HÉROÏNE (les talibans promettent d’éradiquer le pavot) : les cartels mexicains prendront-ils le relais?

Les talibans ont promis d’interdire la production de pavot

S’ils devaient tenir parole, la culture de l’opium pourrait s’intensifier ailleurs, au Mexique notamment, et ainsi transformer le marché de la drogue. Mais selon Raúl Benítez Manaut, expert du narcotrafic, les cartels mexicains se concentrent encore sur le territoire nord-américain.

La reprise de Kaboul par les talibans pourrait avoir des répercussions jusqu’en Amérique du Nord et en Amérique centrale, où des cartels mexicains se partagent l’essentiel du commerce et des routes de la drogue.

Lire

0000

IRAN 🇮🇷 (Sistan et Baluchestan) : saisie de 1.246 kilos d’opium sur la route Saravan-Khash

TEHERAN, 22 août (MNA) – Le commandant de la police du Sistan et Baluchestan a signalé un affrontement entre la police et des membres d’un gang armé de trafiquants de drogue sur la route Saravan-Khash et la confiscation de 1.246 kilos d’opium.

Au cours de l’opération, 4 véhicules appartenant à des contrebandiers ont été saisis.

Selon le chef de la police, 4 contrebandiers ont également été arrêtés et des armes et des munitions ont été saisies.

L’Iran, qui a une frontière commune de 900 kilomètres avec l’Afghanistan, est utilisé comme principal voie d’acheminement de l’opium et de l’héroïne vers les réseaux de drogue en Europe.

source

000000

NARCO-BUSINESS : comment les Occidentaux ont laissé l’Afghanistan redevenir le pays de la drogue ?

C’est un paradoxe très pénible : ces vingt dernières années, les autorités afghanes, les Britanniques et les Américains ont laissé se reconstituer la production massive d’opium en Afghanistan, que les talibans avaient auparavant presque éradiquée, explique Bernard Frahi, le Contrôleur général honoraire de la police nationale*.

Le 11 septembre 2001 avait sonné le glas de l’obscurantisme taliban en Afghanistan. Il est pourtant un domaine où les talibans avaient surpris positivement : le mollah Omar, chef suprême des talibans, avait imposé la prohibition totale de la culture du pavot à opium dans les territoires sous leur contrôle, soit plus de 90 % du pays et 95% des surfaces cultivées du pavot. En mai 2001, les talibans avaient quasi-éliminé la production d’opium la faisant chuter à 185 tonnes contre 4600 tonnes en 1998. Ce reliquat était concentré dans les territoires du nord-est du pays placés sous le contrôle de l’Alliance du Nord, ennemis des talibans.

Or, par une sinistre ironie, pendant les 20 années de la présence américaine, production et trafic d’opium se sont reconstitués.

lire

°°°°°°

Évolution de la surface dédiée à la culture du pavot entre 2019 et 2020 dans les provinces afghanes. Unodc.org (mai 2021).

En 2020, le pays comptait 224.000 hectares de pavot, soit une hausse de 37% par rapport à 2019, selon l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime (UNODC). Cela représente une production d’opium de 6300 tonnes ! Et le pays a commencé à se diversifier dans le cannabis (deuxième producteur mondial en 2017) et dans les méthamphétamines, provoquant d’ailleurs de nouveaux dégâts sanitaires liées à la toxicomanie au sein de la population.

PLUS

000000

 

AFGHANISTAN 🇦🇫 (quant aux narcotalibans) : Kabul occupée, Kabul libérée et Kabul sanctionnée

Article de Patrice MOYON dans Ouest France sous le titre:

Drogue, complicité, extorsion de fonds… Comment les talibans ont acheté leur victoire

Du sang et des larmes. Il y a quelque chose de poignant dans l’actualité afghane de ces derniers jours. Comme ces habitants de la capitale accrochés aux ailes d’un avion américain sur la piste de décollage. Ou le départ précipité du Président Ashraf Ghani qui dit avoir voulu éviter un bain de sang​.

Les talibans narcotrafiquants

L’effondrement de l’Afghanistan ne doit rien au hasard. La victoire éclair des talibans est aussi le fruit de tractations conduites derrière les portes ​comme le souligne Bilal Sarwary un journaliste afghan. Des complicités achetées avec l’argent de la drogue. Pour financer leur effort de guerre, les talibans ont fait de ce pays la plaque tournante du trafic d’héroïne.

Des gangsters théocratiques », ​comme les définit Lynne O’Donnel qui a couvert avec le photographe Massoud Hossaini l’actualité de ces trois derniers mois en Afghanistan. Les talibans sont à la tête d’un puissant cartel de la drogue qui inonde le monde d’héroïne et méthamphétamine.

Quels sont leurs revenus ? Selon un rapport confidentiel de l’Otan dévoilé par Radio Free Europe, en 2019-2020, ils s’élevaient à 1,37 milliard d’euros, en progression de 400 % par rapport à 2016.

Pour se financer, outre l’argent de la drogue, les talibans peuvent s’appuyer sur l’exploitation clandestine de mines de pierres précieuses dans les territoires occupés, l’extorsion de fonds en échange d’une protection et le prélèvement de droits de douane dans les zones frontalières. Une véritable économie s’est mise en place avec des courants d’import-export destinés à asseoir l’indépendance économique de ce mouvement.

Ce rapport souligne également que les donations étrangères (particuliers et États) s’élèvent à 240 millions de dollars. De quoi permettre de financer le silence et des complicités comme cela a été le cas ces dernières semaines.

L’achat de complicités

Les talibans ont acheté des ralliements. ​Des proches de l’ancien vice-président Amrullah Saleh, réfugié dans la vallée du Panshir pour résister aux talibans, accusent l’ancien Président Ashraf Ghani, en fuite, d’avoir ces derniers mois effectué des nominations dont l’objectif était de laisser la voie libre aux talibans.

Peut-être pour protéger les siens au sens large. Pachtoune, originaire du Lôgar, Ashraf Ghani appartient au clan Ahmadzai. L’Afghanistan est une mosaïque de peuples comme le rappelle l’hymne national en les listant : Pachtounes (majoritaires), Tadjiks, Hazaras, Ouzbeks, Turkmènes

Tout se négocie. Les Afghans ne sont pas à vendre mais ils peuvent se louer​, dit-on parfois. Au mois de janvier, à Kaboul, un ancien cadre haut placé des services de renseignement afghans évoquait des retournements d’alliance obtenus contre des villas et des voitures à Doha la capitale du Qatar.

Au mois de juillet, afin de placer un collet autour de l’économie afghane et percevoir les droits de douane, les talibans ont lancé un vaste mouvement d’encerclement en prenant le contrôle des principales frontières.

Sans rencontrer de résistance, les complicités avaient été achetées. Sinon, comment expliquer que le poste frontière avec l’Iran ait pu tomber alors qu’il était attaqué par une quarantaine de talibans sur des motos​, témoigne Abdul, un habitant d’Hérat. Ismaïl Khan qui était chargé d’organiser une résistance face aux talibans a été capturé par ces derniers à la suite d’une trahison des autorités afghanes.

Et puis, le temps c’est de l’argent.

Lors des négociations à Doha en 2019, les talibans savaient les Américains sous pression. Pour Donald Trump, il fallait leur signature avant les élections présidentielles. Ils ont joué la carte de cette urgence pour obtenir un accord de retrait en février 2020 des États-Unis et la libération de 5 000 prisonniers. Avec en prime, la promesse de faire pression sur le gouvernement afghan pour demander et obtenir la libération de 5 000 prisonniers talibans.

Tout lire

°°°°°°

LIRE ou relire

Histoire et géopolitique du trafic des opiacés en Asie du Sud-Est

et

NARCOTRAFIC : historique de l’implication de la CIA 

000000

AFGHANISTAN 🇦🇫 (Premier producteur mondial d’opium) : le porte-parole des talibans déclare que les nouvelles autorités ne transformeront pas le pays en un ‘narco-État’

Lors de leur première conférence de presse mardi, leur porte-parole, Zabihullah Mujahid, a affirmé que les nouvelles autorités ne transformeraient pas le premier producteur mondial d’opium en un véritable narco-État. 

« Nous assurons à nos compatriotes et à la communauté internationale que nous ne produirons pas de stupéfiants« , a déclaré Mujahid à Kaboul. 

« À partir de maintenant, personne ne sera impliqué (dans le commerce de l’héroïne), personne ne pourra être impliqué dans la contrebande de drogue« , a-t-il ajouté.

Reste à confirmer!

Souvenons-nous que les Talibans avaient tenté d’éradiquer les champs de pavot en édictant une fatwa en ce sens en juillet 2000. La production avait alors chuté de 90%.

Vingt ans après leur départ, les Talibans reprennent le contrôle d’un pays où la culture du pavot a représenté en 2017 près d’un tiers du PIB national.

C’est une autre facette de l’échec américain. Déterminés à éradiquer la culture du pavot, les Etats-Unis laissent derrière eux un Etat afghan plus dépendant que jamais à l’opium, le latex dont on tire l’héroïne.

En 2020, le pays comptait 224.000 hectares de pavot, soit une hausse de 37% par rapport à 2019, selon l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime (UNODC)

Lire

0000

AFGHANISTAN 🇦🇫 (Narcobusiness) : les Talibans sont aussi des narcotrafiquants

Pour l’auteur de Gomorra, les nouveaux maîtres de Kaboul, qui fournissent toutes sortes de mafias et de cartels, tirent leur pouvoir du trafic de l’opium. Et les Occidentaux ont commis l’erreur de l’ignorer pendant vingt ans en Afghanistan, écrit-il dans le Corriere della Sera.

“Ce n’est pas l’islamisme qui a gagné après plus de vingt ans de guerre, c’est l’héroïne.”

SOURCE

Dans les colonnes du Corriere della Sera, Roberto Saviano, jamais en retard d’un scoop, ce spécialiste italien du crime organisé et des archives policières qu’il utilise en écartant des réalités parfois dérangeantes, a livré sa propre analyse du retour des talibans à Kaboul.

Pour Roberto Saviano : “Les talibans sont des trafiquants de drogue”.

Oubliant au passage que les Talibans sont des combattants essentiellement Pachtounes, l’ethnie principale en Afghanistan qui représente environ 40 % de la population et que la « guerre d’indépendance » pour eux ne pouvait trouver sa source de financement que par les taxes perçues sur la production locale du pavot, qui à elle seule fait vivre une bonne partie de la population, et sur la commercialisation de ce produit.

Les leçons de narcotrafic données par les occidentaux dans les guerres coloniales menées sont exemplaires et ont donc servi d’exemple et de modèle aux Talibans. Inutile de revenir sur les exploits des Anglais, des Français et des Américains en la matière !

Quant au financement, il est bon de rappeler à Roberto Saviano que 80 % du revenu des Talibans provient de taxes légales sur des biens légaux.

Précieux pavot

Le latex extrait de cette plante cousine du coquelicot est l’ingrédient de base des drogues opiacées, comme l’opium ou l’héroïne, dont l’Afghanistan est à l’origine de 90 % de la production mondiale. « Si les talibans maîtrisaient l’ensemble du trafic, cela représenterait 400 millions de dollars », avance David Mansfield, économiste spécialiste de la production d’opium en Afghanistan (1) et ancien membre de l’Afghanistan Research and Evaluation Unit (AREU)

Bien implantés dans les zones rurales, les talibans contrôlent déjà la majeure partie des cultures de pavots. Ce ne fut pourtant pas toujours le cas. Aux débuts des années 2000, le mollah Omar, chef des talibans alors au pouvoir, décide d’interdire la production. « La culture du pavot avait presque été éradiquée », se souvient Karim Pakzad, chercheur à l’Iris et spécialiste du pays. L’arrivée des Américains en 2001 met fin à la règle imposée par le mollah. Très vite, les plantes aux pétales roses fleurissent de nouveau dans les plaines afghanes. Et avec elles, les importants profits qui servent à financer, en partie, l’insurrection islamiste.

« Estimer le poids du trafic d’opium dans la richesse globale des talibans est très compliqué, indique David Mansfield. Pour le savoir, il faudrait analyser leurs revenus région par région. » Ses études ont toutefois révélé que le trafic d’opiacés n’est pas la première source de revenu du groupe terroriste.

« Dans la province de Nimroz (l’une des principales régions productrice de pavot, NLDR), le commerce d’opium et de ses dérivés ne représente que 9 % des sommes collectées », poursuit l’économiste.

Taxes et droits de douane

Au Nimroz, « 80 % du revenu des talibans provient de taxes légales sur des biens légaux », ajoute David Mansfield. Dans les zones contrôlées, ils prélèvent la zakat, un impôt islamique à hauteur de 2,5 % de la richesse d’un foyer. D’autres s’appliquent sur les propriétés foncières et les productions agricoles. Mais le véritable nerf de la guerre concerne la maîtrise des postes frontières. Essence, nourriture, denrées agricoles : tous les produits qui transitent font l’objet de taxes. Selon un rapport de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), elles rapportent 3,4 milliards de dollars par an aux talibans. Le poste frontière de Zarandj à la frontière avec l’Iran, tombé entre leurs mains samedi 7 août, représente à lui seul un gain de près de 100 millions de dollars supplémentaires.

SOURCE

Certes, les talibans, qui ont dirigé l’Afghanistan de 1996 à 2001, sont depuis longtemps impliqués dans le gigantesque trafic de stupéfiants du pays et de l’extraction d’opium, du trafic et de la «taxation» des laboratoires de drogue à la facturation de frais de contrebande pour les expéditions à destination de l’Afrique, de l’Asie, de l’Europe, du Canada, de la Russie et du Moyen-Orient, les  talibans ont récolté des millions de dollars de ce commerce pour financer leur combat.

source

000000

 

AVISEUR INTERNATIONAL : les toutes dernières « NARCONEWS » via Twitter

AFGHANISTAN 🇦🇫 : le contrôle du marché de la drogue, l’autre victoire des talibans

Avec la victoire des talibans, il est donc peu probable que l’économie de la drogue connaisse un ralentissement. Certes, les combattants islamistes, qui avaient banni la culture du pavot en 2001 quelques mois avant l’intervention américaine, restent officiellement opposés aux drogues illicites, mais les moteurs sous-jacents restent trop puissants et la manne financière trop importante. En conséquence, le conflit actuel devrait contribuer à alimenter le marché mondial de l’héroïne, dont près de 90 % est produite en Afghanistan, ainsi que le problème croissant de la drogue dans la région.La longue guerre en Afghanistan a atteint un tournant le dimanche 15 août lorsque les talibans ont investi le palais présidentiel à Kaboul après la fuite du président Ashraf Ghani qui a reconnu leur victoire. Cette prise de pouvoir intervient à l’issue d’une offensive au cours de laquelle une douzaine de villes majeures du pays sont tombées aux mains des combattants islamistes en quelques jours.

Cependant, l’échec du processus de paix ne suffit pas à expliquer la situation : des facteurs économiques influencent également les événements en cours, dont le commerce de l’opium et de l’héroïne que la dizaine de milliards de dollars investis par Washington depuis 2002 dans la lutte anti-drogue n’ont pas réussi à endiguer.

L’histoire se répète

Cela nous ramène à Zaranj. Ce n’est pas une coïncidence si les talibans se sont d’abord concentrés sur les villes frontalières, car celles-ci ont une importance économique considérable. Les combattants contrôlent désormais une dizaine de points de passage internationaux. Outre Zaranj, ils ont Spin Boldak, une porte vers le Pakistan, Islam Qala, le principal point de passage vers l’Iran, et Kunduz, qui leur confère le contrôle des routes vers le Tadjikistan.

L’histoire récente a largement démontré l’importance de ces villes. Lorsque les factions en guerre en Afghanistan ont cessé de recevoir une aide militaire et financière, principalement de la part des Russes, à la fin des années 1980, puis de la part des Américains, le contrôle du commerce est devenu essentiel.

Évolution de la surface dédiée à la culture du pavot entre 1994 et 2020 en Afghanistan (en hectares). Unodc.org (mai 2021).

Cela comprenait notamment l’économie de la drogue, qui s’est développée massivement à partir du début des années 1990 pour aujourd’hui générer environ 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires, un montant qui représente 10 % du PIB national. Selon d’autres estimations, entre 4 et 5 millions de personnes (sur une population totale de 25 millions d’habitants environ à l’époque) étaient impliquées dans la filière dans les années 2000.

Ce phénomène se reproduit aujourd’hui. Dans les années 1990, par exemple, Zaranj était une sorte de Far West qui s’est développé comme plaque tournante du commerce illicite, s’appuyant sur des connexions transfrontalières de longue date entre les tribus baloutches spécialisées dans la contrebande de carburant, de drogues et de personnes.

Des activités similaires s’y poursuivent aujourd’hui : l’opium et l’héroïne, provenant des champs de pavot des provinces voisines de Farah et du Helmand, passent en contrebande de l’autre côté de la frontière. Tout comme le trafic d’êtres humains, qui est en plein essor.

LIRE

000000

AFGHANISTAN 🇦🇫: le ‘business’ des talibans ne connaît pas la crise

Vêtus de leur habit traditionnel, les talibans n’affichent pas leurs signes extérieurs de richesse. Pourtant, leur entreprise ne connaît pas la crise, comme l’a prouvé un chercheur de l’Université du Nebraska.

En 2019-2020, ils auraient encaissé 1,6 milliard de dollars américains. Ils ont aussi leurs «mégariches», comme le mollah Yaqoob, fils du fondateur, le mollah Omar. Environ 416 millions proviennent du trafic de l’opium tiré du pavot. Chaque maillon de la chaîne est taxé à 10%. Cette dîme touche cultivateurs, laboratoires et négociants.

lire

000000

NARCOTRAFIC (Cocaïne, héroïne, tramadol) : l’Afrique plus que jamais à l’épreuve du narcotrafic

Ces derniers mois, les saisies records de drogues se succèdent sur le continent. Malgré l’épidémie de Covid-19, le trafic s’est intensifié, de nouvelles routes se sont créées et, surtout, la consommation locale s’accroît.

Plaque tournante de la drogue depuis 20 ans, l’Afrique est confrontée en 2021 à une augmentation sans précédent du trafic de stupéfiants.

Pour atteindre l’Europe, la cocaïne colombienne emprunte désormais presque systématiquement la route du Golfe de Guinée, avant de traverser le Sahel, où groupes jihadistes et milices ont la haute main sur tous les trafics. L’héroïne afghane, elle, emprunte la « route du Sud » plutôt que celle des Balkans, désormais plus sécurisée.

Si la majeure partie des drogues sont destinées aux marchés occidentaux, le commerce de produits dérivés – d’opioïdes notamment – pour la consommation locale explose. Alors que l’usage non-médical du Tramadol continue de faire des ravages en Afrique de l’Ouest, les héroïnomanes ont plus que triplé en Afrique de l’Est et australe et la consommation de cannabis reste toujours au dessus de la moyenne mondiale, avec un taux de prévalence d’environ 7 % chez les 15-65 ans.

lire

000000

AFGHANISTAN 🇦🇫 (premier producteur d’héroïne au monde) : comment les Etats-Unis ont consolidé un narco-Etat ?

L’Afghanistan, où les talibans avaient éradiqué  en 2001 le pavot, est redevenu la principale source de l’héroïne mondiale tout au long des vingt années d’intervention américaine.

Joe Biden a décidé de mettre fin en Afghanistan, en septembre prochain, à la plus longue guerre de l’histoire des Etats-Unis. Tout a déjà été écrit, et très bien écrit, sur le paradoxe de ce conflit, déclenché pour renverser les talibans, avec qui Washington négocie aujourd’hui les conditions les moins défavorables de son retrait. En revanche, peu d’attention a été accordée au fait que l’Afghanistan, où les talibans étaient parvenus en 2001 à interdire la culture du pavot, est redevenu la principale source de l’héroïne mondiale durant chacune des vingt années de l’intervention américaine. Avec 20% à 30% du PNB afghan liés à l’opium, la République islamique de Kaboul est gangrénée à bien des égards par la production et le trafic de stupéfiants (à titre de comparaison, seuls 6% du PNB colombien étaient liés à la cocaïne au plus fort de l’activité des cartels, à la fin du siècle dernier).

LE RETOUR DES PARRAINS DE L’OPIUM

LES ETATS-UNIS ÉPARGNÉS PAR L’HÉROÏNE AFGHANE

L’héroïne écoulée sur le marché américain vient essentiellement du Mexique, alors que c’est la drogue produite et raffinée en Afghanistan qui fait des ravages en Europe (la France compte plus de 150.000 héroïnomanes).

D’UN CLIC, LIRE l’article de

Relire :

La Mafia albanaise…et la base militaire étasunienne de Bondsteel

et aussi

AFGHANISTAN: les réseaux des barons afghans du trafic d’opium et d’héroïne et le terrorisme

000000

AFGHANISTAN 🇦🇫 (Pavot): toujours producteur de 80% de l’héroïne mondiale

Il est 4h30 du matin et Amrullah Khan est en train de prier chez lui avant de se rendre dans son champ de pavot. Il vit dans le district peu sûr de Khogyani, dans l’est de la province de Nangarhar.

Il a appris à cultiver de son père, et ce dernier du sien, et il a formé ses enfants à l’art de cette plante interdite, sur laquelle ils ont commencés à travailler vers l’âge de dix ans. Amrullah est l’un des 590 000 paysans qui ont fait de l’Afghanistan le premier vendeur mondial d’opium, produit de cette fleur.

«C’est la chose la plus dure qui soit», dit celui qui nourrit les 13 membres de sa famille avec la vente de la résine: «Il faut travailler pendant des mois du matin à l’après-midi, cela nuit à la santé et ruine l’avenir de nos enfants« .

Vêtus de leurs vêtements les plus anciens, qui seront bientôt rendus inutiles par le brun intense de la résine, les ouvriers commencent à faire des incisions dans les capsules, d’où ils extraient ce qu’on appelle le «lait de pavot».

L’opium est vendu secrètement. Il est révolu le temps où cela se faisait ouvertement « à la campagne ou dans les bazars locaux ». Maintenant, les « négociants » s’approchent discrètement du village, ou les agriculteurs eux-mêmes transportent le pavot «secrètement dans les zones d’insécurité et contrôlées par les talibans». Ce qui ne manque pas, ce sont les acheteurs. « Tout le monde est impliqué pour gagner quelques centimes, que ce soit des responsables gouvernementaux, des talibans ou des trafiquants de drogue« , dit Amrullah.

La récolte est souvent interrompue par des combats entre les forces de sécurité afghanes, les talibans et le groupe djihadiste État islamique (EI). On ne sait jamais d’où vient la dernière rafale de tirs qui les force à courir.

La culture du pavot n’a pas été bonne cette année et Amrullah n’a fait que 400 $ de sa vente, contre 2000 $ l’an dernier. L’argent obtenu couvre à peine les engrais et la main-d’œuvre, il demandera donc à un trafiquant de drogue une avance pour la prochaine récolte.

Depuis la chute du régime taliban en 2001 grâce à l’invasion américaine, le gouvernement afghan et la communauté internationale ont dépensé plus de 9 milliards de dollars pour mettre fin à la culture de l’opium, sans succès.

L’Afghanistan est toujours le producteur de 80% de l’héroïne mondiale

Selon les données de l’Office des Nations Unies contre le crime et la drogue (ONUDC), la production de pavot n’a fait qu’augmenter: de 185 tonnes en 2001 sous le régime des Taliban et de 3400 tonnes en 2002 (première récolte en présence des forces étrangères), à 6400 tonnes en 2019. Les surfaces occupées pour la culture du pavot sont passées de 800 hectares en 2001 à 163000 en 2019. On peut donc se poser de sérieuses questions sur l’action des organismes en charge de la lutte contre les stups!

L’insécurité serait une des raisons de l’échec des programmes de lutte contre les stupéfiants

« 83% de la culture a lieu dans des zones dangereuses contrôlées par les talibans facilite le trafic de drogue », souligne le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Tariq Arian.

La police afghane, avec le soutien des forces américaines, a détruit un total de 500 laboratoires de traitement de la drogue entre 2009 et 2019 par des frappes aériennes, des opérations spéciales et la campagne médiatique « Iron Tempest » entre 2017 et 2018 menée par les États-Unis.

Les talibans tirent environ 200 millions de dollars par an de la vente de drogue, un montant, selon les données de l’armée américaine, supérieur à ce dont ils ont besoin pour couvrir les dépenses de leur guerre contre les troupes internationales et locales.

Les talibans nient toute implication

« L’émirat islamique – comme aiment s’appeler les talibans, n’a rien à voir avec la culture, le trafic et les autres activités liées à la drogue », a déclaré à EFE le principal porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid.

Le Narco Malang Amani (le nom a été changé) est un trafiquant de drogue de niveau intermédiaire. Il achète généralement de petites quantités d’opium à des commerçants locaux ou directement à des agriculteurs de confiance dans l’est de l’Afghanistan. Amani, 59 ans, a passé les 18 dernières années dans le business et le trafic de drogue et regrette l’époque après l’effondrement du régime taliban où la contrebande était « facile et rentable« .  » On pouvait conduire une voiture remplie d’opium à 600 kilomètres de Nangarhar au sud de Kandahar sans problèmes, en payant à la police «une petite somme ou un cadeau» « .

Ces dernières années, cependant, les « expéditions » ne pèsent plus que 20, 30 voire 50 kilos dans le meilleur des cas, et en plus « il faut changer plusieurs fois de voiture, utiliser de fausses plaques d’immatriculation, des fausses cartes d’identité et même porter une kalachnikov« .

Dans le sud de l’Afghanistan, les gros trafiquants de drogue achètent de l’opium à des intermédiaires comme Amani, des transactions qui sont toujours effectuées dans des zones dangereuses et donc cachées. Une fois les différentes livraisons intermédiaires rassemblées, elles sont ensuite expédiées en gros envois à travers les zones contrôlées par les Taliban vers le Pakistan et l’Iran.

La  frontière s’étend sur de 900 kilomètres entre les deux pays voisins

 

L’Iran, la première base logistique

En Iran,  les gardes-frontières ont construit des fossés entourés de barbelés, des murs et des tours de guet sur la ligne de 900 kilomètres entre les deux pays voisins. Soutenus par la Police Anti-Narcotiques, ils se consacrent principalement à empêcher les drogues d’entrer dans leur pays. Au cours des trois dernières décennies, ils auraient démantelé quelque 50 000 gangs.

Les provinces les plus actives sont le Sistan et le Baloutchistan et le Sud-Khorasan, dans le sud-est du pays. C’est la route terrestre traditionnelle, à laquelle il faut ajouter la route maritime, qui a son épicentre dans la région sud d’Hormozgan, dans le golfe Persique.

Il existe d’autres routes hors d’Afghanistan pour l’héroïne, l’opium et les amphétamines, entre autres drogues: vers le nord et l’ouest du pays, via le Pakistan ou vers le sud via l’océan Indien; mais ce sont des itinéraires plus longs qui impliquent des difficultés et nécessitent des capacités plus grandes.

« La route la plus proche de l’Europe est celle qui mène aux frontières de la République islamique d’Iran avec la Turquie et pour les passeurs, il est important que les drogues arrivent plus rapidement« , explique le chef de la police anti-stupéfiants iranienne, le brigadier général Mohammad Massoud Zahedian.

Les chiffres sont frappants. Au cours de la seule année 1398 du calendrier persan (jusqu’au 20 mars 2020), les forces iraniennes ont saisi 950 tonnes de drogue, 150 de plus que l’année précédente. 80% étaient de l’opium et le reste de l’héroïne, de la morphine et du cristal. Il y a eu 2 319 opérations et 1 886 gangs de drogue démantelés, selon les données du quartier général iranien de contrôle des drogues.

Mohammad Massoud Zahedian précise que l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime sait que l’Iran saisit plus de 90% de l’opium dans le monde, 26% d’héroïne et 48% de morphine. Pour la République islamique d’Iran, la  lutte est constante en essayant d’empêcher l’entrée sur notre territoire et de l’utiliser comme voie de transit.
Cet effort, ajout-t-il, est entravé par la faible aide internationale, à la fois financière et logistique, et par les sanctions des États-Unis, qui empêchent l’Iran d’acquérir les équipements nécessaires et modernes, notamment pour lutter contre le trafic sur la voie maritime du golfe Persique. qui est en plein essor.

La coopération est étroite avec d’autres pays touchés tels que le Pakistan et l’Afghanistan, dont le siège de coordination est situé à Téhéran. La surveillance des trafiquants de drogue commence au point de production et se termine au point de consommation afin de mener des opérations conjointes qui démantèlent l’ensemble du réseau de contrebande.

Ces réseaux ont parfois des liens avec le terrorisme, ce qui ajoute du danger aux opérations: «Des groupes djihadistes comme Daesh et Yeish al Adl vendent de la drogue pour couvrir leurs dépenses et l’acquisition d’armes», explique Mohammad Massoud Zahedian , ajoutant « Cette bataille pèse lourdement sur l’Iran. 3 850 membres du personnel de sécurité sont morts dans des opérations de lutte contre le trafic de drogue au cours des trois dernières décennies et quelque 12 000 ont été handicapés. Quelque 700 millions de dollars ont également été dépensés pour sécuriser nos frontières »

Mais ces drogues n’arrivent pas en Iran uniquement pour être transporté. «Nous avons 2 millions de toxicomanes en Iran», admet Abás Deilamizadeh, directeur de l’ONG «Tavalode Dobareh» , qui travaille dans des programmes de désintoxication depuis deux décennies. À ces deux millions s’ajoutent 800 000 consommateurs occasionnels. En Iran, l’opium était fumé dans une pipe. Aujourd’hui, comme dans le reste du monde, l’héroïne et le crystal sont ses formes les plus demandées.

Depuis la fin du siècle dernier, l’héroïne a dévasté plusieurs générations aux États-Unis

Un énorme camion à ordures s’arrête avec le moteur en marche devant un centre de traitement de la toxicomanie à Baltimore, aux États-Unis, où le Dr Jordan Narhas-Vigon attend. Le chauffeur, un homme d’âge moyen, sort nerveusement, demande l’ordonnance et revient au véhicule en courant.

« Le problème de l’héroïne est profondément enraciné. Un des patients que nous avons traités m’a dit qu’il en consommait depuis l’âge de 11 ans. Et maintenant, il a 50 ans, travaille et continue de lutter contre la toxicomanie« , explique le médecin. Les problèmes d’héroïne, dans de nombreux cas, passent des grands-parents, aux parents et aux enfants.

L’équipe médicale qui est installée à l’extérieur du centre de détention de la ville de Baltimore, compte près d’un millier de détenus, dont beaucoup attendent d’être jugés. A mi-chemin entre Philadelphie et Washington, Baltimore, avec près de 2,5 millions d’habitants, est l’un des épicentres historiques de la consommation d’héroïne sur la côte Est. Et il y a des histoires similaires à Boston, New York, Atlanta, Cleveland ou Pittsburgh.

Plus de 750 000 personnes sont mortes de surdose depuis 1999 en grande majorité à cause des opiacés, selon les données du Center for Disease Control (CDC) et plus de 71000 rien qu’en 2019.

L’héroïne est dans les rues des États-Unis depuis 1970, la plupart en provenance d’Asie du Sud-Est

Le marché a changé récemment avec l’entrée du Mexique comme principal fournisseur et l’arrivée du fentanyl, un opiacé utilisé pour traiter la douleur causée par le cancer, entre autres maladies. On estime qu’elle est jusqu’à 50 fois plus puissante que l’héroïne.

Les cartels mexicains, selon deux hauts responsables de la DEA (Drug Enforcement Administration) des États-Unis, se sont simplement adaptés à la demande. Pour ce faire, ils ont augmenté leur capacité de culture du pavot dans leur Triangle d’Or, qui regroupe les États de Sinaloa, Chihuahua et Durango, près de la frontière américaine.

Augmentation du surdosage

Petit à petit, se perdant dans ses pensées, les «clients» apparaissent. Les voitures sur l’autoroute voisine bourdonnent comme des moustiques à côté du fourgon du Behavioral Health Leadership Institute (BHLI), une organisation non gouvernementale dédiée à fournir des services de santé aux toxicomanes les plus vulnérables QUI  prescrit principalement des médicaments, car très peu bénéficient d’une couverture médicale, et propose des inhalateurs de «narcan» (naloxone), le médicament utilisé pour traiter les surdoses d’opiacés.

Aux commandes, Deborah Agus, sa directrice, une petite avocate énergique qui parle sans arrêt: avec des «clients», comme elle appelle les patients; avec les agents de la prison qui vont et viennent, avec les policiers qui vont et viennent; même avec les quelques marcheurs.

« Nous sommes une vieille ville typique, urbaine et sur la côte est. Avec des problèmes liés aux niveaux élevés de pauvreté, aux questions raciales, au manque de financement fédéral et étatique pour l’éducation, et au fil des ans, il y a eu des problèmes avec la police, des émeutes… » dit-elle.

«Il y a toujours eu des problèmes de consommation d’héroïne à Baltimore, mais, comme ailleurs, on n’y a pas prêté attention jusqu’à ce que les garçons de familles blanches aisées commencent à faire une surdose. C’était un problème caché», explique Deborah Agus. Et c’est toujours le cas: « Pendant la pandémie, les décès par surdose ont de nouveau augmenté de façon spectaculaire. »

Maintenant, en plus, la rue exige un mélange de stupéfiants. « Fentanyl avec de l’héroïne, avec de la marijuana, avec n’importe quoi« , quelque chose d’extrêmement dangereux qui augmente le risque de surdose.

Rapport de Baber Khan Sahel (Khogyani), Marina Villén et Artemis Razmipour (Téhéran), Alfonso Fernández (Baltimore). Edité par Moncho Torres, Susana Samhan, Raquel Godos et Javier Marín.

source

000000

IRAN 🇮🇷 : Police bust over 1 ton of narcotics in Zabol, Iranshahr, and Khash counties

TEHRAN, Nov. 25 (MNA) – The anti-narcotics police of Sistan and Baluchistan confiscated 1,272 kg of different illicit drugs in Zabol, Iranshahr, and Khash counties.

The Police chief of Sistan and Baluchistan province Second Brigadier General Ahmad Taheri made the announcement on Tuesday, saying that after intelligence operations, the anti-narcotics police of Iranshahr, Khash, and Zabol cities dismantled 2 drug trafficking bands.

In these operations, the anti-narcotic polices busted 1,272 kg of illicit drug including 1,006 kg of opium and 266 kg of hashish, he said, adding that 4 smugglers were also arrested and handed to the Judiciary officials.

source

000000

IRAN 🇮🇷 : Police bust over 26 tons of narcotics in a week

TEHRAN, Nov. 23 (MNA) – According to the International Deputy of Iran Drug Control Headquarters, over 26 tons of illicit drugs have been seized by Iran’s anti-narcotics police forces in the country in the last week.

Nasser Aslani broke the news on Monday, saying that 85 percent of drug confiscation has been carried out in 7 Iranian provinces, including Sistan and Baluchestan, South Khorasan, Kerman, Hormozagan, Yazd, and Khorasan Razavi respectively.

Some 26,163 kilograms of illegal drugs consisting of 21,214 kilograms of opium and 1,106 kilograms of hashish, 483 kilograms of grass, 432 kilograms of heroin, 165 kilograms of crystal, and 2,763 kilograms of other kinds of drugs have been seized by police forces across the country in the last week, he added.

source

000000

AFGHANISTAN 🇦🇫: Is Afghanistan a new source for high-grade crystal meth in eastern and southern Africa?

International naval forces operating as part of the Combined Task Force 150 (CTF 150) have reported a significant increase in meth seizures in their area of operations in 2019 (which encompasses a wide swathe of the Indian Ocean, the Persian Gulf and the Gulf of Aden). As of late December 2019, the force had seized 257kg of meth – including one seizure in the Arabian Sea from a dhow carrying 94kg of heroin and 76kg of crystal meth in October 2019 – compared to only 9kg of meth seized in 2018.

Similarities found between different seizures appear to suggest an interlinked supply chain for meth and heroin. In December 2019, a Pakistani-crewed dhow was intercepted off the coast of Pemba, Mozambique, carrying a mixed cargo of both heroin and 299kg of methamphetamine. Pemba is known to be a major port of entry on the East African coast for dhows – predominantly from the coast of Iran and Pakistan – carrying heroin, yet this mixed shipment of meth was the first of its kind in Mozambique.

Several months later, in May 2020, a cargo truck was intercepted by the South African Police Service attempting to cross the Mozambican border into South Africa at the Komatipoort border post while carrying a large shipment of heroin and methamphetamine.

Elsewhere, Sri Lankan naval forces intercepted two trawlers in international waters carrying 400kg of heroin and 100kg of crystal methamphetamine in February 2020 – Sri Lanka’s biggest-ever drug bust at sea. Eight Pakistani nationals were detained in the operation, and investigations suggested the boats came from Pakistan’s Makran coast, with the drugs presumed to have originated in Afghanistan. The vessel was allegedly headed to a transit stop in Penang, Malaysia, for onward transfer of the cargo to Australia, where meth prices are very high.

Heroin and methamphetamine seized by the Sri Lankan navy from two Pakistani fishing trawlers in February 2020. The heroin bricks, on the left, share numerous characteristics with the heroin seized in Durban. © Sri Lankan Navy 

In July 2020, a GI-TOC research team took images of a heroin shipment that had just been delivered in Durban, South Africa. Similar images were taken of a joint heroin and meth shipment that had arrived in Cape Town. Each of these shipments was in the process of being unbundled in advance of their contents’ preparation for the local retail market. Wrapped in thick whitish plastic bags of 1kg denominations, the packaging was stamped with distinctive blue markings reading “Pa Pa Jone 100%” and “5161”. These markings are consistent across each of the dual-commodity seizures mentioned above: the drugs seized from the dhow in Mozambique in 2019, those seized at the Komatipoort border crossing and those seized by the Sri Lankan Navy, suggesting a common origin for these shipments.

Interviews by GI-TOC researchers with local meth users and distributors in Cape Town in August 2020 saw informants confirm that a new source of meth had entered the South African market “in the past eight to 10 months”. Described by both groups as “Pakistani meth”, this new supply appears to be provided through local South Asian syndicates based in South Africa and Mozambique, connecting with suppliers in Pakistan. The purity of this new supply of “Pakistani meth” is seen by South African users as being quite high, “just as good” as the Mexican-produced crystal meth arriving from Nigeria and better than the Chinese-produced meth that is manufactured in locations around Johannesburg.

Altogether, this combination of factors may help us towards understanding where Afghanistan-produced meth is ultimately headed. Pre-existing infrastructure and flow channels along traditional heroin routes – the dhow crews involved in trafficking, the ports whereby shipments can be landed without detection and the connections to distributors in southern Africa – have enabled this supply chain to emerge, while recent seizures provide strong circumstantial evidence that suggests Afghan meth is transiting Mozambique and has now become an emergent commodity option in the growing South African meth market. New high-quality crystal meth flows which seem to be appearing recently in Malawi, Tanzania and Kenya may suggest this new development is also a regional phenomenon. DM

This article appears in the Global Initiative Against Transnational Organised Crime’s monthly East and Southern Africa Risk Bulletin.

The Global Initiative is a network of more than 500 experts on organised crime drawn from law enforcement, academia, conservation, technology, media, the private sector and development agencies. It publishes research and analysis on emerging criminal threats and works to develop innovative strategies to counter organised crime globally. To receive monthly Risk Bulletin updates, please sign up here.

read more

000000

AFGHANISTAN 🇦🇫: la production de méthamphétamine a explosé au cours des trois dernières années

Cependant, on ne sait toujours pas à quel marché ces volumes massifs de méthamphétamine sont destinés.

Des saisies récentes d’héroïne et de méthamphétamine, et des informations issues de la recherche GI-TOC sur les marchés de la méthamphétamine en Afrique orientale et australe, suggèrent qu’une partie de ce nouvel afflux de méthamphétamine afghane fait l’objet d’un trafic en Afrique.

Bien que réputée pour son rôle au cœur du commerce mondial de l’héroïne, ces dernières années ont vu une augmentation considérable de la production de méthamphétamine dans les montagnes d’Afghanistan. En quelques années à peine, la production de méthamphétamine en Afghanistan a augmenté au point d’approvisionner des marchés aussi éloignés que l’Afrique du Sud et l’Australie.

Jusqu’à récemment, l’Iran voisin abritait le marché régional pour la production et la consommation de méthamphétamine. L’utilisation de méthamphétamine aux côtés de l’héroïne est devenue de plus en plus courante en Iran au cours de la dernière décennie.

Cependant, comme l’ont mis en évidence les recherches de David Mansfield et Alex Soderholm de la London School of Economics, la pression accrue des forces de l’ordre et la réglementation des précurseurs chimiques en Iran ont réduit la production de méthamphétamine à grande échelle dans le pays. Les producteurs de méth d’Iran semblent avoir maintenu un niveau de production en transmettant les compétences et les connaissances nécessaires à la fabrication de méthamphétamine à leurs homologues en Afghanistan. Il s’agissait d’un développement naturel car les précurseurs chimiques nécessaires – comme l’éphédrine – sont désormais plus largement disponibles en Afghanistan.

Trafficking routes of methamphetamine from Afghanistan to southern Africa

Source

000000

NARCO-BUSINESS: le trafic se déplace, se transforme, s’adapte.

Avec leur bras armé, la DEA (Drug Enforcement Administration), les États-Unis frappent fort…

Mais le trafic se déplace, se transforme, s’adapte. Une nouvelle génération de trafiquants émerge à la fin des années 1970, qui recherche à la fois l’argent et le pouvoir.

Si Pablo Escobar est le plus emblématique de tous,  Totò Riina en Sicile, Khun Sa dans le Triangle d’or, et Félix Gallardo au Mexique ont aussi bouleversé le destin de leur pays et fait exploser le trafic à l’échelle mondiale.

Ils défient les États, menacent les pouvoirs en place.

Il faut près de vingt ans pour que ces derniers s’organisent et fassent tomber les quatre barons de la drogue.

000000

AFGHANISTAN 🇦🇫: l’économie afghane, prisonnière des cultures illicites

 Un homme et un enfant sur une route de la province de Kandahar, le 27 septembre 2020  (AFP or licensors)
La culture du pavot à opium en Afghanistan est un élément crucial de l’économie de ce pays parmi les plus pauvres au monde, en proie à la guerre et à la crise du coronavirus, et les perspectives d’une sortie de ce cercle vicieux de production sont quasi inexistantes, comme l’explique le chercheur Adam Baczko.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

D’après le dernier rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) publié en juin, l’Afghanistan produit 84% de l’opium mondial, ce qui lui assure plus de 2 milliards de dollars de chiffre d’affaire annuel. La production d’opiacées, en hausse continue depuis les années 2000, représente en 2017 entre 20 et 32% du PIB du pays et dépasse la valeur des exportations licites de biens et services.

Un secteur bien portant en période de crise

Cette culture représente donc un pilier de l’économie afghane, laquelle repose essentiellement sur un secteur agricole traditionnel et assure une maigre subsistance à la population. Celle-ci a par ailleurs été très affectée par la pandémie de coronavirus.

D’après une étude du ministère afghan de la Santé publiée le 5 août dernier, 10 millions de personnes ont été touchées par la Covid-19, soit près de 31,5% de la population, dont la moitié des 5 millions d’habitants de Kaboul, la capitale. Des milliers d’Afghans ont perdu leur emploi et le chômage est reparti à la hausse, phénomène causé par le confinement, la fermeture des frontières, des écoles et de nombreuses entreprises. La culture du pavot est alors devenue une opportunité de travail pour une partie de la population.

Des accords de paix qui ne profitent pas à la population

La Banque mondiale a toutefois accordé une aide de 200 millions de dollars pour aider l’Afghanistan à faire face à la crise sanitaire et ses conséquences……. lire la suite

000000

IRAN 🇮🇷 (province du Baloutchistan): saisie de 1.640 kg d’opium, 27 kg de haschisch et 7 kg de cristal

Le général de brigade Mohammad Ghanbari, chef de la police du Sistan et de la province du Baloutchistan, a annoncé lundi la saisie de 1 tonne 640 d’opium lors d’un affrontement entre la police et les passeurs sur les routes principales de Zahedan.

Le convoi transportait 1 640 kg d’opium, 27 kg de haschisch et 7 kg de cristal.

La police a également confisqué deux fusils AK47 et des munitions aux passeurs.

Deux délinquants ont été arrêtés et remis à la justice.

source

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rien n’a changé en 20 ans, au contraire, de mois en mois, le constat est fait que les volumes saisis sont en constante augmentation alors que ces derniers ne représentent qu’un faible pourcentage des tonnages transportés!

 

000000

CENTRAL ASIA: global anti-narcotics fight not to succeed without Iran

TEHRAN – Iran is the main partner in the fight against narcotics, and if excluded, the global attempt will not be successful, Amir Abbas Lotfi, spokesman for the anti-narcotics headquarters said. Stating that the anti-narcotics field is one of the main humanitarian and non-profit international activities, he stressed that no challenge or obstacle will undermine the determination of Iran to fight against drug trafficking.

He referred to the formation of a regional cooperation program consisting of Afghanistan, Iran, Pakistan, Turkmenistan, Tajikistan, Kyrgyzstan, Uzbekistan, and Kazakhstan and said “Because the source of drug production in the region is Afghanistan, the necessity of forming this regional program has doubled, while Iran is the main partner without which the struggle will not be successful.”

The “tripartite initiative” is another regional cooperation established between Iran, Afghanistan, and Pakistan under the auspices of the United Nations., he said.

Prior to 2007, there was an Iran-Afghanistan-Pakistan intergovernmental committee, which was initiated by Iran. But later the need for a UN presence on the committee was raised, which led to a structural change and the formation of a “tripartite initiative plus the UN”, he further explained.

He went on to note that the joint planning unit of the tripartite initiative is in Tehran, highlighting, very good measures have been taken in this area, including patrolling, conducting simultaneous operations, and exchanging information.

Afghanistan and Pakistan face financial constraints, and the United Nations has agreed to pay for the mission of Afghan and Pakistani agents to help streamline and mobilize this regional initiative, he added.

Any action in the region requires special attention to Afghanistan because any counter-narcotics must start from the beginning, at the same time, European and Western countries, as the main donors to the UN Fund, should not forget their responsibility, he emphasized.

Methamphetamine production in Afghanistan: a new challenge

Lamenting that being involved in the production of opium, heroin, and morphine for many years, he said that the new challenge for the countries of the region and the world in the fight against narcotics is the increase in production of methamphetamine in Afghanistan over the past two years.

In order to find a solution to this issue, several talks were held with Afghan officials in various meetings, and promises made to address the issue. Fortunately, the Afghan anti-narcotics officer is a member of the tripartite initiative, which we hope will lead to a reduction in methamphetamine production.

Lotfi expressed regret that the production of narcotics is largely due to the unrest in some parts of the country and hoped that the Afghan government will be able to enforce the law throughout Afghanistan, insisting that Iran is also fully prepared to provide the necessary support to Afghanistan at all levels to ensure that all narcotics are eradicated in this country.

Brigadier General Eskandar Momeni, Secretary-General of Iran Drug Control Headquarters said that in 2000, the total production of narcotics in Afghanistan was about 200 tons, which in 2017 reached more than 9,000 tons, an increase of nearly 50 times.

According to Momeni, about 500 tons of drugs were discovered in the first five months of this year, which has increased by 30 percent compared to the same period last year.

Iran seized some 1,000 tons of narcotics in the previous Iranian calendar year (ended March 20), putting the country in the first place in the world, Momeni said in July.

The United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) has praised Iran’s efforts to fight against narcotics trafficking on the occasion of International Day Against Drug Abuse and Illicit Trafficking.

The organization also officially announced that the world’s first place in the discovery of opium, heroin, and morphine belongs to Iran.

According to UNODC, Iran remains one of the major transit routes for drug trafficking from Afghanistan to European countries and has had a leading role at the global level in the drug-control campaigns.

UNODC World Drug Report 2020 estimates that in 2018, 91 percent of world opium, 48 percent of the world morphine, and 26 percent of the world heroin were seized by Iran.

Iran’s drug control efforts led to the seizure of 266 tons of different types of drugs during the period of April-June 2020, a 20 percent increase compared to the same period in 2019.

During the COVID-19 pandemic in Iran, Drug Control Headquarters provided and distributed Personal Protective Equipment (PPE) and other sanitary commodities among street users and NGOs working with drug users.

In the end, the anti-narcotic police and law enforcement of Iran held a burning ceremony of 90 tons of different types of drugs in provinces of Sistan-Baluchestan, Kerman, and West Azarbaijan, televised through the internet.

After the Islamic Revolution (in 1979), 3,800 were martyred, 12,000 were wounded and disabled in the fight against drug trafficking, Momeni announced.

Drug use is a complex health and social problem worldwide, with half a million people dying each year as a result of drug abuse, he lamented, adding, drug use has entered a critical condition, and the international community is determined to tackle the global drug problem.

FB/MG

source

000000

AFGHANISTAN 🇦🇫 (Jalalabad): quand il ne reste que la culture du pavot pour seule option

Écoles fermées, emplois perdus… les ravages du coronavirus ont poussé de nombreux Afghans à aller cultiver le pavot à opium pour survivre cette année

– Pavot ou chômage –

Malgré la mise en place depuis plusieurs années de nombreux programmes d’éradication, les Afghans continuent de cultiver le pavot en toute impunité, alors que le gouvernement et les talibans profitent souvent de sa vente.

Si la majorité de la production se concentre dans les bastions talibans, au Sud, l’opium est également cultivé le long de la frontière pakistanaise dans l’est du pays.

« Il n’y avait aucun emploi, et beaucoup de gens, en particulier mes proches et les villageois, ont du se tourner vers la culture du pavot à cause du chômage », a raconté à l’AFP Musafir, un habitant du district de Khogyani dans la province de Nangarghat (Est).

Les talibans profitent depuis longtemps du pavot en taxant les agriculteurs et les trafiquants et en exploitant leurs propres usines de fabrication de drogue, qui transforment l’opium brut en morphine ou en héroïne, ensuite exportées via l’Iran et le Pakistan.

Les donateurs internationaux ont dépensé des milliards de dollars afin de lutter contre la production d’opium en Afghanistan, tentant notamment d’encourager les agriculteurs afghans à se tourner vers d’autres cultures, notamment celle du safran.

Mais tous ces efforts n’ont cependant pas porté leur fruits.

lire

000000

IRAN 🇮🇷 (province de Kerman): lors d’une opération menée par les forces de renseignement iraniennes dans le sud de l’Iran, deux passeurs armés ont été tués et plus de 450 kg de stupéfiants différents ont été saisis

TÉHÉRAN, 20 août (MNA) – Ali Sokhangoo a annoncé qu’hier soir, après plusieurs mois d’efforts de renseignement, les forces de renseignement iraniennes ont mené une opération à Bam, un comté de la province de Kerman en Iran.

Au cours de cette opération, un grand groupe de trafiquants qui transportait des cargaisons de drogue de la frontières orientale de l’Iran vers les provinces centrales a été démantelé, a-t-il déclaré.

Il a  signalé que deux passeurs armés avaient été tués et plus de 450 kilogrammes de stupéfiants saisis ainsi que deux véhicules et des armes avec munitions.

source

000000

%d blogueurs aiment cette page :