IRAN 🇮🇷 : Police bust over 2 tons of illicit drugs in Tehran

General Hossein Rahimi said that during the operation, police forces have managed to seize 2,004 kg of narcotics and arrest members of four drug trafficking gangs and 80 smugglers.

He also added that three firearms and 235 bullets have been also confiscated by police forces. 

Read more

0000

IRAN 🇮🇷 (Stephen Kevin Gilbert and Simon Kasper Brown – drug-trafficking’ trial) : the drug-smuggling trial comes as Sweden prosecutes a former Iranian official linked to the mass killing of dissidents in1988

Iran’s Revolutionary Court has started the trial of two Swedish men charged with drug trafficking, Iranian state news reported. This comes weeks after a former Iranian official accused of war crimes went on trial in Stockholm.

The judiciary’s official Mizan news agency said Stephen Kevin Gilbert and Simon Kasper Brown appeared before Branch 15 of Iran’s Revolutionary Court. Iranian prosecutors said the pair entered Iran as tourists, with Gilbert carrying more than 9 grams of opium resin and Brown with 21,000 tablets of the painkiller tramadol.

In July 2020, Iranian media reported that Tehran had detained two Swedish nationals and accused them of being “key members” of an international narcotics trafficking ring. At the time, Tasnim news agency reported that authorities had seized “a huge amount” of synthetic narcotics from the network.

°°°°°
Le procès de deux Suédois accusés d’appartenir à un « réseau international de trafic de drogue » s’est ouvert à Téhéran, rapporte jeudi le quotidien gouvernemental iranien.

000000

IRAN 🇮🇷 (Sistan et Baluchestan) : saisie de 1.246 kilos d’opium sur la route Saravan-Khash

TEHERAN, 22 août (MNA) – Le commandant de la police du Sistan et Baluchestan a signalé un affrontement entre la police et des membres d’un gang armé de trafiquants de drogue sur la route Saravan-Khash et la confiscation de 1.246 kilos d’opium.

Au cours de l’opération, 4 véhicules appartenant à des contrebandiers ont été saisis.

Selon le chef de la police, 4 contrebandiers ont également été arrêtés et des armes et des munitions ont été saisies.

L’Iran, qui a une frontière commune de 900 kilomètres avec l’Afghanistan, est utilisé comme principal voie d’acheminement de l’opium et de l’héroïne vers les réseaux de drogue en Europe.

source

000000

IRAN 🇮🇷 : la guerre sans fin contre la drogue

Pendant que certains font du fric, des populations entières sont marginalisées

« Quand je suis entré dans la police, il y avait un million de drogués en Iran. Aujourd’hui, il y en a six millions et demi », constate amèrement un officier de la lutte anti-stupéfiants dans « La Loi de Téhéran », film-choc actuellement sur les écrans. « Oui, mais si nous n’avions pas été là, il y en aurait vingt millions », lui rétorque son collègue. Ces chiffres, même s’ils sont discutables, en l’absence de toute statistique officielle sur le sujet, illustrent cependant une réalité accablante pour un pays de 83 millions d’habitants.

Lire

0000

AVISEUR INTERNATIONAL : les toutes dernières « NARCONEWS » via Twitter

IRAN 🇮🇷 : Iran intelligence seizes 80kg heroin at border with Turkey

The West Azarbaijan province Intelligence Office statement which was released on Saturday said that a shipment of 80 kg heroin was discovered by their forces and was confiscated from the drug traffickers before they could smuggle it into Turkey and then to the European countries.

The statement said that the drug traffickers were trying to hide the shipment in a truck and smuggle it to European countries.

Maku is in the south of West Azarbaijan Province which borders Turkey.

source

000000

IRAN 🇮🇷 : three men executed on drug charges in central Iran prison

Iranian authorities executed three men, two of whom were brothers, in Isfahan Prison after psychologically torturing them and their family.

Amir Jalilifar and Akbar Jalilifar, two brothers who were sentenced to death for drug offenses, were executed Saturday in Isfahan Central Prison. Another prisoner also convicted of drug related charges was executed on the same day in Isfahan Prison. He has been identified as Mehdi Sarhadi.

They had their executions scheduled and postponed several times. Such conditions of uncertainty caused severe anguish and mental distress for the two and their family.

The last time was on June 30, when they were taken to solitary confinement and returned to the ward before their scheduled execution date. The two brothers, along with two other prisoners, were transferred to a quarantine cell on July 3.

Amir Jalilifar, 56, and Akbar Jalilifar, 42, from Isfahan, were both arrested on drug charges and sentenced to death. Akbar Jalilifar was married and had two children.

read more

000000

NARCOTRAFIC (Cocaïne, héroïne, tramadol) : l’Afrique plus que jamais à l’épreuve du narcotrafic

Ces derniers mois, les saisies records de drogues se succèdent sur le continent. Malgré l’épidémie de Covid-19, le trafic s’est intensifié, de nouvelles routes se sont créées et, surtout, la consommation locale s’accroît.

Plaque tournante de la drogue depuis 20 ans, l’Afrique est confrontée en 2021 à une augmentation sans précédent du trafic de stupéfiants.

Pour atteindre l’Europe, la cocaïne colombienne emprunte désormais presque systématiquement la route du Golfe de Guinée, avant de traverser le Sahel, où groupes jihadistes et milices ont la haute main sur tous les trafics. L’héroïne afghane, elle, emprunte la « route du Sud » plutôt que celle des Balkans, désormais plus sécurisée.

Si la majeure partie des drogues sont destinées aux marchés occidentaux, le commerce de produits dérivés – d’opioïdes notamment – pour la consommation locale explose. Alors que l’usage non-médical du Tramadol continue de faire des ravages en Afrique de l’Ouest, les héroïnomanes ont plus que triplé en Afrique de l’Est et australe et la consommation de cannabis reste toujours au dessus de la moyenne mondiale, avec un taux de prévalence d’environ 7 % chez les 15-65 ans.

lire

000000

IRAN 🇮🇷 (Sistan and Baluchestan) : the anti-narcotics police forces seized 1.148 of opium and 57 kg of hashish in Khash County

TEHRAN, Jul. 18 (MNA) – The Sistan and Baluchestan police commander announced that the anti-narcotics police forces seized 1.206 tons of narcotics in Khash County.

The Police chief of Sistan and Baluchistan province Second Brigadier General Ahmad Taheri broke the news on Sunday, saying that a drug-trafficking band that was trying to transfer drug consignment to the center of the province by 5 vehicles was identified by anti-narcotics police forces of Iranshahr and Khash counties.

During a clash between police forces and smugglers, three of them have been arrested and the rest of them fled to the highlands of the area using the darkness of the night, he added.

The police forces busted 1.206 tons of illicit drugs, consisting of 1.148 of opium and 57 kg of hashish in addition to confiscation of some weapons, Taheri noted.

read more

000000

INDE 🇮🇳 (Munbai) : les douaniers trouvent 283 kilos d’héroïne dans 2 conteneurs

Des douaniers de la DRI ont intercepté lundi une cargaison d’héroïne, pesant 283 kilos,  entrée en contrebande à Mumbai, en provenance d’Iran par voie maritime.

L’envoi devait être transporté au Pendjab par la route depuis le port Jawaharlal Nehru de Mumbai à Navi Mumbai.

Selon la DRI, l’héroïne confisquée était dissimulée dans deux conteneurs avec des pierres de talc.

https://c.ndtvimg.com/2021-07/3r9omn3c_mumbai-drug-haul-ndtv_625x300_05_July_21.jpeg

Prabhjit Singh, un fournisseur de la région de Taran Tarn au Pendjab a été arrêté dans le cadre de l’affaire avec deux autres du Madhya Pradesh, ont indiqué des responsables.

source

000000

IRAN 🇮🇷 : Over 1.3 tons of narcotics confiscated by police in SE

TEHRAN, Jun. 14 (MNA) – The police commander of the southeastern Iranian province of Sistan and Balochestan said Sunday that 1.306 kg of illegal drugs were discovered and seized after clashes with drug traffickers. The police commander said that the drug traffickers had fast vehicles to carry the drugs into central Iran.

He added that when the drug traffickers noticed they had been spotted and were under surveillance of the security forces, they were engaged in an armed clash with the security forces on the road between Iranshahr and Khash.

But, Taheri said, the drug traffickers fled the scene leaving behind their vehicles.

The Sistan and Balochestan police commander said that 1,306 kg of illegal drugs were discovered and seized from the four cars belonging to the traffickers.

read more

000000

IRAN 🇮🇷 (Saravan) : les gardes-frontières saisissent 2 500 kilos de drogue

Le général de brigade Ahmad-Ali Goudarzi

TEHERAN, 03 juin (MNA) – Le commandant des gardes-frontières des forces de l’ordre a révélé le démantèlement de deux bandes organisées de trafiquants de drogue et la confiscation de plus de 2 500 kilos de stupéfiants par les gardes-frontières à Saravan, dans le sud de l’Iran.

Le général de brigade Ahmad-Ali Goudarzi a précisé : « Après plusieurs jours d’activités de renseignement et de planification opérationnelle, les gardes-frontières ont pu saisir un véhicule chargé de 1 544 kilogrammes de divers types de drogues, dont 1 152 kilogrammes d’opium et 392 kilogrammes de haschich. »

« Dans une autre opération, les gardes-frontières ont saisi une tonne de stupéfiants en plus de la confiscation de certaines armes et munitions lors d’un affrontement armé avec des passeurs« , a-t-il ajouté.


SOURCE

000000

IRAN 🇮🇷 (Khuzestan – city of Hendijan) : Police bust over 1 ton narcotics in SW Iran

TEHRAN, May 30 (MNA) – The Khuzestan police commander announced the confiscation of over one ton of illicit drugs in an anti-narcotics police operation in the city of Hendijan.

The province’s anti-narcotics police forces identified a drug-smuggling band who was planning to transport a large consignment of narcotics with a truck, said the Police chief of Khuzestan province Second Brigadier Seyyed Mohammad Salehi on Sunday.

During the inspection of the seized truck, the police forces confiscated 1.021 tons of opium, he added.

source

000000

TURQUIE 🇹🇷 (narco-logistique) : la « Turkish Connection »… Fantasme ou réalité ?

Un chef de la mafia turque, qui a fait un certain nombre de déclarations extraordinaires sur les élites de son pays et le crime organisé, a affirmé qu’un plan avait été mis en place pour organiser le trafic de cocaïne du Venezuela vers la Turquie.

Dans une vidéo mise en ligne sur YouTube fin mai, Sedat Peker, chef de gang turc condamné, a affirmé qu’Erkam Yildirim – le fils de l’ancien Premier ministre turc Binali Yildirim – avait été impliqué dans un « savant montage » visant à envoyer de la cocaïne du Venezuela vers la Turquie.

L’ex premier ministre Binali Yildirim a publiquement nié les allégations faites contre son fils, affirmant dans une déclaration que les affirmations de Peker étaient «définitivement de la calomnie, des mensonges et je les rejette fermement. Nous mentionner côte à côte avec la drogue est la plus grande insulte », selon le Washington Post.

Reconnu coupable de crimes liés à la foule en 2007 et libéré de prison en 2014, Sedat Peker a quitté la Turquie l’année dernière pour éviter des poursuites après avoir prétendu avoir été informé d’une enquête sur son organisation criminelle. Plus tôt cette année, la police a arrêté près de 50 personnes associées au groupe.

Depuis mai, il a publié une série de vidéos YouTube dans lesquelles il a fait des allégations non corroborées de morts suspectes et de trafic de drogue, alléguant l’implication de hauts responsables du gouvernement turc et de personnes proches du parti AK au pouvoir, a rapporté Reuters.

À la suite d’une saisie de 4,9 tonnes de cocaïne à destination de la Turquie dans la ville côtière de Buenaventura, en Colombie, en juin dernier, Peker a déclaré que des contacts avaient été pris pour trouver une nouvelle route d’approvisionnement de la cocaïne. Il a affirmé que deux visites de quatre jours au Venezuela en janvier et février 2021 par Erkam Yıldırım devaient établir une nouvelle route pour l’envoi de cocaïne en Turquie, selon le média turc Bianet.

Binali Yıldırım a reconnu que son fils s’était rendu au Venezuela seulement en décembre 2020, apportant des fournitures médicales pour aider le pays à combattre le COVID-19.

D’autres allégations de Peker prétendaient que le cargaisons de cocaïne arrivant en Turquie pouvaient être transférées sur des yachts se dirigeant vers la marina de Yalıkavak dans la ville portuaire de Bodrum, située dans la partie sud-ouest du pays, a rapporté Bianet.

Sedak Peker a également affimé que l’ancien ministre de l’Intérieur Mehmet Ağar avait pris le contrôle de la marina à Mübariz Mansimov Gurbanoğlu, un entrepreneur azerbaïdjanais, actuellement assigné à résidence pour des liens présumés avec un groupe tenu pour responsable d’une tentative de coup d’État en 2016 en Turquie. Ağar, qui préside le conseil d’administration de la marina, a nié les allégations, affirmant qu’il protégeait la marina de la mafia.

°°°°

Analyse de la criminalité par InSight

La Turquie a servi de point de transit pour la cocaïne sud-américaine introduite en contrebande en Europe, au Moyen-Orient et en Asie.

Les trafiquants ont réussi à envoyer de la drogue dans le pays dans des conteneurs maritimes qui arrivent via la ville belge d’Anvers et d’autres ports européens.

De la cocaïne a également été introduite clandestinement à bord de vols entre la Colombie et la Turquie.

Sedat Peker a suggéré qu’une nouvelle route reliant le Venezuela et la Turquie avait été choisie par le réseau présumé pour deux raisons: le manque de contrôle de la Drug Enforcement Administration (DEA) des États-Unis au Venezuela et la proximité du pays avec la Colombie, qui connaît un boom de la production de cocaïne. .

Mais il est resté vague sur le « modus operandi » spécifique en suggérant seulement que les cargos quittant le port nord du Venezuela de La Guaira s’arrêtent à Panama avant d’atteindre la Turquie, selon Bianet.

Bien que cela ne semble pas être une filière de trafic de cocaïne établie, elle pourrait être plausible avec les bonnes connexions en place. Le fret transportant de la ferraille expédiée du Venezuela continue d’atteindre la Turquie.

Bien qu’aucune des affirmations de Sedat Peker n’ait été étayée, ses commentaires indiquent comment les réseaux de drogue turcs pourraient prendre le contrôle de nouvelles routes pour répondre à la demande européenne de cocaïne.

Un rapport de 2019 d’Europol et de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) a signalé que des groupes criminels organisés turcs mettent de plus en plus en place leurs propres opérations pour transporter la cocaïne directement d’Amérique du Sud vers l’Europe.

Le rapport ajoute que ces groupes achètent également de la cocaïne directement dans ou à proximité des pays producteurs, en s’appuyant sur leur propre infrastructure de transport maritime pour expédier de la drogue à travers l’Atlantique.

Analyse de la criminalité par Aviseur International

Sedak Peker ne fait que reprendre ce qui est parfaitement connu de l’ensemble des services européens dédiés à la lutte contre le narcotrafic. Donc ces informations ne permettent pas de faire une réelle découverte.

Seules les visites d’Erkam Yıldırım au Venezuela pour raisons humanitaires peuvent éventuellement déclencher un complément d’informations par les enquêteurs, bien qu’il soit vraisemblable que les agents de la DEA connaissent déjà les raisons réelles des visites de Erkam Yıldırım.

Sedak Peker a également affirmé que l’ancien ministre de l’Intérieur Mehmet Ağar avait pris le contrôle de la marina à Mübariz Mansimov Gurbanoğlu, un entrepreneur azerbaïdjanais, actuellement assigné à résidence pour des liens présumés avec un groupe tenu pour responsable d’une tentative de coup d’État en 2016 en Turquie. Ağar, qui préside le conseil d’administration de la marina, a nié les allégations, affirmant qu’il protégeait la marina de la mafia.

Pour cette dernière allégation de Sedak Peker, il ne serait pas autrement surprenant qu’un ex ministre de l’intérieur ait saisi l’opportunité de prendre le contrôle d’une marina, sachant que le côté sécurisation apportée par son contrôle autorise ‘de facto’ toutes autres dérives savamment calculées.

Souvenons-nous de Charles Pasqua en France et de José Barrionuevo et Rafael Vera en Espagne, qui étaient des experts dans le double jeu sans être pour autant bi-polaire !

SOURCE

000000

ROUMANIE 🇷🇴 (port de Constanta) : saisie d’une tonne 500 d’héroïne en provenance d’Iran

La police roumaine a récemment saisi près d’une tonne et demie d’héroïne.

La drogue venait d’Iran et était cachée dans un conteneur.

Lire

0000

IRAN 🇮🇷 (TEHRAN) : IRGC smashes large gang smuggling drugs to Europe

The Intelligence Organization of the Islamic Revolutionary Guard Corps has smashed a large gang that was smuggling narcotics to Europe, IRIB reported on Sunday.

In this operation, 590 kilos of heroin, which were skillfully embedded in iron profiles and stored in a shed in the suburbs, were seized in the northwestern city of Tabriz.

Five members of the gang, who were involved in smuggling and transit of narcotics to Europe, have been arrested, three of whom are citizens of a neighboring foreign country and the rest are Iranian.

Naser Aslani, an official with the anti-narcotics police, said on Thursday that more than 43 tons of narcotics have been confiscated from smugglers across the country over the past two weeks.

Also, 939 vehicles and 30 weapons were confiscated as well, he stated, adding, meanwhile, a total of 12,992 culprits have been arrested in connection with plans implemented for dealing with drug trafficking.

Most recently, the police have disbanded two large smuggling gangs in the eastern province of Sistan-Baluchestan, discovering around 1.1 tons of narcotics.

read more

000000

IRAN 🇮🇷 (Saravan and Khash counties) : the Sistan and Baluchestan police commander announced that the anti-narcotics police forces confiscated over 1.1 tons of narcotics

The Police chief of Sistan and Baluchistan province Second Brigadier General Ahmad Taheri said that following the intelligence activities of the anti-narcotics police forces of Saravan and Khash counties, a drug-trafficking band that was trying to transfer drug consignment to the center of the province, was identified.

During a clash between police forces and smugglers, three of them have been arrested and the rest of them fled to the highlands of the area using the darkness of the night, he added.

According to the police chief, the police forces busted 1.114 tons of illicit drugs, consisting of 855 kg of opium and 259 kg of hashish.

read more

Taheri said after a series of intelligence activities, the anti-narcotics police forces of Saravan and Khash counties identified a drug-trafficking band that was trying to transfer a large drug cargo to the central regions of the country, adding that the police confiscated 1.114 tons of illicit drugs, including 855 kg of opium and 259 kg of hashish.

read

000000

IRAN 🇮🇷: au cours de la conférence de presse avec les anti-stups espagnols, l’Iran annonce avoir saisi 1.150 tonnes de stups en 2020

Samedi, le webinaire conjoint de la police anti-stupéfiants de la République islamique d’Iran avec la police espagnole des drogues et des crimes organisés s’est tenu en présence du chef de la police anti-stupéfiants de la NAJA (forces de police de la République islamique) et de son homologue espagnol.

L’Iran a obtenu des résultats favorables dans le domaine de l’arrestation des passeurs, de la lutte contre les principaux réseaux de transit de drogue aux niveaux régional et international, de la confiscation de stupéfiants, ainsi que de la prévention de la toxicomanie dans la société, a déclaré Karimi lors de la réunion.

Faisant référence à la volonté sérieuse de la République islamique d’Iran dans la lutte contre le trafic de drogue, il a déclaré: «Avec les efforts de mes collègues dans tout l’Iran, heureusement, en 2020, un total de 1150 tonnes de stupéfiants ont été découverts par l’anti – narcotique. »

Tout en invitant officiellement son homologue iranien à regarder les réalisations de la police espagnole dans le domaine de la lutte contre les stupéfiants, le chef de la police espagnole des drogues et des crimes organisés a déclaré: « La police espagnole de lutte contre les stupéfiants est pleinement prête à développer des relations avec l’Iran dans les domaines de la formation des chiens de détection, d’un développement de programmes de formation  et de nouvelles méthodes de traitement, de réadaptation et d’entretien des narco-dépendants. »

SOURCE

000000

TURQUIE 🇹🇷 (province d’Agri): saisie de 808 kilos d’héroïne par les douaniers

Les agents de la douane turque ont saisi 808 kilogrammes d’héroïne à la frontière avec l’Iran à Bazargan (Gurbulak en turc)  dans la province d’Agri Est.

000000

 

IRAN 🇮🇷 (Sistan and Baluchestan police): arrest of 4 smugglers and the confiscation of 1,403 kilograms of illicit drugs in an armed clash.

TEHRAN, Feb. 01 (MNA) –The Police Chief of Sistan and Baluchistan Province Second Brigadier General Ahmad Taheri made the announcement on Monday, saying that the anti-narcotics police of the province and the cities of Iranshahr and Mehrestan obtained clues about the transfer of drug shipments from the southern parts of the province to the central area of Iranshahr city.

After several days of extensive intelligence work in the region, the province’s anti-narcotics police identified armed smugglers who were intended to transfer illicit drugs by 5 vehicles, he added.

Some smugglers fled to the highlands of the area using the darkness of the night when they found themselves ambushed and surrounded by police forces, he said, adding that but the police forces have managed to arrest four smugglers during the operation.

According to the police chief, the police forces seized 1.116 tons of opium, 228 kilograms of hashish and 59 kilograms of heroin addition to confiscation of some weapons and ammunition.

source

000000

TURQUIE 🇹🇷 (cartel de Zindashti): le renseignement iranien serait-il impliqué dans le trafic international de la Turquie vers la Roumanie ?

La police turque a déclaré le 14 décembre qu’elle avait arrêté 13 membres d’un groupe criminel connu sous le nom de cartel de Zindashti travaillant en Turquie, accusés de collaboration avec les organes de renseignement de la République islamique d’Iran

L’agence de presse officielle du gouvernement turc, Anatoli, a déclaré que le ministère iranien des renseignements employait ce groupe criminel pour assassiner ou enlever des dissidents iraniens en Turquie au moins depuis 2015.

Selon les rapports des médias turcs ainsi que les vidéos diffusées par Sky News le 16 décembre, en Grande-Bretagne, l’enlèvement d’Habib Asyud ou Chaab, un séparatiste irano-arabe de premier plan de la province pétrolière du Khouzistan avec une importante population arabophone, était la dernière mission effectuée par le groupe criminel pour le compte du ministère iranien des renseignements.

Naji Sharifi Zindashti

A côté de ses associés dans le trafic de drogue, Naji Sharifi Zindashti, l’homme qui porte le nom du cartel, est également soupçonné d’avoir été à l’origine de l’assassinat du dissident iranien Masoud Mowlavi à Istanbul en novembre 2019.

En 2018, certains membres du groupe et Zindashti lui-même ont été arrêtés en Turquie parce qu’ils étaient soupçonnés d’avoir assassiné Saeed Karimian, fondateur et directeur de Gem TV, et d’autres meurtres liés au trafic de drogue. Ils ont été libérés après un certain temps, apparemment à la suite de pressions, de pots-de-vin et d’un manque de preuves adéquates.

Après sa libération, Zindashti est retourné en Iran et malgré ses condamnations pour trafic de drogue et le meurtre d’un gardien de prison dans le passé, Zindashti mène une vie libre en Iran. Des sources en Iran affirment qu’il collabore ouvertement avec le ministère du renseignement et y dirige même son commerce de la drogue. Il a construit des maisons dans son village natal et un bloc d’appartements à Urmia.

Certaines preuves ont maintenant fait surface qui montrent que le cartel de Zindashti pourrait également avoir été impliqué dans le meurtre du juge iranien Gholamreza Mansouri dans la capitale roumaine Bucarest en juin

Le juge fugitif accusé d’avoir reçu environ un demi-million de dollars de pots-de-vin, en fuite en Europe, a été retrouvé mort dans des circonstances suspectes à son hôtel.

L’assassinat du juge Mansouri à Bucarest peut avoir été commis par des hommes liés à Hossein Karimi-Rigabadi, le cousin maternel et beau-frère de Zindashti. L’implication de Karimi-Rigabadi peut expliquer les obscurités restantes dans le cas de Mansouri: les autorités iraniennes qui disent que Mansouri s’est suicidé peuvent l’avoir attiré d’Allemagne en Roumanie où les tueurs à contrat avaient de meilleures possibilités de l’abattre. Mansouri s’était rendu en Roumanie sur les conseils du ministère iranien des Affaires étrangères pour éviter d’être arrêté pour violation des droits de l’homme en Allemagne.

Gholamreza Mansouri, juge en fuite et initié du régime, tué à Bucarest en juin 2020

La façon dont la police et les tribunaux roumains ont traité l’affaire et le fait que l’ambassade d’Iran à Bucarest a ignoré l’avertissement de Mansouri concernant le danger pour sa vie font partie d’un puzzle créé par les organes de renseignement iraniens qui utilisent des groupes criminels à l’étranger, tels que le Zindashti, le cartel en Turquie et le cartel de Rigabadi en Roumanie pour effectuer leur sale boulot à leur place.

Karimi-Rigabadi a vécu à Bucarest pendant plus de 25 ans où il dirigeait l’un des principaux cartels de la drogue de la ville. Il a été recherché par la Drug Enforcement Administration (DEA) des États-Unis pendant de nombreuses années pour son rôle dans le trafic international d’héroïne et a finalement été arrêté en Autriche en mars 2007 et extradé vers les États-Unis .

Il a été libéré après cinq ans et est retourné en Iran où il vit actuellement.

Naji Sharifi Zindashti a été impliqué dans une opération massive de trafic de drogue en 2014 permettant à la police grecque de saisir plus de deux tonnes d’héroïne pure.

le navire Noor 1

L’arrestation à Istanbul du narcotrafiquant Serifi Zindashti, âgé de 44 ans – sur mandat d’arrêt émis par les autorités grecques – est le développement le plus significatif de ces derniers mois dans le cas du transport de 2,1 tonnes d’héroïne sur le le navire Noor 1, qui a été repéré en juin 2014 à Elefsina. lire plus

Des dizaines de personnes ont été arrêtées et une chaîne de meurtres suspects a eu lieu dans divers pays, dont la Turquie, où Zindashti et sa famille vivaient. Au moins 17 personnes liées à l’opération ont été tuées sur trois continents au cours des six dernières années.

Au cours des vingt-six dernières années, Zindashti, 46 ans, a été arrêté trois fois pour trafic de drogue et meurtre, mais à chaque fois, il a réussi à échapper à la punition. Il est le plus jeune enfant d’une famille aisée et bien connue du village de Mamkan dans la province de l’Azarbaïjan occidental en Iran.

Le père et le frère aîné de Zindashti, dissidents kurdes combattant pour le Parti démocratique du Kurdistan iranien, sont tous deux morts dans une rencontre armée entre les hommes du parti (peshmarga) et les Gardiens de la révolution de la République islamique en 1983.

La police iranienne a arrêté Zindashti en 1996 pour un trafic de drogue. Lui et son complice Esfandiar Rigi ont été condamnés à perpétuité, mais ont tué un garde lors de leur transfert au tribunal pour témoigner dans une autre affaire et se sont enfuis.

Rigi s’est rendu au Pakistan et Zindashti s’est enfui en Turquie où il s’est installé avec sa sœur dans un village près de la ville de Van et a commencé à établir son cartel de la drogue.

Zindashti’s villa in Istanbul

En 2001, Zindashti a déménagé à Istanbul où il a établi des relations avec le mouvement politique de Fethullah Gulen et a fait de généreux dons au groupe. Gulen, qui à l’époque était un religieux et une personnalité politique influente, soutenait l’étoile montante Recep Tayyip Erdogan.

Plus tard, les deux hommes forts de la politique turque se sont effondrés et Gulen vit maintenant aux États-Unis alors qu’Erdogan souhaiterait vraiment l’extrader.

En 2007, la police turque a arrêté Zindashti  avec plus de 77 kilos d’héroïne près d’Istanbul.

Selon certaines informations, Zindashti a affirmé qu’il s’appelait Kamal Sharifi-Seyedani et a coopéré avec les autorités pour identifier les itinéraires du trafic de drogue pendant l’enquête et le procès en échange d’une réduction de sa peine.

Le procureur chargé de l’affaire a demandé une peine d’emprisonnement à perpétuité, mais Zindashti, utilisant toujours son pseudonyme de Sharifi-Seyedani, a finalement été libéré, probablement en payant des centaines de milliers de dollars en pots-de-vin et en acceptant de témoigner dans l’affaire Ergenekon.

Pots de vin aux juges

Deux mois après sa sortie de prison sous un autre pseudonyme, Tarazi, il a témoigné contre les juges dans l’affaire du trafic de 350 kilos d’héroïne. Il a déclaré à la Cour que les juges avaient reçu 1,2 million d’euros de pots-de-vin pour permettre à tous les prévenus  de marcher librement.

Témoigner contre d’autres a endommagé la réputation de Zindashti parmi ses pairs et il est devenu la bête noire. La disgrâce parmi ses pairs lui a coûté cher quelques années plus tard quand ils l’ont soupçonné de les avoir vendus dans l’affaire de la découverte massive d’héroïne grecque Noor One, la plus importante jamais réalisée en Europe, qui a engendré des retombées sanglantes dans le monde entier et a déclenché des scandales de corruption politique qui font toujours rage en Turquie, en Grèce et au Moyen-Orient;

Esfandiar Rigi

L’une des personnes arrêtées par la police était Esfandiar Rigi, la personne qui s’était évadée avec Zindashti de prison en Iran des années auparavant. Rigi a fui la garde à vue de la police grecque et s’est rendu en Turquie où son vieil ami l’a aidé à se rendre à Dubaï où il vivait.

D’autres barons de la drogue qui avaient investi dans l’accord ont commencé à soupçonner Zindashti après l’échec de l’accord et les arrestations en Grèce et ont même assassiné par erreur sa fille Avin, étudiante universitaire, à Istanbul au lieu de lui quelques mois plus tard. Zindashti a affirmé qu’il avait averti les autorités turques et pensait que lui et sa famille étaient sous leur protection.

Zindashti, qui ne savait pas qui avait ciblé sa famille, a décidé l’élimination de ses anciens partenaires

La première cible, Murad Garki, a été tuée à Amsterdam, puis deux autres en Turquie. Les meurtres d’anciens associés, dont Esfandiar Rigi, connu sous le nom de Mohammad Diesel, se sont poursuivis en Turquie, aux Émirats arabes unis, aux Pays-Bas et en Iran.

Zindashti a finalement été arrêté en mars 2018 par la police turque lorsque la Grèce a émis un mandat d’arrêt international contre lui, mais a été libéré avec l’aide du politicien turc Burhan Kuzu, un haut fonctionnaire du Parti de la justice et du développement (AK) au pouvoir, et s’est rendu en Iran.

Kuzu avait déclaré au juge que la libération de Zindashti aurait un effet positif sur les relations turco-iraniennes.  Kuzu a-t il agi de sa propre initiative ou à la demande d’un responsable diplomatique ou de sécurité iranien. Le politicien turc a ensuite été jugé pour son rôle dans cette affaire.

Jusque-là, Zindashti semblait toujours fonder ses espoirs pour  un avenir en Turquie et… sur la scène politique turque, mais pas en République islamique.

Les médias turcs l’ont désigné comme l’homme derrière l’enlèvement d’Habib Asyud le 16 décembre et ont affirmé qu’il était lié au ministère iranien des renseignements.

Dans une interview vidéo avec un journaliste turc publiée sur YouTube  le 20 décembre, Zindashti a nié les allégations de collaboration avec le ministère iranien des renseignements, portées contre lui par Bakhtiar Forat, un parent arrêté en Turquie en novembre. Zindashti a déclaré que les aveux de Forat avaient été faits sous la torture et étaient sans fondement.

La Turquie a arrêté un certain nombre de citoyens turcs pour leur rôle dans l’enlèvement d’Asyud remis aux services de renseignement iraniens, vraisemblablement sur ordre de Zindashti.

A suivre

Shahed Alavi – Iran International staff journalist

source

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

000000

IRAN 🇮🇷 (Yazd province): Police busts close to 600 kg of narcotics (Opium and Hashish)

TEHRAN, Jan. 27 (MNA) – The Yazd police commander announced that during three separate operations, a total of 585 kilograms of narcotics, including 352 kg of opium and 233 kg of Hashish were discovered in the province.

SOURCE

000000