mais tes nombreuses occupations ne t’ont pas permis de trouver le temps d’y répondre.

Ce 21 septembre 2022, je te la fais à nouveau parvenir, espérant que cette fois-ci, tu n’auras pas l’attitude d’un de tes prédécesseurs Gérard Schoen qui avait préféré s’enfuir en courant lorsque j’avais cherché à le rencontrer.

J’ai mis quelques photos pour te permettre de reconnaitre tes semblables !

°°°°°°

Ô, mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, constater une fois encore tes savantes manœuvres pour dégager la responsabilité de l’administration des douanes ne m’ont permis que de faire un constat, accablant pour toi, comme pour tes prédécesseurs Elizabeth Melscoet, Thomas Charvet et le gredin Erwan Guilmin : vous êtes des menteurs institutionnels !

Erwan Guilmin

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, sais tu que je ne peux accepter cette infamie savamment distillée par tes écris mensongers. Il m’est insupportable de constater qu’après avoir été encensé puis encouragé à infiltrer et infiltrer encore, tu ne souhaitais que flétrir tant de lauriers amassés. Mes actions qu’avec respect toute la hiérarchie de la DNRED admirait, mes informations précises qui tant de fois ont permis des saisies importantes, tant de fois valorisaient un service… aux actions que tu ne connais même pas ! Tu m’as trahi comme tu as trahi l’honneur de la douane tout entière en déformant sciemment l’action que j’ai menée suite aux volontés ministérielles de Michel Charasse.

Gérard Schoen

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, toi qui occupe un haut rang d’administrateur, comment peux tu l’occuper sans honneur? Tu as préféré emprunter les affabulations de tes prédécesseurs pour m’écarter de toutes réparations. Seras-tu un sprinter comme ce faquin de Gérard Schoen si tu me rencontrais ou préférerais-tu jouer les timides méprisants et dédaigneux, comme le fit Corinne Cleostrate, et t’éloigner sans me regarder ?

Corine Cleostrate

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, relire encore que toutes les turpitudes subies ne seraient la résultante que d’une erreur d’appréciation de ma part sur l’engagement de la douane sur lequel j’étais persuadé pouvoir compter, me trouble. En homme d’honneur que je suis, habitué à la parole donnée, il m’était difficile d’imaginer que tant de bassesses pouvait t’habiter.

Thomas Charvet

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, je te croyais honnête et factuel, n’hésitant pas à t’informer avant de m’emballer dans des écrits totalement infondés. Non, tu n’as rien demandé, te permettant alors de tordre le cou à la vérité des faits.

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, merci de transmettre mes meilleures civilités à ton entourage…douanier. »

Marc Fievet

Plus sur Marc Fievet

——————

François Auvigne

000000

CARAIBES 🇫🇷 (OFAST) : 1328 kg de cocaïne ont été saisis sur un voilier au large de la Martinique 🇲🇶 en fin d’après-midi samedi 10 septembre 2022. Opération réalisée par l’équipage du Dumon d’Urville avec l’appui des garde-côtes des douanes.

Plusieurs organismes de l’État ont travaillé sur cette opération qui a permis de réaliser une saisie record. Sans oublier, une coopération avec les autorités judiciaires espagnoles.

La cocaïne conditionnée dans 47 ballots a été découverte par l’équipage du Dumon d’Urville.  

Les trois membres d’équipage ont été interpellés et conduit à Fort-de-France. La cargaison et le voilier (pavillon espagnol) ont également été ramenés  en Martinique.

Voir la vidéo de l’opération

PLUS

000000

FRANCE 🇫🇷 (port de Marseille) : le chien anti-stupéfiants des douaniers a permis la saisie de plus de 70 kilos de coke en provenance de Martinique 🇲🇶

Le FIGARO nous informe que la brigade des douanes du port de Marseille a saisi mercredi 20 juillet 71,6 kilogrammes de cocaïne dissimulés dans un conteneur en provenance de Martinique, a annoncé dans un communiqué la direction des douanes.

Les agents, alertés par «le marquage» d’un chien anti-stupéfiants, ont découvert dans le conteneur qui renfermait des effets de déménagement 64 pains de cocaïne dans des caches aménagées entre deux canapés«.

Cette découverte fait suite à la mise en place début juillet par les douaniers de Marseille d’un nouveau système de mutualisation d’informations provenant de différents services: l’UCIMAR (unité de ciblage maritime de Marseille), destiné à mieux cibler les conteneurs susceptibles de dissimuler des marchandises frauduleuses.

000000

CARAIBES (OFAST Martinique 🇲🇶 ) : sept Vénézuéliens ont été interpellés en haute mer par la Marine nationale avec à bord de leur embarcation 561 kilos d’herbe de cannabis

Le 24 mai dernier, la frégate de surveillance de la Marine nationale, le Germinal, a repéré en haute mer une yole circulant tous feux éteints et sans pavillon à l’Ouest de la Martinique. Le bateau a été intercepté et les sept vénézuéliens qui se trouvaient à bord ont jeté à la mer des ballots qui se sont révélés contenir 561 kg d’herbe de cannabis.

Les intéressés ont été placés en garde à vue par les enquêteurs de l’office anti-stupéfiants (OFAST) auxquels l’enquête a été confiée par le parquet de la juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Fort de France.

source et plus

000000

DNRED 🇫🇷 (Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières) : un peu de précisions sur ce service de renseignement

C’est un service à compétence nationale rattaché à la Direction générale des douanes et droits indirects qui est chargée de mettre en œuvre, sur l’ensemble du territoire, la politique du renseignement, des contrôles et de la lutte contre la délinquance douanière organisée.

Service de constatation douanière de premier plan visant le haut spectre, la DNRED est également un service de renseignement du premier cercle.

Elle constitue à cet égard une direction originale, forte de sa double culture, dotée de pouvoirs et de moyens d’actions puissants et variés, intervenant dans plusieurs cadres légaux, en constante évolution. Elle doit faire preuve, à ce titre, d’une capacité d’adaptation permanente pour relever les nombreux défis juridiques soulevés à la fois par ses activités opérationnelles classiques de service douanier et son rôle de service du renseignement.

Le droit douanier a connu de fortes évolutions au cours des dernières années marquées par l’élargissement des pouvoirs d’enquête dévolus aux agents des douanes, notamment aux agents de la DNRED et le renforcement de l’encadrement de la mise en œuvre de ces pouvoirs, conditionnée par l’information préalable ou l’autorisation de l’autorité judiciaire.

Le code des douanes permet désormais aux agents de la DNRED, sous le contrôle de l’autorité judiciaire et sous couvert d’habilitations spéciales, de déployer des techniques spéciales d’enquêtes particulièrement utiles en matière de lutte contre la criminalité organisée : livraisons surveillées, infiltrations, surveillances transfrontalières, enquête sous pseudonyme sur le web et le darkweb, coup d’achat, géolocalisation des véhicules et des téléphones, « ouverture-frontière », substitution à l’opérateur de fret postal pour la livraison des colis contenant des marchandises de fraude. Tout au long de l’enquête douanière, les agents doivent anticiper la possible judiciarisation de leurs dossiers, en approchant au plus près d’une procédure purgée de tout risque de nullité et en déployant une stratégie compatible avec les poursuites décidées par l’autorité judiciaire.

Douanier avant tout, l’agent de la DNRED doit donc parfaitement maîtriser les outils juridiques à sa disposition et leur cadre d’utilisation, au code des douanes. Mais l’agent de la DNRED est également un agent appartenant à la communauté du renseignement du premier cercle, ce qui lui confère des obligations, des droits et des pouvoirs.

Issu de la loi du 24 juillet 2015, le droit du renseignement est l’aboutissement d’un long processus de légalisation de ces activités qui a eu la vertu de donner aux services, dont les actions étaient non pas illégales mais plutôt a-légales, une assise juridique et des garanties nécessaires. Ce droit leur permet de mettre en œuvre des techniques de renseignement particulièrement intrusives, sur autorisation du Premier ministre après avis de la commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR).

Depuis 2015, de nombreux textes sont venus compléter ou modifier ce nouveau cadre, dont la loi relative à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement du 30 juillet 2021. Prenant en compte les évolutions technologiques et les jurisprudences européennes et nationales (arrêt CJUE du 6 octobre 2020 dans l’affaire « Quadrature du Net », dans la continuité de l’arrêt CJUE du 21 décembre 2016 dit « Télé2 Sverige » ; Conseil d’État, Assemblée, 21 avril 2021), cette loi crée ou pérennise des techniques de renseignement (interception des communications satellitaires ; utilisation d’algorithme), renforce le contrôle de la CNCTR en donnant à son avis un caractère contraignant, encadre les échanges entre services de renseignement.

Au-delà de ces cadres juridiques propres au métier de la DNRED, les activités de la direction sont soumises à des réglementations de droit commun, telle que la protection des données personnelles ou la commande publique, dans le cadre desquelles les spécificités d’un service d’enquête et de renseignement doivent être prises en compte.


Jusqu’en fin d’année 2021, le conseil et l’expertise juridiques étaient assurés par une magistrate, de l’ordre judiciaire, et par l’agence de poursuites, chargée d’assurer le traitement contentieux et judiciaire des affaires réalisées par les directions d’investigations de la DNRED.

Afin de faire face aux enjeux actuels, mais également d’anticiper et de mesurer l’impact des évolutions normatives sur l’organisation et le fonctionnement de la DNRED, il a été décidé de renforcer la fonction juridique de la direction par le recrutement de deux nouvelles conseillères juridiques, l’une spécialisée sur toutes les questions relatives au renseignement et au droit public général, l’autre en charge de veiller à la sécurisation des investigations.

Conjugué à une protection maximale des agents dans l’exercice de leurs missions, le renforcement de la fonction juridique au sein de la DNRED permet ainsi d’articuler de la meilleure manière possible l’ensemble des capacités d’action des services de la direction, du recueil et de l’exploitation du renseignement jusqu’à la phase opérationnelle, de garantir l’efficacité de l’action de la DNRED dans la lutte contre la criminalité organisée et d’optimiser la réponse pénale de l’autorité judiciaire.

Depuis avril 2021, c’est Florian Colas qui est le directeur

source

000000

Le 23 mars 2022, France Culture, dans l’émission « LES PIEDS SUR TERRE » a laissé la parole à Marc Fievet, AKA « NS 55 DNRED » , qualifié de spectre du service de la DNRED, par Emmanuel Fansten dans un article de Libération

Marc Fievet en 1987 à Gibraltar à bord du M/Y Astéride

00000000

MARTINIQUE 🇫🇷 (Échelon DNRED – Fort de France) : saisie de 1184 kg de cocaïne par les services garde-côtes douaniers de Martinique

Dans la nuit du 17 au 18 janvier 2021, sur la base de renseignements reçus par le service, les services garde-côtes douaniers de Martinique ont procédé dans la nuit du 17 au 18 janvier au contrôle et à l’arraisonnement de deux voiliers au mouillage dans la baie du Marin, l’un battant pavillon du Panama et l’autre pavillon espagnol.

Olivier Dussopt a déclaré :

« Les trafics de stupéfiants sont un fléau pour la sécurité et la santé des Français. Cette nouvelle saisie exceptionnelle montre le rôle actif et complémentaire des différents services de la douane dans la sécurisation des flux. Je sais pouvoir compter sur leurs compétences et leur mobilisation quotidienne pour ne pas laisser le champ libre aux réseaux criminels et protéger notre territoire et nos concitoyens« .

source

000000

MARTINIQUE 🇲🇶 (DNRED) : plus d’une tonne de coke saisie à la marina du Marin

Les garde-côtes ont intercepté deux voiliers, un ketch et un sloop, et les ont ramenés dans la marina du Marin.

Les douaniers les ont fouillés et … ont trouvé plus d’une tonne de cocaïne.

Sous escorte de gendarmes bien armés, la cargaison de coke et les équipages des voiliers ont été livrés à l’OFAST caraïbes.

0000

PLUS

000000

FRANCE 🇫🇷 (DG de la douane – DNRED) : lettre ouverte au valet de plume Michel Baron

Michel Baron

Mon cher Michel

Mon cher administrateur des douanes

Mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses

Mon cher menteur

Mon cher tartuffe

Relisant tes écrits, j’ai pu constater que tu étais particulièrement performant dans l’art de la rhétorique mensongère.

Le 10 avril 2020, je t’avais écrit une lettre ouverte, mais tes nombreuses occupations ne t’ont pas permis de trouver le temps d’y répondre.

Je te la fais à nouveau parvenir, espérant que cette fois-ci, tu n’auras pas l’attitude d’un de tes prédécesseurs Gérard Schoen qui avait préféré s’enfuir en courant lorsque j’avais cherché à le rencontrer.

J’ai mis quelques photos pour te permettre de reconnaitre tes semblables !

°°°°°°

Ô, mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, constater une fois encore tes savantes manœuvres pour dégager la responsabilité de l’administration des douanes ne m’ont permis que de faire un constat, accablant pour toi, comme pour tes prédécesseurs Elizabeth Melscoet, Thomas Charvet et le gredin Erwan Guilmin : vous êtes des menteurs institutionnels !

Erwan Guilmin

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, sais tu que je ne peux accepter cette infamie savamment distillée par tes écris mensongers. Il m’est insupportable de constater qu’après avoir été encensé puis encouragé à infiltrer et infiltrer encore, tu ne souhaitais que flétrir tant de lauriers amassés. Mes actions qu’avec respect toute la hiérarchie de la DNRED admirait, mes informations précises qui tant de fois ont permis des saisies importantes, tant de fois valorisaient un service… aux actions que tu ne connais même pas ! Tu m’as trahi comme tu as trahi l’honneur de la douane tout entière en deformant sciemment l’action que j’ai menée suite aux volontés ministérielles de Michel Charasse.

Gérard Schoen

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, toi qui occupe un haut rang d’administrateur, comment peux tu l’occuper sans honneur? Tu as préféré emprunter les affabulations de tes prédécesseurs pour m’écarter de toutes réparations. Seras-tu un sprinter comme ce faquin de Gérard Schoen si tu me rencontrais ou préférerais-tu jouer les timides méprisants et dédaigneux, comme le fit Corinne Cleostrate, et t’éloigner sans me regarder ?

Corine Cleostrate

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, relire encore que toutes les turpitudes subies ne seraient la résultante que d’une erreur d’appréciation de ma part sur l’engagement de la douane sur lequel j’étais persuadé pouvoir compter, me trouble. En homme d’honneur que je suis, habitué à la parole donnée, il m’était difficile d’imaginer que tant de bassesses pouvait t’habiter.

Thomas Charvet

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, je te croyais honnête et factuel, n’hésitant pas à t’informer avant de m’emballer dans des écrits totalement infondés. Non, tu n’as rien demandé, te permettant alors de tordre le cou à la vérité des faits.

Mon cher Michel, mon cher administrateur des douanes, mon cher responsable des affaires juridiques et contentieuses, mon cher menteur, mon cher tartuffe, merci de transmettre mes meilleures civilités à ton entourage…douanier. »

Marc Fievet

——————

François Auvigne

000000

MARTINIQUE 🇲🇶 (OFAST Caraïbes) : 6 personnes présentées à un juge d’instruction après la saisie d’une tonne 400 de coke

Six personnes dont certaines seraient connues de la justice, ont été interpellées jeudi dernier (9 décembre 2021) par les hommes de l’OFAST (Office anti-stupéfiant) dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par le parquet de Fort-de-France.

Plus d’une tonne de cocaïne ainsi que de la résine de cannabis, des véhicules, de l’argent en espèces, des armes à feu et des munitions auraient été saisis.

Lire

0000

MARTINIQUE 🇲🇶 (Pointe Borgnèse au Marin) : des gabelous en planque ont été visés par des tirs

Ils ont été pris pour cible vendredi 29 octobre, lors d’un débarquement de drogue à la Pointe Borgnèse au Marin.

Les douaniers ont réussi à mettre les trafiquants en fuite.
lls auraient saisi de la drogue, une yole et également cinq motos abandonnées sur place.

source

000000

FRANCE 🇫🇷 (OFAST Caraïbes) : expédiée au départ de Martinique 🇲🇶 , la tonne de coke était arrivée par conteneur au port du Havre

La marchandise avait été saisie sur le port du Havre, dans l’un des conteneur de la société du chef d’entreprise incriminé aujourd’hui.

Toujours selon des sources proches de l’enquête, des intervenants extérieurs, vraisemblablement de présumés trafiquants originaire de Martinique et d’Amérique Latine seraient impliqués dans l’affaire.

Auraient-ils forcé la main du jeune chef d’entreprise ?

C’est l’une des questions que se posent les enquêteurs.

La Martinique étant comme souvent, utilisée comme l’un des territoires rebond à l’instar de Saint-Vincent, Sainte-Lucie, pour faire transiter la drogue produite en Amérique du Sud vers l’Europe.

L’enquête est pilotée par l’OFAST de Nanterre, en région parisienne, avec le soutien de l’OFAST Caraïbe basé au Fort Saint-Louis.

A noter que le petit frère du chef d’entreprise interpellé lui aussi, a été remis en liberté hier. À ce stade de l’enquête, rien ne lui aurait été reproché.

PLUS

OFAST Caraïbe

000000

OFAST Martinique 🇲🇶 : deux entrepreneurs martiniquais interpellés

C’est après la découverte de cocaïne sur le port du Havre dans un conteneur en provenance de Martinique que la JIRS de Paris a sollicité l’OFAST de Martinique.

Les magistrats et les enquêteurs ce sont intéressés à deux frères, jeunes chefs d’entreprise martiniquais, qui ont lancé une petite affaire il y a 5 ans environ. Une affaire fructueuse avec un produit exportable.

Reste à savoir maintenant pourquoi la marchandise a été retrouvée dans l’un des conteneurs de cette société. Les enquêteurs ont mis en place mardi une opération qui a permis d’interpeller les deux frères.

Lire

0000