TURQUIE 🇹🇷 (Mersin) : les douaniers saisissent 463 kilos de cocaïne dans un navire qui arrivait d’Équateur

Après une opération identique la semaine dernière, les douaniers turcs ont saisi 463 kilogrammes de cocaïne dans le port méditerranéen de Mersin au petit matin de ce mercredi 23 juin 2021, dans la cargaison d’un navire en provenance d’Équateur.

000000

WORLWIDE : cinquante ans de guerre aux drogues et aucune issue en vue

Échec total !

Cinquante ans plus tard, l’ennemi à abattre est toujours non-identifié, les moyens financiers et sécuritaires pour y arriver ne cessent de croître, et les résultats ne cessent de décevoir.

En cinquante ans, la production, la consommation, le trafic, la puissance des substances, leur adultération, leur nombre, volume et diversification, la violence dans le marché illégal, la sur-incarcération, la surpopulation carcérale, la disproportionnalité des peines (allant jusqu’à la peine de mort ou les exécutions sommaires), et la puissance des organisations criminelles n’ont fait que croître.

Lire

0000

PHILIPPINES 🇵🇭 : vers une enquête sur la « guerre contre la drogue » de Rodrigo Duterte

La « guerre contre la drogue » du président philippin Rodrigo Duterte a fait des milliers de morts. L’ouverture d’une enquête par la Cour pénale internationale pourrait mettre un terme à ce cycle d’impunité.

Le 14 juin 2021, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé qu’elle demandait officiellement l’ouverture d’une enquête sur la « guerre contre la drogue » meurtrière menée par le gouvernement des Philippines. Il s’agit d’une étape cruciale en vue de rendre justice aux milliers de familles endeuillées.

Si les Philippines connaissaient déjà de gros problèmes en matière d’impunité pour les violations des droits humains bien avant l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Rodrigo Duterte, la situation s’est nettement dégradée avec l’homicide généralisé et systématique de milliers de consommateurs ou trafiquants de drogue présumés depuis 2016.

Pour la justice et contre l’impunité

Le dernier jour de son mandat, Fatou Bensouda a demandé aux juges de la Cour l’autorisation de mener une enquête exhaustive sur les actes commis par le gouvernement philippin. Dans le viseur ? Les crimes contre l’humanité, les tortures et d’autres actes inhumains commis dans le contexte de la « guerre contre la drogue » menée dans le pays entre le 1er novembre 2011 et le 16 mars 2019.

Cela englobe les exécutions extrajudiciaires commises par la police lors d’« opérations anti-drogue », sur incitation et encouragement de hauts responsables philippins, dont le président. Sous la présidence de Duterte, les homicides cautionnés par l’État et l’incitation à la violence sont devenus la norme. Étant donné le rôle du gouvernement philippin dans ces vagues d’homicides et l’impunité absolue qui règne dans le pays, l’enquête de la CPI est une étape cruciale pour faire avancer la justice.

En février 2018, la CPI a démarré un examen préliminaire des éventuels crimes commis dans le pays. Le mois suivant, le président Rodrigo Duterte a annoncé que les Philippines allaient se retirer de la CPI. Ce retrait a pris effet un an plus tard, le 17 mars 2019. Toutefois, la CPI continue d’exercer sa compétence pour enquêter sur les crimes perpétrés dans le pays.

Des meurtres commis de sang-froid

Depuis l’arrivée au pouvoir du président Rodrigo Duterte en juin 2016, des milliers de personnes, majoritairement issues de milieux pauvres et marginalisés, ont été tuées – soit par la police, soit par des individus armés soupçonnés d’avoir des liens avec la police. Tout cela dans le cadre de la « guerre contre la drogue » du gouvernement.

Dans des rapports précédents, nous avons détaillé les exécutions extrajudiciaires et autres violations des droits humains imputables à des policiers et à leurs supérieurs. Ces meurtres commis de sang-froid sont des crimes contre l’humanité.

Lire plus

000000

TURQUIE 🇹🇷 (port de Mersin) : les douaniers saisissent une tonne de cocaïne dans le sud

Les équipes de surveillance douanière du ministère ont saisi une tonne de cocaïne au niveau du port de Mersin, a annoncé Mus, ajoutant qu’il s’agit de la plus importante saisie de cocaïne faite jusqu’à aujourd’hui en Turquie.

Plus

0000

FRANCE 🇫🇷 : ce que vous n’apprendrez pas en allant au musée de la Douane française à Bordeaux

IRAN 🇮🇷 : Over 1.3 tons of narcotics confiscated by police in SE

TEHRAN, Jun. 14 (MNA) – The police commander of the southeastern Iranian province of Sistan and Balochestan said Sunday that 1.306 kg of illegal drugs were discovered and seized after clashes with drug traffickers. The police commander said that the drug traffickers had fast vehicles to carry the drugs into central Iran.

He added that when the drug traffickers noticed they had been spotted and were under surveillance of the security forces, they were engaged in an armed clash with the security forces on the road between Iranshahr and Khash.

But, Taheri said, the drug traffickers fled the scene leaving behind their vehicles.

The Sistan and Balochestan police commander said that 1,306 kg of illegal drugs were discovered and seized from the four cars belonging to the traffickers.

read more

000000

ONUDC (Trafic de stupéfiants) : depuis ce rapport de 2010, les flux ont été multiplié par 3

Le trafic de stupéfiants est un commerce international illicite comprenant la culture, la fabrication, la distribution et la vente de substances interdites par la loi. L’ONUDC contrôle et recherche en permanence les marchés illicites de stupéfiants internationaux afin de mieux appréhender leurs dynamiques. Le trafic de stupéfiants est au cœur de cette recherche.

Davantage d’informations sont disponibles dans le Rapport mondial sur les drogues annuel.

Actuellement, la consommation mondiale d’héroïne (340 tonnes) ainsi que les saisies représentent un flux annuel de 430 à 450 tonnes d’héroïne sur le marché international. L’opium du Myanmar et de la République démocratique populaire lao en représentent environ 50 tonnes, alors que le reste, près de 380 tonnes d’héroïne et de morphine, est produit exclusivement à partir d’opium afghan. Bien que cinq tonnes soient consommées et saisies en Afghanistan, les 375 tonnes restantes font l’objet d’un trafic international via des routes parcourant les pays limitrophes de l’Afghanistan.

Les Balkans et les routes du Nord sont les principaux couloirs de trafic de l’héroïne entre l’Afghanistan et les grands marchés de la Fédération de Russie et de l’Europe occidentale. La route des Balkans traverse la République islamique d’Iran (souvent via le Pakistan), la Turquie, la Grèce et la Bulgarie via l’Europe du Sud-Est vers le marché de l’Europe occidentale, pour une valeur annuelle de près de 20 milliards de dollars. La route du Nord traverse principalement le Tadjikistan et le Kirghizistan (ou l’Ouzbékistan ou le Turkménistan) vers le Kazakhstan et la Fédération de Russie. L’envergure du marché est estimée à un total de 13 milliards de dollars par an.

Principaux flux d’héroïne en provenance d’Asie

Global heroin flows

Source : Rapport mondial sur les drogues 2010, ONUDC

En 2008, les saisies d’héroïne ont atteint le niveau record de 73,7 tonnes métriques. La majorité de l’héroïne a été saisie au Proche et au Moyen Orient ainsi qu’en Asie du Sud-est (39 % du total mondial), en Europe du Sud-est (24 %) et en Europe Centrale et Occidentale (10 %). L’augmentation mondiale des saisies d’héroïne sur la période 2007-2008 fait suite à l’augmentation croissante du nombre de saisies par la République islamique d’Iran et la Turquie. En 2008, les deux pays ont effectué plus de la moitié des saisies d’héroïne mondiales et ont enregistré les deux plus importantes saisies au monde, pour la troisième année consécutive.

En 2007 et 2008, entre 16 et 17 millions de personnes consommaient de la cocaïne dans le monde, soit l’équivalent du nombre de consommateurs d’opiacés. L’Amérique du Nord représentait près de 40 % de la consommation de cocaïne mondiale (le total a été estimé à 470 tonnes), alors que les 27 pays de l’Union Européenne et quatre pays membres de l’Association européenne de libre-échange représentaient plus d’un quart de la consommation totale. Ces deux régions représentent plus de 80 % de la valeur totale du marché mondial de la cocaïne, estimé à 88 milliards de dollars en 2008.

En ce qui concerne le marché américain, la cocaïne est généralement transportée depuis la Colombie vers le Mexique ou l’Amérique centrale par mer puis par terre vers les Etats-Unis et le Canada. La cocaïne est principalement acheminée vers l’Europe par mer, le plus souvent dans des cargaisons de conteneurs. La cocaïne trouvée en Europe provient majoritairement de Colombie, cependant les cargaisons du Pérou ou de l’Etat plurinational de Bolivie y sont plus communes que sur le marché des Etats-Unis.

Principaux flux de cocaïne, 2008

Global cocaine flows

Source : Rapport mondial sur les drogues 2010, ONUDC

Suite à une hausse significative des saisies de cocaïne de 2002 à 2005, celles-ci se sont aujourd’hui stabilisées, atteignant 712 tonnes en 2007 contre 711 en 2011. Les saisies se concentrent toujours en Amérique et en Europe. Cependant, la transition de 2007 à 2008 a entraîné un changement géographique dans les saisies vers les pays d’origine de la cocaïne. Les saisies en Amérique du Sud ont représenté 59 % du total international en 2008, contre 45 % en 2007.

Informations supplémentaires :

Données et analyses

000000

OPÉRATION IRONSIDE : avec son piège aux téléphones « cryptés », le FBI, la DEA, l’AFP et Europol ont réussi un énorme coup de filet mondial contre le crime organisé

Pendant trois ans, grâce à leur infiltration des réseaux criminels, des policiers triés sur le volet ont écouté en direct quelque 27 millions de conversations cryptées entre malfaiteurs ayant trait à leurs activités ou à leurs projets d’activités criminelles en tout genre. Il aura fallu 18 mois aux policiers du FBI et des 16 autres pays engagés dans l’opération pour les décrypter et les exploiter.

C’est l’histoire d’un gigantesque coup de filet mondial contre le crime organisé à l’initiative de la police australienne qui a eu l’idée géniale de noyauter une appli de messagerie cryptée prisée des criminels et grâce au FBI qui a apporté ses moyens techniques pour la réaliser.

Résultat: ce mardi matin, la police fédérale australienne (AFP pour Australian Federal Police) annonce l’arrestation, synchrone à travers le monde, de plusieurs centaines de personnes suspectées d’activités criminelles.

Cette opération a été déclenchée par les polices de plusieurs pays: l’Australian Federal Police (AFP) en Australie (qui a mobilisé pas moins de 4.000 agents), le Federal Bureau of Investigation (FBI) et la Drug Enforcement Administration (DEA) aux États-Unis, la police de Nouvelle-Zélande; en Europe, la police nationale néerlandaise (Politie) et l’autorité de police suédoise (Polisen) étaient de la partie. L’agence européenne de police criminelle Europol précise, dans son communiqué du jour, qu’elle a également participé à l’opération en soutien des autorités précédemment citées et aux côtés de 16 autres pays.

Liste des participants :

  • Europol : Jean-Philippe Lecouffe, directeur adjoint des opérations
  • Federal Bureau of Investigation (FBI) des États-Unis : Calvin Shivers, directeur adjoint de la division des enquêtes criminelles
  • Police nationale néerlandaise (Politie) : Jannine van der Berg, Commission en chef de l’Unité de la police nationale
  • Autorité de police suédoise (Polisen) : Linda Staaf, chef du renseignement
  • Police fédérale australienne (AFP): Commandant Jennifer Hurst, Manager Europe, Afrique et Moyen-Orient

(avec AFP – pour Agence France Presse-, Europol, TV9News)

source

000000

VIETNAM 🇻🇳 (tribunal de Tay Ninh) : le footballeur nigérian Theophius Ugwu a été condamné à mort mardi dernier pour trafic de méthamphétamine

Theophius Ugwu avait été arrêté le 8 mars 2020 en possession d’environ 6kg de méthamphétamine, en provenance du Cambodge.

source

000000

IRAN 🇮🇷 (Saravan) : les gardes-frontières saisissent 2 500 kilos de drogue

Le général de brigade Ahmad-Ali Goudarzi

TEHERAN, 03 juin (MNA) – Le commandant des gardes-frontières des forces de l’ordre a révélé le démantèlement de deux bandes organisées de trafiquants de drogue et la confiscation de plus de 2 500 kilos de stupéfiants par les gardes-frontières à Saravan, dans le sud de l’Iran.

Le général de brigade Ahmad-Ali Goudarzi a précisé : « Après plusieurs jours d’activités de renseignement et de planification opérationnelle, les gardes-frontières ont pu saisir un véhicule chargé de 1 544 kilogrammes de divers types de drogues, dont 1 152 kilogrammes d’opium et 392 kilogrammes de haschich. »

« Dans une autre opération, les gardes-frontières ont saisi une tonne de stupéfiants en plus de la confiscation de certaines armes et munitions lors d’un affrontement armé avec des passeurs« , a-t-il ajouté.


SOURCE

000000

PORTUGAL 🇵🇹 (Lisbonne airport) : Karim Benkhelif surnommé « Mâchoire » s’est fait cueillir à son arrivée de Dubaï

Karim Benkhelif a été interpellé à l’aéroport de Lisbonne dimanche alors qu’il descendait d’un avion en provenance de Dubaï. Ce franco-algérien faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international pour trafic de drogue.

Source

0000

ESPAÑA 🇪🇸 (Madrid) : detenido uno de los principales capos europeos de la heroína que abastecía a los clanes de la droga de Cañada Real

Los agentes se han incautado de 26 kilos de heroína camuflada en carga legal de sacos de cemento y arena, transportados por empresas desde Países Bajos.

En total, nueve personas han sido detenidas en las localidades de Alcalá de Henares y Alovera, en las provincias de Madrid y Guadalajara.

El principal detenido, líder de la organización y asentado en la ciudad neerlandesa de Róterdam, fue arrestado tras desplazarse a España para coordinar personalmente la transacción de una importante partida de heroína. Era turco holandés y abastecía a los clanes de la droga de Cañada Real y pretendía impulsar la venta de heroína tras los meses de pandemia. La droga salía de Afganistán y llegaba a Irán donde las organizaciones tienen guarderías desde las que distribuyen a Europa por diferentes rutas.

LEER MAS

MAS

000000

IRAN 🇮🇷 (Khuzestan – city of Hendijan) : Police bust over 1 ton narcotics in SW Iran

TEHRAN, May 30 (MNA) – The Khuzestan police commander announced the confiscation of over one ton of illicit drugs in an anti-narcotics police operation in the city of Hendijan.

The province’s anti-narcotics police forces identified a drug-smuggling band who was planning to transport a large consignment of narcotics with a truck, said the Police chief of Khuzestan province Second Brigadier Seyyed Mohammad Salehi on Sunday.

During the inspection of the seized truck, the police forces confiscated 1.021 tons of opium, he added.

source

000000

THAÏLANDE 🇹🇭 (Tambon Ko Yo – Songkhla) : la police des frontières saisit 100.000 pilules de methamphétamine

La police des frontières a arrêté mardi un trafiquant de drogue et saisi 100.000 pilules de méthamphétamine dans le sud de la Thaïlande. Il a été arrêté lorsque la police a contrôlé sa « Toyota Fortuner » pour une perquisition sur l’autoroute 408 à Tambon Ko Yo à Songkhla.

La police de la patrouille frontalière de Songkhla a identifié le trafiquant de drogue comme étant M. Pipat Noopan, 50 ans, de Nakhon Si Thammarat.

SOURCE

000000

TURQUIE 🇹🇷 (narco-logistique) : la « Turkish Connection »… Fantasme ou réalité ?

Un chef de la mafia turque, qui a fait un certain nombre de déclarations extraordinaires sur les élites de son pays et le crime organisé, a affirmé qu’un plan avait été mis en place pour organiser le trafic de cocaïne du Venezuela vers la Turquie.

Dans une vidéo mise en ligne sur YouTube fin mai, Sedat Peker, chef de gang turc condamné, a affirmé qu’Erkam Yildirim – le fils de l’ancien Premier ministre turc Binali Yildirim – avait été impliqué dans un « savant montage » visant à envoyer de la cocaïne du Venezuela vers la Turquie.

L’ex premier ministre Binali Yildirim a publiquement nié les allégations faites contre son fils, affirmant dans une déclaration que les affirmations de Peker étaient «définitivement de la calomnie, des mensonges et je les rejette fermement. Nous mentionner côte à côte avec la drogue est la plus grande insulte », selon le Washington Post.

Reconnu coupable de crimes liés à la foule en 2007 et libéré de prison en 2014, Sedat Peker a quitté la Turquie l’année dernière pour éviter des poursuites après avoir prétendu avoir été informé d’une enquête sur son organisation criminelle. Plus tôt cette année, la police a arrêté près de 50 personnes associées au groupe.

Depuis mai, il a publié une série de vidéos YouTube dans lesquelles il a fait des allégations non corroborées de morts suspectes et de trafic de drogue, alléguant l’implication de hauts responsables du gouvernement turc et de personnes proches du parti AK au pouvoir, a rapporté Reuters.

À la suite d’une saisie de 4,9 tonnes de cocaïne à destination de la Turquie dans la ville côtière de Buenaventura, en Colombie, en juin dernier, Peker a déclaré que des contacts avaient été pris pour trouver une nouvelle route d’approvisionnement de la cocaïne. Il a affirmé que deux visites de quatre jours au Venezuela en janvier et février 2021 par Erkam Yıldırım devaient établir une nouvelle route pour l’envoi de cocaïne en Turquie, selon le média turc Bianet.

Binali Yıldırım a reconnu que son fils s’était rendu au Venezuela seulement en décembre 2020, apportant des fournitures médicales pour aider le pays à combattre le COVID-19.

D’autres allégations de Peker prétendaient que le cargaisons de cocaïne arrivant en Turquie pouvaient être transférées sur des yachts se dirigeant vers la marina de Yalıkavak dans la ville portuaire de Bodrum, située dans la partie sud-ouest du pays, a rapporté Bianet.

Sedak Peker a également affimé que l’ancien ministre de l’Intérieur Mehmet Ağar avait pris le contrôle de la marina à Mübariz Mansimov Gurbanoğlu, un entrepreneur azerbaïdjanais, actuellement assigné à résidence pour des liens présumés avec un groupe tenu pour responsable d’une tentative de coup d’État en 2016 en Turquie. Ağar, qui préside le conseil d’administration de la marina, a nié les allégations, affirmant qu’il protégeait la marina de la mafia.

°°°°

Analyse de la criminalité par InSight

La Turquie a servi de point de transit pour la cocaïne sud-américaine introduite en contrebande en Europe, au Moyen-Orient et en Asie.

Les trafiquants ont réussi à envoyer de la drogue dans le pays dans des conteneurs maritimes qui arrivent via la ville belge d’Anvers et d’autres ports européens.

De la cocaïne a également été introduite clandestinement à bord de vols entre la Colombie et la Turquie.

Sedat Peker a suggéré qu’une nouvelle route reliant le Venezuela et la Turquie avait été choisie par le réseau présumé pour deux raisons: le manque de contrôle de la Drug Enforcement Administration (DEA) des États-Unis au Venezuela et la proximité du pays avec la Colombie, qui connaît un boom de la production de cocaïne. .

Mais il est resté vague sur le « modus operandi » spécifique en suggérant seulement que les cargos quittant le port nord du Venezuela de La Guaira s’arrêtent à Panama avant d’atteindre la Turquie, selon Bianet.

Bien que cela ne semble pas être une filière de trafic de cocaïne établie, elle pourrait être plausible avec les bonnes connexions en place. Le fret transportant de la ferraille expédiée du Venezuela continue d’atteindre la Turquie.

Bien qu’aucune des affirmations de Sedat Peker n’ait été étayée, ses commentaires indiquent comment les réseaux de drogue turcs pourraient prendre le contrôle de nouvelles routes pour répondre à la demande européenne de cocaïne.

Un rapport de 2019 d’Europol et de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) a signalé que des groupes criminels organisés turcs mettent de plus en plus en place leurs propres opérations pour transporter la cocaïne directement d’Amérique du Sud vers l’Europe.

Le rapport ajoute que ces groupes achètent également de la cocaïne directement dans ou à proximité des pays producteurs, en s’appuyant sur leur propre infrastructure de transport maritime pour expédier de la drogue à travers l’Atlantique.

Analyse de la criminalité par Aviseur International

Sedak Peker ne fait que reprendre ce qui est parfaitement connu de l’ensemble des services européens dédiés à la lutte contre le narcotrafic. Donc ces informations ne permettent pas de faire une réelle découverte.

Seules les visites d’Erkam Yıldırım au Venezuela pour raisons humanitaires peuvent éventuellement déclencher un complément d’informations par les enquêteurs, bien qu’il soit vraisemblable que les agents de la DEA connaissent déjà les raisons réelles des visites de Erkam Yıldırım.

Sedak Peker a également affirmé que l’ancien ministre de l’Intérieur Mehmet Ağar avait pris le contrôle de la marina à Mübariz Mansimov Gurbanoğlu, un entrepreneur azerbaïdjanais, actuellement assigné à résidence pour des liens présumés avec un groupe tenu pour responsable d’une tentative de coup d’État en 2016 en Turquie. Ağar, qui préside le conseil d’administration de la marina, a nié les allégations, affirmant qu’il protégeait la marina de la mafia.

Pour cette dernière allégation de Sedak Peker, il ne serait pas autrement surprenant qu’un ex ministre de l’intérieur ait saisi l’opportunité de prendre le contrôle d’une marina, sachant que le côté sécurisation apportée par son contrôle autorise ‘de facto’ toutes autres dérives savamment calculées.

Souvenons-nous de Charles Pasqua en France et de José Barrionuevo et Rafael Vera en Espagne, qui étaient des experts dans le double jeu sans être pour autant bi-polaire !

SOURCE

000000

ROUMANIE 🇷🇴 (port de Constanta) : saisie d’une tonne 500 d’héroïne en provenance d’Iran

La police roumaine a récemment saisi près d’une tonne et demie d’héroïne.

La drogue venait d’Iran et était cachée dans un conteneur.

Lire

0000

ESPAGNE 🇪🇸 (Andalousie) : depuis plus de 30 ans, les structures mises en place, la logistique criminelle, les contacts et ramifications avec différents services spéciaux sont toujours d’actualité

NARCOTRAFIC : le trombinoscope des années 90

Carlos Gaston Ferran, dit « Le Grand »

ICI lors d’un séjour en Algérie dans sa jeunesse.


Jean Gilbert Para, un proche collaborateur de Charles Ferran, disparu le 11 mai 2002, dans la région de Ronda en Andalousie. (Son 4X4 a été retrouvé criblé de balles!)

Il était copropriétaire avec Carlos Ferran, Edouard ´Doudou´ Mari-Chica et Abdel Omar (Adiel OUANOUGLU) »Le Chacal » du ´My Lady Palace´ y ´Play Boy´ de Marbella et d’autres établissements similaires à Torremolinos et Benalmádena. Il gérait aussi un restaurant Plaza del Socorro à Ronda.



Adiel OUANOUGLU ou Abdel OMAR, dit « Le Chacal ».

enregistré par les autorités françaises de la DNRED et de l’OCRTIS

« C’est un personnage qui a fait bénéficier la DNRED (Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, NDLR) comme d’autres services français d’un carnet d’adresses très étoffé« , expliquait Jean-Michel Pillon, chef de bureau au sein de la direction des douanes lors d’une audition devant la brigade financière en mars 2016

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Alain David Benhamou dit ´Doudou´ Mari-Chica

Le beau-frère de Carlos Ferran

ici à Marbella

 


Ricardo RUIZ COOL, commissaire de Police à Estepona (Andalousie) dans les années 90, chargé de la sécurité des GAL sur la Costa del Sol, était un contact très proche de Carlos Ferran. Il mettait à sa disposition le fichier de la Police Nationale espagnole et sécurisait les rendez-vous de Carlos Ferran avec Rafael Vera, le ministre espagnol de la sécurité.

Son adjoint à Estepona, Florentino Villabona Madera pourrait, j’en suis certain nous parler de cette grande époque, s’il n’est pas frappé d’amnésie sélective. Aujourd’hui, il est « Director Adjunto Operativo (DAO) de la Policía »!


Le GAL

fg-vera-barrionuevo

Felipe Gonzalez (au centre), le fondateurs du GAL et ses meilleurs collaborateurs Rafael Vera (à gauche) et José Barrionuevo.

°°°°

ESPAGNE (les années sombres du terrorisme et du narcotrafic d’Etat): retour sur les cloaques de Felipe Gonzalez, José Barrionuevo, José Luis Corcuera, Rafael Vera et des mercenaires du GAL

LIRE: NARCO-TERRORISMO (G.A.L.): los mercenarios de la OAS en España.

ET aussi: l’histoire du GAL

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La DNRED était copropriétaire de ce restaurant en bordure de mer à Estepona avec Marc Fievet

Lire plus :
DOUANE FRANÇAISE : quand la DNRED tenait un restaurant à Estepona en Andalousie

000000

IRAN 🇮🇷 (TEHRAN) : IRGC smashes large gang smuggling drugs to Europe

The Intelligence Organization of the Islamic Revolutionary Guard Corps has smashed a large gang that was smuggling narcotics to Europe, IRIB reported on Sunday.

In this operation, 590 kilos of heroin, which were skillfully embedded in iron profiles and stored in a shed in the suburbs, were seized in the northwestern city of Tabriz.

Five members of the gang, who were involved in smuggling and transit of narcotics to Europe, have been arrested, three of whom are citizens of a neighboring foreign country and the rest are Iranian.

Naser Aslani, an official with the anti-narcotics police, said on Thursday that more than 43 tons of narcotics have been confiscated from smugglers across the country over the past two weeks.

Also, 939 vehicles and 30 weapons were confiscated as well, he stated, adding, meanwhile, a total of 12,992 culprits have been arrested in connection with plans implemented for dealing with drug trafficking.

Most recently, the police have disbanded two large smuggling gangs in the eastern province of Sistan-Baluchestan, discovering around 1.1 tons of narcotics.

read more

000000

SYRIE 🇸🇾 : la frontière entre la Syrie et le Liban est une zone de non-droit

Le Captagon, une manne pour Bachar el-Hassad et le narco-État syrien

«Je savais ce qu’on me demandait de faire. Ils voulaient l’ingrédient principal du Captagon. Et cette drogue est un sale business.» Ces mots sont ceux d’un homme, interrogé par le Guardian, qui a décidé de quitter la Syrie et sa ville de Lattaquié en 2015 pour gagner l’Europe, effrayé à l’idée de trafiquer de la fénétylline et de tremper dans ces mortelles affaires.

Lui a migré, mais beaucoup sont restés et sont entrés dans le jeu. Ainsi que l’explique le quotidien britannique, le Captagon est, pour la région syrienne comme pour son immédiate voisine libanaise, devenu une industrie florissante.

Dans des pays économiquement ravagés, cette «cocaïne du pauvre», utilisée à fins récréatives mais aussi parfois guerrières, est même l’une des industries les plus en vue, en croissance rapide. Au point, raconte le Guardian, de «rivaliser avec le PIB à plat du pays» et de devenir, pour Bachar el-Hassad et son clan, une précieuse source de revenus pour s’accrocher au pouvoir.

La frontière entre la Syrie et le Liban est une zone de non-droit, que le régime a tout intérêt à conserver en l’état.

Dans ce chaos administratif s’est organisé un cartel digne de celui de Sinaloa, au Mexique. Sur une route allant de la vallée libanaise de la Bekaa à la ville-frontière syrienne de Qousseir, les trafics vont bon train, les uns fournissant aux autres les ingrédients nécessaires à la confection du Captagon.

Des miliciens, des figures politiques locales ou des lignées de criminels ont mis la main sur le business –quiconque souhaite en croquer devra en payer le prix. «Ce sont des gens très dangereux», affirme un officiel libanais, interrogé à Beyrouth par le Guardian. «Ils n’ont peur de personne, ils se cachent à la vue de tous.»

Les regards se tournent également vers le port de Lattaquié, plaque tournante de cette chaîne du Captagon. Un cousin de Bachar el-Assad, Samer el-Assad, y règne en maître: selon le quotidien britannique, il fournit un accès aux réseaux et une protection contre une part du marché.

lire plus

000000

LIBAN 🇱🇧 (Bodai) : un laboratoire de drogue démantelé dans la région de Baalbeck

Une unité de l’Armée Libanaise a réussi à identifier et perquisitionner un laboratoire de fabrication de drogue situé dans la localité de Bodai dans la région de Baalbeck, annonce l’Agence Nationale d’Information (ANI).

lire

000000

INTERPOL (Trafic de drogue) : un Britannique en cavale depuis huit ans arrêté à Dubaï 🇦🇪

Un fugitif britannique parmi les plus recherchés par le Royaume-Uni, suspecté d’être impliqué dans le trafic d’énormes quantités de cocaïne, a été arrêté à Dubaï après huit ans de cavale, a affirmé dimanche la police de l’émirat.

Michael Paul Moogan, 35 ans et originaire de Liverpool (nord-ouest de l’Angleterre), avait pris la fuite il y a huit ans après une descente de police dans un café de Rotterdam (Pays-Bas) suspecté d’être au coeur d’un trafic de drogues.

Lire

0000