SANTO DOMINGO 🇩🇴 (aéroport international de Cibao) : les cigares étaient farcis à la cocaïne

Au total, 335 emballages vraisemblablement de cocaïne, camouflés dans des cigares, ont été saisis à l’aéroport international de Cibao, à la suite d’une opération menée par la Direction nationale de contrôle des drogues (DNCD) avec l’appui du Corps spécialisé de sécurité aéroportuaire et sous la coordination du ministère.

La cargaison repérée dans plusieurs boîtes dans la zone de cargaison du terminal avec un poids préliminaire de 4,51 kilos devait etre expédiée à Miami, aux États-Unis.

Deux hommes de nationalité dominicaine qui se sont présentés à l’aéroport avec l’intention d’envoyer les paquets de tabac ont été arrêtés dans l’affaire.

Dans un communiqué de presse, il est expliqué que la substance était recouverte de papier carbone, pour empêcher les rayons X de découvrir le contenu à l’intérieur.

source

000000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 (secteur Arroyo Hondo Tercero) : saisie de 169 paquets de cocaïne par la DCND

Des agents de la DNCD ont intercepté le chauffeur d’une camionnette dans le Residencial Villa Isabel dans le secteur Arroyo Hondo Tercero.

Les autorités ont saisi 169 colis, vraisemblablement de la cocaïne, lors d’une opération de surveillance et de contrôle dans le secteur Arroyo Hondo du district national.

source

000000

 

FRANCE 🇫🇷 (Air cocaïne) : Nicolas Pisapia et Alain Castany, les deux « passagers » du jet privé refusent de parler au procès en appel

Les deux passagers du jet privé​ chargé de près de 700 kg de drogue découverte à Punta Cana ont refusé de s’exprimer au procès en appel des deux pilotes et de 4 co-accusés, au grand dam de la défense qui les considère comme des maillons centraux de l’affaire «Air Cocaïne».

source

000000

FRANCE 🇫🇷 (Air Cocaïne) : marché de dupes pour petites cervelles

De décrochage en vrille engagée, Frank Colin est un voltigeur de qualité !

Aura- t -il réussi à convaincre la cour d’assise d’appel des Bouches du Rhône ? Rien n’est moins sûr à entendre les divers réactions des magistrats.

On en apprend des choses en deuxième instance, a lancé la présidente Annick Corona, en haussant les épaules.

Vous êtes passionnant, « inattendu », a ironisé de son côté l’avocat général, Pierre Cortes, avouant avoir un peu de mal avec la situation.

Même les avocats de la défense ont fait part de leurs doutes sur sa crédibilité : Dire que vous avez souvent varié (de versions), c’est un euphémisme, a lancé Flora Gavuzzo, avocate de Michel Ristic, soupçonné d’être un employé du commanditaire.

Comment on fait le tri entre ce qui est vrai ou pas ?, a renchéri Me Ménya Arab Tigrine, avocate d’Ali Bouchareb.

Franck Colin a aussi affirmé vendredi que l’un des trois vols suspects de ce dossier, ayant atterri à l’aéroport de la Môle Saint-Tropez était un vol test et que les valises qu’il transportait, décrites par plusieurs personnes comme lourdes et boueuses, étaient en fait chargées de terre. Pour ramener de la terre dans des valises, 230 000 € (le coût présumé du vol, ndlr), ça fait beaucoup, l’a repris l’avocat général.

source

000000

CARAÏBES (République Dominicaine 🇩🇴): interception d’un go-fast lesté de 550 kilos de cocaïne par la frégate « Le Ventôse »

La frégate française  « Le Ventôse » qui traversait la côte caraïbe de la République dominicaine a intercepté un hors-bord avec 2 Dominicains selon la Direction nationale de contrôle des drogues (DNCD).

source

La frégate de surveillance « Le Ventôse » a arraisonné un go-fast sans nationalité au sud de la République Dominicaine dans la nuit du 16 au 17 juin 2021. L’embarcation contenait 17 ballots de cocaïne pour un poids total estimé à 550 kilos. Ses deux membres d’équipage ont été appréhendés.

plus

000000

FRANCE 🇫🇷 : ce que vous n’apprendrez pas en allant au musée de la Douane française à Bordeaux

COLOMBIA 🇨🇴 : 15 toneladas de cocaína y 30 capturados dejan operativos entre Colombia y autoridades extranjeras

La Policía Antinarcóticos indicó que hubo cooperación entre Perú 🇵🇪 , Ecuador 🇪🇨 , Chile 🇨🇱 , República Dominicana 🇩🇴  y Estados Unidos 🇺🇸 .

En un primer operativo se logró la captura de tres personas de nacionalidad nicaragüense y costarricense, los cuales conformaban una organización al servicio del narcotráfico, momentos en que transportaban en una lancha rápida 1.639 Kilogramos de marihuana en aguas internacionales, cerca de las fronteras de Panamá y Costa Rica. Las investigaciones indican que este cargamento había salido desde el corregimiento de Sinja en el departamento del Cauca con destino a Costa Rica.

En el segundo operativo se dio a 176 millas náuticas al oeste del río Patía,  se logró interceptar 1.660 kilogramos de clorhidrato de cocaína.

En un tercer operativo,  incautación de 1.600 kilos de clorhidrato de cocaína.

En un cuarto operativo, lograron interceptar la embarcación con 1.822 kilogramos de clorhidrato de cocaína.

leer

CARAÏBES (Saint Martin 🇫🇷) : « opération Dîner à Paris »

source

°°°°

Dans un communiqué publié samedi, Aymeric Chauprade (@a_chauprade) / Twitter s’interroge et suspecte son chef de mission : « Naudin avait-il prévu de faire « porter le chapeau » aux acteurs qu’un engagement politique marqué allait inévitablement désigner comme des coupables parfaits ? »
Paranoïa ? Lucidité ? Chauprade n’en dira pas plus. Et c’est dommage.

L’hypothèse d’une deuxième équipe

Depuis le début de cette affaire, une ombre plane. Celle des services secrets français. Beaucoup d’interrogations restent en suspens. En contactant Christophe Naudin qui, lui, ne se cache plus sa proximité avec les services, l’ex-député était-il en mission commandée par le Renseignement français ? Quels sont ses liens avec la DGSE ? D’où viennent les 100 000 euros dépensés pour l’exfiltration ainsi que l’achat de matériel sophistiqué ? Des agents de la DGSE ont-ils participé à l’opération « Dîner à Paris » ?
Pour Christophe Naudin il apparait comme une évidence que non seulement les services français étaient au courant de l’opération mais qui plus est la couvrait, en accord avec les services Américains.
Par ailleurs, selon nos informations, il y aurait eu une deuxième équipe déployée pour mener à bien la même opération. Une pratique assez fréquente selon les spécialistes du Renseignement interrogés par nos soins. Qui l’a dirigé ? De qui était-elle composée ? Le mystère est entier. Ce que l’on sait c’est que des téléphones par satellite, des iridiums, avait été livrés aux pilotes bien avant leur ultime escapade. Christophe Naudin nous a affirmé ne pas en avoir été informé.
Et puis au fond pourquoi la DGSE s’intéressait elle tellement à ces deux pilotes ? Ce sont d’anciens militaires de l’Aero Navale. L’un d’entre eux, Bruno Odos, fut même habilité pour l’arme nucléaire. Enfin : pourquoi et comment se sont-ils retrouvés mêlés à cette affaire de stupéfiants ?

Dans un livre, Christophe Naudin, l’homme qui avait réussi à exfiltrer les deux hommes de République Dominicaine raconte ce qu’il a vécu. C’est lui qui a dirigé l’Opération. Même si de nombreuses zones d’ombre demeurent, on en sait un peu plus aujourd’hui.

FRANCE 🇫🇷 (Affaire Air Cocaïne) : Ali Bouchareb est–il un commanditaire trop vite désigné ?

Spectaculaire et rocambolesque, « Air Cocaïne » est l’une des affaires de drogue les plus marquantes de la dernière décennie.

Ali Bouchareb a été condamné en première instance à dix-huit ans de prison en tant que commanditaire du réseau. À quelques jours de son procès en appel, il dénonce une injustice.

Lire plus

0000

ESTADOS UNIDOS 🇺🇸 (Miami) : fue detenido al llegar en el aeropuerto de Miami, el diputado del PRM por Santiago, Miguel Gutiérrez Díaz, alegadamente bajo cargos de narcotráfico internacional de drogas

La DEA (Administración de Control de Drogas de los Estados Unidos) y la Fiscalía Federal del Distrito Sur de Florida en coordinación con la Dirección Nacional de Control de Drogas (DNCD y la Procuraduría General de la República, detuvieron a un legislador dominicano en el aeropuerto de Miami con una orden de arresto de los Estados Unidos por asuntos de tráfico internacional de drogas, de acuerdo con un parte de prensa de la DNCD.

El diputado del Partido Revolucionario Moderno (PRM) Miguel Gutiérrez Díaz fue arrestado cuando llegaba en un vuelo comercial desde República Dominicana a la terminal de Miami y fue detenido de inmediato por las autoridades estadounidenses para que responda por las acusaciones en su contra.

fuente y mas

mas

000000

CARIBE CENTRO-AMERICANO 🇨🇴 🇭🇳 🇨🇷 🇩🇴 🇺🇸 : Incautadas cerca de seis toneladas de clorhidrato de cocaína en operaciones Internacionales

En desarrollo de siete operaciones militares sostenidas contra el narcotráfico, adelantadas con información de valor suministrada por la Armada de Colombia a las autoridades de Honduras, Costa Rica, República Dominicana y Estados Unidos, el fin de semana se logró la incautación de 5.844 kilogramos de clorhidrato de cocaína en el Caribe centroamericano.

En la primera operación, uniformados de la Fuerza Naval de Honduras, guiados con información naval colombiana llegaron hasta el sector Barra de Río Miel, en la región de Colón, donde ubicaron una caleta con 76 costales negros, los cuales almacenaban 1.675 kilogramos de clorhidrato de cocaína.

La segunda incautación, también en Honduras, se dio cuando autoridades de ese país efectuaron la interdicción de una aeronave tipo CESSNA y una embarcación tipo artesanal, a nueve millas náuticas al sur de Brus Laguna, del departamento Gracias a Dios, en donde fueron incautados 12 bultos los cuales contenían 272 kilogramos de sustancia ilícita.

Adicionalmente, unidades de Guardacostas de Estados Unidos lograron interdictar una lancha de bajo perfil o semisumergible transportando 2.501 kilogramos de estupefacientes. Se presume que la embarcación habría salido desde el departamento de La Guajira y tenía como destino Centroamérica.

Otros tres resultados más se dieron en aguas de República Dominicana, en donde uniformados de la Armada y la Dirección Nacional de Control de Drogas de ese país, lograron interdictar tres motonaves tipo Go Fast, una transportando 315 kilogramos de estupefacientes y las otras dos llevando ocultas en los espacios modificados de sus estructuras 320 y 115 kilogramos de clorhidrato de cocaína, respectivamente.

El último evento se dio igualmente gracias a información de valor naval colombiana y a la oportuna reacción de las autoridades costarricenses, quienes lograron detectar una motonave sospechosa navegando por aguas cercanas al Parque Nacional Tortuguero, ubicado en el distrito de Colorado, Limón. La embarcación que, al notar la presencia de los uniformados, terminó emplayada en la costa, transportaba 646 kilogramos de clorhidrato de cocaína.

Con estas incautaciones propinadas gracias al trabajo coordinado entre países de la región, se logró evitar que más de 198 millones de dólares ingresaran a las estructuras financieras de las organizaciones narcotraficantes.

Fuente: prensa – Armada de Colombia 

000000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 : saisie de 615 paquets de cocaïne en 2 opérations maritimes

Saint-Domingue, 11 avril – Les autorités ont saisi 615 colis de cocaïne, dans le cadre de deux opérations déployées sur les côtes de San Pedro de Macorís et d’Azua.

Lors d’une première opération, un bateau a été intercepté à une dizaine de milles marins au sud de la côte de San Pedro. Après être monté à bord du bateau, 13 sacs contenant 315 paquets de coke ont été saisis et deux Dominicains ont été arrêtés.

Dans une seconde intervention, la DNCD et la Marine ont surpris l’équipage d’un bateau qui tentait de débarquer 10 sacs contenant 300 colis de cocaïne, au large des côtes de la province d’Azua.

Au cours de l’opération, deux dominicains ont été arrêtés et un fusil de marque Colt, calibre 5.56, un GPS, quatre téléphones portables ont été saisis.

SOURCE

000000

FRANCE 🇫🇷 (Douane française) : retour sur l’affaire Fievet – NS 55 DNRED

Madame la directrice générale de la Douane française Isabelle Braun-Lemaire sera-t-elle comme son prédécesseur lointain l’énarque – IGF François Auvigne et tous ses successeurs qui ont refusé d’assumer les engagements pris par l’administration qu’elle dirige ?

——

 

En France, dans la bibliothèque du Sénat

Elise Lucet :
Invité de Pièces à conviction, Michel Charasse, bonsoir…

Michel Charasse :
Bonsoir.
Elise Lucet :
Vous êtes l’ancien ministre du budget de 1988 à 1992 et sénateur du Puy de dôme, c’est la raison pour laquelle, nous sommes exceptionnellement au Sénat pour réaliser cet interview…Euh, vous ne souhaitez pas parler de, de l’affaire Marc Fievet…Est-ce que je peux vous demander quels étaient vos rapports, lorsque vous étiez ministre du budget avec ces aviseurs, je crois que vous avez souhaité les rencontrer, pourquoi ?
Michel Charasse : Lorsque je suis arrivé au ministère du budget en mai…juin 88 , l’administration des douanes  dont l’une des fonctions importantes est de lutter contre tous les trafics …de drogue, d’argent,  euh, contre-façon..etc. prenaient par an à peu près 5 tonnes de drogue. Lorsque j’ai quitté le ministère le 2 octobre 1992, nous étions à 35 tonnes par an. C’est à dire multiplier par 5, par 7 pardon…
Elise Lucet : Ouais !
Michel Charasse : En, en un peu plus de quatre ans………..Vous pensez bien que tout ceci a nécessité une organisation
Elise Lucet :Honhon !
Michel Charasse : Ou une réu.. Ou .une réorganisation….Bien entendu ce n’est pas moi qui est tout inventé, mais j’ai donné à la douane beaucoup de moyens…avec l’argent du contribuable, pour en faire une véritable arme contre les trafiquants et notamment les trafiquants de drogues
Elise Lucet : Et parmi ces armes, il y avait les aviseurs
Michel Charasse : Et parmi ces armes il y avait la collecte de renseignement et dans l’ensemble des renseignements, il y avait bien entendu les renseignements fournis par les aviseurs…
Elise Lucet : Beaucoup ?
Michel Charasse :  Des aviseurs plus nombreux, mieux organisés, des relais mieux organisés par l’intermédiaire des , des, des correspondants que la douane pouvait avoir à l’étranger sous couverture planquée ou officielle, attachés douaniers dans les ambassades etc. etc…Donc bien entendu, on a dû beaucoup, enfin beaucoup a été dû aux renseignements
Elise Lucet : Ouais !
Michel Charasse : Et c’est d’ailleursparce que l’affaire a pris une ampleur importante pendant le temps où j’étais au ministère, en  particulier avec la technique de ce que l’on appelle les livraisons contrôlées, c’est à dire l’infiltration de nos aviseurs ou quelques fois de douaniers d’ ailleurs, dans les réseaux de drogue
Elise Lucet : Ouais !
Michel Charasse :  Et de fonctionnaires donc, de la douane, dans les réseaux de drogue..Euh, qui a conduit à…  justement un incident grave. ..Euh…entre 90 et 92, qui s’est retrouvé devant le tribunal de Dijon, puisqu’à l’époque la législation française n’autorisait pas la livraison contrôlée,…le code pénal
Elise Lucet : Vous parlez des quatre douaniers qui ont été incarcérés.
Michel Charasse : Voilà, donc il y a eu l’affaire de Dijon  et ces douaniers ont failli être condamné et ..euh, ils ne l’ont pas été que parce que d’une part j’ai fait voter la légalisation des livraisons contrôlées….Comme je l’ai déclaré un jour, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre,
Elise Lucet : Oui
Miche Charasse : Quand on fait la guerre on fait la guerre…
Elise Lucet : Ouais…
Michel Charasse :On ne fait pas la guerre avec le, avec le code pénal dans la poche ou avec des prières ou la bible ou le portrait de Mahomet.
Elise Lucet ; Donc si on veut coincer des trafiquants, il faut utiliser leurs méthodes !
Miche Charasse : Donc, très bien euh…Il faut utiliser leurs méthodes, il faut aller les chercher là où ils sont.
Elise Lucet : Honhon.
Michel Charasse : Vous savez ce sont des tueurs, je parle pas du petit, du petit merdeux, du petit dealer, du pauvre gamin…
Elise Lucet : Non, non, on parle des Locatelli, des gens comme ceux qu’on a vu dans le reportage.
Michel Charasse : Etc… je parle, voilà, des gros. Ce sont des tueurs ! Par conséquent, on va pas attraper les tueurs en leur récitant des cantiques.
Elise Lucet : Alors, on en vient à la situation actuelle, si vous le voulez bien…
Michel Charasse : On tire d’abord et on discute après……………………….
Elise Lucet :……………….Euh, on va en venir à la situation actuelle si vous le voulez bien…
Michel Charasse : J’ai sur ce plan là, quand on a affaire à des tueurs, une notion  de l’Etat de droit qui est assez flexible…
Elise Lucet :.Michel Charasse, pour terminer, on a bien compris que vous ne vouliez pas parler du dossier de Fievet, mais est-ce qu’il y a en France … des aviseurs de la douane et là je parle pas forcément du moment où vous, vous y étiez, qu’on a laissé tomber…
Michel Charasse : ……………..A mon époque, je n’ai pas entendu dire qu’on avait laissé tomber qui que ce soit…
Elise Lucet : Donc, on laisse pas tomber les aviseurs ?
Michel Charasse :………Mais, on laisse tomber personne …Il faut laisser tomber personne. Lorsque vous êtes  engagé dans une bataille….Euh, et ben…Euh…Euh, vous faites le nécessaire pour sauver tous vos soldats…
Elise Lucet : C’est pas ce que Fievet a l’air de penser…
Michel Charasse : (6 secondes de silence).Chacun pense ce qu’il veut, moi je vous dis simplement que quand on voit les résultats qu’on voit, il faut bien que…euh, l’administration des douanes soit soutenue par son ministre et qu’elle soutienne tous ceux qui collaborent, fonctionnaires ou non à ses activités.
Elise Lucet : Michel Charasse, merci d’avoir répondu à nos questions.

La preuve par l’image:

Quelques années plus tard:


000000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 (Aéroport de Punta Cana): saisie de 65 kilos de coke parmi des légumes destinés au Canada

Saint-Domingue, 1er mars (EFE) .- Les autorités ont saisi à l’aéroport de Punta Cana plus de 65 kilos de cocaïne camouflés dans une cargaison de légumes à destination de Toronto, Canada, et ont détenu deux personnes liées à cette expédition, a rapporté ce lundi la Direction nationale du contrôle des drogues (DNCD).
Des membres de l’entité antidrogue ainsi que des agents du Corps spécialisé de sécurité aéroportuaire (Cesac) et sous la coordination du ministère public, ont supervisé la zone de chargement du terminal lorsqu’une unité canine a alerté sur la présence de substances étrangères dans plusieurs boîtes remplies de piments, d’avocats, de pain et de mangue.

SOURCE

000000

MEXIQUE 🇲🇽 (Quintana Roo): de paradis pour touristes à zone d’atterrissage des narcos

Au cours des derniers mois, l’État de Quintana Roo, dans les Caraïbes mexicaines, est passé du statut de zone touristique à  nouveau couloir de la drogue dans le pays.

Le dernier des événements qui en donne la preuve a eu lieu le 5 février lorsque divers médias ont souligné qu’un avion de type Cessna, prétendument utilisé par le crime organisé pour transporter de la drogue, avait été retrouvé partiellement incinéré après son atterrissage dans la communauté de Nuevo Tabasco, près de la frontière des états de Quintana Roo et Campeche.

2020 a également permis de constater ce type d’événements. En octobre, le président Andrés Manuel López Obrador a confirmé lors d’une de ses habituelles conférences de presse du matin qu’un avion transportant 1,5 tonne de cocaïne avait atterri à l’aéroport de Chetumal. En juillet, un avion s’est crashé sur un tronçon d’autoroute dans le sud de Quintana Roo, et une fois au sol, il a commencé à prendre feu; il aurait transporté un peu plus d’une tonne de cocaïne d’Amérique du Sud. Et en janvier, les autorités ont intercepté un avion piloté par deux citoyens boliviens voyageant d’Argentine vers l’île de Cozumel, à qui ils ont saisi une tonne de cocaïne.

Il convient de noter que la plupart de ces équipages ont réussi à échapper à la capture, bien qu’ils aient été localisés et poursuivis par les autorités mexicaines. Le site spécialisé dans les questions de sécurité au niveau mondial, InSight Crime, a publié une analyse de la situation dans laquelle il indique que les vols illégaux qui débarquent dans l’État de Quintana Roo ont largement transporté des cargaisons considérables de cocaïne en raison de la production record de drogue qui s’est produite dans des pays comme la Colombie, la Bolivie et le Pérou. Puis ils ont fait le décompte des vols de ce type qui ont été surpris dans l’État des Caraïbes: un en 2021; huit avions liés au trafic de drogue en 2020; 14 de plus en 2019. Citant l’agence de presse Quadratín, ils soulignent également que le système de surveillance aérienne du Mexique, contrôlé par l’armée de l’air nationale, rapporte en moyenne trois vols irréguliers effectués dans les limites de l’État par semaine. «Bien que la cocaïne soit passée par Quintana Roo depuis des décennies, l’analyste de sécurité Alejandro Hope a déclaré à InSight Crime qu’un plus grand nombre de vols avec de la drogue atterrissant dans l’État ces dernières années pourrait être dû au resserrement de la frontière terrestre entre le Mexique et les états de l’Amérique centrale, ainsi que la pression de l’ancien président américain Donald Trump sur le gouvernement mexicain pour qu’il agisse à cet égard », souligne le texte.

Jet abandonné sur une piste clandestine

Ainsi, selon Hope, la plupart des stups qui sont transportés avec succès depuis Quintana Roo atteignent leur destination finale: les États-Unis.

D’autres sont envoyés en Europe ou restent au Mexique pour la consommation nationale. L’analyste a ajouté que ceux qui reçoivent de la cocaïne à Quintana Roo peuvent être liés au CJNG (Jalisco Nueva Generación Cartel).

Les stups peuvent également être collectés par les membres résiduels du cartel du Golfe et de Los Zetas, qui sont connus pour opérer dans l’État, indique le rapport.

L’analyse du site spécialisé dans le trafic de drogue et la sécurité rappelle que, comme ils l’ont enregistré, Quintana Roo a récemment connu une recrudescence de la violence liée au crime organisé, menée par des cartels indépendants qui luttent pour le contrôle des points de distribution de drogue dans ce secteur.

SOURCE

000000

PUERTO RICO 🇺🇸 (Port de San Juan): les 82 kilos de cocaïne saisis par les douaniers étaient dans des sacs à dos

Les douaniers (CBP) ont saisi 82 ​​kilos de cocaïne dans des sacs à dos à bord d’un cargo à San Juan en provenance de la République dominicaine.

La drogue se trouvait à bord du cargo «M / V Molly Schulte» qui est arrivé au port de San Juan en provenance de Caucedo, République dominicaine.

000000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 (Oviedo): un muerto al estrellarse aeronave cargada de droga en Pedernales

Una avioneta cargada de drogas se estrelló la madrugada de hoy en la provincia de Pedernales próximo a Oviedo

La Dirección Nacional de Control de Drogas (DNCD) reveló a EL DÍA, que dicha aeronave, cuyos datos no fueron ofrecidos, habría sido detectada por los organismos de seguridad del Estado al penetrar a territorio dominicano.

La avioneta quedó totalmente calcinada y próximo al lugar se logró recuperar siete paquetes presumiblemente de cocaína.

leer mas

000000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 (Puerto Caucedo): incautan 1.145 paquetes de cocaína,

Santo Domingo.- La Dirección Nacional de Control de Drogas (DNCD) con apoyo de las Fuerzas Armadas, agencias de Inteligencia, miembros de la Seguridad Militar del Puerto Multimodal Caucedo se incautaron de 1.145 paquetes de cocaína, en un operativo de inspección realizado en la referida terminal portuaria.

Los agentes de la DNCD, efectivos militares, fiscales y unidades caninas, perfilaron decenas de contenedores que llegaron al país procedente de Centroamérica y tras una exhaustiva revisión se encontraron en su interior 38 bultos conteniendo los paquetes de la sustancia.

000000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 (DNCD): saisie d’une tonne 700 de cocaine

Entre le 16 septembre et le 17 octobre 2020, ils ont saisi plus de 1,7 t de cocaïne, lors de quatre interventions menées par la Direction nationale du contrôle des drogues (DNCD), avec le soutien de la marine et de l’armée dominicaines.

Les forces de sécurité de la République dominicaine ont intensifié leurs opérations pour arrêter des organisations criminelles transnationales.

Le 17 octobre, dans le port multimodal de Caucedo, dans la municipalité de Boca Chica, des agents de la DNCD inspectaient les expéditions qui partiraient à Porto Rico et en Europe. Pour intervenir dans un camion, ils ont échangé des coups de feu avec deux personnes dans le véhicule, où les policiers ont trouvé 306 kilogrammes de cocaïne, a informé la DNCD à la presse.

Deux jours plus tôt, le 15 octobre, la marine avait saisi 444 kg de cocaïne lors d’une opération d’interdiction maritime-aérienne, au large de la municipalité de San Pedro de Macorís. Selon le DNCD, de la drogue circulait dans un bateau de pêche conduit par deux dominicains.

Le 1er octobre, les troupes de l’armée ont signalé une cache de 673 kg de cocaïne lors de l’inspection des conteneurs au port multimodal de Caucedo. La drogue était camouflée dans une cargaison de cacao.

Enfin, le 16 septembre, la marine et l’armée de l’air ont saisi 297 kg de cocaïne sur un bateau de pêche. Les marins ont jeté les paquets de drogue à la mer lorsqu’ils ont été acculés par les forces de l’ordre, a rapporté la marine.

source

000000

COLOMBIE 🇨🇴 (opération San Jerónimo): les forces armées ont saisi 14 tonnes de cocaïne sur la côte caraïbe colombienne

C’est à la suite de ‘l’opération San Jerónimo‘ qui avait entrainé la saisie de 14 tonnes de cocaïne stockées sur la côte caraïbe colombienne que les enquêteurs ont révélé qu’une petite organisation de trafiquants dans la péninsule de La Guajira, une région aride et isolée du nord-est de la Colombie, idéale pour le trafic de drogue dans les Caraïbes, était reliée au groupe colombien « Los Pachenca ».

La saisie est l’une des plus importantes saisies de l’histoire récente, selon Noticias Caracol. Le groupe de trafiquants s’était arrogé un « monopole » sur les exportations de cocaïne de La Guajira, selon des responsables de l’armée dans un communiqué de presse.


En février 2019, les autorités avaient demandé de l’aide pour savoir où se trouvaient les 12 criminels les plus recherchés de «Los Pachenca» à Santa Marta. Ces individus sont: Jesús María Aguirre Gallego, alias ‘Chucho pachenca’ o ‘Migue’; Freddy Alfonso Gamarra, alias ‘Freddy’; Jhon Rafael Salazar Salcedo, alias ‘Flash o Rogelio’; Humberto Payares, alias ‘Humbertoaguita’; Deimer Patiño Giraldo, alias ’80 o Martillo’; Leonardo José Acuña Martínez, alias ‘Grillo’; Joaquín Pablo Cuello Nieves, alias ‘Juaco’; Omar Meneses, alias ‘Pata e’ cloche’; Dady Danilo Palmera Pérez, alias ‘Niñito’; Mario Giraldo, alias ‘Mario’; Luis Guillermo Vizcaíno García, alias ‘Guillo’ y Yulis Mendoza, alias ‘La Negra’.

L’enquête sur « Los Pachenca » , qui a duré deux ans, a révélé des liens avec une organisation de trafic de drogue qui opère dans la ville de Santa Marta, dans le nord de la Colombie. Selon le communiqué de presse, le réseau de trafiquants aurait acheté de la cocaïne à des guérilleros de l’Armée de libération nationale (ELN) dans la région de Catatumbo, une zone avec d’abondantes cultures de coca située dans le nord-est du pays.

Le groupe de trafiquants ramassait la drogue à Alta Guajira, dans l’extrême nord de la Colombie et des embarcations de tous types, chargées de cocaïne partaient alors dans les eaux des Caraïbes pour transférer les cargaisons dans divers navires amarrés dans les ports d’Aruba, du Honduras, de la République dominicaine et de Porto Rico.

Plusieurs raids dans des villes colombiennes de Barranquilla, Santa Marta, Riohacha, Valledupar et Bogotá ont permis de détenir dix membres de l’organisation.

Les autorités colombiennes ont capturé le chef présumé de l’organisation, Reydis Rafael Valdeblanquez Morales, alias «Humito», et son père, dans la ville de Barranquilla, selon El Heraldo.

Les liens de Los Pachenca avec les trafiquants de La Guajira indiquent que le groupe de trafiquants de drogue, affaibli par des coups à ses opérations dans d’autres parties de la Colombie, cherche de nouveaux horizons dans la péninsule désertique.

La Guajira est un point de départ stratégique pour la cocaïne en raison de son littoral étendu et peu habité dans les Caraïbes et de sa proximité avec des pays insulaires tels que Curaçao et Aruba. En outre, la drogue est facilement transférée au Venezuela, un pays avec lequel La Guajira partage une courte frontière désertique; c’est ce qu’affirme Fernando Trejos, professeur et chercheur au Département de science politique et relations internationales de l’Universidad del Norte.

«La Alta Guajira est un territoire vide; il y a très peu de population et cela facilite la mobilité de tout type de marchandise avec une certaine sécurité. Et l’autre chose est que dans ces territoires, il existe une longue tradition d’illégalité », a déclaré le professeur Trejos lors d’une conversation avec InSight Crime

source en anglais, en espagnol

000000

FRANCE 🇫🇷 (DNRED): lorsque la faconde de Michel Charasse était mise en défaut rien qu’en évoquant Marc Fievet

LIRE ou RELIRE

l’interview de Michel Charasse par Elise Lucet

°°°°

Pour Michel Charasse, »On ne fait pas la guerre avec le code pénal dans la poche ou avec des prières ou la bible ou le portrait de Mahomet »

Elise Lucet : Invité de Pièces à conviction, Michel Charasse, bonsoir…

Michel Charasse :
Bonsoir.

Elise Lucet :
Vous êtes l’ancien ministre du budget de 1988 à 1992 et sénateur du Puy de dôme, c’est la raison pour laquelle, nous sommes exceptionnellement au Sénat pour réaliser cet interview…Euh, vous ne souhaitez pas parler de, de l’affaire Marc Fievet…Est-ce que je peux vous demander quels étaient vos rapports, lorsque vous étiez ministre du budget avec ces aviseurs, je crois que vous avez souhaité les rencontrer, pourquoi ?

Michel Charasse : Lorsque je suis arrivé au ministère du budget en  mai…juin 88 , l’administration des douanes  dont l’une des fonctions importantes est de lutter contre tous les trafics …de drogue, d’argent,  euh, contre-façon..etc. prenaient par an à peu près 5 tonnes de drogue. Lorsque j’ai quitté le ministère le 2 octobre 1992, nous étions à 35 tonnes par an. C’est à dire multiplier par 5, par 7 pardon…

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse : En, en un peu plus de quatre ans………..Vous pensez bien que tout ceci a nécessité une organisation

Elise Lucet : Honhon !

Michel Charasse : Ou .une réorganisation….Bien entendu ce n’est pas moi qui est tout inventé, mais j’ai donné à la douane beaucoup de moyens…avec l’argent du contribuable, pour en faire une véritable arme contre les trafiquants et notamment les trafiquants de drogues

Elise Lucet : Et parmi ces armes, il y avait les aviseurs

Michel Charasse : Et parmi ces armes il y avait la collecte de renseignement et dans l’ensemble des renseignements, il y avait bien entendu les renseignements fournis par les aviseurs…

Elise Lucet : Beaucoup ?

Michel Charasse :  Des aviseurs plus nombreux, mieux organisés, des relais mieux organisés par l’intermédiaire des , des, des correspondants que la douane pouvait avoir à l’étranger sous couverture planquée ou officielle, attachés douaniers dans les ambassades etc. etc…Donc bien entendu, on a dû beaucoup, enfin beaucoup a été dû aux renseignements

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse : Et c’est d’ailleurs parce que l’affaire a pris une ampleur importante pendant le temps où j’étais au ministère, en  particulier avec la technique de ce que l’on appelle les livraisons contrôlées, c’est à dire l’infiltration de nos aviseurs ou quelques fois de douaniers d’ ailleurs, dans les réseaux de drogue

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse :  Et de fonctionnaires donc, de la douane, dans les réseaux de drogue..Euh, qui a conduit à…  justement un incident grave. ..Euh…entre 90 et 92, qui s’est retrouvé devant le tribunal de Dijon, puisqu’à l’époque la législation française n’autorisait pas la livraison contrôlée,…le code pénal

Elise Lucet : Vous parlez des quatre douaniers qui ont été incarcérés.

Michel Charasse : Voilà, donc il y a eu l’affaire de Dijon  et ces douaniers ont failli être condamné et ..euh, ils ne l’ont pas été que parce que d’une part j’ai fait voter la légalisation des livraisons contrôlées…. Comme je l’ai déclaré un jour, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre,

Elise Lucet : Oui

Miche Charasse : Quand on fait la guerre on fait la guerre…

Elise Lucet : Oui…
Michel Charasse : On ne fait pas la guerre avec le, avec le code pénal dans la poche ou avec des prières ou la bible ou le portrait de Mahomet

Elise Lucet :Donc si on veut coincer des trafiquants, il faut utiliser leurs méthodes !

Miche Charasse : Donc, très bien euh…Il faut utiliser leurs méthodes, il faut aller les chercher là où ils sont

Elise Lucet : Honhon.

Michel Charasse : Vous savez ce sont des tueurs, je parle pas du petit, du petit merdeux, du petit dealer, du pauvre gamin…

Elise Lucet : Non, non, on parle des Locatelli, des gens comme ceux qu’on a vu dans le reportage.

Michel Charasse : Etc… je parle, voilà, des gros. Ce sont des tueurs ! Par conséquent, on va pas attraper les tueurs en leur récitant des cantiques.

Elise Lucet : Alors, on en vient à la situation actuelle, si vous le voulez bien…

Miche Charasse : On tire d’abord et on discute après……………………….

Elise Lucet :……………….Euh, on va en venir à la situation actuelle si vous le voulez bien…

Michel Charasse : J’ai sur ce plan là, quand on a affaire à des tueurs, une notion  de l’État de droit qui est assez flexible…

Elise Lucet :.Michel Charasse, pour terminer, on a bien compris que vous ne vouliez pas parler du dossier de Fievet, mais est-ce qu’il y a en France … des aviseurs de la douane et là je parle pas forcément du moment où vous, vous y étiez, qu’on a laissé tomber…

Michel Charasse : ……………..A mon époque, je n’ai pas entendu dire qu’on avait laissé tomber qui que ce soit…

Elise Lucet : Donc, on laisse pas tomber les aviseurs ?

Michel Charasse :………Mais, on laisse tomber personne …Il faut laisser tomber personne. Lorsque vous êtes  engagé dans une bataille….Euh, et ben…Euh…Euh, vous faites le nécessaire pour sauver tous vos soldats…

Elise Lucet : C’est pas ce que Fievet a l’air de penser…

Michel Charasse : (6 secondes de silence) Chacun pense ce qu’il veut, moi je vous dis simplement que quand on voit les résultats qu’on voit, il faut bien que…euh, l’administration des douanes soit soutenue par son ministre et qu’elle soutienne tous ceux qui collaborent, fonctionnaires ou non à ses activités.

Elise Lucet : Michel Charasse, merci d’avoir répondu à nos questions.

0000

 

Depuis cet interview, tous les hauts fonctionnaires de la Douane française ont refusé d’assumer les actions menées par Marc Fievet pour le compte de la DNRED.

Plus fort, le TA (tribunal administratif) a refusé le témoignage de Christian Gatard, l’officier traitant de Marc Fievet certifiant que ce dernier n’avait jamais manqué d’honneur envers la Douane.

Il semblerait que l’honneur ne soit pas une vertu connue par les DG Comolli, Viala, Duhamel, Cadiou, Auvigne, Mongin, Fournel, Crocquevieille, Gintz et Braun-Lemaire.

Le dossier de Marc Fievet est toujours classé « SECRET DÉFENSE »

000000

 

NARCO-BUSINESS: le trafic se déplace, se transforme, s’adapte.

Avec leur bras armé, la DEA (Drug Enforcement Administration), les États-Unis frappent fort…

Mais le trafic se déplace, se transforme, s’adapte. Une nouvelle génération de trafiquants émerge à la fin des années 1970, qui recherche à la fois l’argent et le pouvoir.

Si Pablo Escobar est le plus emblématique de tous,  Totò Riina en Sicile, Khun Sa dans le Triangle d’or, et Félix Gallardo au Mexique ont aussi bouleversé le destin de leur pays et fait exploser le trafic à l’échelle mondiale.

Ils défient les États, menacent les pouvoirs en place.

Il faut près de vingt ans pour que ces derniers s’organisent et fassent tomber les quatre barons de la drogue.

000000