Archives de la catégorie ‘AMERIQUE du NORD’

Les autorités australiennes l’avaient dans le collimateur depuis  de nombreuses années.

« Tse Chi Lop est du niveau d’El Chapo ou peut-être de Pablo Escobar », a déclaré Jeremy Douglas, représentant de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), à Reuters en 2019.


Tse Chi Lop, citoyen canadien d’origine chinoise, a été désigné par l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime (ONUDC) comme étant le chef présumé de l’immense cartel asiatique connu sous le nom de « Sam Gor », un important producteur et fournisseur sur le plan mondial de méthamphétamines.

« Sam Gor » blanchirait les milliards provenant de la drogue notamment via des casinos, des hôtels et des sociétés immobilières de la région du Mékong, en Asie du Sud-Est.

PLUS

MORE

Asia’s drug ‘kingpin’ more Hollywood than reality

000000

January 22, 2021

Farmington woman sentenced to 60 months for fentanyl trafficking

CONCORD, NH – DEA New England Division Special Agent in Charge Brian D. Boyle and United States Attorney Scott W. Murray announced today that Sasha Rand, 34, of Farmington, was sentenced to 60 months in federal prison for fentanyl trafficking.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

January 21, 2021

Rhode Island man sentenced to five years in prison for fentanyl distribution

BOSTON – A Rhode Island man was sentenced in federal court in Boston in connection with his fentanyl and fentanyl analogue distribution activities in Rhode Island and Massachusetts.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

January 21, 2021

Judge sentences St. Louis man to 10 years for drug trafficking and firearm charges

ST. LOUIS – U.S. District Judge Catherine D. Perry sentenced James Lamont Fields to 120 months in prison today. The 23-year-old St. Louis resident pleaded guilty to one count of conspiracy to distribute fentanyl and one count of felon in possession of a firearm.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

January 15, 2021

DEA Liberty Mid-Atlantic HIDTA Task Force arrests four and seizes drugs and guns in Atlantic City

ATLANTIC CITY, N.J. A two-month investigation into the distribution of narcotics from an Atlantic City apartment building has resulted in the arrest of four individuals and the recovery of multiple handguns and drugs. Special Agent in Charge of the Drug Enforcement Administration’s New Jersey Division Susan A. Gibson, Atlantic County Prosecutor Damon G.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

January 15, 2021

DEA Announces Expansion of Operation Crystal Shield

WASHINGTON – Drug Enforcement Administration Acting Administrator Timothy J. Shea announced the expansion of Operation Crystal Shield. This expansion includes the designation of two additional methamphetamine “transportation hubs” in 2021.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

January 14, 2021

Manchester man sentenced to five years in prison for dealing fentanyl

NEW HAVEN, Conn. – DEA New England Division Special Agent in Charge Brian D. Boyle and John H. Durham, United States Attorney for the District of Connecticut, announced that MIKE CRUZ, also known as Mike Flores and “Mega,” 31, of Manchester, was sentenced today by U.S. District Judge Jeffrey A. Meyer in New Haven to 60 months of imprisonment, followed by four years of supervised release, for distributing fentanyl.  Judge Meyer also ordered Cruz to pay a $10,000 fine.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

January 14, 2021

DEA and SAMHSA announce winners of Red Ribbon Week campus video Public Service Announcement contest

WASHINGTON – The Drug Enforcement Administration and the Substance Abuse and Mental Health Services Administration named North Dakota State College of Science, and the University of Miami winners of the 5th Annual Red Ribbon Week Campus Video PSA Contest. The contest, co-sponsored by DEA and SAMHSA, was part of the 2020 Red Ribbon Week activities. Participants produced a 30- to 60-second video public service announcement focusing on the dangers of alcohol and drug misuse among college students.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

January 14, 2021

DEA 2020 Year in Review: Combatting Serious Drug-Related Threats During the Pandemic

WASHINGTON – With the unprecedented worldwide health emergency brought on by COVID-19, last year was filled with new challenges and increased risks. While much of the world focused on combating the pandemic, DEA continued to implement initiatives to combat violent drug traffickers who were intent on flooding cities and rural areas alike with illicit, deadly drugs.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

January 14, 2021

Dominican National sentenced to 10 years in prison for drug trafficking

BOSTON – A Dominican national was sentenced today in federal court in Boston for heroin trafficking.

Angel Martinez-Peguero, 30, who previously resided in Lawrence, was sentenced by U.S. District Court Judge Allison D. Burroughs to 10 years in prison and four years of supervised release.

000000

Les documents citent le président hondurien Juan Orlando Hernández comme disant qu’il voulait  » pousser la drogue jusqu’au nez des gringos, en inondant les États-Unis de cocaïne « .

Les motions déposées vendredi auprès du district sud des États-Unis de New York ne nomment pas spécifiquement le président, le qualifiant de «CC-4», ou co-conspirateur n ° 4, mais l’identifient clairement en nommant son frère et son propre poste comme Président.

Le président, qui n’a pas été inculpé, a nié à plusieurs reprises tout lien avec des trafiquants malgré la condamnation en 2019 d’un de ses frères, Juan Antonio Hernandez. Au cours de ce procès, le président a été accusé d’avoir accepté plus d’un million de dollars du trafiquant de drogue mexicain Joaquín «El Chapo» Guzmán – une accusation répétée dans les nouvelles requêtes.

Pour toute réponse, Il a rétorqué que les trafiquants l’accusaient à tort et cherchaient à se venger.

L’ambassadeur du Honduras aux États-Unis, Luis Fernando Suazo, a rejeté samedi les nouvelles dépositions, qualifiant les affirmations des procureurs de «sans fondement» et réitérant la position du président selon laquelle elles se basent uniquement sur les déclarations de trafiquants de drogue.

Affaire à suivre

source

000000

January 4, 2021

St. Louis man sentenced to 20 years for drug-related murder

ST. LOUIS – U.S. District Judge Catherine D. Perry sentenced Armond Calvin to 240 months in prison today for one count of conspiracy to distribute fentanyl and one count of using a firearm to commit murder in furtherance of a drug trafficking crime. Calvin, 22, of St. Louis City, previously pleaded guilty on October 5, 2020.

——————————————————-

January 4, 2021

South Texas siblings plead guilty for their roles in marijuana smuggling venture

LAREDO, Texas – Two South Texas men have admitted they organized the smuggling of approximately 170 kilograms of marijuana from El Cenizo to Laredo, announced Drug Enforcement Administration (DEA) Special Agent in Charge Steven S. Whipple and U.S. Attorney Ryan K. Patrick.

Roberto Chavarria, 38, pleaded guilty today, while his brother  – Daniel Chavarria, 35, entered his plea Dec. 1, 2020. The El Cenizo men admitted to conspiring to possess with intent to distribute marijuana.

——————————————————-

January 4, 2021

St. Louis man sentenced to 25 years for heroin, cocaine distribution

ST. LOUIS – U.S. District Judge Ronnie L. White sentenced Robert Hill to 25 years in prison today for drug distribution and being a felon in possession of a firearm.

A jury had convicted Hill on Sept. 16, 2020 of one count of conspiracy to possess with intent to distribute heroin and cocaine, and one count of felon in possession of a firearm .

000000

December 23, 2020

10 Arrested in McAlester for Federal Drug Trafficking Charges

MUSKOGEE, OKLAHOMA – The DEA announced today that ten defendants have been indicted for their roles in a conspiracy to distribute and possess with the intent to distribute heroin and methamphetamine in the Eastern District of Oklahoma and elsewhere.

000000

000000

December 22, 2020

Two Passaic County men sentenced for roles in narcotics conspiracy

NEWARK, N.J. – Special Agent in Charge of the Drug Enforcement Administration’s New Jersey Division Susan A. Gibson, and U.S. Attorney for the District of New Jersey Craig Carpenito, announced two Paterson, New Jersey, men were sentenced today for their roles in a conspiracy to distribute controlled substances.

000000

December 18, 2020

Meth “mules” plead guilty in 23-kilo bust on I-75

MACON, Ga. Two women arrested in possession of more than 23 kilos of methamphetamine during a traffic stop on I-75 have pleaded guilty to possession with intent to distribute methamphetamine and are both facing a maximum twenty years in prison for their crimes, said Peter D.


December 17, 2020

DEA launches “Secure Your Meds” winter campaign

OMAHA, Nebraska – As part of its continuing efforts to reduce drug misuse and overdose, the Drug Enforcement Administration (DEA) is launching a winter campaign urging the public to “Secure Your Meds.” The current health crisis has magnified the importance of addressing the issue of prescription-drug misuse.


December 17, 2020

St. Louis man gets 15 years for drug trafficking at Clinton-Peabody Housing Complex

ST. LOUIS – Demetrius Tyrese Johnson was sentenced today to 180 months in prison. The 26-year-old St. Louis, Missouri, resident pleaded guilty to one count of conspiracy to distribute fentanyl and one count of felon in possession of a firearm.

Johnson was involved in a conspiracy to distribute more than 400 grams of fentanyl centered on the Clinton-Peabody housing complex in the City of St. Louis.


December 17, 2020

Kansas City man pleads guilty to meth conspiracy

JEFFERSON CITY, Mo. – A Kansas City, Missouri, man pleaded guilty in federal court today to his role in a conspiracy to distribute methamphetamine in Camden County, Missouri.

Stephen Joseph Sanchez, 35, pleaded guilty before U.S. Magistrate Judge Willie J. Epps Jr. to one count of conspiracy to distribute methamphetamine. Co-defendant Jo Marie Pollina, 37, of Kansas City, Mo.  pleaded guilty to the same charge on June 30, 2020.


December 16, 2020

Eight East Bay residents charged with crimes related to drug distribution scheme

SAN FRANCISCO – A federal grand jury indicted seven East Bay residents, charging them with crimes related to a scheme to supply drug users and dealers in San Francisco’s Tenderloin District with narcotics, including fentanyl and heroin, announced United States Attorney David L. Anderson, Drug Enforcement Administration (DEA) Special Agent in Charge Daniel C.


December 16, 2020

Il est 4h30 du matin et Amrullah Khan est en train de prier chez lui avant de se rendre dans son champ de pavot. Il vit dans le district peu sûr de Khogyani, dans l’est de la province de Nangarhar.

Il a appris à cultiver de son père, et ce dernier du sien, et il a formé ses enfants à l’art de cette plante interdite, sur laquelle ils ont commencés à travailler vers l’âge de dix ans. Amrullah est l’un des 590 000 paysans qui ont fait de l’Afghanistan le premier vendeur mondial d’opium, produit de cette fleur.

«C’est la chose la plus dure qui soit», dit celui qui nourrit les 13 membres de sa famille avec la vente de la résine: «Il faut travailler pendant des mois du matin à l’après-midi, cela nuit à la santé et ruine l’avenir de nos enfants« .

Vêtus de leurs vêtements les plus anciens, qui seront bientôt rendus inutiles par le brun intense de la résine, les ouvriers commencent à faire des incisions dans les capsules, d’où ils extraient ce qu’on appelle le «lait de pavot».

L’opium est vendu secrètement. Il est révolu le temps où cela se faisait ouvertement « à la campagne ou dans les bazars locaux ». Maintenant, les « négociants » s’approchent discrètement du village, ou les agriculteurs eux-mêmes transportent le pavot «secrètement dans les zones d’insécurité et contrôlées par les talibans». Ce qui ne manque pas, ce sont les acheteurs. « Tout le monde est impliqué pour gagner quelques centimes, que ce soit des responsables gouvernementaux, des talibans ou des trafiquants de drogue« , dit Amrullah.

La récolte est souvent interrompue par des combats entre les forces de sécurité afghanes, les talibans et le groupe djihadiste État islamique (EI). On ne sait jamais d’où vient la dernière rafale de tirs qui les force à courir.

La culture du pavot n’a pas été bonne cette année et Amrullah n’a fait que 400 $ de sa vente, contre 2000 $ l’an dernier. L’argent obtenu couvre à peine les engrais et la main-d’œuvre, il demandera donc à un trafiquant de drogue une avance pour la prochaine récolte.

Depuis la chute du régime taliban en 2001 grâce à l’invasion américaine, le gouvernement afghan et la communauté internationale ont dépensé plus de 9 milliards de dollars pour mettre fin à la culture de l’opium, sans succès.

L’Afghanistan est toujours le producteur de 80% de l’héroïne mondiale

Selon les données de l’Office des Nations Unies contre le crime et la drogue (ONUDC), la production de pavot n’a fait qu’augmenter: de 185 tonnes en 2001 sous le régime des Taliban et de 3400 tonnes en 2002 (première récolte en présence des forces étrangères), à 6400 tonnes en 2019. Les surfaces occupées pour la culture du pavot sont passées de 800 hectares en 2001 à 163000 en 2019. On peut donc se poser de sérieuses questions sur l’action des organismes en charge de la lutte contre les stups!

L’insécurité serait une des raisons de l’échec des programmes de lutte contre les stupéfiants

« 83% de la culture a lieu dans des zones dangereuses contrôlées par les talibans facilite le trafic de drogue », souligne le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Tariq Arian.

La police afghane, avec le soutien des forces américaines, a détruit un total de 500 laboratoires de traitement de la drogue entre 2009 et 2019 par des frappes aériennes, des opérations spéciales et la campagne médiatique « Iron Tempest » entre 2017 et 2018 menée par les États-Unis.

Les talibans tirent environ 200 millions de dollars par an de la vente de drogue, un montant, selon les données de l’armée américaine, supérieur à ce dont ils ont besoin pour couvrir les dépenses de leur guerre contre les troupes internationales et locales.

Les talibans nient toute implication

« L’émirat islamique – comme aiment s’appeler les talibans, n’a rien à voir avec la culture, le trafic et les autres activités liées à la drogue », a déclaré à EFE le principal porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid.

Le Narco Malang Amani (le nom a été changé) est un trafiquant de drogue de niveau intermédiaire. Il achète généralement de petites quantités d’opium à des commerçants locaux ou directement à des agriculteurs de confiance dans l’est de l’Afghanistan. Amani, 59 ans, a passé les 18 dernières années dans le business et le trafic de drogue et regrette l’époque après l’effondrement du régime taliban où la contrebande était « facile et rentable« .  » On pouvait conduire une voiture remplie d’opium à 600 kilomètres de Nangarhar au sud de Kandahar sans problèmes, en payant à la police «une petite somme ou un cadeau» « .

Ces dernières années, cependant, les « expéditions » ne pèsent plus que 20, 30 voire 50 kilos dans le meilleur des cas, et en plus « il faut changer plusieurs fois de voiture, utiliser de fausses plaques d’immatriculation, des fausses cartes d’identité et même porter une kalachnikov« .

Dans le sud de l’Afghanistan, les gros trafiquants de drogue achètent de l’opium à des intermédiaires comme Amani, des transactions qui sont toujours effectuées dans des zones dangereuses et donc cachées. Une fois les différentes livraisons intermédiaires rassemblées, elles sont ensuite expédiées en gros envois à travers les zones contrôlées par les Taliban vers le Pakistan et l’Iran.

La  frontière s’étend sur de 900 kilomètres entre les deux pays voisins

 

L’Iran, la première base logistique

En Iran,  les gardes-frontières ont construit des fossés entourés de barbelés, des murs et des tours de guet sur la ligne de 900 kilomètres entre les deux pays voisins. Soutenus par la Police Anti-Narcotiques, ils se consacrent principalement à empêcher les drogues d’entrer dans leur pays. Au cours des trois dernières décennies, ils auraient démantelé quelque 50 000 gangs.

Les provinces les plus actives sont le Sistan et le Baloutchistan et le Sud-Khorasan, dans le sud-est du pays. C’est la route terrestre traditionnelle, à laquelle il faut ajouter la route maritime, qui a son épicentre dans la région sud d’Hormozgan, dans le golfe Persique.

Il existe d’autres routes hors d’Afghanistan pour l’héroïne, l’opium et les amphétamines, entre autres drogues: vers le nord et l’ouest du pays, via le Pakistan ou vers le sud via l’océan Indien; mais ce sont des itinéraires plus longs qui impliquent des difficultés et nécessitent des capacités plus grandes.

« La route la plus proche de l’Europe est celle qui mène aux frontières de la République islamique d’Iran avec la Turquie et pour les passeurs, il est important que les drogues arrivent plus rapidement« , explique le chef de la police anti-stupéfiants iranienne, le brigadier général Mohammad Massoud Zahedian.

Les chiffres sont frappants. Au cours de la seule année 1398 du calendrier persan (jusqu’au 20 mars 2020), les forces iraniennes ont saisi 950 tonnes de drogue, 150 de plus que l’année précédente. 80% étaient de l’opium et le reste de l’héroïne, de la morphine et du cristal. Il y a eu 2 319 opérations et 1 886 gangs de drogue démantelés, selon les données du quartier général iranien de contrôle des drogues.

Mohammad Massoud Zahedian précise que l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime sait que l’Iran saisit plus de 90% de l’opium dans le monde, 26% d’héroïne et 48% de morphine. Pour la République islamique d’Iran, la  lutte est constante en essayant d’empêcher l’entrée sur notre territoire et de l’utiliser comme voie de transit.
Cet effort, ajout-t-il, est entravé par la faible aide internationale, à la fois financière et logistique, et par les sanctions des États-Unis, qui empêchent l’Iran d’acquérir les équipements nécessaires et modernes, notamment pour lutter contre le trafic sur la voie maritime du golfe Persique. qui est en plein essor.

La coopération est étroite avec d’autres pays touchés tels que le Pakistan et l’Afghanistan, dont le siège de coordination est situé à Téhéran. La surveillance des trafiquants de drogue commence au point de production et se termine au point de consommation afin de mener des opérations conjointes qui démantèlent l’ensemble du réseau de contrebande.

Ces réseaux ont parfois des liens avec le terrorisme, ce qui ajoute du danger aux opérations: «Des groupes djihadistes comme Daesh et Yeish al Adl vendent de la drogue pour couvrir leurs dépenses et l’acquisition d’armes», explique Mohammad Massoud Zahedian , ajoutant « Cette bataille pèse lourdement sur l’Iran. 3 850 membres du personnel de sécurité sont morts dans des opérations de lutte contre le trafic de drogue au cours des trois dernières décennies et quelque 12 000 ont été handicapés. Quelque 700 millions de dollars ont également été dépensés pour sécuriser nos frontières »

Mais ces drogues n’arrivent pas en Iran uniquement pour être transporté. «Nous avons 2 millions de toxicomanes en Iran», admet Abás Deilamizadeh, directeur de l’ONG «Tavalode Dobareh» , qui travaille dans des programmes de désintoxication depuis deux décennies. À ces deux millions s’ajoutent 800 000 consommateurs occasionnels. En Iran, l’opium était fumé dans une pipe. Aujourd’hui, comme dans le reste du monde, l’héroïne et le crystal sont ses formes les plus demandées.

Depuis la fin du siècle dernier, l’héroïne a dévasté plusieurs générations aux États-Unis

Un énorme camion à ordures s’arrête avec le moteur en marche devant un centre de traitement de la toxicomanie à Baltimore, aux États-Unis, où le Dr Jordan Narhas-Vigon attend. Le chauffeur, un homme d’âge moyen, sort nerveusement, demande l’ordonnance et revient au véhicule en courant.

« Le problème de l’héroïne est profondément enraciné. Un des patients que nous avons traités m’a dit qu’il en consommait depuis l’âge de 11 ans. Et maintenant, il a 50 ans, travaille et continue de lutter contre la toxicomanie« , explique le médecin. Les problèmes d’héroïne, dans de nombreux cas, passent des grands-parents, aux parents et aux enfants.

L’équipe médicale qui est installée à l’extérieur du centre de détention de la ville de Baltimore, compte près d’un millier de détenus, dont beaucoup attendent d’être jugés. A mi-chemin entre Philadelphie et Washington, Baltimore, avec près de 2,5 millions d’habitants, est l’un des épicentres historiques de la consommation d’héroïne sur la côte Est. Et il y a des histoires similaires à Boston, New York, Atlanta, Cleveland ou Pittsburgh.

Plus de 750 000 personnes sont mortes de surdose depuis 1999 en grande majorité à cause des opiacés, selon les données du Center for Disease Control (CDC) et plus de 71000 rien qu’en 2019.

L’héroïne est dans les rues des États-Unis depuis 1970, la plupart en provenance d’Asie du Sud-Est

Le marché a changé récemment avec l’entrée du Mexique comme principal fournisseur et l’arrivée du fentanyl, un opiacé utilisé pour traiter la douleur causée par le cancer, entre autres maladies. On estime qu’elle est jusqu’à 50 fois plus puissante que l’héroïne.

Les cartels mexicains, selon deux hauts responsables de la DEA (Drug Enforcement Administration) des États-Unis, se sont simplement adaptés à la demande. Pour ce faire, ils ont augmenté leur capacité de culture du pavot dans leur Triangle d’Or, qui regroupe les États de Sinaloa, Chihuahua et Durango, près de la frontière américaine.

Augmentation du surdosage

Petit à petit, se perdant dans ses pensées, les «clients» apparaissent. Les voitures sur l’autoroute voisine bourdonnent comme des moustiques à côté du fourgon du Behavioral Health Leadership Institute (BHLI), une organisation non gouvernementale dédiée à fournir des services de santé aux toxicomanes les plus vulnérables QUI  prescrit principalement des médicaments, car très peu bénéficient d’une couverture médicale, et propose des inhalateurs de «narcan» (naloxone), le médicament utilisé pour traiter les surdoses d’opiacés.

Aux commandes, Deborah Agus, sa directrice, une petite avocate énergique qui parle sans arrêt: avec des «clients», comme elle appelle les patients; avec les agents de la prison qui vont et viennent, avec les policiers qui vont et viennent; même avec les quelques marcheurs.

« Nous sommes une vieille ville typique, urbaine et sur la côte est. Avec des problèmes liés aux niveaux élevés de pauvreté, aux questions raciales, au manque de financement fédéral et étatique pour l’éducation, et au fil des ans, il y a eu des problèmes avec la police, des émeutes… » dit-elle.

«Il y a toujours eu des problèmes de consommation d’héroïne à Baltimore, mais, comme ailleurs, on n’y a pas prêté attention jusqu’à ce que les garçons de familles blanches aisées commencent à faire une surdose. C’était un problème caché», explique Deborah Agus. Et c’est toujours le cas: « Pendant la pandémie, les décès par surdose ont de nouveau augmenté de façon spectaculaire. »

Maintenant, en plus, la rue exige un mélange de stupéfiants. « Fentanyl avec de l’héroïne, avec de la marijuana, avec n’importe quoi« , quelque chose d’extrêmement dangereux qui augmente le risque de surdose.

Rapport de Baber Khan Sahel (Khogyani), Marina Villén et Artemis Razmipour (Téhéran), Alfonso Fernández (Baltimore). Edité par Moncho Torres, Susana Samhan, Raquel Godos et Javier Marín.

source

000000

Les garde-côtes américains ont saisi environ 16 tonnes de drogues (11,5 tonnes de cocaïne et environ 4,4 tonnes de marijuana) lors de multiples opérations dans les eaux internationales du bassin des Caraïbes et de l’océan Pacifique oriental au large des côtes latino-américaines

La drogue a été mis à la disposition des autorités fédérales en Floride après avoir été déchargé à Port Everglades, à plus de 40 kilomètres au nord de Miami.

000000

 

Qui est le véritable parrain du trafic de drogue et du blanchiment d’argent ? Le parrain est-il au Mexique ? Ou dans un autre pays et dans quel pays ?

Les dernières arrestation de Genaro García Luna, secrétaire à la sécurité avec Felipe Calderón, et Salvador Cienfuegos, secrétaire à la Défense nationale avec Enrique Peña Nieto n’auraient-elles servi que la propagande de Trump qui présente les Mexicains comme des criminels violents et… ses alliés, les démocrates des administrations Obama et Hillary Clinton, qui ont collaboré avec García Luna et Cienfuegos. Quel coup dur pour le candidat démocrate Biden, issu du cercle rapproché d’Obama et de Clinton.

Il semble qu’aux États-Unis, justice soit rendue et que les trafiquants de drogue les plus puissants du monde sont arrêtés. Au fait, ils sont toujours mexicains, colombiens, russes et italiens.

La justice serait-elle aux États-Unis et la corruption à l’étranger?

C’est un lavage de l’image des États-Unis, qui pointe son doigt enflammé sur les «méchants». Mais allons-y. Où est la racine du problème du trafic de drogue? Les États-Unis sont un pays cinq fois plus grand que le Mexique, avec plus de trois fois la population; la drogue est distribuée à 50 millions de toxicomanes sur l’ensemble de son territoire; 600 milliards de dollars d’argent provenant du crime organisé y sont blanchis; à partir de là, les USA envoient 200 000 armes par an et en retour achètent une grande partie de la production des drogues, sachant que les principaux bénéfices y restent. Au Mexique il y a plus de 30 cartels de la drogue et aux États-Unis? Il n’y a pas de cartels de la drogue là-bas?

La guerre contre la drogue a été déclenchée par le président Richard Nixon en 1971.

La DEA (Drug Enforcement Administration) a été créée en 1973 avec pour mission de réprimer et de réduire l’offre, la distribution et la consommation de stupéfiants. Mais en fait, plus il y a de guerre, plus il y a de drogues, et donc plus il y a de guerre et plus il y aura de drogues !

C’est un cercle vicieux !

Par contre pour le complexe militaro-industriel des États-Unis, c’est une grosse affaire ;  ils vendent des armes pour approvisionner les trafiquants de drogue, et en vendent aussi aux gouvernements pour lutter contre les trafiquants de drogue. Business à tous les niveaux !

La guerre contre la drogue a été le prétexte idéal pour envahir ou intervenir dans les pays, et le trafic de drogue s’est-il arrêté, voire ralenti ?

Au contraire, lorsqu’ils ont envahi le Vietnam, le Vietnam est devenu le premier producteur d’héroïne au monde. L’Afghanistan ne produisait pas d’opium et, après l’invasion, il est devenu le premier exportateur mondial.

En Colombie, qui était le premier producteur mondial de cocaïne, ils sont intervenus avec le Plan Colombie en 1998. Les states opèrent dans sept bases militaires de ce pays, et le résultat, après 22 ans ? Nul.

Il y a même eu des scandales majeurs, notamment en 2012 lorsque des agents spéciaux en Colombie «ont organisé des fêtes avec des prostituées payées par les trafiquants de drogue qu’ils étaient censés combattre», en plus de recevoir de l’argent, des cadeaux coûteux et des armes. Aujourd’hui, la Colombie reste le principal exportateur de cocaïne.

D’un autre côté, le trafic de drogue a diminué lorsque la Bolivie d’Evo Morales en 2008 et le Venezuela en 2005 ont expulsé la DEA après avoir démontré que les agents du DEA avaient participé à des pratiques de trafic de drogue et d’espionnage, entre autres actes illégaux.

Dans quelles banques l’argent de la drogue est-il blanchi ?

Après plusieurs scandales, il a été affirmé, écrit et démontré que City Group, HSBC, American Express, Western Union, Bank of America auraient mené des opérations de blanchiment de montagnes de dollars directement issus du narcotrafic.

En France, chez HSBC, un poste d’Internal audit est réservé aux ex directeurs généraux de la Douane Française, qui lorsqu’ils sont au service de l’Etat, prétendent supprimer le cash pour lutter contre la fraude, le blanchiment ou le terrorisme et que Tracfin dit agir en espionnant les citoyens , les grandes banques blanchissent des milliards par simples virements bancaires.

Les liens entre HSBC et l’argent de la drogue sont récemment revenus sur le devant de la scène. Un nouveau procès allègue que certaines victimes auraient payé de leur vie la complicité d’HSBC avec les cartels mexicains.

Un peu d’histoire

On sait depuis des années que les États-Unis ont fait du trafic de drogue, par exemple en Chine pour fournir des fonds aux Koumitang. La CIA (Central Intelligence Agency) a également trafiqué beaucoup d’opium de la Chine et de la Birmanie vers la Thaïlande dans les années 1950, finançant des opérations avec de très grosses quantités de drogue, effectuant les transferts via Air America, qui était l’une de ses sociétés opérationnelles de transport…et d’infiltration.

On sait également que l’héroïne a été transportée aux États-Unis dans les cadavres de soldats morts du Vietnam et dans leurs cercueils, ou que leurs entrailles ont été extraites et remplies de drogue, et qu’à l’arrivée, il a fallu parfois plus d’une journée pour les livrer à leurs proches, le temps de récupérer l’héroïne, ce qui a été découvert par certains journalistes et par le policier Richie Roberts.

Un autre scandale mondial a été celui d’Iran-Contras quand on a découvert que le Département d’État des États-Unis soutenait les contras au Nicaragua, en utilisant des narcos pour apporter du financement via le trafic de drogue et des armes.

En 1996, le courageux journaliste Gary Weeb a dévoilé une enquête dans laquelle il a montré que les contre-nicaraguayens étaient autorisés à distribuer de la cocaïne à Los Angeles pour se financer.

Il a décrit comment la CIA, alliée aux organisations de trafic de drogue, a inondé de crack les quartiers afro-américains.

Gary Weeb qui a écrit une série d’articles pour le « San Jose Mercury News« , les a ensuite compilés dans un livre intitulé « Dark Alliance« .

En fin de compte, il a été «tué» de deux balles dans la tête en 2004.

Comme lui, un policier, écrivain et journaliste d’investigation à Los Angeles s’est démarqué: Mike Ruppert, qui après avoir eu des preuves en tant qu’officier des stupéfiants a appris la complicité de la CIA dans le trafic de drogue.

Michael Ruppert a édité « From The Wilderness » qui a dénoncé la corruption du gouvernement et les activités de trafic de drogue de la CIA.

Le scandale qui a eu lieu dans l’Arkansas à l’aéroport de ‘Mena Intermountain‘ qui était un lieu de stockage de cocaïne à grande échelle dans les années 80 est bien connu. Il a associé Bill Clinton, la famille Bush et le procureur du comté Saline, du nom de Dan Harmon, qui a été reconnu coupable de trafic de drogue et de racket. Il s’est également associé à l’aéroport de Mena avec Barry Seal, un trafiquant de drogue américain qui a piloté des vols secrets avec cargaisons de la CIA associée au cartel de Medellin. Officier de police de l’Arkansas, Russell Welch s’est distingué dans ses enquêtes sur l’aéroport de Mena. Malgré cela, une enquête menée par l’inspecteur général de la CIA a conclu que la CIA n’avait aucune implication ni connaissance d’activités illégales qui auraient pu se produire à Mena. Le rapport indiquait que l’agence avait conduit un exercice de formation à l’aéroport en partenariat avec une autre agence fédérale et que des entreprises situées à l’aéroport avaient effectué « des services de routine liés à l’aviation sur des équipements appartenant à la CIA« .

Vicente Zambada Niebla, un trafiquant de drogue bien connu, a déclaré que lui et d’autres membres de la direction du cartel de Sinaloa avaient reçu l’immunité des agences américaines et une licence de facto pour faire passer de la cocaïne à travers la frontière avec les États-Unis en échange de renseignements sur les cartels rivaux.

La CIA a bien joué double jeu au Yucatan

Au prétexte de lutter contre la drogue, on l’importait en fait en Floride ! Avec un avion à double usage : celui des « renditions flights » honteux et celui de transport de drogue ! L’avion du Yucatan, le Gulfstream N987SA avait décollé de Guantanamo le 23 juin 2003. Le 14 juillet, il décollait de New York pour l’Islande, la France, l’Italie, et l’Irlande. Du 16 au 20, du Canada à l’Angleterre, l’Irlande, à nouveau l’Irlande, le Canada, et retour aux USA. En avril 2004, du 7 au 12, il fera à nouveau le Canada, l’Angleterre, le retour au Canada, puis retour à.. Guantanamo « again ». Le 21 avril, il visite le Canada, la France, l’Angleterre et le Canada et retour à Guantanamo. Le 21 janvier 2005, il redécolle de Guantanamo. Le 24 septembre 2007 il s’écrasait au Yucatan avec 4 tonnes de coke à bord. Dans la presse, Baruch Vega, un colombien qui travaille lui aussi pour le FBI, la DEA, et la CIA affirme tout de suite au journal Narco News que le pilote qui a réussi à s’échapper est bien Gregory D Smith. On mettra deux ans à l’inculper.

Des agents de contrebande d’armes en provenance des États-Unis ont été découverts par le gouvernement ATF ciblant les cartels de la drogue, à la fois avec l’administration Bush avec le « Open Receiver » et avec Obama, le « Fast and Furious ». Autrement dit, les administrations démocrate et républicaine. Le mémorandum «Fast and Furious» a été signé par Hillary Clinton.

Pour tenter d’arrêter les gros bonnets mexicains, les douanes américaines ont même eu l’idée saugrenue de laisser passer des milliers d’armes de gros calibre. Une opération qui a fini par échapper à tout contrôle.

Au Panama, la CIA a autorisé le général Manuel Noriega à se livrer au trafic de drogue. Il était trafiquant de drogue depuis 20 ans. Il a aidé les Contras nicaraguayens avec du matériel militaire. Lorsque l’avion du pilote de la CIA, Eugene Hasenfus, a été abattu au Nicaragua par les « Sandinistes », l’avion transportait de nombreux documents qui montraient les activités de la CIA dans la région et son lien avec Noriega, révélant leur relation.

Au Venezuela, la CIA a autorisé au moins une tonne de cocaïne presque pure à être expédiée à l’aéroport international de Miami. La CIA a fait valoir qu’il s’agissait d’une manœuvre secrète pour recueillir des informations sur les trafiquants colombiens. Cependant, la drogue a fini par être vendue dans la ville.

En novembre 1993, aux États-Unis, l’ancien chef de la DEA, Robert C Bonner, est apparu dans le journal télévisé 60 Minutes et a critiqué la CIA pour avoir autorisé la contrebande de plusieurs tonnes de cocaïne pure aux États-Unis via Venezuela sans avertir la DEA.

En novembre 1996, un juge de Miami a accusé l’ancien chef vénézuélien de la lutte contre les stupéfiants et agent de la CIA, le général Ramón Guillén Dávila, d’avoir expédié de grandes quantités de cocaïne aux États-Unis, de stocker de la drogue dans un établissement de la CIA au Venezuela. Au procès, Guillén a affirmé que ses activités avaient été approuvées par la CIA.

Là où la DEA intervient, comme au Mexique, en Colombie et en Amérique centrale, le trafic de drogue ne s’est pas arrêté, au contraire il n’a cessé de s’aggraver.

Rien de plus simple de localiser la racine du problème de la drogue qui se situe aux États-Unis, qui n’arrêtent jamais d’attaquer, quand cela lui convient, et de blanchir ses subordonnés dans les pays qu’ils contrôlent.

source

000000

La marine nationale a confirmé ce samedi la destruction que d’un camp à Bajo Baudó sis dans le département de Chocó , où des organisations au service du trafic de drogue cachaient du matériel de communication, un bateau et du carburant.

La marine a pu vérifier que le lieu était utilisé comme centre de collecte, où des trafiquants de drogue, en association avec le Groupe armé organisé « Clan del Golfo », planifiaient l’envoi de substances illicites vers des pays d’Amérique centrale et d’Amérique du Nord.

Selon la marine, jusqu’à présent cette année, 45 camps ont été détruits et plus de 384 équipements de communication saisis qui seraient utilisés par ces groupes en dehors de la loi pour mener des activités illégales.

D’autre part, le Bureau du Procureur général de la Nation et la Direction de l’Instance d’enquête technique (CTI), en association avec le Sijín Cundinamarca et des unités de la treizième brigade militaire, ont mené une gigantesque opération contre « The Company », une structure criminelle dédiée au trafic de drogue, également organisatrice d’homicides, d’enlèvements et à d’autres activités illégales.

Selon le bureau du procureur, la société a interféré dans les villes de Rafael Uribe Uribe (18e district de Bogota), Usme, Chapinero et Los Mártires, à Bogotá, ainsi que dans les municipalités proches de la capitale.

Au cours de l’enquête, il a été établi que les dirigeants de l’organisation criminelle avaient ordonné, au cours des deux dernières années, le meurtre de 10 de ses membres exerçant les fonctions de collecteurs de fonds ou de détaillants de drogue. Les victimes, semble-t-il, ont été démembrées.

Les 26 détenus seront présentés dans les prochaines heures devant un juge de contrôle des garanties pour légaliser les captures, les inculper et demander une mesure d’assurance pour les délits de: complot aggravé, trafic, fabrication ou possession de drogues, homicide aggravé et disparition forcée.

source

000000

Pour la Commission américaine de la politique antidrogue dans l’hémisphère occidental, le plan Colombie a échoué dans la lutte contre la drogue

Le Congrès des États-Unis a publié un rapport détaillé sur la politique en matière de drogues dans les Amériques, dans lequel il établit une longue liste de recommandations pour arrêter le trafic de drogue et résoudre les problèmes de santé publique créés par la consommation de drogues.

Le rapport donne un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler la lutte contre le crime organisé pendant l’administration du président élu Joe Biden.

Publié par la Western Hemisphere Drug Policy Commission de la chambre basse du Congrès à Washington, le rapport plaide pour des changements profonds et systématiques dans la manière dont les États-Unis combattent le trafic de drogue. Il propose également une plus grande coordination internationale, une approche plus holistique de la formulation des politiques et une révision des sanctions obsolètes imposées aux pays qui n’atteignent pas les objectifs annuels.

«Nous ne mettrons peut-être jamais fin au commerce de drogues illicites, tout comme nous ne pouvons pas éliminer la consommation de substances», lit-on dans le document. « Mais nous pouvons mieux gérer ces graves problèmes grâce à une stratégie globale. »

Le rapport recommande que les États-Unis concluent des «accords d’assistance étrangère» pluriannuels élaborés par des ambassadeurs avec des dirigeants politiques et de sécurité dans les pays. Il souligne que de tels accords permettraient un meilleur échange d’informations, une plus grande transparence entre les pays et des solutions plus rentables pour des problèmes tels que la criminalité organisée, la réforme de la justice pénale et les droits de l’homme.

Les plans pourraient également inclure des efforts de synchronisation pour empêcher les transactions numériques illicites, qui, comme le dit le rapport, sont de plus en plus utilisées par les groupes du crime organisé pour blanchir les produits de la drogue.

« Ce dont un pays comme la Colombie a besoin est très différent de ce dont un pays comme le Mexique, El Salvador ou le Honduras pourrait avoir besoin« , a déclaré Shannon O’Neil, présidente de la Commission, faisant référence à la proposition lors d’une réunion sur le rapport tenue le 3 décembre.

« En ce sens, cela permet d’économiser de l’argent et d’éviter de mettre en œuvre des politiques inefficaces dans un contexte particulier », a-t-il ajouté.
Le rapport rejette les approches traditionnelles de la formulation des politiques en matière de drogues, qui se sont jusqu’à présent avérées limitatives, et propose de ne pas succomber à de faux compromis tels que «la sécurité publique contre la santé publique», qui, souligne le rapport, peuvent entraver des stratégies plus efficaces. holistique et multiforme.

Le rapport a largement utilisé les propres recherches et analyses d’InSight Crime.

SOURCE

Ce que les décideurs doivent faire, poursuit le rapport, c’est de prendre les meilleurs aspects des deux côtés du débat: continuer à investir dans les stratégies traditionnelles, telles que le financement de la formation de la police et la destruction des laboratoires de drogue, mais les compléter en améliorant la santé publique, les droits de l’homme et le développement économique alternatif.

Tout cela exigerait que la communauté internationale se réunisse et associe le secteur privé afin de discuter des moyens créatifs d’apporter des changements à long terme, souligne le rapport.

LIRE PLUS

000000

December 9, 2020

Doctor admits soliciting sexual favors from patients in exchange for opioids

TRENTON, N.J. – Special Agent in Charge of the Drug Enforcement Administration’s New Jersey Division, Susan A. Gibson, and U.S. Attorney for the District of New Jersey, Craig Carpenito, announced a New York doctor today admitted distributing opioids without a legitimate medical reason and soliciting sexual favors from patients in exchange for opioid prescriptions.

——————————————–

December 9, 2020

Indictment: Topeka Man Distributed Heroin

TOPEKA, Kan. – A Topeka man was indicted in federal court today with distributing heroin.

James Licht, 39, was charged with one count of distributing heroin and one count of unlawful possession of firearms by a previously convicted felon.

——————————————–

December 9, 2020

DEA Acting Administrator makes first visit to Panama

WASHINGTON – Drug Enforcement Administration Acting Administrator Timothy Shea arrived in Panama this week on an official visit, marking the first time a DEA Administrator visited Panama, a hub for regional DEA operations.

——————————————–

December 8, 2020

St. Peters man gets 22 years in prison

ST. LOUIS – U.S. District Judge John A. Ross sentenced Ramon Gonzalez, Jr., to 268 months in prison today. The 48-year-old St. Peters, Missouri, resident pleaded guilty to conspiracy to distribute controlled substances.

000000

Les cartels mexicains s’approvisionnent en Chine et en Inde pour produire cette drogue de synthèse très rentable, qui provoque des milliers d’overdoses aux Etats-Unis.

Les cartels mexicains ne ménagent pas leurs efforts pour dominer le marché lucratif du fentanyl, un puissant analgésique synthétique dont l’usage détourné provoque des milliers d’overdoses à travers le monde. De l’autre côté de la frontière, on compte les victimes par milliers : en 2018, sur plus de 67 000 décès par overdoses aux Etats-Unis, près de la moitié étaient dus au fentanyl ou à des drogues de synthèse similaires. L’épidémie est comparable à celle de l’héroïne dans les années 2000-2010.

Un laboratoire artisanal clandestin de fentanyl appartenant au cartel de Sinaloa, dans les montagnes près de Culiacan (Sinaloa, Mexique). L’homme à droite est ingénieur biochimiste le jour. La nuit, il gère 10 laboratoires clandestins comme celui-ci. Au total, ils produisent 6 000 comprimés par jour. FORBIDDEN STORIES

LIRE PLUS

000000

December 8, 2020

East Bay man charged with fentanyl-laced pills that killed buyer

SAN FRANCISCO – The United States Attorney’s Office charged Gage Pascoe with the distribution of pills containing fentanyl that resulted in the overdose death of his customer, announced United States Attorney David L. Anderson and Special Agent in Charge Daniel C. Comeaux, Drug Enforcement Administration (DEA).

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

December 4, 2020

Lockport man convicted by a federal jury of narcotics conspiracy tied to the Sinaloa Cartel going to prison for 25 years

BUFFALO, N.Y. — U.S. Attorney James P. Kennedy, Jr. and U.S. Drug Enforcement Administration Special Agent in Charge Ray Donovan, New York Division announced that Troy R. Gillon, 46, of Lockport, NY, who was convicted of narcotics conspiracy following an eight week jury trial, was sentenced to serve 25 years in prison by U.S. District Judge Lawrence J. Vilardo.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

December 4, 2020

13 Arrested in Connection with an LSD, Fentanyl and Methamphetamine Trafficking and Money Laundering Scheme Occurring in the West Campus Area of the University of Texas at Austin

Federal, state and local authorities have arrested 13 individuals, including current and former University of Texas (UT) students, charged in connection with trafficking LSD, fentanyl and methamphetamine pills to UT students in Austin.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

December 4, 2020

Regional Drug Distributor and His Assistant Sentenced to Federal Prison for Conspiring to Distribute Drugs

TAMPA, Fla. – Adan Barajas Maldonado (35, Mexico) was sentenced to 25 years in prison for conspiring to distribute controlled substances and for possessing a gun to further his drug trafficking enterprise. Maldonado had pleaded guilty on October 30, 2019.

Edwar Rodriguez (32, New York), one of Maldonado’s assistants, was sentenced to 11 years and 3 months in prison for his role in the same drug distribution conspiracy. Rodriguez had pleaded guilty on August 27, 2020.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

December 4, 2020

Federal authorities arrest El Paso Police Officer for providing assistance to drug dealer

In El Paso today, federal authorities arrested 23-year-old El Paso police officer Monica Garcia for allegedly helping a local drug distributor to further his criminal enterprise, announced U.S. Attorney Gregg N. Sofer; Drug Enforcement Administration (DEA) Special Agent in Charge Kyle Williamson, El Paso Division; and El Paso Police Chief Greg Allen.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
December 3, 2020

Dodge City man sentenced for methamphetamine trafficking

WICHITA, Kan. – A Dodge City, Kansas, man was sentenced today to 10 years in federal prison for methamphetamine trafficking.

Danny Del Real, 31, pleaded guilty to one count of distributing methamphetamine.

In October 2018, a confidential informant working with the Dodge City Police Department paid Del Real $5,000 to purchase approximately a pound of methamphetamine. When tested, the package contained the equivalent of about eight-tenths of a pound of pure methamphetamine.

000000

Nelson Yester-Garrido avait travaillé avec Pablo Escobar était l’un des Américains les plus recherchés dans les années 1980.

Ce baron de la drogue cubain était basé en Afrique du Sud depuis environ deux décennies, a été condamné à cinq ans de prison aux États-Unis.

Les États-Unis avaient précédemment allégué que Nelson Yester-Garrido était impliqué dans le trafic de cocaïne de haut niveau entre les années 1980 et 1997, date à laquelle il s’était enfui en Afrique du Sud et d’où il avait repris ses opérations de trafic de drogue.

source

Nelson Pablo Yester-Garrido’s life of crime and his astonishing luck in evading capture.

READ MORE

000000

 

Quinze États ont largement légalisé la marijuana, tandis que 36 autorisent la marijuana à des fins médicales.

Mais…cela reste illégal au niveau fédéral.

°°°°

WEST HAVEN, Connecticut (AP) – La police du Connecticut a arrêté deux hommes et saisi environ 770 kilos de marijuana après avoir découvert qu’une installation de stockage était utilisée illégalement comme plaque tournante pour la distribution de pots dans le nord-est, ont annoncé jeudi les autorités.

Police locale, DEA et FBI

La police de West Haven a déclaré que des agents locaux et des agents du FBI et de la DEA (Drug Enforcement Administration) avaient trouvé 1700 livres (770 kilogrammes) de marijuana mercredi lorsqu’ils ont arrêté un camion U-Haul alors qu’ils enquêtaient sur ce qu’ils ont appelé une opération de trafic international de marijuana.

« L’enquête a révélé que des individus utilisaient une installation de stockage à West Haven comme base logistique pour distribuer de grandes quantités de marijuana dans toute la zone des trois États (le Connecticut, New York et New Jersey) « , a déclaré la police de West Haven dans un communiqué.
Deux hommes de Reston, en Virginie, Jourdan Maniray, 23 ans, et I’real Jones, 20 ans, ont été détenus.

 

000000