PHILIPPINES 🇵🇭 : vers une enquête sur la « guerre contre la drogue » de Rodrigo Duterte

La « guerre contre la drogue » du président philippin Rodrigo Duterte a fait des milliers de morts. L’ouverture d’une enquête par la Cour pénale internationale pourrait mettre un terme à ce cycle d’impunité.

Le 14 juin 2021, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé qu’elle demandait officiellement l’ouverture d’une enquête sur la « guerre contre la drogue » meurtrière menée par le gouvernement des Philippines. Il s’agit d’une étape cruciale en vue de rendre justice aux milliers de familles endeuillées.

Si les Philippines connaissaient déjà de gros problèmes en matière d’impunité pour les violations des droits humains bien avant l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Rodrigo Duterte, la situation s’est nettement dégradée avec l’homicide généralisé et systématique de milliers de consommateurs ou trafiquants de drogue présumés depuis 2016.

Pour la justice et contre l’impunité

Le dernier jour de son mandat, Fatou Bensouda a demandé aux juges de la Cour l’autorisation de mener une enquête exhaustive sur les actes commis par le gouvernement philippin. Dans le viseur ? Les crimes contre l’humanité, les tortures et d’autres actes inhumains commis dans le contexte de la « guerre contre la drogue » menée dans le pays entre le 1er novembre 2011 et le 16 mars 2019.

Cela englobe les exécutions extrajudiciaires commises par la police lors d’« opérations anti-drogue », sur incitation et encouragement de hauts responsables philippins, dont le président. Sous la présidence de Duterte, les homicides cautionnés par l’État et l’incitation à la violence sont devenus la norme. Étant donné le rôle du gouvernement philippin dans ces vagues d’homicides et l’impunité absolue qui règne dans le pays, l’enquête de la CPI est une étape cruciale pour faire avancer la justice.

En février 2018, la CPI a démarré un examen préliminaire des éventuels crimes commis dans le pays. Le mois suivant, le président Rodrigo Duterte a annoncé que les Philippines allaient se retirer de la CPI. Ce retrait a pris effet un an plus tard, le 17 mars 2019. Toutefois, la CPI continue d’exercer sa compétence pour enquêter sur les crimes perpétrés dans le pays.

Des meurtres commis de sang-froid

Depuis l’arrivée au pouvoir du président Rodrigo Duterte en juin 2016, des milliers de personnes, majoritairement issues de milieux pauvres et marginalisés, ont été tuées – soit par la police, soit par des individus armés soupçonnés d’avoir des liens avec la police. Tout cela dans le cadre de la « guerre contre la drogue » du gouvernement.

Dans des rapports précédents, nous avons détaillé les exécutions extrajudiciaires et autres violations des droits humains imputables à des policiers et à leurs supérieurs. Ces meurtres commis de sang-froid sont des crimes contre l’humanité.

Lire plus

000000

PHILIPPINES 🇵🇭 : la campagne contre la drogue du président Duterte vivement critiquée

La Police, bras droit du président Dutertre, dans le collimateur du parlement européen

La « guerre contre la drogue » lancée en 2016 par le président philippin tourne au carnage, avec plus de 8 000 morts, selon des sources officielles, jusqu’à quatre fois plus selon les ONG. De nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer une campagne violente encouragée par le chef de l’État.

Parmi elles, Hannah Neumann, députée allemande du groupe les Verts/Alliance européenne libre au sein du Parlement européen.

Par : Jelena Tomic

Écouter

000000

 

PHILIPPINES 🇸🇽: Philippine President Rodrigo Duterte orders customs chief to shoot, kill drug smugglers

Philippine President Rodrigo Duterte publicly ordered the country’s top customs official to shoot and kill drug smugglers in one of his most overt threats during a deadly four-year campaign that has been the centrepiece of his presidency.

Read

0000

PHILIPPINES 🇵🇭: opens probe into rogue, drug-selling ‘ninja cops’

The Department of the Interior and Local Government (DILG) has started investigating the pilfering of confiscated illegal drugs by rogue policemen and the alleged coddling of involved officers by Philippine National Police chief Gen. Oscar Albayalde when he was the Pampanga police director in 2013.

Speaking to reporters on the sidelines of President Rodrigo Duterte’s meeting with the Filipino community in Moscow on Saturday night, Interior Secretary Eduardo Año said the DILG, which oversees the PNP, began the investigation without waiting for the Senate to complete its inquiry into the “ninja cop” racket.

He said the President was waiting for the results of the investigations before deciding what to do with Albayalde.

“When we return to the Philippines, I will sit down with [National Police Commission] lawyers and the DILG legal service and check the status of the review of the case,” Año said.

Read more

0000

PHILIPPINES 🇵🇭 (Guerre anti-drogue): le président Rodrigo Duterte refuse une enquête de l’ONU

La présidence philippine a rejeté ce 8 juin l’appel à une enquête sur les violations des droits humains lancé par onze experts des Nations unies.

Ces derniers avaient appelé la veille les Etats-membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à ouvrir une enquête sur les graves violations des droits humains, soulignant notamment « le nombre impressionnant de personnes tuées par la police dans le cadre de la soi-disant lutte contre le trafic de drogue ».

Cet appel des experts de l’ONU « est non seulement idiot mais une ingérence inadmissible dans la souveraineté des Philippines », a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la présidence philippine Salvador Panelo.

LIRE

0000

CAMEROUN: la statuette de la Vierge Marie transportait de la drogue


C’est une bien étrange découverte que la douane camerounaise a faite le 27 août 2018 à l’aéroport international de Douala, dans la métropole camerounaise.

Une statuette de la Vierge Marie renfermant de la drogue, soit près de 3 kilogrammes de méthamphétamine en partance pour les Philippines.

LIRE PLUS

http://m.le360.ma/afrique/autres-pays/societe/2018/09/03/22744-cameroun-la-vierge-marie-transportait-de-la-drogue-22744

00000

PHILIPPINES: Manille publie les noms d’élus accusés d’être mêlés au trafic de drogue

Les Philippines ont publié lundi les noms de plus de 200 élus locaux accusés d’être mêlés au trafic de drogue, démentant toutefois avoir dressé une « liste noire » de cibles à abattre dans la campagne meurtrière du président Rodrigo Duterte contre les stupéfiants.

Les noms ont été rendus publics sur ordre du président quelques jours avant des élections locales dans l’archipel, où les campagnes électorales sont fréquemment synonymes de violences.

« La publication des noms des élus de barangay (districts) impliqués dans des affaires de drogue illégales est avant tout le résultat d’un ordre direct du président Rodrigo Duterte », a déclaré à la presse Aaron Aquino, le patron de l’Agence philippine de lutte contre les stupéfiants (DEA).

LIRE

https://www.challenges.fr/societe/manille-publie-les-noms-d-elus-accuses-d-etre-meles-au-trafic-de-drogue_584130

000000000000000000000000000000000000000000

PHILIPPINES: l’armée saisit d’importants stocks de drogue à Marawi

Selon Manille, 11 sacs de shabu, le nom localement donné à la méthamphétamine, ont été découverts dimanche dans un immeuble de deux étages précédemment occupé par le groupe islamiste Maute.

Le montant de stock est estimé entre 2 et 5 millions de dollars (entre 1,8 million et 4,5 millions d’euros).

Lire la suite

http://www.ouest-france.fr/monde/philippines/philippines-l-armee-saisit-d-importants-stocks-de-drogue-marawi-5074615

00000