Archives de la catégorie ‘Irán’

Dans les parcs publics de Téhéran, les jardiniers ramassent tous les matins, non pas les feuilles mortes,
mais des victimes d’overdose ou des prostituées en train de vendre leur corps pour acheter une dose de crack.

Un paysage apocalyptique dans le Parc Kassan, au sud de Téhéran : un sol couvert de seringues usées et des junkies défoncés sur tous les bancs, les joues creuses la bouche ouverte, les yeux révulsés. Le procédé de consommation le plus courant est Khoun-bazi, jeu de sang : on s’injecte une dose, on retire le sang de
la même veine pour se le réinjecter immédiatement.

Selon les deux jeunes spécialistes interrogés, c’est l’effet garanti.

Selon l’Onu, l’Iran a la plus grande population d’héroïnomanes et d’opiomanes au monde, estimée entre 5 et 6 millions de drogués.

Parmi ces toxicomanes, 16% à 21% sont des consommateurs de drogues injectables. Sida ou non, les mêmes seringues usagées se partagent les bras couverts de plaies.

Environ 10% des drogués sont des femmes.
Celles-ci doivent immanquablement se prostituer pour se procurer leur dose d’héroïne ou autres drogues injectables.

—————————————————————

Différents types de drogue

La cigarette

Les Iraniens consomment actuellement quelque 60 milliards de cigarettes par an.
Khamenei, le guide suprême de l’Iran montre le bon exemple.

Ce toxico écrit sur son site internet : « Conformément à la jurisprudence chiite, chaque musulman doit obéir aux ordres du wali al-faqih ».

En d’autres termes, chaque musulman doit obéir à ses ordres.

 

L’alcool

Le produit le plus vendu par les pharmaciens iraniens est l’alcool à 90°. Apparemment, il ne sert pas qu’à désinfecter les plaies.

Résine de cannabis

Le Hashish est la drogue des mystiques, des poètes et des illuminés. Selon eux, « le Hashish est un don de Dieu car il apaise tous les désirs et rend indifférent à toutes les choses du monde. C’est bien cela : il procure
le contentement. Vous pourriez placer une montagne d’or devant un hashashi – non seulement au moment où il fume, mais n’importe quand – il ne bougera même pas son petit doigt. Le hashish tue la peur et rend l’homme brave comme un lion. Et si un homme dépasse la crainte, il dépasse également le danger… » raconte un consommateur.

L’opium

C’est la drogue traditionnelle des perses, celle des vieux sages et leurs fameuses pipes d’opium.

Voici le témoignage de Muhammad Asad, dans son livre « Le chemin de la Mecque lorsqu’il visita la ville de Kirmanshah :« Dans une maison de thé, quelques hommes de la classe ouvrière étaient assis sur des nattes, peut-être des artisans, des manœuvres ou des caravaniers, serrés autour d’une cuve de fer remplie de charbons ardents. Ils faisaient circuler parmi eux deux pipes à longs tuyaux avec des fourneaux ronds de porcelaine. L’odeur douceâtre de l’opium était dans l’air. Ils fumaient en silence. Chaque homme prenait quelques bouffées profondes et passait la pipe à son voisin. Et alors je constatai ce que je n’avais pas observé auparavant : en très grand nombre les gens fumaient l’opium, certains publiquement, d’autres moins. Le boutiquier dans sa niche, le fainéant sous la porte cochère d’un caravansérail, le chaudronnier dans son atelier pendant un moment de répit : tous fumaient, tous avaient le même visage absent, un peu fatigué, qui regardait un espace vide avec des yeux ternes …Dans tout le bazar des vendeurs offraient des pavots frais et verts à gros boutons que l’on consommait apparemment sous cette forme, ce qui représentait une manière relativement douce de prendre l’opium. Même les enfants en mangeaient les graines dans les embrasures de portes et aux coins de rues. Deux ou trois de ces enfants se partageaient cette friandise avec des égards d’adultes les uns envers les autres, sans égoïsme puéril,
mais non plus sans joie ou vivacité enfantine. Mais comment en aurait-il été autrement ? Dès leur âge le plus tendre, on leur donnait à boire une lourde décoction de graines de pavot chaque fois qu’ils pleuraient et importunaient leurs parents. Quand ils avaient grandi et commençaient à flâner dans les rues, les limites entre la quiétude, la lassitude et la gentillesse étaient déjà effacées en eux. Et je sus alors ce qui m’avait tant impressionné quand je considérai pour la première fois les yeux mélancoliques des Iraniens : c’était le signe d’une destinée tragique. J’eus le sentiment que l’opium leur appartenait de la même manière qu’un sourire souffrant appartient au visage d’une personne qui souffre. Cela faisait partie de leur gentillesse, de leur lassitude intérieure ; cela faisait même partie de leur grande pauvreté et de leur grande frugalité. Ce n’était pas tant l’expression d’un vice, mais peut-être était ce pour eux aussi une aide. Une aide contre quoi ? Étrange pays de questions… »

La Cocaïne et l’Héroïne

Ces drogues sont consommées par les jeunes iraniens. Elles sont apparues sur le marché lorsque les Talibans afghans avaient arrêté la production d’opium dans les années 2000.

Crystal Meth

C’est la drogue qui provoque la défonce totale pour les toxicos durs d’Iran. Il est fait à partir de la méthamphétamine pure à 80%. C’est un euphorisant et il se présente comme du verre brisé. Il provoque des
pertes de dents, une inflammation de la peau, une léthargie (vie au ralentie), une perte de poids, des hallucinations et la paranoïa.

Les principales causes qui amènent les Iraniens à consommer de la drogue sont:

La pauvreté: 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté.
Le chômage: 25% des iraniens sont au chômage. L’ennui de la jeunesse et le manque d’espérance en une vie meilleure.
Éclatement familial (mariage temporaire, mise au monde d’enfants non désirés, vagabondage des orphelins, mise à la porte des adolescents drogués par leurs propres familles, divorces, filles fugueuses…) Baisse de la pratique religieuse de l’ensemble de la société iranienne
« Vous n’avez pas de travail, vous n’avez pas de famille, vous n’avez pas de distraction. » raconte un drogué Iranien « Pour quelques heures au moins on oublie tout. »

Officiellement, les trafiquants de drogues sont pendus en Iran.

Mais pour beaucoup d’Iraniens, les drogues sont tellement faciles à se procurer qu’il est impossible que le gouvernement des mollahs n’y soit pas mêlé. Il est également surprenant que les tarifs chutent à chaque contestation massive du peuple.

La drogue est elle un des leviers aux mains des Ayatollahs pour faire taire le peuple et contenir les protestations ?

On est en droit de se poser la question!

source

Le général de brigade Mohammad Ghanbari, chef de la police du Sistan et de la province du Baloutchistan, a annoncé lundi la saisie de 1 tonne 640 d’opium lors d’un affrontement entre la police et les passeurs sur les routes principales de Zahedan.

Le convoi transportait 1 640 kg d’opium, 27 kg de haschisch et 7 kg de cristal.

La police a également confisqué deux fusils AK47 et des munitions aux passeurs.

Deux délinquants ont été arrêtés et remis à la justice.

source

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rien n’a changé en 20 ans, au contraire, de mois en mois, le constat est fait que les volumes saisis sont en constante augmentation alors que ces derniers ne représentent qu’un faible pourcentage des tonnages transportés!

 

000000

TEHERAN, sept. 07 (MNA) – Le général de brigade Abbas Ali Behdani Fard, chef de la police de la province de Yazd, a fait cette annonce ce lundi, précisant que ces saisies avaient été effectuées lors de neuf opérations distinctes sur les routes principales de la province centrale, ajoutant que 13 passeurs avaient été arrêtés et remis à la justice.

Selon le chef de la police anti-stupéfiants du colonel Majid Karimi de la NAJA (Forces de police de la République islamique d’Iran), plus de 470 tonnes de drogues illicites différentes ont été saisies par la police iranienne depuis le début de l’année iranienne en cours (20 mars).

Le chiffre indique une augmentation de 37% par rapport à la période correspondante de l’année dernière.

source

000000

Khorasan Razavi Police Chief Second Brigadier General Ebrahim Ghorbani said on Monday his forces were informed by the local sources of a big haul being conveyed from the eastern borders toward the central and northern parts of the country.

After a series of intelligence operations, he said, the anti-narcotics police tracked and stopped a heavy truck on the main routes to Mashhad, finding 1,360 kilograms of opium in the vehicle.

Source

0000

Le Hezbollah assure toute la coordination logistique des opérations, mais sous l’égide des Gardiens de la révolution islamique d’Iran.

Le partenariat établi entre les deux groupes chiites a servi de soutien financier à la milice libanaise, mais la grave crise économique que traverse l’Iran a accru les activités de ce type. Le président iranien lui-même, Hassan Rohani, a admis que la République islamique traversait la pire crise économique depuis sa création en 1979 et que la monnaie iranienne continue de chuter. La crise a conduit le Hezbollah et l’Iran à rechercher des revenus par tous les moyens possibles.

Selon Al-Ain, de récents rapports de renseignement ont indiqué que les sanctions imposées par Washington à l’Iran ont conduit Téhéran à réduire les fonds destinés aux milices au Liban et en Syrie. Mais le trafic de drogue entre le Hezbollah et l’Iran n’est pas un problème récent. Il remonte aux années 1990, mais est maintenant devenu un élément important de sa continuation.
Peu de temps après qu’un groupe de factions armées chiites se soit uni sous le nom de «  Parti de Dieu  », certains de ces groupes avaient déjà des liens avec le trafic de drogue dans la vallée de la Bekaa au Liban et l’argent qu’ils tiraient de ces activités criminelles a été utilisé pour augmenter le nombre des membres du groupe terroriste et améliorer leur mise en scène.

Selon un rapport du FBI publié en novembre 2008, Hassan Nasrallah, chef de la milice chiite libanaise, a déclaré à ses partisans que « le trafic de drogue est moralement acceptable lorsqu’il est vendu aux Occidentaux, dans le cadre de la guerre contre les ennemis de l’islam ».

Les liens entre le Hezbollah et les cartels de la drogue en Amérique latine sont bien connus. Leurs liens avec le trafic de drogue, le blanchiment d’argent et les armes avec les «entrepreneurs» de la drogue ont été des sources de financement.

Des pays comme le Venezuela, l’Équateur, la Bolivie, l’Argentine, le Nicaragua et Cuba ont ouvert leurs portes à l’Iran et au Hezbollah en échange de conseils stratégiques et d’armes.

SOURCE

000000

Eskandar Momeni, secrétaire général du siège du contrôle des drogues de la République islamique d’Iran, a déclaré que, selon des informations crédibles, les avions de l’OTAN et des États-Unis font le trafic de stupéfiants en provenance d’Afghanistan.

En 2000, la production totale de stupéfiants en Afghanistan était d’environ 200 tonnes, qui en 2017 a atteint plus de 9000 tonnes, soit une augmentation de près de 50 fois, a-t-il déploré.

Selon Momeni, environ 500 tonnes de drogues ont été découvertes au cours des cinq premiers mois de cette année, ce qui a augmenté de 30% par rapport à la même période l’année dernière.

L’Iran a saisi quelque 1000 tonnes de stupéfiants au cours de l’année civile iranienne précédente (terminée le 20 mars), plaçant le pays au premier rang mondial, a déclaré Momeni en juillet.

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a salué les efforts de l’Iran pour lutter contre le trafic de stupéfiants à l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic illicite des drogues.

L’organisation a également annoncé officiellement que la première place au monde dans la découverte d’opium, d’héroïne et de morphine appartient à l’Iran.

-Selon l’ONUDC, l’Iran reste l’une des principales routes de transit du trafic de drogue de l’Afghanistan vers les pays européens et a joué un rôle de premier plan au niveau mondial dans les campagnes de contrôle des drogues.

-Le Rapport mondial sur les drogues de l’ONUDC 2020 estime qu’en 2018, 91% de l’opium mondial, 48% de la morphine mondiale et 26% de l’héroïne mondiale ont été saisis par l’Iran.

-Les efforts de contrôle des drogues de l’Iran ont conduit à la saisie de 266 tonnes de différents types de drogues au cours de la période d’avril à juin 2020, soit une augmentation de 20% par rapport à la même période en 2019.

-Pendant la pandémie du COVID-19 en Iran, le siège du contrôle des drogues a fourni et distribué des équipements de protection individuelle (EPI) et d’autres produits sanitaires aux usagers de la rue et aux ONG travaillant avec les consommateurs de drogues

Read more

0000

TÉHÉRAN, 20 août (MNA) – Ali Sokhangoo a annoncé qu’hier soir, après plusieurs mois d’efforts de renseignement, les forces de renseignement iraniennes ont mené une opération à Bam, un comté de la province de Kerman en Iran.

Au cours de cette opération, un grand groupe de trafiquants qui transportait des cargaisons de drogue de la frontières orientale de l’Iran vers les provinces centrales a été démantelé, a-t-il déclaré.

Il a  signalé que deux passeurs armés avaient été tués et plus de 450 kilogrammes de stupéfiants saisis ainsi que deux véhicules et des armes avec munitions.

source

000000

Le chef de la police du Sistan et le deuxième brigadier général du Baloutchistan, Mohammad Ghanbari, ont annoncé la nouvelle jeudi, affirmant que grâce à des opérations de grande ampleur menées par les forces de police, le convoi avait été retrouvé et tapé dans la région frontalière de Khash.

L’Iran a dépensé plus de 700 millions de dollars pour verrouiller ses frontières et empêcher le transit de stupéfiants à destination des pays européens, arabes et d’Asie centrale.

La guerre contre le trafic de drogue en provenance de certains pays de la région a coûté la vie à près de 4 000 policiers iraniens au cours des quatre dernières décennies.

source

000000

Le commandant des gardes maritimes à Hormozgan, le colonel Hossein Dehaki, a déclaré dimanche que les gardes-côtes de la base navale de Bandar Lengeh avaient réussi à identifier deux bandes de passeurs à la suite d’opérations de renseignement.

Il a ajouté qu’ils avaient réussi à saisir 1 navire et 1 véhicule, en plus de la confiscation d’une tonne d’opium.

SOURCE

000000

TEHRAN, Aug. 05 (MNA) – Over 18 tons of narcotics have been seized by Iranian anti-narcotics police forces in the country in the last week, according to an official in Iran Drug Control Headquarters.

International Deputy of Iran Drug Control Headquarters Nasser Aslani  said on Tuesday that 18,071 kilograms of illicit drugs consisting of 14,967 kilograms of opium and 1,270 kilograms of heroin, 723 kilograms of grass, 566 kilograms of crystal, 342 kilograms of hashish, 20 kilograms of morphine, and 184 kilograms of other kinds of drugs have been seized by police forces across the country in the last week.

He added that the figure indicates a 6 percent decrease compared to the corresponding period last year (19,292 kilograms).

Aslani said that 69 percent of drug confiscation has been carried out in 6 Iranian provinces, including Sistan and Baluchestan , South Khorasan, Kerman, Yazd,, Hormozgan and Fars.

3,433 smugglers have been detained and 390 vehicles and some ammunition seized in the same period by police forces, according to the official.

source

000000

Second Brigadier General Mohammad Ghanbari, the Police Chief of Sistan and Baluchestan broke the news on Wednesday, saying that the anti-narcotics police forces of the province carried out extensive intelligence operations to uncover clues to the smuggling of big consignment of illicit drugs by members of a professional gang.

He added that the intelligence and operational teams of the police finally identified the members of this armed gang who were transferring a big consignment of narcotics in Zahedan.

Ghanbari noted that following an armed clash between the police and the smugglers, the police forces captured 1.651 tons of drugs, consisting of 1,515 kg of opium, 93 kg of crystal, 42 kg of heroin.

 

0000

The Police Chief of Bushehr province Second Brigadier General Khalil Vaezi said on Friday that following comprehensive intelligence operations, police forces confiscated the big haul of different drugs in the province.

The narcotic consignment was carefully camouflaged in Nayband Rural District, Asaluyeh County, he noted.

The police chief the offenders had left the scene before the police arrived, however, operations are underway to bring them to justice.

read more

000000

International Deputy of Iran Drug Control Headquarters Nasser Aslani said on Tuesday that 20022 kilograms of illegal drugs have been seized across the country during the last week.

The figure indicates a 16 percent decrease compared to the corresponding period last year (17,215), he added.

The consignment consisted of 17,241 kg of opium, 2151 kg of hashish, 205 kg of heroin, 204 kg of crystal, 112 kg of grass, and 109 kg of other types of drugs, he said.

6092 smugglers have been arrested and 414 vehicles and some ammunition seized in the same period by police forces, Aslani said.

Read

0000

TEHRAN, Jul. 05 (MNA) – Commander of Sistan and Baluchestan Border Guards Colonel Mohammad Mollashahi said on Sunday that following comprehensive intelligence operations, the anti-narcotics police force engaged in a fight against the smuggles who were trying to smuggle the opium consignment through the Mirjaveh borders.

The offenders, incapable of countering the guards, left their vehicles loaded with 488kg of opium and escaped through the borderlines.

READ MORE

000000

Sans bénéficier de l’aide de la communauté internationale, l’Iran confisque la plus grande quantité de stupéfiants au monde depuis de nombreuses années bien qu’il soit soumis aux sanctions des États-Unis.

Kazem Gharibabadi, ambassadeur et représentant permanent de l’Iran auprès des organisations internationales basées à Vienne, a déclaré que 30 Iraniens avaient perdu la vie ou avaient été blessés lors de 2 319 opérations et affrontements armés avec des passeurs en 2019.

Les opérations ont conduit à la destruction de 1 886 réseaux internationaux et nationaux actifs et à la saisie de plus de 950 tonnes de drogues diverses, dont 47 tonnes d’héroïne et de morphine et 17 tonnes de méthamphétamine, a-t-il ajouté.

Il a en outre précisé que l’opium et les substances psychotropes sont produits et cultivés à un rythme élevé, et que la consommation et le trafic illicites de drogues continuent d’avoir un impact négatif profond sur le développement et la stabilité du monde.

source

PLUS

000000

Le commandant des gardes-frontières de la police iranienne a annoncé samedi que ses forces avaient saisi deux véhicules dans lesquels se trouvaient 2.200 kg d’opium et 75 kg de haschisch, dans une province du sud-est de l’Iran, le Sistan-Baloutchistan, a rapporté l’agence de presse officielle IRNA.

000000

 

International Deputy of Iran Drug Control Headquarters Nasser Aslani said on Saturday that 20542 kilograms of illegal drugs have been seized across the country during the last week.

The figure indicates a 45 percent increase compared to the corresponding period last year (14,121kg), he added.

The consignment consisted of 16,676 kg of opium, 2,293 kg of hashish, 650 kg of heroin, 624 kg of crystal, 107 kg of grass, 83 morphine, and 56 17 of other types of drugs, he said.

1655 smugglers have been arrested and 492 vehicles and some ammunition seized in the same period by police forces, Aslani said.

Read more

0000

Téhéran, 24 mai (MNA) – Les forces anti-stupéfiants du Sistan et de la province du Baluchestan, dans le sud-est de l’Iran, ont capturé 1 tonne 127de drogues illicites (924 kg d’opium, 39 kg d’héroïne et 209 kg de haschich) en une seule opération à Zahedan.

Le chef de la police de la province du Sistan et du Baluchestan, le deuxième général de brigade Mohammad Ghanbari, a déclaré que, grâce aux services de renseignement, les forces anti-stupéfiants avaient retracé un grand nombre d’activités de narco-transport entrant dans le pays depuis les frontières du sud-est.

Les deux individus arrêtés ont été remis au pouvoir judiciaire.

 

source

000000

Nasser Aslani (à droite)

TÉHÉRAN, 21 mai (MNA) – Nasser Aslani, vice-président international du siège iranien du contrôle des drogues, a déclaré mercredi: « quelques 26 290 kilogrammes de drogues illicites, dont 18 951 kilos d’opium et 2 356 kilos de haschisch, 556 kilos d’héroïne, 181 kilos de cristal, 37 kilos d’herbe, 152 kilos de morphine et 4 057 kilos d’autres types de drogues ont été confisqués par la police a travers le pays la semaine dernière »

Le chiffre indique une augmentation de 58% par rapport à la période correspondante de l’année dernière, a-t-il ajouté.

Aslani a noté que 7 508 personnes ont été arrêtées et 399 véhicules et certaines munitions saisis au cours de la même période par les forces de police.

L’Iran, qui a une frontière commune de 900 kilomètres avec l’Afghanistan, a été utilisé comme principal canal de contrebande des stupéfiants afghans vers des opérateurs de distribution des stupéfiants en Europe.

SOURCE

000000

Le chef de la police de la province de Qazvin, le deuxième brigadier général Mehdi Hajian, a annoncé samedi que les forces de sécurité avaient intercepté une cargaison de 198 kg d’opium passant par la province centrale de Yazd en direction de la province septentrionale de Qazvin.

En coordonnant les informations avec les forces anti-stupéfiants de Yazd, la cargaison d’opium a été arrêtée samedi dans la ville de Mehriz et le délinquant a été arrêté, a-t-il ajouté.

L’Iran, qui a une frontière commune de 900 kilomètres avec l’Afghanistan, est toujours utilisé comme principal canal de contrebande de stupéfiants afghans pour sa distribution en Europe.

source

000000

After a heavy armed clash with members of a major drug trafficking circle in Khash county region, police forces managed to seize 2.419 tons of various illicit drugs, said Second Brigadier General Mohammad Ghanbari on Thursday.

The seizure includes 2.03 tons of opium, 406kg of hashish, and 10kg of morphine, he said.

Two leaders of this drug band have been arrested in addition to confiscation of some weapons, live ammunition, and cars, added the commander.

Read more

0000