Archives de la catégorie ‘Colombie’

Le sénateur Ivan Marulanda dans sa maison de Rionegro, le 15 septembre 2020 en Colombie (AFP – JOAQUIN SARMIENTO)

A 74 ans, le sénateur Marulanda a déjà payé un lourd tribut dans le combat contre la drogue appuyé par les Etats-Unis, plus grand consommateur mondial. Dans les années 1980, il a survécu à deux attaques des cartels qui corrompaient ou tuaient ceux qui les dénonçaient. Plusieurs de ses collègues ont été abattus.

« Le plus grand échec de ma vie a été de voir mes camarades tués dans cette guerre contre le trafic de drogue (…) Je continue à me battre (…) mais par d’autres moyens« , dit-il.

Alors que la Colombie produit 70% de la cocaïne mondiale, un sénateur de ce pays a déposé une proposition de loi inédite et audacieuse qui vise à asphyxier les réseaux de narcotrafic en légalisant la poudre blanche, dont l’achat de matière première et la production passeraient sous le contrôle de l’Etat.

Le sénateur du parti Alliance verte (centre) — qui compte neuf membres sur les 108 de la Chambre haute et 10 députés sur 171 — juge toutefois qu’il est temps de briser un tabou: le 25 août, il a déposé une proposition de loi qui prévoit que l’Etat supervise la production et la distribution de cocaïne.

Le parlementaire suggère ainsi de « laisser aux communautés indigènes la production (de la feuille de coca) pour leur alimentation, les médicaments, les boissons, les cosmétiques » et, parallèlement, de « produire de la cocaïne pour les consommateurs colombiens, qui pourraient la consommer » dans le respect de la loi. Pour l’heure, la consommation est dépénalisée pour la dose maximum d’un gramme.

Il s’agirait alors « d’une cocaïne certifiée de bonne qualité », dont la production n’entraînerait pas de violence, « sans trace d’illégalité et sous contrôle médical pour les consommateurs qui ont besoin d’aide », dit le sénateur. « Enfin, ce qui reste de cette feuille de coca sera détruit, soit pour produire de l’engrais, soit simplement brûlé ».

Mais pour Ivan Marulanda, la prohibition a été jusque-là totalement contre-productive.

Pour preuve, aux Etats-Unis, les consommateurs sont passés de 2,2% de la population en 2010 à 2,6% en 2018, et la cocaïne n’a jamais été aussi disponible en Europe, selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies.

Sur place, le constat d’échec est tout aussi criant: alors que la Colombie a dépensé 1,2 milliard de dollars par an entre 2000 et 2015 dans la lutte contre le trafic de drogue, la culture de coca est passée de 86.000 hectares en 2005 à 154.000 en 2019.

« Aujourd’hui, l’éradication de la coca nous coûte quatre milliards de pesos (1 milliard de dollars) par an. Plus toute la violence que génère cette lutte contre le trafic de drogue », rappelle-t-il.

« Si nous achetons au prix du marché toute la récolte de feuille de coca, cela ne nous coûterait que 2,6 milliards de pesos (674 millions de dollars), c’est une économie budgétaire. C’est surtout moins de sang, de violence, de corruption », estime le sénateur.

Ivan Marulanda reconnaît toutefois que les « organisations criminelles qui font du trafic international de drogue sont très puissantes, militairement et économiquement ». « Elles vont essayer de faire échouer cette loi », prévoit-il.

« L’Etat devra affronter très durement certaines de ces organisations criminelles, un affrontement que nous vivons déjà de toute façon (…), mais alors avec l’avantage qu’elles n’auraient plus accès cette ressource » que représente le trafic de cocaïne.

Mais la Colombie peut-elle se lancer seule dans cette croisade pour la légalisation ?

« Je le pense, la question du cannabis a déjà été ouverte » dans plusieurs pays comme l’Uruguay, le Canada, certains Etats américains. « Il y a un espace pour réfléchir de manière autonome aux intérêts de notre pays ».

SOURCE

000000

El hombre fue hallado al interior de una vivienda con heridas de arma de fuego. 

000000

 

Las autoridades colombianas incautaron cerca de 1,8 toneladas de cocaína transportadas en una lancha rápida en el mar Caribe y que tenían comondestino Centroamérica, al tiempo que detuvieron a cuatro colombianos y a un panameño, informó este martes 1 de septiembre la Fiscalía.

Leer

0000

En una nueva modalidad de ocultamiento, la policía incautó en la madrugada de este domingo, más de 600 kilos de cocaína al interior de unos tubos de concreto utilizados para la disposición de aguas.

El hallazgo se produjo en un parqueadero público, en Tuluá, donde encontraron una volqueta que llevaba varios.días en el lugar, sin que se conocieran datos del dueño o conductor de la misma.

Al verificar la carga, los uniformados descubrieron trece tubos de concreto, y al hacer una.perforación superficial con taladro a uno de ellos, salió un fuerte olor, característico al clorhidrato de cocaína.

El automotor fue trasladado inmediatamente a las instalaciones de la Seccional de Tránsito y Transporte, en Palmira, donde luego de realizar una revisión más a fondo, encontraron 624 kilos de la sustancia fundida en las paredes de los tubos de concreto.

Fuente

0000

Las autoridades colombianas incautaron en el suroeste del país más de una tonelada de cocaína que era transportada en un semisumergible e iba a ser llevada a México, informó este lunes la Policía.

Fuente

0000

Funcionarios de la Unidad de Investigaciones Especiales del CTI de la Fiscalía, personal de la Armada Nacional y del Ejército Nacional detectaron un laboratorio de producción de clorhidrato de cocaína en pleno funcionamiento en medio de la selva húmeda del sector de El Colorado, zona rural de Tumaco (Nariño).
Aunque los responsables de la elaboración del estupefaciente escaparon tras detectar la presencia de los uniformados, dejaron en evidencia la capacidad ilegal de elaboración y la infraestructura dispuesta para sacar del lugar hasta dos toneladas de droga semanalmente.

LEER

0000

Coke en stock (CCXCVIII) : d’autres surprises encore

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises pendant la pandémie. D’autres pays et d’autres avions ont participé bien sûr à perpétuer et entretenir le trafic, avec là encore de belles surprises dont la principale est bolivienne, avec la découverte d’une vraie entreprise à retaper les épaves d’avions pour les faire revoler …

 

Lire la suite

————————————————————————–

Coke en stock (CCXCVII) : les surprises de la periode Covid19

D’autres surprises sont apparues durant cette période exceptionnelle, notamment l’arrestation surprise d’un membre éminent du cercle proche de Nicolas Maduro, piégé au Cap Vert lors du ravitaillement d’un de ses jets privés, avec lequel il sillonne le monde. L’occasion de s’apercevoir aussi que Maduro est aussi le roi du poulet ! Au Honduras c’est une ambulance …
Lire la suite
————————————————————————–

Coke en stock (CCXCVI) : de gros porteurs retrouvés incendiés pendant le Covid-19

Pour ceux qui s’attendaient à du changement durant cette période troublée de pandémie, c’est raté : on a retrouvé des avions incendiés, une fois venus livrer leur chargement de coke, comme précédemment ces derniers temps. Aux endroits les plus courus ces derniers mois, dont le Mexique, comme on l’a vu, et au Venezuela, où l’on continue toujours à tromper la populace …
Lire la suite
————————————————————————–

Coke en stock (CCXCV) : la situation pendant le Covid19

La pandémie a changé les choses, y compris chez les trafiquants qui se sont vite reconvertis en distributeurs de masques, pour les profits, ou de nourriture, pour leur image de marque. Mais cela n’a en fait que fort peu ralenti les arrivées de jets bourrés de coke, comme on a pu …
Lire la suite
————————————————————————–

Coke en stock (CCXCIV) : un gouverneur en ligne de mire

Dans le Campeche ou le Quintana Roo, dans le Yucatan, au Mexique,  la facilité avec laquelle les appareils atterrissent et leurs pilotes s’échappent, ou les enquêtes qui suivent tombent à l’eau laissent entendre des interventions politiques favorisant le trafic. Ce n’est donc pas vraiment une surprise quand on tombe sur l’un d’entre eux, de politicien, détenteur en prime …
Lire la suite
————————————————————————–

Coke en stock (CCXCIII) : champs de soja et poupées russes

On est loin d’en avoir terminé avec les visites surprises dans le Campeche. Des jets, là-bas, atterrissent en effet parfois en plein champ de soja ! D’autres se posent sur des routes sommaires de terre, entre deux exploitations mennonites. L’un d’entre eux, un superbe jet fraîchement repeint, résiste aujourd’hui encore aux investigations. Il est vrai que l’on semble avoir tout fait …
Lire la suite
————————————————————————–

Coke en stock (CCXCII) : de toutes sortes, dans le Campeche

Dans le Campeche, partie Est du Yucatan, de nombreux avions ont été retrouvés porteurs de cocaïne.  On a tenté d’en faire disparaître certains en les enterrant, d’autres ont été incendiés, d’autre encore ont été retrouvés noyés, emportés par les crues, certains ont même été réparés à ciel ouvert, preuve de …
Lire la suite
————————————————————————–

Coke en stock (CCXCI): l’invasion du Yucatan

 

000000

 

 


La police anti-drogue de Santa Maria, en Colombie, a saisi dimanche dans le port de la ville 1.100 kilos de cocaïne à destination d’Anvers, a rapporté lundi le coordinateur du Programme de contrôle des conteneurs des Nations unies, Bob Van den Berghe.

La coke était emballée dans des caisses de bananes.

Lire

0000

MV ROYAL KLIPPER IMO 9172959

Montecristi, – Miembros de la Dirección Nacional de Control de Drogas (DNCD) y el Ministerio Público, ocuparon 208 paquetes de un polvo blanco presumiblemente cocaína, en uno de los contenedores de una embarcación que arribo al puesto de Manzanillo procedente de Colombia.

La droga estaba oculta en la consola del aire acondicionado de un contenedor color blanco, transportado en el barco MV ROYAL KLIPPER IMO 9172959, procedente de la ciudad de Santa Marta Colombia.

Leer

0000

En operaciones coordinadas entre la Armada de Colombia y la Fiscalía General de la Nación, a través de la funcionaria Delegada Contra la Criminalidad Organizada y el apoyo judicial de la Policía Nacional Antinarcóticos, logró la incautación de 1.814 kilogramos de clorhidrato de cocaína que eran transportados en una motonave a 35 millas al norte del sector de Cerro del Águila, en Necoclí – Antioquia, el Mar Caribe.

FUENTE

mas

000000

La cargaison a été découverte ce samedi. Quatre personnes ont été détenues;

L’ambulance portant les emblèmes de l’hôpital ESE Emiro Quintero Cañizares de Ocaña, Norte de Santander, avait quitté ce département dans le but de transporter la cargaison de cocaine à Santa Marta pour son transfert ultérieur à l’étranger.

source

000000

Belgian police has seized 37 kilos of cocaine on board ship Ultra Daniela, which is on time charter with Ultrabulk but is operated by Orion Bulkers.

The ship arrived from Columbia. Four men have been arrested.

Source

 

ship Ultra Daniela

0000

000000

En las últimas horas la Policía Antinarcóticos logró incautar 1,2 toneladas de clorhidrato de cocaína que iban rumbo a Alemania desde el puerto de Cartagena.

A través de un escáner, la Policía detectó paquetes irregulares en la.mercancía que estaba en uno de los contenedores del puerto y, tras adelantar una inspección física, se hallaron 1.224 paquetes rectangulares de color café y amarillo.

Leer

0000

$10million rewards offered by the DEA for the arrests of 2 former Colombian rebel chiefs who fled after being accused of trafficking cocaine and again taking up arms.

The U.S. Department of Justice accuses Hernández and Marín of drug trafficking

Read more

0000

La « Policía Antinarcóticos » a saisi 4.928 kilos de cocaïne mélangés dans des granulés de caoutchouc au port de Buenaventura.

La cargaison avait pour destination la Turquie.

LIRE

0000

Des membres de la Marine nationale, par le biais de la ‘Pacific Naval Force’, ont signalé la détection d’un bateau avec trois individus à bord au moment où ils avaient l’intention de déplacer une cargaison de cocaïne vers l’Amérique centrale.

L’opération maritime s’est déroulée à dix milles marins de la côte, dans le secteur connu sous le nom de Punta Ají, lorsque « des unités de la station des garde-côtes de Buenaventura, avec le soutien de la « Corvette Nariño « et d’un avion du Commandement aérien de Combat de l’armée de l’air colombienne, ont détecté pendant la nuit, un bateau de pêche « 

Le contre-amiral Hernando Mattos a déclaré: « le même bateau, quelques minutes avant son arrestation, avait quitté l’embouchure de la rivière Naya, en ignorant les appels de l’équipage de la Marine« .

Après 30 minutes de poursuite, le bateau occupé par trois hommes a été arrêté par les Unités, qui ont procédé à l’inspection, trouvant à l’intérieur 20 sacs contenant 543 colis de cocaïne pour un poids de 566,7 kilos.

source

000000

 

Destruction de cloison nasale, problèmes cardiaques ou neurologiques, impuissance sexuelle, nécroses…

La cocaïne génère maladies et effets secondaires méconnus et honteusement dissimulés.

D’ex-toxicomanes et drogués rencontrés en Colombie, premier producteur de ce stupéfiant, témoignent.

LIRE

0000

La Colombie, premier producteur mondial de cocaïne, coordonne les actions menées dans le cadre de la campagne Orion deux fois par an depuis 2018.

Au cours des trois premiers mois de 2020, ces actions conjointes ont permis la saisie de 130,6 tonnes de cocaïne.

Les pays participants sont l’Argentine, Belize, le Brésil, la Colombie, le Costa Rica, le Chili, les États-Unis, l’Espagne, la France, le Guatemala, le Guyana, le Honduras, l’Italie, les Iles Caïman, la Jamaïque, le Mexique, le Nicaragua, le Panama, les Pays-Bas, le Pérou, le Portugal, la République Dominicaine, le Salvador, le Surinam, Trinité-et-Tobago, ainsi que l’Uruguay.

Lire

0000

Autoridades antidrogas de Costa Rica decomisaron un cargamento de 780 kg de cocaína que llegó de Colombia oculta entre mil sacos de sal refinada, en el puerto caribeño de Moín, informó este jueves el gobierno.

La Policía de Control de Drogas (PCD) halló el cargamento ilícito estebmiércoles durante una inspección de contenedores en la terminal portuaria de Moín, indicó el Ministerio de Seguridad Pública en un comunicado.

 

Leer

0000

L’OFAST, officiellement opérationnel depuis le premier janvier 2020, a remplacé l’OCRTIS qui présentait quelques sources d’ennuis judiciaires à venir pour la haute hiérarchie policière.

Les têtes pensantes de Beauvau ont pensé qu’en changeant de nom pour sortir des comportements parfois douteux pour le citoyen lambda de l’OCRTIS, ils feraient oublier la guéguerre entre policiers et douaniers, alors que l’ensemble du personnel a été intégralement absorbé par l’OFAST…

L’esprit et la façon de fonctionner ont-ils changé?

Les affaires de la DNRED avec Erwan Guilmin et de l’OCRTIS avec François Thierry, malgré la lenteur de la justice à trancher, n’arrangent pas le relationnel et l’esprit et la façon de fonctionner de l’ensemble du personnel qui a été intégralement absorbé par l’OFAST…n’ont pas changé!

Pour lancer ce vieux nouveau service, les ‘mamamouchis’ de Beauvau ont donc définis 6 grands objectifs avec 55 mesures pour répondre à l’attente d’efficacité et de changement…oubliant de préciser que d’être opérationnel H 24, 7 jours sur 7* et réactif étaient les conditions premières à respecter.

Mais sans embauche comment réussir?

L’OFAST a pour  »originalité » de faire travailler au sein d’une même structure policiers, gendarmes, douaniers et magistrats, pour favoriser l’échange d’informations et agir à tous les niveaux de la lutte contre les trafics. « De l’arrivée des drogues en France, jusqu’au point de deal au coin de la rue. De la cage d’escalier, à l’international », avait indiqué Christophe Castaner, en fixant le cap de cette nouvelle structure : « partager l’information, décloisonner les enquêtes et collaborer entre services »

Les sources

Oh surprise! Alors que la quasi totalité des saisies sont réalisées à la suite de renseignements fournis par des « sources », rien de concret sur ces informateurs sans lesquels, l’OFAST (policiers et Gendarmes) comme la DNRED de la Douane, ne seraient que des aveugles.

Mais, peut-être, qu’enfin, les liaisons dangereuses ** entre indics et régaliens ne seront plus source première d’informations et que les actions d’infiltration, toutes aussi dangereuses d’ailleurs, seront alors privilégiées…mais, là aussi rien de concret. On croit rêver!

Certes, en ces périodes de confinement d’une grande partie des consommateurs, le deal a déjà revu sa copie et passe par les snapchat, wathsapp, instagram et twitter pour permettre à tous les addicts de satisfaire le manque possible.

Là on se dit, bravo, quand l’Objectif n°1, qui est l’amélioration de la connaissance des trafics ainsi que du pilotage stratégique au niveau national et à l’échelon territorial dans sa mesure N° 8, nous annonce que les équipes en charge de l’analyse des cybertrafics seront renforcées…Mais Cyber-gendarmes et cyber-douaniers n’ont, jusqu’à ce jour, pas réussi à faire diminuer l’offre proposée de tous types de stupéfiants. Rien que sur TWITTER, plus de 1.300 lignes de propositions de livraisons à domicile sont toujours actives et se renouvellent sans cesse. L’offre se concentre autour de 20 utilisateurs qui représentent environ la moitié des lignes.

En Mesure 12, la détection et le ciblage des conteneurs permettant d’obtenir des saisies de gros volumes, qui réduisent l’offre dans des proportions structurelles; des objectifs quantitatifs et qualitatifs seront établis par l’Ofast sur une base annuelle, donc on espère que l’arrivage de quantité importante de cocaïne de l’Amérique du sud vers l’Europe et les ports du Havre, de Fos sur mer et de Dunkerque va sérieusement être diminué sauf…sauf que le nombre d’agents affectés à la CELTICS n’est pas à la hauteur des flux de conteneurs.

Mardi 11 février 2020, Christophe Castaner a inauguré le siège de cette structure à Nanterre

L’OFAST est basé à Nanterre, pas à Lourdes, le miracle de la réunification sans arrières pensées n’a donc pas eu lieu!

Depuis maintenant trois mois, l’OFAST a donc en charge la lutte contre le narcotrafic à l’international destiné à l’hexagone et à ses DOM/TOM.

En liaison avec l’ensemble des administrations concernées, l’Office anti-stupéfiants est chargé de l’évaluation de la menace liée aux trafics de stupéfiants.
Pour accomplir cette mission, l’office, dans le cadre de la législation applicable, centralise, analyse, exploite et communique aux services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, ainsi qu’aux autres administrations et services publics de L’État toutes documentations et données statistiques, en lien avec le service statistique ministériel de la sécurité intérieure, relatives à son domaine de compétence.
Dans le cadre de la législation applicable, les services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, ainsi que les autres administrations et services publics de L’État susceptibles d’apporter leur concours à l’office lui adressent, dans les meilleurs délais, les informations relatives à son domaine de compétence dont ils ont connaissance.
Pour les infractions qui relèvent de sa compétence, l’office, dans le cadre de la législation applicable, adresse, aux services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, et aux autorités judiciaires, toutes indications utiles à l’identification ou à la recherche des délinquants ainsi que, sur leur demande, tous renseignements nécessaires aux enquêtes dont ils sont saisis.

Pour cela, l’Office anti-stupéfiants est chargé de :
-1° Procéder sur l’ensemble du territoire national à des enquêtes judiciaires relatives à des trafics de produits stupéfiants d’importance nationale et internationale ou présentant une sensibilité particulière ;
-2° Sous le contrôle de l’autorité judiciaire, coordonner les enquêtes de grande envergure diligentées par des services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, en particulier les enquêtes qui présentent une dimension internationale marquée et visent des filières d’importation complexes ;
-3° Coordonner l’action des services territoriaux de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, le cas échéant dans le cadre de saisines conjointes décidées par l’autorité judiciaire ;
-4° Centraliser les informations concernant les demandes adressées aux fonctionnaires ou agents publics visant à permettre la mise en œuvre des opérations de surveillance prévues par l’article 706-80-1 du code de procédure pénale, par le I de l’article 67 bis et par l’article 67 bis-3 du code des douanes ;
-5° Coordonner avec l’ensemble des partenaires concernés la mise en œuvre des mesures de prévention, de recherche et de constatation des infractions constitutives de trafic de stupéfiants dont les modalités sont fixées par la loi n° 94-589 du 15 juillet 1994 relative à l’exercice par l’Etat de ses pouvoirs de police en mer pour la lutte contre certaines infractions relevant de conventions internationales.

Pour lutter efficacement contre le narcotrafic, l’une des solutions consiste aussi à faire baisser la demande. Mais rien n’est vraiment prévu pour enrayer l’arrivée de nouveaux consommateurs.

-Que font ces hauts fonctionnaires chargés de définir les politiques à mettre en œuvre pour tenter de diminuer cette « épidémie de zombies » ?

-Que font les chargés de l’analyse criminelle et/ou de l’intelligence économique et diplomatique qui, normalement doivent englober la prospective?

-Qui fait de la prospective ‘stups’ à Beauvau et à Montreuil ? Et si des services s’y consacrent, sont-ils encore en osmose avec le terrain ?

Non, ils sont comme ceux qui n’ont pas su prévoir le coronavirus ?

Notre haute administration et ses cohortes d’énarques, inspecteurs des finances, administrateurs civils et autres cooptés ne seraient ils pas le véritable MAL FRANÇAIS?

000000

« De tous les régimes qu’a connus notre peuple, pas un n’a su éviter la catastrophe. Des héros qu’on nous apprenait à admirer, pas un qui n’eût fini dans la tragédie, ou du moins dans l’échec… Quand la chance s’acharne à être mauvaise, elle est plus qu’un effet de hasard. » Alain Peyrefitte

000000

 

* Pour remplir les postes affectés aux tâches régaliennes, un poste à couvrir dans un secteur donné de lutte anti stups nécessite au minimun 5 hommes à temps complet. Par exemple, avec + ou – 8.000 douaniers affectés à la SURV, pour les BSI, BSE, navigants marins, navigants aériens et pour les opérations de contrôles suite aux signalements de la DNRED, en considérant les 35 heures comme base de calcul, il reste moins de 2.000 hommes mobilisables et opérationnels sur l’hexagone et l’ensemble des DOM/TOM. Quand on sait d’autre part qu’avec les fermetures successives des Brigades, l’éloignement des hommes des lieux de contrôles nécessite parfois plus de deux heures AR pour être effectivement opérationnel, un constat s’impose: de ces 2000 hommes, après avoir retirer les plantons de Bercy, de Montreuil et des DI et DR, qui représente environ 300 hommes plus… la kyrielle de sous-directeurs végétato-improductifs évaluée à une cinquantaine de tête, il ne reste donc que 1.650 opérationnels! Lors de ce décompte, les malades, les enceintes et les congés parentaux n’ont pas été chiffrés…

** Liaisons dangereuses pour les policiers et douaniers de fréquenter des malfaiteurs qui peuvent alors les utiliser, les manipuler…Les exemples des dernières années sont là! Quand aux actions d’infiltration, elles comportent toujours le risque majeur d’être découvert et/ou de ne pas pouvoir brandir à un moment critique le Dalloz pour dire stop, j’arrête! Quand on est en situation d’infiltration, on ne peut l’interrompre et c’est alors que la lâcheté des donneurs d’ordre, qu’ils soient politiques ou autres énarques en charge de grands services régaliens, peut s’exprimer en se reniant devenant alors non seulement des couards mais aussi des renégats démontrant alors la bassesse des motivations qui les ont amenés à ces postes de responsabilité.

000000